L’Economie américaine est un château de cartes (Paul Roberts Craig)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’Economie américaine est un château de cartes (Paul Roberts Craig)

Message  Silver Wisdom le Sam 17 Mai - 9:28

“ L’Economie américaine est un château de cartes ”
(Le réveil des Américains sera douloureux !)


L’économie américaine est un château de cartes;
le moindre aspect de celle-ci est frauduleux, jusqu’à l’illusion d’un recouvrement,
basé lui aussi sur des statistiques frauduleuses



~ Jacques Attali : vers l’effondrement du système financier international (Gilles RAVEAUD, Alternatives Economiques) ~

Le capitalisme américain n’est qu’un mirage. Tous les marchés financiers sont truqués. Les liquidités massives versées dans les marchés financiers par l’assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale ne font que gonfler les prix boursiers et obligataires, entraînant ainsi des taux d’intérêt à zéro ou négatif; le capital est si abondant que son coût avoisine la gratuité. Les grandes entreprises, telles que les mégas-banques et les constructeurs automobiles, qui font faillites n’en ont pas le droit. La dette publique et la création d’argent sont utilisées pour couvrir les pertes privées et garder les entreprises “too big to fail” à flot, au détriment non pas des actionnaires, mais de ceux ne possédant pas d’actions dans ces sociétés. Les bénéfices engendrés ne sont plus garants de l’utilisation efficace des ressources du capitalisme en matière de protection sociale, surtout depuis que ces profits s’obtiennent en remplaçant le travail domestique par une main-d’oeuvre étrangère meilleur marché. Le résultat perçu est bien plus le déclin du pouvoir d’achat des consommateurs, parallèlement à l’augmentation des inégalités des revenus et des richesses. Au 21ème siècle, à l’ère des emplois de délocalisation, les Etats-Unis ont connu une explosion sans précédent de ces inégalités.

~ Le capitalisme se mord la queue (Will Hutton, The Observer) ~

J’ai fait référence, dans mon livre L’échec du Capitalisme du laissez-faire, aux preuves tangibles de son incapacité à assurer le bien-être social, tant au sens économique que traditionnel du terme. Thomas Piketty dans son livre tout juste publié, Le Capital au 21ème siècle, dresse lui un tableau alarmant de l’ insouciance dont font preuve certains économistes comme Paul Krugman. Mais, aussi inquiétante que soit la vision de Piketty à propos de cette inégalité croissante, je suis de l’avis de Michael Hudson qui pense que cette situation est en réalité bien pire. Le capitalisme a été transformé par des intérêts privés puissants dont le contrôle sur les gouvernements, les tribunaux et les organismes de réglementation en ont fait un véritable mécanisme de pillage. Wall Street ne remplit plus aucune fonction positive. Wall Street est une machine à piller, un poids mort pour la société. Wall Street engrange des bénéfices de front-running grâce à des ordinateurs performants, par la vente de produits financiers frauduleux contre lesquels il parie avec des titres d’investissement, en plaçant des effets de levier sur des actions à des hauteurs sans précédent, en plaçant des mises qu’il ne peut couvrir et en truquant les marchés des commodités (matières premières).

La Réserve fédérale et le “Plunge Protection Team” du Trésor américain favorisent ce pillage en soutenant le marché boursier par l’achats d’actions à terme, en protégeant le dollar de l’intarissable planche à billets, et par des ventes à découvert au sein du marché à terme de l’or du Comex. L’économie américaine ne repose plus sur l’éducation, le travail, le marché libre des prix et sur la responsabilité imposée par les vrais marchés libres. Elle est à présent basée sur la manipulation des prix, le contrôle spéculatif de produits, le soutien du dollar par des états fantoches de Washington, les statistiques officielles manipulées et falsifiées, la propagande des médias financiers et sur l’inertie des pays, comme la Russie et la Chine, directement lésés à la fois économiquement et politiquement par le système de paiement en dollars. Comme la grande majorité des gouvernements du monde est incompétente, l’incompétence de Washington passe inaperçue, de là vient son salut.

Une Guerre Invisible Contre la Population par Darwin_Kayser
Si le lien venait à disparaître : Cliquez Ici

Pour les américains cependant,
vivre sous la domination de Washington ressemble davantage à un châtiment.


Il est parfaitement clair, au regard de toutes les preuves statistiques, que la part du revenu et de la richesse attribuée à la masse de la population américaine est en déclin. Cette baisse signifie donc la fin du marché des consommateurs, pourtant pilier de l’économie américaine. Maintenant que les mégas-riches détiennent des actions sur le revenu et la richesse encore plus disproportionnées, que va-t-il advenir d’une économie basée sur la vente des importations et sur la production délocalisée des biens et services à un marché intérieur de la consommation ? Comment la grande majorité des américains peut-elle seulement prétendre acheter plus quand ses revenus n’ont pas augmenté depuis des années, ayant même diminué, et quand ils sont jugés trop pauvres pour emprunter auprès des banques qui ne prêtent pas ? L’Amérique dans laquelle j’ai grandi était autosuffisante, le commerce extérieur constituait une petite partie de l’économie. Quand j’étais secrétaire adjoint au Trésor, les Etats-Unis possédaient encore un excédent commercial, à l’exception du pétrole. La délocalisation des emplois américains n’avait pas encore commencé, et les revenus des investissements américains à l’étranger dépassaient ceux des investissements étrangers en Amérique. Le bénéfice de l’Amérique à l’étranger venait par conséquent couvrir son déficit énergétique dans la balance commerciale.

La stabilité économique réalisée au cours de l’administration Reagan a été brisée par la cupidité de Wall Street, qui menaçait les sociétés de rachat ne produisant pas de profits plus élevés et ne déplaçant pas à l’étranger leur production de biens et de services pour les marchés américains. Les coûts de main-d’oeuvre ont stimulé les gains et les cours des actions, comblant ainsi l’appétit vorace de Wall Street, mais ont mis fin par la même occasion à la hausse du niveau de vie des Etats-Unis, mis à part pour les mégas-riches. Cette déréglementation financière a chargé l’économie du risque de bulles spéculatives. Les américains sont un peuple incroyablement insouciant. A leur place, n’importe qui d’autre aurait déjà réduit Wall Street en cendres.

La théorie du Cygne Noir et les Banquiers par GoldenAwaken
Si le lien venait à disparaître : Cliquez Ici
Pour aller plus loin : Nassim Taleb et la théorie du cygne noir

Washington a des sujets uniques en leur genre. Les américains seront abusés sans fin et n’auront de cesse de blâmer un gouvernement étranger à leur situation désastreuse: l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Chine , la Russie. Un peuple aussi insouciant et passif est une cible idéale pour le pillage, et son économie décharnée par ce saccage devient inéluctablement un château de cartes.

~ 2014 : année de vérité pour les Etats-Unis (Paul Roberts Craig) ~

Paul Robert Craig
~ Traduit par Elodie pour le Blog Résistance Authentique ~ via Chaos Controlé

Source Originale de l'article : US Economy Is A House Of Cards

avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum