anipassion.com

Philippe Ploncard d'Assac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Philippe Ploncard d'Assac

Message  Florian-Rouanet le Mar 25 Déc - 6:34

Je souhaiterais partager avec vous les travaux de P. P. d'Assac, pour lancer de suite le fil de discussion je laisse ci-dessous 4 des entretiens que nous avons réalisés ensemble :

[center]Le Nationalisme :


Le Mondialisme :


Actualité :


Actualité N°2 :


+ Découvrez sa dernière conférence géo-politique sur l'Algérie et le décret Crémieux :


Pour tout renseignement sur P. P. d'Assac:

Société : Société de Philosophie Politique
Mouvement : Cercles Nationalistes Français
Site : www.nationalisme-francais.com
Blogue : ploncard-dassac.over-blog.fr
Chaîne-vidéo : http://www.youtube.com/user/FlorianoNapoli75011/videos
Courriel : sppdassac@hotmail.fr
Boîte postale : BP 30030, 83952 La Garde Cedex

Florian-Rouanet
Membre
Membre

Date d'inscription : 24/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Que dirait-il d'un historien qui ferait de la chirurgie sans rien y connaître ? C'est absurde !

Message  adzo le Jeu 17 Jan - 10:35

Monsieur Philippe Ploncard d'Assac se présente par la filiation idéologique de son père et par certaines lectures et références historiques.

Au sujet de son père, Jacques Ploncard d'Assac, il explique que "Tout son engagement politique" vient d'un "livre de Drumont qui s'appelait la France juive, et TOUT est partit de là", de cet été 1926 où son grand père à l'âge de 16 ans a fait cette lecture.
On arrive ainsi très vite dans le fondement de la pensée de monsieur Philippe Ploncard d'Assac, ce livre "la France juive" publié en 1886.

Dans l'introduction de ce livre au titre déjà évocateur, Edouard Drumont qui à chaque page fustige les juifs dans leur ensemble, parle à la page XVI d'"admirable race aryenne qui a déjà rendu tant de services à l'humanité"
A la page 9, Drumont écrit : "Le Sémite est mercantile, cupide, intrigant, subtil, rusé ; l'Aryen est enthousiaste, héroïque, chevaleresque, désintéressé, franc".

Toute la description qui est faite, opposant sur plusieurs pages race aryenne et race sémite, attribuant tous les exploits à une catégorie et tous les vices du monde à l'autre est tellement manichéenne qu'elle en est grotesque. C'est pourtant ce "livre" auquel Philippe Ploncard d'Assac rattache sa filiation idéologique et dont il reprendra en plus de ses propres ouvrages, d'autres citations pour appuyer ses propos au fil des interviews.

Philippe Ploncard d'Assac ne cache pas, bien au contraire, que cette adhérence de son père à l'idéologie Nazie a valu à ce dernier d'être affecté par le maréchal Pétain lors du régime de Vichy, au "dépouillement" des archives de la franc-maçonnerie (qui avait été interdite) et d'être décoré de la Francisque.

Or, la manière dont le Nazisme a été amené en France procédait d'un complot contre la population française et ses valeurs. Un complot de la synarchie pour exploiter plus facilement le peuple et le remettre fermement sous le joug de leur pouvoir dont ils avaient peur qu'il leur échappe avec le réveil social qui avait eu lieu en 1936.

Il est d'ailleurs bien hypocrite de se servir d'un fragment du travail d'Annie Lacroix-Riz pour dire que Mitterrand aurait été un cagoulard, alors que son travail montre que ce sont essentiellement des personnalités politiques d'extrêmes droite qui ont collaboré activement à la perte de la France, pour ensuite installer le régime de Vichy. On devrait croire que ceux qui ont œuvré avec et pour les intérêts de cette haute finance prédatrice et conspiratrice, voulaient en fait nous en sauver ?

C'est pourtant bien la haute finance et les grands industriels européens qui ont financé et armé Hitler dont ils se sont servis pour que le peuple reste à sa place. Monsieur d'Assac dénonce l'exploitation capitaliste du 19ème siècle, mais qu'a fait le nazisme sinon supprimer les moyens de défense des travailleurs, instaurer des camps de travaux forcés (sans parler des camps d'extermination), arrêter et liquider les opposants politiques, s'accaparer toutes les richesses générées par les travailleurs pour le profit de l'Allemagne et des riches industriels ?

Autour de la 39ème minute de la première vidéo, Philippe Ploncard d'Assac cite comme exemples positifs de pays nationalistes tel qu'il le défend, le maréchal Pétain (régime de Vichy), l'Italie fasciste, l'Espagne de Franco et le portugal de Salazar, "le plus proche de nous et de nos perceptions". Juste après, on entend une citation de Philippe Ploncard d'Assac au sujet d'Oliveira Salazar, l'ancien dictateur du Portugal où il en dit que "c'est le plus grand chef d'Etat du 20ème siècle".

Pour rappel, après plusieurs années à œuvrer pour le régime militaire qui l'a fait monter et accumuler de plus en plus de pouvoirs, António de Oliveira Salazara se dote par une constitution en 1933 des pleins pouvoirs. Il devient ainsi dictateur du Portugal. Le régime autoritaire conservateur et nationaliste qu'il met en place instaure l'interdiction des partis, grèves, syndicats et de toute opposition. Ainsi est pratiquée la censure et la torture des opposants politiques, incarcérés dans les centres de rétention. Voilà donc ce qui, avec le régime de Vichy, l'Italie fasciste et l'Espagne de Franco, sont les modèles de régime politique pour Philippe Ploncard d'Assac.

Le fait est que cette vision des choses que nous présente monsieur d'Assac est une conception oligarchique de la société. L'oligarchie estime que le peuple doit être "discipliné" contre sa propre volonté, mis au pas, au service de l'oligarchie, quitte à trahir le peuple et donc la nation. Mais puisque pour l'oligarchie la nation se limite à eux et leurs valeurs propres, ils n'y voient pas de trahison. Ils se sentent les seuls légitimes, l'ennemi pour eux étant le peuple qui ne les suit pas ou la concurrence des nouvelles formes d'oligarchie qui tend à les remplacer.

Monsieur d'Assac utilise la stigmatisation des juifs ou du communisme en leur faisant porter le chapeau pour mieux innocenter l'idéologie soit disant nationaliste qu'il défend mais qui n'est autre qu'un traditionalisme oligarchique.

Cet ordre oligarchique, il le justifie par "l'ordre naturel" et sa transposition en politique. L'ordre naturel, ou du moins sa conception propre de l'ordre naturel, est un non argument qui permet surtout de court-circuiter toute réflexion en se drapant d'une fausse légitimité. La société humaine est basée sur des lois qui ne sont pas naturelles, ce n'est pas la jungle sauvage qu'on dirait sans foi ni loi. D'ailleurs c'est assez paradoxal que monsieur d'Assac parle d'un ordre naturel alors que le catholicisme n'est pas plus un ordre naturel que les lois votées.

Pourquoi le catholicisme en France plutôt que l'islam, le judaïsme, ou un autre déisme ? Pourquoi une situation passée, une tradition de certains siècles, justifierait par "l'ordre naturel" d'imposer pour toujours à la population un pseudo catholicisme traditionaliste alors qu'il n'est plus et que plus anciennement il n'était pas ?

Il n'y a pas de philosophie qui s'imposerait à tout le monde parce qu'elle viendrait d'un ordre naturel tel que monsieur d'Assac veut le faire croire.
Plus que discutables, ses opinions sont condamnables au moins moralement pour la haine et le racisme véhiculé, en contradiction complète avec ce qu'est censé être le message originel des religions dont il n'a rien compris, et qu'il détourne complètement pour les instrumentaliser à sa volonté.

A 42 minutes, Il dit : "le nationalisme n'est pas une idéologie, c'est un pragmatisme". Sauf que les principes qui fondent la nation actuelle sont tout autres que ceux de monsieur d'Assac si on veut réellement être pragmatique. Car il ne peut pas nier que l'Etat français n'est plus catholique et qu'il s'est refondé en république laïque, démocratique et sociale, sur la base des principes des lumières. Voilà quel est aujourd'hui notre héritage, et nous n'avons pas à en avoir honte puisque quoi qu'on puisse dire sur la franc-maçonnerie, les principes philosophiques en question eux sont nobles. Tout comme l'est si on regarde plus loin que le "pragmatisme", la philosophie au fondement originel des religions, malgré tout le mal et l'obscurantisme qui a pu être commis par des institutions telle que l'église ou certaines personnes, prétendant diffuser et représenter ces religions.

Monsieur d'Assac peut estimer que la population se trompe dans les principes qu'elle adopte, mais il ne peut pas prétendre que sa conception toute particulière et personnelle de la Nation française soit pragmatique.

Il rend responsable de la décrépitude de la France, la franc-maçonnerie et le monde juif. Il accuse notamment la haute finance juive. La haute finance d'accord, car dans ses dérives bien connues elle entraîne la destruction de la société au profit de quelques uns. Mais pourquoi nécessairement juive ? Personne ne niera que parmi les personnalités de la haute finance, il y ait un certain nombre de personnes qu'on dira juives ou qui abusivement se croient juives, cependant c'est là qu'il ne faut pas se laisser instrumentaliser en liant ou amalgamant la question de la prédation de la haute finance sur le monde, avec une quelconque religion monothéiste. Car ni la cupidité ni aucun autre vice n'a de communauté exclusive.

D'autant plus qu'un vrai juif doit impérativement respecter les principes des 10 commandements dont :
Tu ne tueras point.
Tu ne commettras point d'adultère.
Tu ne déroberas point.
Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain.
Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain.

Cela implique qu'une personne qui mentirait, volerait ou escroquerait une autre ou tuerait, avec la volonté intentionnelle de faire ces choses, ne serait pas juive quel que soit son affirmation d'appartenance au judaïsme ou à des courants prétendument judaïques qui autoriseraient le viol de ces principes fondateurs. Et ces principes se retrouvent dans tout ce qui est guide moral religieux ou même athéiste puisque la loi laïque réprime les délits et crimes.

Toujours dans les amalgames, monsieur d'Assac présente une vérité tronquée en parlant de L’ordre indépendant du B'nai B'rith comme d'une véritable obédience franc-maçonne à part entière, ce qui est faux. Il escamote le fait qu'elle n'est pas reconnue par les trois grandes obédiences françaises (GO, GLF, GNLF). Qui plus est, le contexte historique dans lequel cette organisation juive s'est développée dédramatise l'exclusion aux autres communautés.

Le fait est que durant les siècles révolus, la société européenne n'admettait pas qu'on puisse placer au même niveau des blancs et des noirs ou des femmes et des hommes, d'où à l'époque pour ne déranger personne, la formation de loges franc-maçonnes réservées aux noirs, ou encore aux femmes. Avec l'antisémitisme du 19ème siècle et le début du 20ème, en particulier aux Etats-Unis ou bien en Allemagne où les juifs n'étaient par exemple pas admis dans les 3 grandes loges de Prusse qui considéraient que la franc-maçonnerie est chrétienne par essence (pourtant monsieur d'Assac prétend que la F.M. ne serait rien d'autre qu'une création juive contre le monde chrétien), il est compréhensible qu'ils aient au départ voulu fonder une organisation copiant à leur façon les loges franc-maçonnes, pour leur propre usage. Un groupe de juifs a donc fondé en 1843 à New-York cette organisation communautaire. Rappelons aussi que la franc-maçonnerie n'est pas un bloc cohérent, c'est un terme qui englobe une diversité entre obédiences, loges et personnes, comparable à ce qu'on retrouve dans les différentes religions.

De nos jours il est plus qu'évident que le B'nai B'rith est désormais bien plus un réseau d'influence pour Israel, un lobby politique. Un grand nombre d'autres organisations ont dérivé vers l'instrumentalisation, tout comme certaines loges de la franc-maçonnerie qui ne sont pas plus à l'abri de la corruption que tout autre chose. Il reste que la présentation qu'en fait monsieur d'Assac est trompeuse.

D'ailleurs c'est bien le comble de l'hypocrisie d'affirmer que l'islam serait une création juive alors que le christianisme lui, s'est construit exclusivement autour d'un juif de Galilée, un sémite. Peut-être serait-il plus intelligent de faire la part des choses en découplant le judaïsme de la question de la déliquescence intellectuelle qui n'a pas de religion ou de croyance spécifique. Le judaïsme en est touché comme toutes les religions et tout ce qui est sur le globe. Il est bien sûr plus confortable et facile intellectuellement de pointer du doigt un bouc émissaire, une religion ou une ethnie particulière.

Philippe Ploncard d'Assac s'aveugle en ne regardant que les méfaits de certaines personnalités juives ou franc-maçonnes et en généralisant cela à toute la communauté. C'est tronquer la réalité pour la tordre à une idéologie. C'est une manipulation qu'il nourri de nombreux exemples qu'il instrumentalise.

Il parle du décret Crémieux comme de la principale cause qui a amené à la révolte des Mokrani alors qu'ils avaient déjà avant ce décret, décidé leur refus de tolérer davantage les conditions françaises de cette colonisation, bien qu'ils aient suspendu leurs revendications le temps de la guerre contre la Prusse. En effet, une série de décrets instituaient le remplacement de l'administration militaire que les Mokrani respectaient, par des autorités civiles avec un déplacement des responsabilités. Cette instauration du régime civil annoncé le 9 mars 1870, signifiant la domination accrue des colons, la spoliation de terres, la perte de l'autonomie civile et judiciaire, est la véritable cause de la révolte des mokrani.

Si le décret Crémieux, décret numéro 136 a existé, le décret numéro 137 portant sur la naturalisation des Indigènes musulmans et des Étrangers résidant en Algérie aussi. Ils ont tous les deux été pris le 24 octobre 1870. Le 136 accorde d’office la citoyenneté française aux 35 000 juifs d'Algérie tandis qu'avec le 137 concernant les musulmans, ce n'est pas automatique. Il faut en faire la demande et avoir au moins 21 ans, ce qui sont des conditions très raisonnables. Si il est vrai que cela fait une inégalité, elle est bien faible et on on comprend également que donner la nationalité française (celle du spoliateur) d'office sans leur consentement à l'ensemble des 14 millions d'Algériens, pouvait poser un certain nombre de problèmes des deux cotés.

De toute manière, si il veut être cohérent, monsieur d'Assac ne peut pas à la fois regretter le temps de l'Algérie française et faire semblant de dénoncer le racisme qui aurait pu animer certaines inégalités de traitement.

A 29 min dans la dernière vidéo, il cite un message raciste du site ynetnews, comme une preuve de l'anti-christianisme des juifs. Ce message rempli de haine, justifie une volonté de détruire l’Europe chrétienne par l'antisémitisme et les millions de morts juifs qui en ont découlé dans l'histoire. Ainsi ce message qui appelle au crime, justifie sa propre haine et sa volonté criminelle par la haine et le crime des autres. Et monsieur d'Assac utilise cela comme justification de sa pensée haineuse des juifs et des franc-maçons, sans se rendre compte qu'il est exactement dans la même logique réductrice des choses et que ce qu'il condamne ici le condamnerait également.

Là encore, de cet exemple ponctuel d'un auteur raciste parmi tant d'autres du monde entier et de toutes confessions possibles, il généralise et amalgame cette pensée à l'ensemble du peuple juif. Il utilise le même procédé pervers vis-à-vis de la révolution française, fait historique complexe mêlant l'affrontement de multiples intérêts, problématiques et philosophies dans un contexte historique de fortes tensions sociales. On ne peut innocenter les armées royalistes et toutes les armées des royaumes étrangers venues écraser la révolte du peuple qui prenait en main son destin. On ne peut pas attribuer la responsabilité exclusive des massacres à une seule partie. Ce qu'il s'est passé ne peut pas être correctement interprété par la vision réductrice d'un clivage philosophique et politique qui expliquerait et résumerait seul cette insurrection populaire.

Encore une fois, il y a des extrémistes et intégristes de toutes orientations, et monsieur d'Assac se sert malheureusement de ces exemples pour créer une image fausse d'un ensemble sans exceptions.

Monsieur d'Assac est ainsi incapable de faire la part des choses ou plutôt il ne veut pas la faire. Car il préfère donner raison à l'expression de frustrations sous la forme de haine dirigée vers l'extérieur plutôt que d'analyser cela en détail et de devoir se remettre en question.

Chacun est libre de préférer une dictature d'extrême droite catholique enfermant et torturant ceux qui ne pensent pas comme il faut, plutôt qu'une démocratie aussi bancale et incomplète qu'elle soit, qui permet néanmoins une assez grande liberté, et pas seulement d'expression.

adzo
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 01/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum