"The Brussels Business : qui contrôle vraiment l'Union Européenne ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"The Brussels Business : qui contrôle vraiment l'Union Européenne ?"

Message  Silver Wisdom le Sam 17 Nov - 12:19

Bonjour à tous,

"The Brussels Business : qui contrôle vraiment l'Union Européenne ?"



N’en déplaise aux 577 députés français et aux 348 sénateurs, le vrai centre névralgique du pouvoir est Bruxelles.
Les cabinets de lobbying l’ont bien compris qui sont nombreux à disposer d’une représentations dans la capitale belge.
15.000 lobbyistes professionnels sont présents dans la ville pour porter la bonne parole de leurs intérêts :
cela va de la région Bretagne aux producteurs de lait, aux fabricants d’acier, aux défenseurs des femmes
ou à Volkswagen et aux chimistes.


Dans cette ville de pouvoirs où se négocient les futures réglementations européennes, les enjeux sont cruciaux pour quantités d’acteurs.
Le grand public se désintéresse trop de cette question pourtant essentielle : comment les lois sont-elles votées ?

Un film, « The Brussels Business« , réalisé par Friedrich Moser et Matthieu Lietaert,
revient sur cette question pour tenter de démonter les liens entre le lobbying et la politique européenne.
Dans les coulisses du lobbying donc, dans les coulisses du pouvoir aussi.

Manipulation, dérèglementation, influence, tout y est... L’intérêt des industriels passe bien avant le reste.
C’est la stratégie de l’économie ultra-libérale de Friedman en plein, nous sommes très mal partis !!
Ils sont machiavéliques et si nous voulons un autre avenir les manifestations doivent dépasser l’état de manifestation
et s’organiser comme une véritable guerre... Avec tactique et plan de combat. Bonne chance...



~ Brussels Business : Qui dirige vraiment l'Union Européenne (Chaîne DM de DaPeaceMaker) ~
Pour une version plus longue, mais en anglais : Cliquez Ici

Bien Amicalement.


Dernière édition par Silver Wisdom le Lun 2 Mai - 13:34, édité 2 fois (Raison : Modification lien vidéo (Deuxième Fois) et ajout de lien de secours)

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar

Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Avenir et illusion

Message  Silver Wisdom le Mar 20 Nov - 8:21

Bonjour à tous,

Avenir et illusion

L’entrée de la crise de la zone euro dans une nouvelle phase, plus aiguë, devrait susciter de plus en plus de réactions
de la part de politiciens britanniques hostiles au projet fédéral d’Union européenne, surtout chez les conservateurs.
C’est par exemple le cas du député conservateur britannique Bill Cash. Lui au moins, comme N. Farage,
n’hésite pas à parler de « faillite de l’Union européenne ». Âgé aujourd’hui de 72 ans, Bill Cash ne cesse
de mettre en cause les dérives antidémocratiques des commissaires de Bruxelles et de sa direction
dont on sait qu’elle est aux ordres de réseaux supranationaux dont l’objectif est la ruine des nations
et la proposition d’un gouvernement mondial pour solutionner les problèmes.


J'ai mal interprété les plans de sauvetages: quand le sauvetage avait lieu, je pensais voir la panique
dans ce parlement, je pensais voir la peur d'un effondrement économique mais vous avez traversé tout cela parce que
vous avez vu ces plans de sauvetages comme des opportunités de prendre le contrôle.


La totale soumission des états à ces structures antidémocratiques de Bruxelles.
http://ledormeur.forumgratuit.org/t634-la-totale-soumission-des-etats-a-ces-structures-antidemocratiques-de-bruxelles
Gestion des étapes de la future dictature européenne
et recadrage par les mondialistes…


La semaine dernière, les journaux italiens ont évoqué une réunion d’urgence du Groupe Bilderberg
où la télévision italienne montre la présence du technocrate italien Mario Monti. C’est assez rare mais cela témoigne
de la nécessité d’harmoniser les politiques sociales au sein de la zone euro dans un contexte plutôt houleux.
Ladite réunion fut organisée avec le festival du film international à l’hôtel De Russie.
Le nom de l’hôtel est assez significatif à la lumière des commentaires de Poutine sur le devenir de la crise de la zone euro.


Réunion d’urgence du groupe Bilderberg à Rome le 13 novembre 2012
http://www.crashdebug.fr/index.php/international/5687-reunion-d-urgence-du-groupe-bilderberg-a-rome-le-13-novembre-2012

Voici la liste de quelques participants non italiens : Tom Enders, CEO d’Eads, Marcus Agius de Barclays,
Edmund Clark, président du groupe bancaire canadien TD, Kenneth Jacobs chef de de Lazard,
Klaus Kleinfeld le président américain de d’Alcoa, Jorma Ollila de Shell. Deux gros poissons David Rockefeller
et Jean-Claude Trichet ont abandonné la place, probablement par crainte pour leur sécurité
dans le chaos connu de Rome a dit un journal italien.

Les socialistes veulent rassurer les patrons du Marché
sur leurs engagements officieux


En réponse à la menace lancée la semaine dernière par The Economist, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement,
a estimé que le gouvernement français était « crédible ». Le point intéressant est cette petite phrase très significative
sur l’avenir de la classe moyenne : « Avec ce budget de Front populaire, nous avons sonné la fin de la politique de la tête baissée
qu’avaient pratiquée nos prédécesseurs et montré que la solidarité fiscale renforce un pays plus qu’elle ne l’affaiblit.
Le changement est en marche. Et nous réussirons », conclut Najat Vallaud-Belkacem.


The time-bomb at the heart of Europe
http://www.economist.com/news/leaders/21566640-why-france-could-become-biggest-danger-europes-single-currency-time-bomb-heart

La seule chose que ce gouvernement parviendra à réaliser n’est pas de nous en sortir, mais de nous faire plonger
encore plus dans la paupérisation : l’allusion au Front populaire est très intéressante et peu rassurante pour l’avenir
de l’immobilier en France. Les lecteurs pourront faire des recherches sur cette période. Cela nous rappelle aussi l’histoire
d’un certain Poincaré qui après être parti dans des conditions peu enviables est revenu et…
nous avons obtenu le (nouveau) Franc Poincaré. Pour la petite histoire, Poincaré était marié avec une italienne…
L’UMP explose exactement comme l’avait annoncé N. Sarkozy à des proches.

Source de l'article
Avenir et illusion
https://liesidotorg.wordpress.com/2012/11/19/avenir-et-illusion/

Avec la dernière nouvelle émanant de l'agence de notation de Moody's,
les annonces du FMI sur le manque de compétitivité de la France,
les conseils de l'Allemagne à ce 'gouvernement de pacotille',
il est clair que nous sommes en situation critique.
Mais une foi de plus, cherchez à qui profite cette conjoncture!!!


Bien Amicalement.


Dernière édition par Silver Wisdom le Mar 20 Nov - 12:27, édité 1 fois (Raison : Mise en page)

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar

Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Le malheur est dans le prêt

Message  Silver Wisdom le Lun 17 Déc - 7:35

Bonjour à tous,

Le malheur est dans le prêt



Pour ceux qui ont suivi la crise des subprimes, ces fameux prêts immobiliers américains à taux variable,
Arte propose ce soir un nouvel éclairage sur la crise avec Le malheur est dans le prêt.
Ce film de Kersten Schübler retrace la genèse de l’explosion de la bulle immobilière aux États-Unis,
et montre à quel point cette crise était prévisible, voire prévue par certains.




Ce documentaire allemand revient sur la crise des subprimes et sur ses répercussions mondiales, depuis l’Ohio,
où il enquête sur la spéculation immobilière, à l’Allemagne et la France, où le désarroi est grand, en passant par New York et Londres, incontournables places commerciales et financières. Le film donne la parole aux victimes de la crise mais aussi à ses acteurs,
boursiers, cadres des agences de notation et analystes financiers.

Les témoignages des uns et les aveux des autres sont commentés par Peter Sloterdijk, philosophe, Friedhelm Hengsbach,
spécialiste d’éthique sociale, et Richard Sennett, sociologue, pour qui le néolibéralisme s’achève en « désastre économique et culturel ».

Et pour Peer Steinbrück, le ministre allemand des Finances, le pire est peut-être encore à venir…


L'ex-ministre allemand des Finances Peer Steinbrück


uploaded by nemesisnom

Source de l'article
Le malheur est dans le prêt
http://www.notre-ecole.net/le-malheur-est-dans-le-pret/

Vu sur : AgoraVox TV

Bien Amicalement.


Dernière édition par Silver Wisdom le Mer 13 Fév - 7:51, édité 1 fois (Raison : Modification de lien vidéo)

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar

Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Bruxelles, le vrai pouvoir

Message  Silver Wisdom le Jeu 2 Mai - 6:40

Bonjour à tous,

Bruxelles, le vrai pouvoir


Sommet européen : l'heure des négociations entre chefs d'Etat et de gouvernement. © Eléphant Doc

Partant à l’assaut de la forteresse Europe, Christophe Deloire et Christophe Dubois
entreprennent de mettre en lumière les arcanes du pouvoir bruxellois.
Un monde méconnu et souvent opaque, où hauts fonctionnaires et technocrates
sont à la manœuvre en coulisses pour décider du quotidien
de près de cinq cents millions d’Européens.


28 juin 2012. Un impressionnant barnum de véhicules officiels envahit les rues bruxelloises. Quatre fois par an au moins,
le même rituel se répète quand les 27 chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union se retrouvent pour un nouveau sommet européen.
Alors que la crise ébranle depuis trois ans l’économie des 27, François Hollande, pour sa première participation, entend défendre
auprès de ses homologues son pacte de croissance. Après avoir été livrés à une armada de journalistes accrédités,
les dirigeants européens prennent place dans la salle du conseil. Les portes se referment. Au petit matin, le président français affiche
sa satisfaction : le Conseil européen, présidé par le Belge Herman Van Rompuy, a décidé de consacrer 120 milliards à la relance
de la croissance en Europe. Une victoire dont plusieurs dirigeants vont s’attribuer la paternité en conférence de presse.
Qui pourrait les contredire puisque personne, excepté les fonctionnaires habilités à retranscrire le texte intégral des débats,
non communiqués à la presse, n’a eu accès à la salle du conseil européen ?

Cap sur la Commission européenne, l’équivalent d’un conseil des ministres, que préside le Portugais José Manuel Barroso.
Nommés pour quatre ans, ces 27 commissaires, un par Etat membre, ont en charge la mise en œuvre des politiques communautaires,
du contrôle des budgets nationaux aux projets de réformes législatives.

Un rôle prépondérant que la Luxembourgeoise Viviane Reding, vice-présidente de la Commission
et commissaire européenne à la Justice, vient rappeler à Paris à une poignée de députés :
« Il faut lentement, mais sûrement, comprendre qu’il n’y a plus de politique intérieure nationale.
Il n’y plus que des politiques européennes partagées dans une souveraineté commune. »

Une donne à laquelle se plient des parlementaires hexagonaux, comme Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée,
ou des ministres, à l’instar d’Arnaud Montebourg, en charge du redressement productif, en faisant régulièrement
le voyage jusqu’à Bruxelles pour peser, avec plus ou moins de résultats, sur les dossiers stratégiques.



“Bruxelles, le vrai pouvoir” : documentaire révélation sur les zones d’ombres de la politique européenne
http://www.lesinrocks.com/2013/04/30/medias/bruxelles-le-vrai-pouvoir-documentaire-revelation-zones-ombres-politique-europeenne-11388806/

Une armée d’anonymes aux commandes

Pour piloter la maison Europe, la Commission européenne s’appuie notamment sur le travail des 600 experts
de la Direction générale des affaires économiques et financières (DG ECFIN). Parmi ses analystes, Salvatore Serravalle.
Cet ancien fonctionnaire de Bercy veille au respect par les pays de la zone euro de la fameuse « règle d’or »,
qui proscrit un déficit budgétaire supérieur à 3 %. « On peut émettre une mise en demeure, explique le spécialiste des statistiques,
et, si cela n’est pas respecté, préconiser des sanctions financières, qui peuvent aller jusqu’à une amende de 0,2 % du PIB.
Soit, pour la France, à peu près 4 milliards d’euros… » A 32 ans, Nicolas Philiponnet fait, lui, partie des 15 spécialistes
de la section « France » de la DG ECFIN.

Scrutant au quotidien les paramètres de notre économie, il en tire analyses et recommandations sur des sujets aussi cruciaux
que « la trajectoire des déficits publics, les réformes des retraites, le chômage des jeunes ou le fonctionnement de Pôle emploi. »
Des rapports indispensables à la décision des commissaires. Inflexible quand il s’agit de faire disparaître une taxe qu’il estime
avoir fait son temps sur les briquets chinois, le commissaire européen au Commerce Karel De Gucht retoque la croisade
en faveur du « made in France » entreprise par Arnaud Montebourg : « Un produit exclusivement fait dans un pays, cela n’existe plus »,
assure ce libéral belge, qui regrette que la Commission soit « trop facilement utilisée par les responsables politiques comme bouc émissaire.
Si les politiques prenaient un peu plus de responsabilités pour ce qu’ils font ou ne font pas, cela rendrait notre vie un peu plus facile. »
Pas sûr cependant que tous les citoyens européens partagent cet avis...

Bruxelles, le vrai pouvoir (France 5 30/04/2013)


~ Bruxelles, le vrai pouvoir (France 5, le 30/04/2013)(Chaîne YT des Non-Alignés) ~

Christine Guillemeau

Source de l'article
Le Monde en face : Bruxelles, le vrai pouvoir
http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Les-programmes/LE-MAG-N-18-2013/articles/p-18042-Bruxelles-le-vrai-pouvoir.htm

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar

Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: "The Brussels Business : qui contrôle vraiment l'Union Européenne ?"

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:34


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum