Virus de Schmallenberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Virus de Schmallenberg

Message  Geoff le Sam 18 Fév - 14:35

Virus de Schmallenberg - Treize exploitations touchées dans six départements français


Il est conseillé aux éleveurs de ruminants dont les animaux présentent des symptômes (hyperthermie, diarrhées, avortements, agneaux ou veaux malformés), de maintenir les animaux malades à l’intérieur du bâtiment et de contacter leur vétérinaire.

D’après le site du ministère de l’Agriculture, la présence du virus de Schmallenberg vient d’être détectée sur des agneaux dans treize exploitations situées dans 6 départements du Nord de la France (52, 54, 57, 62, 76, 80).

C’est avec les premiers agnelages que les éleveurs suspectent la présence du virus de Schmallenberg chez leurs brebis. Après un premiers cas français apparu sur des ovins en Lorraine la semaine dernière, le virus de Schmallenberg, qui cause des avortements ou des malformations à la naissance chez les ruminants, s’étend dans le Nord de la France.

Le ministère de l’Agriculture, relatait vendredi 27 janvier la présence du virus dans treize élevages ovins des départements de la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, le Pas-de-Calais, la Seine-Maritime, et la Somme.

Dès l’apparition du virus, la Dgal (1) du ministère de l'Agriculture avait activé une surveillance spécifique, au travers de la plate-forme nationale d’épidémiosurveillance en santé animale, pour détecter le plus précocement possible l’arrivée de la maladie en France.

« L’ensemble des solutions techniques n’est pas encore disponible, les experts scientifiques, les vétérinaires et les laboratoires pharmaceutiques du Réseau français pour la santé animale (Rfsa) ont été chargés de mettre au point dans les meilleurs délais un test sérologique et un vaccin adapté. D’ores et déjà, le laboratoire de santé animale de l’Anses à Maisons-Alfort est en capacité de réaliser le diagnostic », peut-on lire sur le site du ministère.


Source : http://www.web-agri.fr/conduite-elevage/sante-animale/article/treize-exploitations-touchees-dans-six-departements-francais-1184-77464.html



Progression du virus de Schmallenberg : mise à jour du 30/01/2012
avatar
Geoff
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription : 18/02/2012
Age : 32
Localisation : Wagadey, Jubbada Dhexe, Somalia

Revenir en haut Aller en bas

Evolution du Virus Schmallenberg à travers l'Europe

Message  Silver Wisdom le Lun 20 Fév - 10:17

Bonjour à tous,

VIRUS SCHMALLENBERG:
152 exploitations touchées en France, plus de 1.400 en Europe,dont un premier cas en Italie.


Détecté en Allemagne dès novembre 2011, le virus Schmallenberg (SBV), jusqu’alors inconnu,
gagne désormais un grand nombre d’élevage bovins, ovins et caprins d’Europe du Nord.
La France n’est pas épargnée.
Au 10 février 2012, 94 élevages ovins dans dix-huit départements du nord sont atteints par le virus.

Les scientifiques l’affirment, la contamination daterait de l’été 2011. A cette époque en effet aux Pays-Bas et en Allemagne, des vaches laitières ont subi de graves diarrhées avec fièvre et diminution de leur production de lait sans qu’aucun agent infectieux connu ne soit identifié, ni causes alimentaires ou environnementales.
C’est donc un laboratoire allemand, qui identifiait à l’automne 2011 le virus Schmallenberg (du nom de la ville allemande proche des premiers foyers). Depuis décembre, de nombreux cas d’infections fœtales, de malformations multiples chez les agneaux et quelques veaux et chevreaux ont été observés dans les élevages des Pays-Bas, de Belgique, d’Allemagne, de Grande-Bretagne et de France .

Le Virus Schmallenberg gagne du terrain en France et en Europe.





« Ce virus de la famille des Bunyaviridae, genre des Orthobunyavirus, est proche du virus Akabane qui produit des malformations chez les ruminants », expliquent Dominique Martinez et Thomas Balenghien, chercheurs au Cirad, « par analogie avec le virus d’Akabane et les autres virus de ce groupe, on pense que la transmission est vectorielle : par des Culicoides ou des moustiques. L’infection daterait de l’été 2011, et le virus s’est beaucoup diffusé avant sa détection», précisent-ils.

Schmallenberg : un nouveau virus dans les élevages d’Europe
http://www.cirad.fr/actualites/toutes-les-actualites/communiques-de-presse/2012/maladie-emergente

Depuis l'automne 2011, un virus jusqu'alors inconnu, nommé « Schmallenberg » virus (Sbv), a été signalé chez les ruminants en provenance d'Allemagne, des Pays-Bas, de Belgique, du Royaume-Uni et de France. En Janvier, la Commission européenne a demandé l'assistance scientifique pour réaliser une analyse préliminaire des probables scénarios épidémiologiques qui pourraient être observés dans les prochains mois.

Trois scénarii à l'étude

Les scénarii hypothétiques montrent que le virus pourrait se propager en fonction des températures favorables au développement de l’insecte et à la densité de ruminants dans les zones d’élevage. « Chaque fois que le nombre de vecteurs par hôte et la température sont au-dessus d'un seuil spécifique, il y a une plus forte possibilité d’expansion de l’épidémie, au risque d’affecter de nouveaux États », explique le rapport de l’Efsa.

L’Efsa émet trois hypothèses sur la situation épidémiologique actuelle selon les zones de sensibilité au virus et les dates d’infection :

Les zones où une infection récente aurait pu se produire dans des populations non exposées précédemment à l'agent pathogène. Dans ces zones à populations « naïves », les signes cliniques du virus sont visibles à une date ultérieure.

Les zones où l'infection a eu lieu dans le passé. Une partie de la population de ruminants n'est pas à l'abri de malformations congénitales. Dans ces zones, le virus aurait pu passer inaperçu, faute de non-déclaration et du faible nombre d’observations de cas cliniques.

Les zones où aucun cas de virus n’a pour le moment été identifié, mais avec de forte populations de ruminants. Les données de surveillance, tel que proposé dans le rapport de l’Efsa, sont collectées et partagées entre les États membres afin d'évaluer le statut immunitaire des populations animales, l'impact de l'infection, et la propagation à travers l'Europe. Cela devrait fournir des données issues de la surveillance sérologique dans les zones où le virus n’a pas encore été signalé.

Virus de Schmallenberg
L’Europe est sur le qui-vive et en France, 19 départements sont touchés

http://www.web-agri.fr/conduite-elevage/sante-animale/article/l-europe-est-sur-le-qui-vive-et-en-france-19-departements-sont-touches-1184-77777.html

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), dans son rapport du 8 février avait fait l’hypothèse d’une propagation, hors de l’Europe du Nord du nouveau virus de Schmallenberg, sur la base du nombre de vecteurs du virus -les moustiques- et des températures. C’est chose faite avec l’arrivée du virus en Italie, avec un premier cas déclaré au 17 février, selon l’information communiquée par le Nouvel Observateur. 55 nouvelles exploitations en une semaine en France, confirment la présence du virus.

Dernier bilan pour l’Europe du Nord : Plus de 1.400 exploitations désormais contrôlées positives pour le VSB.

Le Royaume-Uni signale au 17 février, 52 exploitations à travers 10 comtés, mais, en raison de l’augmentation dans les rapports de SBV identifiés en France, les zones à risque viennent d’être élargies en conformité avec les données de modélisation.

En France, la présence du virus vient ainsi d’être confirmée dans 55 nouvelles exploitations ovines et 3 exploitations bovines. Au total ce sont 152 élevages qui sont donc touchés dans 25 départements (02, 08, 10, 14, 16, 21, 27, 36, 50, 51, 52, 54, 55, 57, 58, 59, 60, 62, 67, 70, 76, 80, 86, 87, 88). (02, 08,10, 14, 50, 52, 54, 55, 57, 59, 60, 62, 67, 76, 80, 86, 87, 88).

En Allemagne, 607 exploitations ont été testés positives, au 17 février, soit 23 élevages bovins, 558 élevages ovins et 26 caprins.

En Belgique, désormais 124 exploitations sont touchées, aux Pays-Bas, plus de 500.

Selon les évaluations préliminaires des risques effectuées par le Centre européen de prévention (ECDC), le risque pour la santé humaine est peu probable mais non exclus totalement. Les autorités britanniques ont alerté les agriculteurs et les vétérinaires les invitant à des mesures d’hygiène au contact avec le bétail. Les femmes enceintes sont également dissuadées de tout contact avec les moutons et les chèvres, en particulier au moment de l’agnelage.

VIRUS SCHMALLENBERG
http://realinfos.wordpress.com/2012/02/18/virus-schmallenberg-152-exploitations-touchees-en-france-plus-de-1-400-en-europedont-un-premier-cas-en-italie/

Bien Amicalement.
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 49
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Un grand nombre de malformations chez des nouveau-nés agneaux

Message  Silver Wisdom le Dim 26 Fév - 10:24

Bonjour à tous,

Un grand nombre de malformations chez les agneaux



Schmallenberg virus

Ces derniers jours un nombre croissant de bergers ont rapporté un taux d'agneaux malformés plus élevé.
La cause de ceci semble être une infection par le virus de Schmallenberg (SBV).

A la fin de l'année dernière dans une bergerie de la Hesse (Allemagne) des malformations chez des agneaux ont pu être plus fréquemment observées. Les symptômes ne correspondaient pas aux maladies complexes chez les agneaux ayant eu lieu jusqu'à présent. (voir tableau). Le nombre d'agneaux avec des malformations dans cette ferme a augmenté dans un délai très court. En coopération avec l' entreprise d'État Régionale du Travail Hessienne les agneaux affectés ont été examinés systématiquement.

Au même moment il y a eut un rapport aux Pays-Bas que des nouveau-nés avec des malformations ont également été rapportés et qu'il était soupçonné que la cause se rapportait à une infection des mères avec un virus qui a reçu le nom de Schmallenberg en Allemagne. Ce virus a été isolé dans différents élevages de bovins dans la Nord-Westphalie en Novembre 2011. Les vaches avaient de la fièvre, donnèrent peu de lait, ont montré une condition générale réduite et une perte d'appétit. Ces symptômes n'ont pas été observées chez la brebis .

Des prélèvements ont été effectués sur les agneaux malformés de la Hesse et ont été étudiés pour le virus de Schmallenberg dans le Friedrich-Loeffler-Institut (FLI) sur l'île de Riems. Sur tous les agneaux le virus a pu être détecté. Le même résultat a été obtenu lors d'examens d'agneaux malformés dans d'autres Etats fédéraux et dans d'autres bergeries Hessienne. Par conséquent, on peut supposer avec une certitude élevée qu'une infection par le virus a conduit à une incidence accrue des malformations durant cette saison d'agnelage.



Surveillez la naissance!

En général, dans un troupeau plusieurs mères (10 à 15 pour cent) sont affectées. Selon les données dont nous disposons, les mères, après avoir terminé la durée physiologique de la grossesse commence l'agnelage, sans perturbations. Un retard de l'arrêt total du processus de la naissance (accouchement) peut se produire, causé par des malformations des agneaux. Les problèmes ne peuvent pas être résolus sans aide. Mais il est également possible que les agneaux malformés naissent d'une façon normale.

Dans tous les cas, il est plus important d'effectuer une surveillance de la naissance pour reconnaître les stagnations dans le temps. En raison de malformations durant cette saison d'agnelage une fréquence accrue des accouchements difficiles est attendue.

Les agneaux affectés montrent des modifications différentes dans leur squelette. Le raidissement des membres antérieurs et postérieurs est frappant. Cette position non physiologique peut être plus ou moins distinctive. Souvent, les articulations sont raidis dans une posture voûtée. En outre, le cou peut être rabattu latéralement. La colonne vertébrale se tord en forme de S, des réductions de la mâchoire inférieure peuvent se produire. Des déformations du crâne sont également possibles. Dans la plupart des cas, ces agneaux ne sont plus viables ou déjà mort-né.

Les agneaux qui sont nés vivants ont une succion et une déglutition réflexe, mais ne sont pas capable de boire tout naturellement en raison des malformations.

Examinez avec prudence!

Il est intéressant de constater la répartition des animaux malades en cas de naissance multiple. Outre les agneaux malformés, des agneaux normaux peuvent naïtre, ce qui montre un développement naturel. Mais tous les animaux d'une naissance multiple peuvent être aussi affectés.

Selon ce fait les examens obstétricaux deviennent particulièrement importants.

Lire l'article :
En Anglais,
http://www.currentconcerns.ch/index.php?id=1570

En Allemand,
http://www.schafzucht-online.de/

Article écrit par Professeur A. Wehrend, Phd
Clinical Center for Veterinary Medicine, Clinical Center for Obstetrics,
Gynecology and Andrology for Large and Small Animals
with Veterinary Ambulance at the Justus-Liebig-University Giessen.

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 49
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

VIRUS SCHMALLENBERG: Pourquoi il y a PEU de risques pour les humains

Message  Silver Wisdom le Mar 6 Mar - 10:57

Bonjour à tous,



Pourquoi il y a PEU de risques pour les humains

Objectif, rassurer le public. Le virus infecte les moutons, pas les hommes.
C’est le National Institute of Health (NHS) britannique qui nous propose un point général
sur le virus de Schmallenberg (SBV), en liaison avec son département de l’Agriculture (DEFRA).
Un virus presque certainement limité à l'élevage, peu de risque pour la santé,
peu de risque avec la consommation de viande, mais toujours une réserve liée à la nouveauté
et aux limites des données actuelles disponibles sur le virus.
Jeudi 16 Février, l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE)
a déclaré que le virus avait « un risque négligeable pour la santé humaine ».
De plus, les risques de propagation par la viande ou le lait sont eux aussi « négligeables ».
Pour l’instant, aucune transmission à l’Homme n’a été enregistrée.
Généralement, la famille du virus ne cause pas de dommages à l’Homme,
mais à ce stade des recherches, l’OIE ne peut exclure cette possibilité.
C’est pourquoi les organismes vétérinaires travaillent en collaboration
avec les organismes de santé publique.
Dans cette famille de virus, aucun n’est transmissible à l’homme.
Par homologie avec ce qu’on connaît des virus les plus proches,
nous n’avons donc aucune raison de suspecter qu’il puisse se transmettre à l’homme.
Il n'a pas été jugé nécessaire par les autorités de gestion
du risque de classer cette maladie dans les catégories à haut potentiel contagieux.
Peu de risque pour la santé pour les consommateurs de viande : C’est ce qu’a affirmé la Food Standards Agency, il y a quelques jours, qui rappelait l’importance de suivre, néanmoins les mesures normales d'hygiène alimentaire lors de la manipulation, la préparation et la cuisson de tous les aliments, afin de réduire le risque de d'intoxication alimentaire.
Au lire de ces informations, je me rends compte qu'il n'y a aucune
avancées crédibles faites de la part des institutions.
Il n'existe en effet que des recommandations concernant ce virus.
Aucune étude fiable n'est mise en avant.

RECOMMANDATIONS
approuvées par la Commission scientifique de l’OIE pour les maladies animales
le 16 février 2012 (des actualisations seront apportées chaque fois que possible)

http://www.oie.int/fileadmin/Home/fr/Our_scientific_expertise/docs/pdf/F_Recommendations_Schmallenberg_virus.pdf

Sources
http://www.santelog.com/news/prevention-sante-publique/virus-schmallenberg-pourquoi-il-y-a-peu-de-risques-pour-les-humains_7765_lirelasuite.htm#lirelasuite
http://www.voseconomiesdenergie.fr/actualite/developpement-durable/le-virus-de-schmallenberg-touche-les-elevages-francais/00250
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120217.OBS1702/le-virus-de-schmallenberg-en-7-questions.html
http://www.santelog.com/news/prevention-sante-publique/virus-schmallenberg-pourquoi-il-y-a-peu-de-risques-pour-les-humains_7765_lirelasuite.htm#lirelasuite

Je suis peut être suspiscieux, mais lorsque l'on se souvient de l'histoire de la vache folle....

Aujourd’hui l’infection au virus est détectée par test PCR et les différents pays européens travaillent à la mise au point d’un test sérologique pour améliorer la détection du virus. Avec le développement d’un test « plus simple » on pourrait découvrir qu’un nombre bien plus important d’animaux et d’exploitations ont été touchés par le VSB. A ce jour, aucune mesure de protection n’a été mise en œuvre concernant les exportations d’animaux ou de produits dérivés en Europe.

La Russie a arrêté temporairement ses importations de moutons
et de chèvres en provenance du Pays-Bas depuis mi-janvier.
La Chine et l’Argentine ont demandé des informations complémentaires.

Bien Amicalement.


Dernière édition par Silver Wisdom le Lun 12 Mar - 9:23, édité 1 fois

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 49
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virus de Schmallenberg

Message  Geoff le Lun 12 Mar - 3:59

Schmallenberg : un danger pour les moutons, pas pour les hommes

(Geoff : désinfo ou pas? A vous de voir)



Le virus de Schmallenberg n’en finit pas de s’étendre aux exploitations animales du centre de l’Europe occidentale. Outre-Rhin, et selon un décompte arrêté au 2 mars, les autorités sanitaires ont annoncé que 820 élevages allemands de bovins, ovins et caprins ont été touchés par le virus. Mais la communauté scientifique de Berlin a rejoint la position des chercheurs britanniques du National Institute of Health (NHS) : Selon toute vraisemblance, Schmallenberg ne présenterait pas de danger pour les humains, tant par la voie de l’infection que par celle de la consommation.

L’Allemagne pleure ses moutons. L’Institut Friedrich-Loeffler (FLI), qui est le principal organisme de recherche en santé animale d’Allemagne et qui a pour mission de surveiller les épizooties, a annoncé le 2 mars dernier que le virus de Smallenberg (SBV) est désormais recensé dans 716 élevages de moutons, 66 de bovins et 38 chèvres. Et La France est loin d’être épargnée : 411 élevages répartis dans 34 départements de l’hexagone ont été détectés "positifs" au SBV à la date du 1er mars selon le ministère de l’Agriculture. Cinq autres pays sont touchés : le Royaume-Unis, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et l’Italie. Le CIRAD (centre de recherche agronomique pour le développement) a beau alerter les esprits au Salon de l’agriculture de la Porte de Versailles à Paris, Schmallenberg y est devenu tabou tant le moral des éleveurs est plombé par ce virus.

Maigre consolation : L’Institut Friedrich-Loeffler a indiqué lors d’un point presse qu’il est fortement improbable que le SBV puisse se transmettre à l’homme. Et ce en raison de la nature du virus : Ce dernier est très proche génétiquement d’autres orthobunyavirus, tels que les virus Akabane, Aino et Shamonda qui ne présentent pas de danger pour le genre humain. Les échos scientifiques de Londres ont pris une orientation similaire : La Food Standards Agency, l’organisme en charge de la santé alimentaire au Royaume-Uni, a fait savoir qu’en l’état des connaissances actuelles, le SBV ne présenterait pas de risques pour les consommateurs de viande contaminée.

Ces éléments sont corroborés par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), qui confirme qu’à ce jour aucun homme n’aurait été infecté. Toutefois en Allemagne le Robert-Koch Institut (RKI), en charge de la surveillance sanitaire pour l'Homme, a procédé à des tests sanguins auprès d’éleveurs ovins pour se prononcer définitivement sur la non nocivité du SBV chez les humains. Rappelons que les symptômes engendrés par le virus de Schmallenberg, transmis très probablement par des moucherons du genre culicoïdes ou des moustiques, sont :

• une perte d'appétit et une chute de production chez les vaches laitières
• des fièves
• des diarrhées sévères
• des avortements ou des naissances d’agneaux ou de veaux malformés pouvant résulter de ces deux premiers symptômes. L’issue étant une mort rapide.
Thomas Balenghien, un entomologiste vétérinaire qui est chercheur au CIRAD a été tout récemment invité à s’exprimer sur le site Agro-media.fr. Ce dernier reconnaît qu’« on ne sait pas d’où provient le virus de Schmallenberg ». En outre, « l’élaboration d’un vaccin prendra au total plus de 18 mois ».


Source : http://www.santelog.com/modules/connaissances/actualites-sante-recherche.php?mot_rech=schmallenberg&zone_rech=titre&valider.x=0&valider.y=0


_________________
"Cogito ergo sum." (Descartes)

"Très attaqué, Dieu se défend par le mépris, en ne répondant pas."(Jules Renard)

"Si Jésus avait dit "Prenez et fumez", le hash serait légal."(Philippe Perrier)
avatar
Geoff
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription : 18/02/2012
Age : 32
Localisation : Wagadey, Jubbada Dhexe, Somalia

Revenir en haut Aller en bas

Virus de Schmallenberg : après les moutons, les vaches

Message  Silver Wisdom le Lun 2 Avr - 16:56

Bonjour à tous,

Virus de Schmallenberg : après les moutons, les vaches

Le virus découvert en Allemagne a touché un premier élevage bovin en Touraine.
La progression devrait s’accentuer en mai-juin
.



Le virus pourrait s'étendre dans les élevages bovins de Touraine dans les deux mois qui viennent. - (Photo archives NR)

Au 29 mars, il y avait huit élevages ovins, un élevage bovin et un élevage caprin touchés en Indre-et-Loire. La progression est lente, mais il faut s'attendre à voir les veaux de plus en plus touchés en mai-juin, ce sera l'époque des vêlages.

Laure Malherbe-Duluc, vétérinaire du groupement de défense sanitaire, a fait un état des lieux précis de la progression du virus de Schmallenberg devant une trentaine d'éleveurs, réunis à la chambre d'agriculture.
Elle a expliqué qu'on ne savait pas tout sur ce virus, inconnu en Europe, découvert en 2011 dans un élevage de moutons sur la commune de Schmallenberg, en Allemagne. « On compte aujourd'hui 1.048 élevages touchés dans ce pays, depuis fin décembre. La France a atteint le même chiffre, depuis février. Le virus est parti de l'est, s'est propagé au nord puis à l'ouest. 46 départements sont touchés en France, les derniers étant l'Eure-et-Loir et la Gironde. » La spécialiste a également rappelé les symptômes de ce virus (diarrhées), qui atteint les femelles en début de gestation et provoque des malformations articulaires et cérébrales sur les agneaux et les veaux.

« On ne sait pas quel est le vecteur de ce virus. Un moustique, un moucheron ?
Mais en tout cas, le virus de Schmallenberg n'est pas contaminant pour l'homme.
Les Hollandais ont mis au point un outil sérologique pour le repérer,
mais il n'existe pas de vaccin à ce jour. »
La contamination par le virus est souvent dramatique pour les élevages touchés : il y a non seulement une perte au niveau des naissances, car même s'ils naissent, les petits ne survivent pas ou doivent être euthanasiés, et il arrive aussi que les mères meurent au moment de la mise bas.

Chez les bovins, le virus provoque deux types de symptomatologies. Chez les bovins adultes, le virus se manifeste par des symptômes relativement généraux du type fièvre, perte d'appétit, dégradation de l'état général, chute de la production laitière (parfois jusqu'à la moitié de la production normale), voire diarrhée. Ces symptômes disparaissent généralement en quelques jours. Chez les veaux, le virus se manifeste par des avortements, de la mortinatalité et des malformations congénitales qui sont la conséquence d'une contamination du veau pendant la gestation de la vache.

Présence du virus de Schmallenberg en France au 30 mars 2012

La présence du virus de Schmallenberg vient d’être confirmée dans 154 nouvelles exploitations.

Au total ce sont 1048 élevages qui sont donc touchés dans 46 départements (01, 02, 03, 08, 10, 14, 16, 17, 18, 21, 23, 24, 27, 28, 33, 36, 37, 41, 45, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 67, 68, 69, 70, 71, 72, 76, 79, 80, 86, 87, 88, 89).

Il s’agit essentiellement d’élevages ovins, mais on compte 76 élevages bovins,
12 élevages caprins et 2 élevages ovin/caprin.

Sources
http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2012/04/02/Virus-de-Schmallenberg-apres-les-moutons-les-vaches
http://www.favv.be/santeanimale/schmallenberg/
http://agriculture.gouv.fr/maladies-animales

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 49
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Des scientifiques affirment que le virus de Schmallenberg a infecté les cerfs d'Europe

Message  Silver Wisdom le Sam 23 Fév - 15:23

Bonjour à tous,

Des scientifiques affirment que le virus de Schmallenberg
a infecté les cerfs d'Europe




Le virus de Schmallenberg qui a décimé des troupeaux de moutons
et de bovins britanniques a infecté des cerfs sauvages en Europe,
affirment des scientifiques.


Aujourd’hui les scientifiques européens affirment que les cerfs sauvages peuvent attraper le virus,
et appellent les autorités à surveiller l'impact du virus sur la faune sauvage.

Le Dr Mutien-Marie Garigliany, un expert vétérinaire de l'Université de Liège fait partie d'une équipe d'experts
qui étudie les cas révélés de virus de Schmallenberg sur la faune sauvage dans le sud de la Belgique.




(...)

Selon des chercheurs de l’Université de Liège en Belgique, certaines espèces d’animaux sauvages pourraient
également être atteint par le SBV. C’est le cas des marcassins et cerfs sauvages qui montrent eux aussi
des signes d’infection. Même si le virus ne semble pas les rendre malades, ces animaux peuvent attraper
le virus par des moucherons et autres insectes.


Pour le Dr Mutien-Marie Garigliany,
« les animaux sauvages comme les marcassins ou les cerfs peuvent être de véritables réservoirs pour le virus.
Il est donc nécessaire de contrôler la propagation de ce virus chez les espèces d’animaux sauvages ».

Les animaux sauvages infectés par des virus issus d'animaux d'élevage
http://www.goodplanet.info/Contenu/Depeche/Les-animaux-sauvages-infectes-par-des-virus-issus-d-animaux-d-elevage
Il affirme que des sangliers ainsi que des cerfs sauvages montrent des signes d'infection, même si le virus ne semble
pas les rendre malades. "Nous devons mettre en place une surveillance spécifique des animaux sauvages" a-t-il déclaré à la BBC.
Nos études en Belgique montrent que les cerfs sauvages peuvent attraper le virus mais que l'impact sur leurs santé reste inconnu.

«Nous savons que le virus sur le cerf leur fait produire des anticorps spécifiques,
mais les cerfs ont une structure différente du placenta que celui des vaches ou des moutons»
Selon le professeur Trevor Drew, expert de la santé animale du gouvernement du Royaume-Uni et de la Veterinary Laboratories Agency,
le virus peut infecter les cerfs, les daims, les cerfs sika et le chevreuil anglais. La maladie est transmise par les piqûres de moucherons
et certain autres insectes, ce qui rend impossible d'éradiquer le virus des élevages britanniques.

"Il est tout simplement impossible de contrôler tous les moucherons dans une zone de la taille de l'Europe",
a expliqué le professeur Drew expert de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales anglaise.


Farm virus 'can infect wild animals'
http://www.bbc.co.uk/news/science-environment-21452990

Source de l'article
Le virus de Schmallenberg qui a décimé des troupeaux de moutons
et de bovins britanniques a infecté des cerfs sauvages en Europe, affirment des scientifiques.

http://naturealerte.blogspot.fr/2013/02/20022013le-virus-de-schmallenberg-qui.html

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 49
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Virus de Schmallenberg

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum