anipassion.com

Le Congrès américain à l'assaut de la "falaise fiscale"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Congrès américain à l'assaut de la "falaise fiscale"

Message  Silver Wisdom le Lun 12 Nov - 10:12

Bonjour à tous,

Le Congrès américain à l'assaut de la "falaise fiscale"


John Boehner, chef de file républicain à la Chambre des représentants est apparu au Congrès
pour offrir de reprendre les négociations sur les baisses d'impôt et la réduction des déficits, le 7 novembre.
AFP/Brendan Hoffman


La "danse" est engagée. Mercredi 7 novembre, au lendemain de la victoire de Barack Obama,
John Boehner a tiré les conséquences du scrutin. Avant même que le président soit rentré à la Maison Blanche,
le chef de file républicain à la Chambre des représentants est apparu au Congrès pour tendre un rameau d'olivier
et offrir de reprendre les négociations sur les baisses d'impôt et la réduction des déficits.


"Monsieur le président, le moment est à vous, a-t-il déclaré. Nous souhaitons vous voir prendre la tête.
Nous sommes prêts à vous suivre." Un ton très différent de celui de Mitch McConnell, le leader républicain au Sénat,
qui se donnait pour objectif en 2009 de renvoyer M. Obama à Chicago après "un seul mandat". Mercredi, John Boehner a détaché ses mots : "Nous voulons que vous réussissiez."


Harry Reid, chef de la majorité démocrate au Sénat,
a promis de convoquer l'esprit de consensus avec les républicains.
AFP/Brendan Hoffman


Le démocrate Harry Reid, qui va rester le chef de file de la majorité au Sénat (son parti disposera finalement de 55 voix,
en comptant les deux indépendants, sur les cent sièges que compte la Chambre haute) a lui aussi promis de convoquer
l'esprit de consensus. Ancien boxeur, il a signifié qu'il ne "danse pas aussi bien qu'il combat".
Mais, a-t-il ajouté, "je préfère nettement" danser.

FISCAL CLIFF


On entend beaucoup parler ces dernières semaines du précipice fiscal
qui guette les États-Unis. Mais qu'en est-il exactement?

Qu'est-ce que la falaise fiscale?
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2012/11/09/010-falaise-fiscale-explications.shtml

A moins de deux mois de l'entrée en vigueur de mesures fiscales et budgétaires (résumées sous la dénomination de "falaise")
qui risqueraient de paralyser la croissance, les manoeuvres d'approche se sont engagées.


Etats Unis : le “fiscal cliff” approche
http://fr.euronews.com/2012/11/06/etats-unis-le-fiscal-cliff-approche/

En juillet 2011, Barack Obama et John Boehner avaient discrètement travaillé à un compromis qui aurait permis de réduire les déficits
et la dette publique. L'échec avait entraîné la perte du AAA par les Etats-Unis. Mercredi, la perspective de revivre un psychodrame
semblable a déprimé Wall Street. Le Dow Jones a perdu 312 points en une journée.




(...)
Les acteurs économiques craignent un débat dur cet hiver, à l'instar des négociations sur le plafond de la dette à l'été 2011,
qui se sont soldées par la dégradation de la note des Etats-Unis. C'est une éventualité d'autant plus plausible que les positions
des irréductibles du Tea Party, lors de cet épisode, ont illustré la faiblesse du leadership du Parti républicain.

Du coup, certains lobbies, notamment financiers, ont tiré les leçons de la déroute de l'an passé
et commencent à entrer en action pour pousser les parlementaires à se mobiliser beaucoup plus tôt.

(...)

Les Etats-Unis au bord de la « falaise fiscale »
http://archives.lesechos.fr/archives/2012/LesEchos/21206-075-ECH.htm
Le champ de bataille principal – ou la piste de danse ? – entre démocrates et républicains est un héritage de George Bush :
des allégements d'impôts pour tous les Américains, datant de 2001 et 2003. En 2010, Barack Obama, qui était opposé
à leur renouvellement pour les hauts revenus, avait fini par s'y résigner, après avoir perdu les élections parlementaires de mi-mandat.

SITUATION RENVERSÉE


Barack Obama, le 7 novembre. Le président estime avoir été réélu
sur une plate-forme plaidant clairement pour que les riches paient un peu plus.
AP/Henny Ray Abrams


La situation est cette fois renversée : il estime avoir été réélu sur une plate-forme plaidant clairement
pour que les riches paient un peu plus. Avant l'élection, il indiquait même qu'il mettrait son veto à toute reconduction en l'état.
Cette fois, ce sont les démocrates qui sont prêts à des positions jusqu'au-boutistes : si les républicains se refusent à "découpler"
les réductions d'impôt (en ne reconduisant que celles concernant la classe moyenne), ils n'en adopteront aucune
et prendront les Américains à témoin de l'intransigeance de l'opposition. Le Tax Policy Center a estimé
la charge supplémentaire à 3 700 dollars (près de 2 900 euros) par foyer.


TOPPLING OFF THE FISCAL CLIFF: WHOSE TAXES RISE AND HOW MUCH? (pdf en anglais)
http://www.taxpolicycenter.org/UploadedPDF/412666-toppling-off-the-fiscal-cliff.pdf

(...)

Source et suite de l'article
Le Congrès américain à l'assaut de la "falaise fiscale"
http://www.lemonde.fr/international/article/2012/11/08/le-congres-americain-a-l-assaut-de-la-falaise-fiscale_1787812_3210.html

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

La course vers le MUR de la faillite globale…

Message  Silver Wisdom le Jeu 15 Nov - 10:36

Bonjour à tous,

La course vers le MUR de la faillite globale…
avec un point d’interrogation : sa durée


L’hebdomadaire The Economist a publié un intéressant graphique exprimant l’évolution
de l’endettement du secteur public américain sous les différents présidents à partir de Harry Truman.




Une inconnue ? A quel moment sommes-nous du degré de dangerosité extrême ? Qui peut le savoir ?

Une certitude cependant : ce système est généré pour être DETRUIT, mais on voit bien que les manipulateurs
de ce même Système suivent un calendrier. Voilà pourquoi il est préférable de ne pas mentionner de date
mais de tirer les conclusions qui s’imposent comme le ferait n’importe quel médecin
au regard des symptômes cliniques d’un (très) grand malade.

Retarder l’échéance de l’application de BALE III pour les banques américaines

Le 9 novembre, les régulateurs américains ont convenu de retarder l’application des règles de Bâle III
pour les grandes institutions bancaires américaines. L’échéance fixée au 1er janvier 2013 est donc repoussée
et on ignore quelle sera la prochaine date…

(traduction de la situation rocambolesque des banques américaines.
Selon des personnalités de la banque centrale canadienne, le délai supplémentaire serait de six mois.)



Le siège de la Réserve fédérale des États-Unis, ou Fed, à Washington - Copyright Reuters
Mise en place de Bâle III: la Fed prend son temps
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120809trib000713534/mise-en-place-de-bale-iii-la-fed-prend-son-temps.html

En septembre 2010, « le Comité de Bâle a décidé de relever le ratio de solvabilité Core Tier 1 de 2% à 4,5%
avec en plus un matelas de protection de 2,5%, d’ici 2019. Autrement dit, les fonds propres « durs » ,
c’est à dire composés uniquement d’actions et de bénéfices mis en réserve, devront représenter 7% des activités de marché
ou de crédit des banques. L’augmentation de ce ratio devra contribuer à limiter l’incitation à la prise de risque ».


Cahier technique : « De Bâle II à Bâle III »
http://www.mazars.fr/Accueil/Notre-Expertise/Publications-techniques/Cahiers-techniques/Cahier-technique-De-Bale-II-a-Bale-III

Mais cet accord international qui devait donc être mis en place par les institutions bancaires américaines
à partir de janvier 2013 ne joue pas pour les banques de Wall Street. Rappelons qu’en juin dernier,
la banque centrale américaine avait déclaré que certains établissements avaient un long chemin à parcourir
pour satisfaire aux règles de participation. A l’époque, un responsable de la Fed déclarait
que les 19 plus grandes sociétés de portefeuilles bancaires américaines auraient un manque à gagner
de 50 milliards de $ de capital si les règles de Bâle III devaient être mises en application.


Comment éviter le risque systémique :
appliquer Bâle III et ne rien céder au lobby des établissements financiers

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/10/08/appliquer-bale-iii-et-ne-rien-ceder-au-lobby-des-etablissements-financiers_1771973_3234.html

Source de l'article
La course vers le MUR de la faillite globale… avec un point d’interrogation : sa durée
http://liesidotorg.wordpress.com/2012/11/15/la-course-vers-le-mur-de-la-faillite-globale-avec-un-point-dinterrogation-sa-duree/

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis restent sous la menace du mur budgétaire

Message  Silver Wisdom le Mer 2 Jan - 15:20

Bonjour à tous,

Les Etats-Unis restent sous la menace du mur budgétaire



L’accord a minima trouvé au Congrès est contesté par les républicains de la Chambre des représentants

La menace du «fiscal cliff» continue de planer sur l'économie américaine. L'accord trouvé hier matin entre la Maison Blanche
et le Sénat pour tenter d'éviter aux Etats-Unis de se heurter au mur budgétaire, qui conduit à des hausses automatiques d'impôts
et des baisses de dépenses de 600 milliards de dollars, reste suspendu au vote de la Chambre des représentants,
sous domination républicaine, qui a jusqu'à jeudi pour se décider.


Fiscal cliff: House of Representatives passes deal
http://www.guardian.co.uk/world/2013/jan/02/fiscal-cliff-deal-house-representatives

Or, les républicains se montraient cette nuit hostiles à cet accord.
A la sortie d'une réunion à huis-clos des élus du parti républicain qui a duré plus de deux heures,
le flou régnait et aucune indication n'a été donnée sur la date de l'examen du texte par la Chambre des représentants
et sur les possibles modifications qui pourraient y être apportées. Selon Rory Cooper, porte-parole d'Eric Cantor,
chef de file des républicains à la Chambre, «la baisse insuffisante des dépenses dans le texte du Sénat
a été un sujet de préoccupation unanimement partagé lors de la réunion d'aujourd'hui».




(...)
Lors de la réunion, a-t-il précisé, le président de la chambre, le républicain John Boehner, et Eric Cantor "ont présenté
des propositions aux membres et ont écouté leurs observations. La baisse insuffisante des dépenses dans le texte du Sénat
a été un sujet de préoccupation unanimement partagé lors de la réunion d'aujourd'hui", a-t-il ajouté

Pour sa part, le Congressional Budget Office (CBO), sorte de Cour des comptes émanant du Congrès, a déclaré que
le texte voté par le Sénat accroîtrait de près de 4.000 milliards de dollars (3.000 milliards d'euros) le déficit fédéral sur une décennie, principalement parce qu'il étend les faibles taux d'imposition à presque tous les Américains.

(...)

USA/Mur : Les républicains mitigés sur le compromis voté au Sénat
http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/actus-des-marches/infos-marches/usa-mur-les-republicains-mitiges-sur-le-compromis-vote-au-senat-837526.php
L'accord voté hier matin par le Congrès prévoit un relèvement du taux d'imposition de 35% à 39,6% sur les revenus supérieurs
à 400.000 dollars par an (450.000 dollars pour les foyers) et de 15% à 20% sur les plus-values du capital et sur les dividendes,
ainsi qu'un relèvement des taxes foncières. Cependant, il laisse en suspens de nombreuses questions, avec le report de deux mois
de l'entrée en vigueur, initialement prévue le 2 janvier, des coupes claires automatiques de 109 milliards dans le budget de la défense
et de projets de politique intérieure.

De plus, même si le texte était finalement adopté par la Chambre des représentants, il est loin d'épargner les ménages américains.
Selon le centre de politique fiscale, organe non partisan basé à Washington, l'accord recèle une hausse des impôts
pour 80% des ménages ayant des revenus compris entre 50.000 et 200.000 dollars par an. Parmi eux, la hausse moyenne
atteindrait en moyenne 1.635 dollars. Les ménages ayant des revenus supérieurs à 2,7 millions de dollars seraient les plus exposés
avec une hausse moyenne des impôts en 2013 de 443.910 dollars, réduisant leurs revenus après impôts de 8,4%.

Selon JPMorgan, la hausse des impôts se monterait à 125 milliards de dollars, soit 0,8% du PIB américain.
Et l'impact négatif sur la croissance sur l'année 2013 serait de 0,5 point pour la ramener à 2%.


‘Fiscal cliff’ deal does little to tame threats from debt ceiling, high unemployment rates
http://www.washingtonpost.com/business/fiscal-cliff/fiscal-cliff-deal-does-little-to-tame-threats-from-debt-ceiling-high-unemployment-rates/2013/01/01/8e4c14aa-5393-11e2-bf3e-76c0a789346f_story.html

Pour sa part, le Congressional Budget Office (CBO), sorte de Cour des comptes émanant du Congrès, a déclaré
que le texte voté par le Sénat accroîtrait de près de 4.000 milliards de dollars le déficit fédéral sur une décennie,
principalement parce qu'il étend les faibles taux d'imposition à presque tous les Américains. En outre,
le déficit budgétaire 2013 sera d'environ 330 milliards plus élevé que si le Congrès n'avait pas agi
et avait laissé les 600 milliards de dollars de hausses d'impôts et de baisses des dépenses entrer en vigueur.

D'autant que l'affrontement sur le mur budgétaire en annonce un autre d'ici à quelques semaines,
celui du relèvement du plafond légal de la dette, officiellement atteint lundi. La décision de repousser
de deux mois les décisions sur les dépenses risque d'agglomérer ces deux dossiers distincts
et donc de créer un nouveau mur budgétaire.


Source de l'article
Les Etats-Unis restent sous la menace du mur budgétaire
http://www.agefi.fr/articles/les-etats-unis-restent-sous-la-menace-du-mur-budgetaire-1251237.html#xtor%3DEPR-133

A lire également (en anglais)


The wink that says Aloha!
Obama jets back to Hawaii after Congress passes deal
to avert the fiscal cliff as Republicans 'surrender' on tax cuts

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2255923/Fiscal-cliff-deal-Republicans-surrender-tax-cuts-Obama-heads-restart-Hawaii-vacation.html

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Congrès américain à l'assaut de la "falaise fiscale"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum