Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement

Message  Silver Wisdom le Mar 28 Fév - 7:47

Bonjour à tous,

Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement,
disparaissent massivement



© C. Magdelaine / notre-planete.info

Les abeilles, piliers de la pollinisation et donc de la présence des fleurs,
fruits et légumes disparaissent massivement
dans de nombreuses régions du monde,
laissant perplexes les scientifiques qui ne manquent toutefois
pas d'arguments puisés
notamment dans la pression insoutenable
des activités humaines sur l'environnement.


Le dépérissement des abeilles est observé depuis les années 90, mais le premier signal d'alarme remonte à l'automne 2006 : les abeilles commencent alors à disparaître de manière inquiétante aux Etats-Unis avec plus de la moitié des états touchés et des pertes de population comprises entre 30 % et 90 %, on parle alors de "syndrome d'effondrement des colonies" ("colony collapse disorder" ou CCD). Ce phénomène très inquiétant, qui a débuté progressivement deux ans plus tôt, ne cesse de s'intensifier : les abeilles quittent leurs ruches, vraisemblablement pour aller mourir un peu plus loin, laissant derrière elles la reine et quelques jeunes.

Loin de rester localisé, ce phénomène est observé en Europe (Grande-Bretagne, France, Belgique, Italie, Allemagne, Suisse, Espagne, Grèce, Pologne, Pays-Bas...) depuis le début des années 2000. Là aussi, certaines colonies d'abeilles perdent jusqu'à 90% de leurs population...
Par exemple, en Italie, de nombreuses ruches sont restées désespérément vides selon rancesco Panella,
président du Syndicat des apiculteurs professionnels italiens, du jamais vu...
En Grande-Bretagne, le plus important apiculteur a perdu plus de la moitié de ses ruches,
sans qu'une confirmation du phénomène n'ait été donnée pour l'ensemble du pays.
Dans de nombreuses régions du monde, les populations d'abeilles sont en fort déclin,
avec des variabilités suivant les années, mais la tendance est lourde et inquiétante depuis quelques années.



Étrange phénomène que celui de la disparition des abeilles! En un jour, les ruches se vident. La reine et quelques jeunes abeilles persistent à y demeurer. Les déserteurs laissent sur place miel et pollen qu’aucune autre abeille ne pille et auquel ne s’attaquent que très tardivement divers virus et parasites. On dénote l’absence d’ouvrières sur ces lieux. Des virus et champignons infectent les quelques rares adultes qui s’y trouvent encore. Qu’est-ce donc qui provoque l’effondrement de ces colonies d’abeilles?

On soupçonne les abeilles de fuir leur habitat se sentant menacées de toutes parts. Au banc des accusés, la diminution des emplacements disponibles pour butiner, la pollution ainsi que la présence de pesticides, insecticides et autres substances chimiques. Suite à l’étude du génome des abeilles, des chercheurs relient cet exode à la fragilité de cet insecte. L’identification de cette caractéristique confirme l’absence chez l’abeille d’une certaine quantité d’enzymes désyntoxifiantes retrouvées chez d’autres insectes, dont la mouche.

La disparition d’abeilles aux États-Unis, dont les statistiques alarmantes remontent à 2006-2007, touche près de 60 % des colonies dans l’ensemble des États-Unis et atteignent un taux de 90 % dans plus d’un état de l’est et du sud. On nota au Québec une diminution de 40 % de la population de ces insectes tandis qu’on évalue les pertes à 25 % en Allemagne, à Taïwan, au Portugal, en Grèce, en Suisse et en plus d’un pays d’Europe. Le cycle biologique des récoltes se voit perturbé suite à l’effondrement des colonies d’abeilles puisque celles-ci jouent un rôle primordial dans la pollénisation de 80 % des plantes au niveau mondial ainsi que de 90 espèces de fruits et légumes. L’estimation des pertes encourues se monte à 15 milliards de dollars aux États-Unis seulement.

Outre les raisons évoquées ci-haut, plus d’un attribue aux parasites, aux champignons, aux insectes exotiques, à la variation du climat et de l’environnement une part de responsabilité dans la disparition de colonies d’abeilles. Les exploitations excessives d’abeilles, la pollution électromagnétique par l’utilisation trop fréquente du téléphone portable dont les ondes affecteraient la résistance des abeilles. Différents pesticides se retrouvent également à l’intérieur des ruches formant une synergie dont on ne connaît pas encore les effets. La rupture d’équilibre provoquée par cette accumulation de toxiques occasionne une propagation rapide des maladies chez les espèces butineuses vivant en société.



Les différentes causes de la disparition des abeilles

Les chercheurs et les apiculteurs avancent de nombreuses hypothèses car aucune cause principale n'a encore été clairement identifiée, ce qui laisse perplexe les spécialistes sur la question. Toutes les pressions sur l'écosystème et la santé des abeilles sont passées en revue : OGM, ondes électromagnétiques, pesticides, pollutions, changement climatique, raréfaction des fleurs, virus, maladies, parasites, champignons...
Depuis l'antiquité l'Homme a domestiqué les abeilles pour en récolter le précieux miel mais depuis quelques années, les sources de dégradation de leur environnement et les atteintes à leur santé sont telles qu'il pourrait s'agir d'une combinaison de facteurs qui surpassent la capacité de résistance des abeilles. Dans un article du journal Le Monde du 29 août, M. Neumann, explique ainsi : "on peut supporter séparément une maladie, une mauvaise alimentation, un empoisonnement aux pesticides, mais quand tous les facteurs se conjuguent, il arrive un moment où la limite de résistance est atteinte". Or l'abeille est un excellent témoin de la qualité de l'environnement dans lequel elle évolue...

Les pesticides

Au niveau des pesticides, bien que les quantités épandues soient beaucoup plus faibles qu'avant, les principes actifs sont bien plus puissants. Or, depuis près de 50 ans, les pesticides touchent tous les pays et les capacités de production des pays en voie de développement sont en pleine expansion : la contamination est planétaire.
Aux Etats-Unis, les pesticides sont responsables de la destruction de milliers de colonies d'abeilles chaque année. En France, les récoltes de miel se sont effondrées bien qu'avec la suspension des insecticides Gaucho et Régent, le taux de mortalité ait diminué sans être encore revenu à la normale. En effet, l'usage du Gaucho est suspendu depuis 1999 sur le tournesol et depuis 2004 sur le maïs, et celui du Régent depuis 2004 sur toutes les cultures. Le Réseau Biodiversité pour les Abeilles, nous a indiqué qu'il est important que "l'usage des pesticides, agricoles comme apicoles, soit réglementé et encadré, afin que les utlisateurs respectent les doses, usages et conditions d'emploi préconisées pour la sécurité des hommes et de l'environnement. C'est cette bonne gestion des pratiques, agricoles comme apicoles, couplée à une réflexion intelligente sur l'environnement de l'abeille, qui permettrait la diminution des surmortalités d'abeilles constatées jusqu'ici."

Les parasites

Des parasites existent comme le champignon unicellulaire Nosema ceranae ou l'acarien Varroa destructor ou "vampire de l'abeille" importé involontairement en France depuis le début des années 1980 : à la manière d'un moustique, celui-ci suce l'hémolymphe des abeilles, l'équivalent du sang. Il faut alors traiter les ruches avec un acaricide qui, mal dosé, entraîne la mort des abeilles... Ce parasite retient pour le moment l'attention des spécialistes qui pensent qu'il pourrait jouer un rôle important dans ce déclin.

Les champs électromagnétiques

Quelques études montrent un lien entre les ondes électromagnétiques et la perturbation des abeilles, les téléphones potables et les multiples antennes relais, les lignes à haute tension pourraient donc participer au déclin des abeilles.

Les OGM

Les OGM jouent également un rôle néfaste parce qu'ils contiennent des insecticides. Bien qu'ils soient dédiés à la lutte contre les papillons, les mites et les coléoptères, ils ont certains effets néfastes sur les abeilles. Cependant, en Europe, il y a encore peu de champs cultivés avec des OGM, par rapport aux Etats-Unis, au Brésil ou à l'Inde, mais cela ne pourrait pas durer...

Le changement climatique

Le climat, plus instable et moins prévisible avec les changements climatiques en cours, affecte également les abeilles notamment avec les extrêmes météorologiques de plus en plus fréquents.

L'érosion des espaces naturels

La perte d'espaces naturels dans la plupart des régions du monde est également alarmante. Les prairies naturelles sont de plus en plus rares, cédant leurs places à une agriculture intensive particulièrement pauvre du point de vue de la biodiversité. Ainsi, les ressources alimentaires des abeilles se sont fortement appauvries, or le pollen demeure leur unique source de protéines. Même les particuliers dans leurs jardins favorisent trop souvent la pelouse et les pesticides aux multiples fleurs qui poussent spontanément.

Sources
http://www.sur-la-toile.com/article-5452-Les-abeilles-disparaissent-par-milliards.html
http://www.wikistrike.com/article-les-abeilles-temoins-du-bon-etat-de-notre-environnement-disparaissent-massivement-100268150.html

A lire :
La disparition des abeilles : enquête
http://www.science.gouv.fr/fr/dossiers/bdd/res/2856/la-disparition-des-abeilles-enquete/

Si l'abeille disparaît, l’humanité en a pour quatre ans
Albert Einstein

Bien Amicalement

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Est-ce que les abeilles se dirigent vers l'extinction?

Message  Silver Wisdom le Lun 12 Mar - 10:33

Bonjour à tous,

Est-ce que les abeilles se dirigent vers l'extinction?
Par Fouad Ashraf



Nous avons tous entendu parler de plusieurs espèces animales
en voie d'extinction, même dans le monde moderne,
les humains ont vu des générations entières de certains animaux disparaître.
Est-ce que les abeilles sont devenues l'une d'elles?


Certains experts estiment que les abeilles pourraient être sur le point de mourir
et que au moins un tiers de notre alimentation dépend de la pollinisation des plantes en floraison.
Einstein a dit: «Si la abeilles disparaissent, l'humanité n'aurait plus que quatre années plus de la vie".
Plus de 3 millions de colonies d'abeilles sont mortes aux Etats-Unis depuis 2006
et plus d'un millier de millions d'abeilles ont péri dans cette période dans le monde.

Les scientifiques croient que la principale raison pourrait être les pesticides
(qui se trouvent dans plus de 121 pesticides dans des échantillons d'abeilles, de pollen, de cire, etc...).
Un autre phénomène qui rend perplexes les scientifiques, c'est que la plupart des colonies sont abandonnées,
mais elles sont les organes des abeilles dans ce qui a été appelé le syndrome Mary Celeste
(navire inexplicablement abandonné). Certaines études rapportent l'effet produit par les tours de télécommunications avec la désorientation des abeilles, les laissant dans l'incapacité de retourner à leur ruche.

Bon nombre des entreprises engagées dans l'apiculture sont confrontées à de graves problèmes économiques tandis que les recherches pour trouver les causes de la disparition de millions d'abeilles ont un certain nombre de fonds proportionnelles à la gravité du problème.

Source
http://www.newspakistan.pk/2012/03/12/Are-honey-bees-headed-towards-extinction/

Il se murmure que les abeilles disparaissent, annonçant une catastrophe écologique, et que la cause pourrait en être la multiplication des téléphones portables à cause de la pollution électromagnétique qu’ils provoquent (l’électrosmog).



Selon des chercheurs allemands de la Landau University la saturation des ondes désorienterait tellement les abeilles qu’elles ne pourraient plus rejoindre leur ruche, ce qui pourrait entraîner leur extermination en provoquant ce qu’on appelle en anglais Colony Collapse Disorder, et en français la "maladie de la disparition ". Voilà ce qu’on pourrait prendre effectivement pour un signe annonciateur de notre propre disparition...

Non seulement on est bien face à un risque majeur, même si les ondes n’en sont probablement pas la véritable cause, mais on peut y voir aussi une fable sur l’inconscience avec laquelle nous travaillons à notre propre destruction en détruisant systématiquement nos conditions vitales, tout cela à cause d’une conception un peu trop myope de la productivité et d’une rentabilité immédiate. On verra que c’est une leçon écologique qui s’applique tout autant à l’économie cognitive et qu’il faudrait aussi en tirer les conséquences dans la préservation des milieux humains.

La disparition des abeilles est un risque sérieux qu’il ne faut pas prendre à la légère. Une légende voudrait qu’Albert Einstein ait dit un jour : « Si les abeilles venaient à disparaître, l’homme n’aurait plus que quatre années devant lui. Sans abeilles, plus de pollinisation, plus de plantes, plus d’animaux, plus d’hommes ». C’est sans doute un peu exagéré mais en l’absence de pollinisation, la production agricole s’effondre effectivement déjà. Les abeilles sont les messagères des fleurs en plus d’être les sentinelles de la vie dont elles recueillent le miel. Elles servent de transporteurs pour l’information génétique de l’écosystème végétal, d’entremetteuses pour la fécondation sexuelle des plantes, c’est une fonction vitale pour de nombreuses espèces européennes.

En fait, les antennes-relais ne semblent pas pouvoir être la cause première de la disparition des abeilles, puisque celle-ci a commencé bien avant, mais cela pourrait du moins constituer le dernier des coups portés à leur environnement naturel, car, ce qui est sûr, c’est que les abeilles disparaissent dans une bonne partie des Etats-Unis...

D’abord les faits. Depuis 1971 la moitié des abeilles ont disparu progressivement des Etats-Unis à cause de l’urbanisation, des pesticides, des acariens (Varroa destructor), etc. mais depuis 2006 l’épidémie de CCD
(Colony Collapse Disorder) a touché jusqu’à 75% des abeilles de Géorgie,
d’Oklahoma, de Pennsylvanie, du Wisconsin ou de Californie :

En 2007, les disparitions d’abeilles ont atteint un pic alarmant, qualifié de catastrophique par les spécialistes, menaçant la pollinisation de plusieurs cultures maraîchères. Les pommiers, mais aussi les amandiers, les avocatiers, les cerisiers, les oignons, les concombres, le coton, l’arachide, le melon, etc. dépendent de 90 % à 100 % des abeilles pour leur pollinisation. L’impact économique de ces disparitions est estimé à environ quinze milliards de dollars par an aux États-Unis.

Les disparitions d’ouvrières, bien que déjà observées par le passé, ont en 2007 de nouvelles caractéristiques qui sont estimées alarmantes : les abeilles ne reviennent pas à la ruche et "disparaissent" littéralement, ce qui est un comportement nouveau et très peu caractéristique de ces insectes ; les abeilles mortes ne s’accumulent pas dans la ruche mais disparaissent. Les autres caractéristiques de l’épidémie de 2007 sont que ces pertes sont rapides : en une nuit, une colonie entière disparaît, ne laissant à la ruche que la reine et quelques ouvrières

D’abord circonscrit aux États-Unis, le phénomène semble s’étendre à l’Europe où des cas similaires ont été décrits en Espagne, en Pologne, en Allemagne, au Portugal, en Italie, en Grèce et, peut-être, au Royaume-Uni.
Suite de l'article
http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/la-disparition-des-abeilles-causee-24313

Pdf à télécharger

Des Abeilles, Des Oiseaux et Des Hommes
http://www.next-up.org/pdf/Abeilles_Oiseaux_Hommes_La_destruction_de_le_nature_par_l_electrosmog_Ulrich_Warnke.pdf

Alerte : les micro-ondes pulsées empêchent les abeilles de ...
http://www.champs-electro-magnetiques.com/images_doc/cem_et_abeilles.pdf

Effet des ondes électromagnétiques sur les abeilles et conséquences
http://www.youblisher.com/p/81616-Effet-des-ondes-electromagnetiques-sur-les-abeilles-et-consequences/

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement

Message  Geoff le Ven 18 Jan - 12:37

Pesticides : abeilles en danger, l'Europe reconnaît un risque létal

L'Autorité européenne de sécurité des aliments a publié mercredi un rapport sur des pesticides présentant un risque élevé pour les abeilles.



Les abeilles sont en danger et l'Union européenne compte bien y faire quelque chose. Suite aux conclusions "inquiétantes" rendues mercredi par l'autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) sur l'impact létal de certains pesticides pour les abeilles, qui sont notamment désorientées au point de ne plus retrouver leur ruche, la Commission européenne pourrait bien proposer d'en interdire l'utilisation.

Frédéric Vincent, le porte-parole de Tonio Borg, le commissaire européen en charge de la Santé et des Consommateurs, a ainsi indique que "L'Efsa a rendu mercredi des conclusions inquiétantes sur l'impact de trois types de produits sur le nectar et le pollen".



Frédéric Vincent a par ailleurs ajouté qu'une lettre sera adressée dès "cette semaine" au groupes allemand et suisse Bayer et Syngenta qui produisent les pesticides composés par les produits incriminés dans le rapport pour leur demander de faire quelque chose. Les deux entreprises auront "jusqu'au 25 janvier pour répondre".

Le porte-parole a assuré que "la Commission, avec les Etats membres, prendra les mesures qui s'imposent". Le sujet sera donc inscrit à l'ordre du jour de la réunion du comité permanent de l'Union européenne en charge de ces questions prévue le 31 janvier.



Il est néanmoins important de rappeler que plusieurs États membres ont déjà pris des mesures au plan national pour limiter l'utilisation des pesticides incriminés. La France a ainsi par exemple retiré le 29 juillet dernier l'autorisation de mise sur le marché du Cruiser OSR utilisé en traitement de semence pour le colza. Si le Cruiser OSR est un des produits dénoncés par le rapport, son usage pour le maïs, bien que contesté, n'a pas encore été complètement banni dans l'Hexagone. Quant à l'Allemagne et l'Italie, elles interdisent l'usage des pesticides incriminés uniquement pour le maïs quand les Pays-Bas l'interdisent pour toutes les plantes qui attirent les abeilles.


Source : http://www.leparisien.fr/environnement/l-europe-envisage-d-interdire-des-pesticides-dangereux-pour-les-abeilles-16-01-2013-2486277.php et http://www.atlantico.fr/pepites/pesticides-abeilles-en-danger-europe-reconnait-risque-letal-609353.html



_________________
"Cogito ergo sum." (Descartes)

"Très attaqué, Dieu se défend par le mépris, en ne répondant pas."(Jules Renard)

"Si Jésus avait dit "Prenez et fumez", le hash serait légal."(Philippe Perrier)
avatar
Geoff
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription : 18/02/2012
Age : 32
Localisation : Wagadey, Jubbada Dhexe, Somalia

Revenir en haut Aller en bas

Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement

Message  09991 le Mar 22 Jan - 21:49

Les firmes défendent leurs insecticides tueurs d’abeilles


C’est peut-être un tournant majeur qui s’amorce dans la bataille pour sauver les abeilles. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a rendu, le 16 janvier, un avis scientifique sévère concernant les effets sur les abeilles de trois matières actives présentes dans des insecticides, de la famille des néonicotinoïdes [1]. Ces molécules entrent dans la composition de produits tels que le Gaucho ou le Régent, interdits en France.

Le principe actif de ces nouvelles générations d’insecticides, qui se présentent sous forme de granules ou en enrobage de semences, pénètre de façon systémique dans la plante, laquelle sécrète ensuite le toxique tout au long de sa croissance. Les experts de l’Efsa ont identifié des risques en relation avec trois principales voies d’exposition des insectes : par le pollen et le nectar des cultures traitées avec ces produits ; par les poussières produites lors du semis ; et par les gouttelettes d’eau imprégnées de pesticides auquel s’abreuvent parfois les abeilles.

Contre-attaque des industriels de la chimie

Le groupe allemand Bayer, producteur de pesticides comportant les néonicotinoïdes incriminés, s’est immédiatement fendu d’un communiqué. Convaincu que ses produits ne présentent « aucun risque inacceptable », le groupe met en garde contre « une interprétation abusive du principe de précaution » et pointe d’autres facteurs responsables du déclin de la population des abeilles comme un acarien parasite de l’espèce Varroa.

Quelques jours plus tôt, Bayer avait rendu public un rapport avec la firme Syngenta, chiffrant les bénéfices des néonicotinoïdes à 4,5 milliards d’euros par an pour l’économie européenne et estimant que leur abandon coûterait 50 000 emplois agricoles. C’est oublier que l’abeille est à l’origine de la pollinisation d’un grand nombre des aliments que nous mangeons aujourd’hui. « Sans abeilles, nous n’aurions plus de kiwis, plus de melons, plus de salades, plus de courgettes… » confiait Olivier Belval de l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf) en 2010 à Basta !.

Les dirigeants de l’Union européenne doivent se réunir le 31 janvier pour arrêter une position commune à chaque État membre sur ces insecticides systémiques. Pour le moment, chaque pays applique sa propre règlementation. La France, par exemple, a retiré l’autorisation de mise sur le marché du Cruiser OSR (un des pesticides incriminés) pour le colza le 29 juillet dernier, mais pas pour le maïs [2]. De leur côté, l’Italie et l’Allemagne l’interdisent seulement pour le maïs, tandis que les Pays-Bas l’autorisent, sauf pour les plantes qui attirent les abeilles. On peut s’attendre à une âpre bataille des lobbies chimiques dans les couloirs de Bruxelles.

http://www.bastamag.net/article2887.html

Les scientifiques de l’EFSA ont identifié un certain nombre de risques associés à trois types d’insecticides néonicotinoïdes[1] pour les abeilles. La Commission européenne a demandé à l’Autorité d’évaluer les risques associés à l’utilisation de la clothianidine, de l’imidaclopride et du thiaméthoxame, utilisés comme traitement des semences ou sous forme de granules, en se penchant plus particulièrement sur : leurs effets aigus et chroniques sur la survie et le développement des colonies d’abeilles, leurs effets sur les larves d’abeilles et le comportement des abeilles et enfin, les risques associés à des doses sublétales[2] de ces trois substances. Dans certains des cas, l’EFSA n’a pas été en mesure de finaliser les évaluations en raison du caractère incomplet des données disponibles.

Les évaluations des risques ont porté sur trois voies d’exposition principales: l’exposition aux résidus dans le nectar et le pollen des fleurs traitées, l’exposition à la poussière émanant de l’ensemencement des graines traitées ou de l’application de granules et l’exposition aux résidus dans les gouttelettes d’eau produites par les plantes traitées (guttation[3]).

Lorsque les évaluations des risques ont pu être finalisées, l’EFSA, en coopération avec des experts scientifiques des États membres de l’UE, a rendu les conclusions suivantes pour les trois substances:
•Exposition au pollen et au nectar: seule l’utilisation sur des cultures n’attirant pas les abeilles a été considérée comme présentant un faible risque. Des risques aigus ont été identifiés pour l’utilisation de la clothianidine et de l’imidaclopride sur certaines cultures qui attirent les abeilles. L’évaluation des risques pour le thiaméthoxame n’a pas pu être finalisée en raison de données insuffisantes.
•Exposition à la poussière: un risque pour les abeilles a été signalé ou n’a pas pu être exclu, avec certaines exceptions telles que l’utilisation sur les betteraves sucrières et les cultures sous serre, ainsi que l’utilisation de certains granules;
•Exposition à la guttation: la seule évaluation des risques ayant pu être finalisée concerne le maïs traité avec du thiaméthoxame. Dans ce cas, les études sur le terrain démontrent un effet aigu sur les abeilles exposées à la substance par la voie de la guttation.

http://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/130116.htm?utm_source=homepage&utm_medium=infocus&utm_campaign=beehealth



Un graphique accablant : il représente le nombre de nouvelles reines de bourdons terrestres naissant chaque année par ruche et après traitement. Les conséquences d'une exposition à l'imidaclopride sont particulièrement significatives. Or, seules les reines survivent à l'hiver. © Adapté de Whitehorn et al. 2012, Science
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/zoologie/d/declin-des-abeilles-les-pesticides-neonicotinoides-reconnus-coupables_37838/

À propos de l'EFSA:
L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) est la pierre angulaire de l'Union européenne (UE) pour ce qui concerne l'évaluation des risques relatifs à la sécurité des aliments destinés à l'alimentation humaine et animale. En étroite collaboration avec les autorités nationales et en consultation ouverte avec les parties prenantes, l'EFSA fournit des avis scientifiques indépendants ainsi qu'une communication claire sur les risques existants et émergents. http://www.efsa.europa.eu/fr/aboutefsa.htm

Pour plus d'infos c'est ici: http://www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/doc/3068.pdf attention c'est en anglais!


A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30
avatar
09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 34
Localisation : Suisse

https://twitter.com/Shakur1999

Revenir en haut Aller en bas

Le phénomène de disparition des abeilles est en train de prendre un tour dramatique en France

Message  Silver Wisdom le Dim 3 Fév - 10:16

Bonjour à tous,

Le phénomène de disparition des abeilles
est en train de prendre un tour dramatique en France




Les derniers chiffres de l’Institut de recherches publiques France Agrimer,
dépendant directement du Ministère de l’Agriculture, sont effarants.
Plus de 1 000 colonies d’abeilles sont décimées en France... chaque jour !
En seulement 6 ans, le nombre d’apiculteurs aurait chuté de plus de 40 % !
Et ce serait « directement corrélé à la disparition des abeilles » d’après France Agrimer.



Le nombre d'apiculteurs suit celui des abeilles : en chute libre
http://lci.tf1.fr/economie/social/le-nombre-d-apiculteurs-suit-celui-des-abeilles-en-chute-libre-7520821.html

C’est une véritable révolution silencieuse et tragique que nous sommes en train de vivre. La majeure partie de ce que nous cultivons
aujourd’hui et consommons au quotidien est en danger : tomates, courgettes, melon, pastèque, fraises, pommes, abricots, cassis,
mûres, choux, oignons, poivrons, poireaux, persil, tournesol... Les abeilles ne font pas uniquement du miel. Elles sont une humble
et gigantesque force de travail, pollinisant 80 % des plantes à fleurs sur terre, et près de 90 % des plantes que nous cultivons.

Il n’existe aucune alternative, ni technique, ni scientifique, pour les remplacer.




En 2010, l’apiculture française comptait 42 000 apiculteurs, presque 1 100 000 ruches déclarées pour une production de miel
de 18 330 tonnes (source : FranceAgriMer, d’après l’audit effectué par le cabinet Proteis +). Ces chiffres sont en forte baisse
par rapport à 2004 : le nombre d’apiculteurs a baissé de 40%, le nombre de ruches de 20% et la production de miel de 28%.

(...)

PROGRAMME COMMUNAUTAIRE POUR L’APICULTURE
APPEL A PROJETS DE RECHERCHE
PERIODE 2013-2016
(du 1er septembre 2013 au 31 août 2016) (pdf)

http://www.franceagrimer.fr/content/download/18417/146501/file/appel%20à%20projets%202013-2016-programme-apicole.pdf
Sans elles, c’est l’alimentation de toute la population qui est menacée ! Sans parler de millions d’espèces d’insectes, d’oiseaux
et de mammifères qui dépendent directement de ces plantes pour se nourrir. Ce déclin catastrophique des abeilles
est un phénomène complexe. Mais parmi les multiples facteurs qui joueraient un rôle dans cette hécatombe, il y en a un, majeur, décisif,
qui est aujourd’hui clairement identifié et dénoncé par plus d’une quarantaine d’études scientifiques menées
à travers le monde depuis plus de dix ans.

Il s’agit d’un groupe d’insecticides utilisés massivement sur les cultures : les néonicotinoïdes.
(Voir message précédent)


Ce sont des variétés de pesticides systémiques, c’est-à-dire qu’ils sont mis sur la graine de la plante, et lorsque celle-ci poussera,
elle suintera des composants chimiques à forte dose qui ne laissent aucune chance aux insectes quels qu’ils soient.
Les hécatombes ont commencé, et progressivement augmenté dans les années qui ont suivi l’apparition de ces nouveaux pesticides
sur le marché, dans les années 1990. Et les populations d’abeilles augmentent là où ces produits ont été interdits.


47 études scientifiques menées à travers le monde dont les conclusions alertent sur les effets toxiques
des pesticides systémiques neurotoxiques sur les abeilles et autres pollinisateurs sauvages comme les bourdons,
les abeilles sauvages et les papillons.

47 études qui condamnent les pesticides tueurs d’abeilles
http://www.pollinis.org/spip.php?page=article&id_article=74

Les preuves à charge contre ces pesticides ultra-nocifs sont accablantes, et pourtant...
Sous la pression des grands groupes agrochimiques, Bayer, Syngenta, Dow Chemical ou Monsanto, ils continuent à être autorisés, commercialisés et utilisés massivement dans les champs, tuant ainsi des millions d’abeilles chaque année. C’est pour couper court
à cette situation dramatique que la députée Laurence Abeille (la bien-nommée !) a déposé une proposition de résolution
pour interdire immédiatement les pesticides néonicotinoïdes dangereux pour les abeilles.

Si cette résolution était adoptée par l’Assemblée Nationale, des millions d’abeilles seraient sauvées, permettant ainsi la préservation
de l’écosystème et de l’alimentation des générations futures. De leur côté, les lobbys de l’industrie des pesticides sentent l’étau se resserrer.
Et ils font des pieds et des mains pour que leurs produits continuent à être vendus : ils brandissent de pseudos arguments scientifiques
pour prouver qu’on n’a pas d’autre choix que d’utiliser leurs poisons, ils prédisent des licenciements massifs si leurs produits étaient interdits...

Ils sont en passe de bloquer la proposition de Laurence Abeille à l’Assemblée Nationale.

Source de l'article
France: Le phénomène de disparition des abeilles est en train de prendre un tour dramatique.
http://naturealerte.blogspot.ch/2013/01/29012013france-le-phenomene-de.html

Vu sur : Spread the Truth

Pétition à signer (si vous vous sentez concerné...)


http://www.pollinis.org/petitions/proposition_Laurence_Abeille.php

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Les Néonicotinoïdes seraient un nouveau scandale médiatique sans fondement ?

Message  Silver Wisdom le Mar 12 Fév - 10:48

Bonjour à tous,

Les Néonicotinoïdes seraient un nouveau
scandale médiatique sans fondement ?


Les néonicotinoïdes sont une classe d'insecticides de synthèse agissant sur le système nerveux central des insectes.
Ils sont chimiquement voisins de la nicotine. Ils sont très efficaces contre certaines classes d'insectes
(les doses sont de quelques grammes par hectare) et généralement peu toxiques pour les mammifères.



Fume, c’est du néonicotinoïde !
http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article21479

Ils sont systémiques (absorbés par les plantes), et plutôt persistants. Une application particulière est par conséquent
l'enrobage des semences : l'insecticide protège la semence contre les insectes du sol et, ultérieurement, contre certains
suceurs et piqueurs. Les trois représentants de la classe qui sont en cause ici sont la clothianidine, l'imidaclopride et le thiamethoxam.

... mais... les abeilles...

Les néonicotinoïdes sont toxiques pour les abeilles. Comme d'autres insecticides... Mais c'est un problème qui se gère,
notamment par l'établissement de doses maximales en-dessous de la dose posant problème et l'interdiction de traiter pendant
la période où la culture est attractive pour les abeilles (floraison le plus généralement). Le problème des néonicotinoïdes utilisés
en traitement des semences est cependant qu'ils subsistent dans la plante au moment de la floraison. Cela a bien évidemment
été pris en compte lorsque les molécules, les produits et les usages ont été autorisés. C'est donc avec beaucoup d'impudence,
sinon de mauvaise foi, que Le Monde a titré le 16 janvier 2013 : « Pesticides : un risque enfin admis pour les abeilles ».
Rien qu'écrire : « pesticides... ». Mais il est vrai que c'est du Stéphane Foucart...


Pesticides : un risque enfin admis pour les abeilles
http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/01/16/pesticides-un-risque-enfin-admis-pour-les-abeilles_1817630_3244.html

Toutefois, les agriculteurs, les pouvoirs politiques et, en fait, la société toute entière, ont été rapidement confrontés à des allégations graves
de la part d'apiculteurs : les néonicotinoïdes utilisés en traitement des semences provoqueraient l'effondrement des colonies d'abeilles,
les butineuses contaminées étant désorientées et incapables de retourner à la ruche. En France, c'est l'Union nationale de l'apiculture française (UNAF) qui a été le plus en pointe sur ce dossier, déployant un remarquable pilonnage médiatique et un important harcèlement
des autorités gouvernementales, de concert avec les organisations amies de la galaxie antipesticides et alteragricole.


Abeilles, Cruiser et Néonicotinoïdes : arrêtons enfin le massacre ! (pdf)
http://www.unaf-apiculture.info/presse/2012_03_CP_Declaration_UNAF_demande_retrait_pesticides_%20Cruiser30_03_2012.pdf

Les allégations sont-elles fondées ? C'est, comme souvent, difficile à dire dès lors qu'il s'agit de faire un lien sans ambiguïté
entre un effet et une cause dans un environnement complexe. Mais on peut avancer sans manquer à la prudence que ce lien
n'a pas été établi. Des analyses ont été faites sur des ruches qui se sont effondrées, sans que l'insecticide, accusé,
ait pu être mis en cause ; les recherches ne permettent pas de dégager une cause unique, la piste multifactorielle étant privilégiée
(sauf par certains milieux antipesticides). Une expérience originale et innovante a été réalisée et publiée en mars 2012 ;
elle a été interprétée comme démontrant le lien. Malheureusement – et on peut ajouter : comme souvent quand il s'agit
d'une question sur laquelle les opinions sont tranchées – le protocole est très éloigné de la réalité et semble avoir été conçu
pour démontrer une opinion préconçue.


A Common Pesticide Decreases Foraging Success and Survival in Honey Bees
http://www.sciencemag.org/content/336/6079/348

L'EFSA consultée...

Les néonicotinoïdes ont eu une histoire compliquée d'autorisations, de suspensions, d'autorisations provisoires renouvelées, et d'interdictions,
du fait des allégations de nocivité pour les abeilles, des pressions médiatiques et politiques (retirer une autorisation de pesticides
est toujours une opération plus favorable que le maintien sur le plan médiatique et électoral).


Molécules Néonicotinoïdes : les industriels au bord du gouffre
http://alerte-environnement.fr/2013/02/01/molecules-neonicotinoides-les-industriels-au-bord-du-gouffre/

Le dernier épisode d'importance en France a été l'interdiction du thiaméthoxam sur colza, par un arrêté pris par le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll (sur la base d'une interprétation abusive d'un avis de l'ANSES...). L'interdiction est contestée par Syngenta...
et la saga continue. La situation est aussi extrêmement compliquée au niveau européen, une même combinaison produit-culture-usage
pouvant être interdite dans un pays et autorisée dans un autre. L'étude susmentionnée, ainsi qu'une autre, sur les hyménoptères sauvages,
a incité la Commission européenne à demander l'avis de l'EFSA.

Le 30 juillet 2012, la Commission priait l'EFSA d'examiner en priorité la clothianidine, l'imidaclopride et le thiaméthoxam.
Et l'EFSA vient de produire, le 16 janvier 2013, ses avis ; des conclusions sur le réexamen par les pairs de l'évaluation des risques
pesticidaux pour les abeilles de la substance active.


L’EFSA identifie les risques associés aux néonicotinoïdes pour les abeilles
http://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/130116.htm

... produit des rapports nuancés, mais sources d'erreurs d'interprétation

Les avis sont, comme de coutume, très détaillés. Avec trois bémols importants. D'une part, les experts ne se sont intéressés qu'aux risques, largement théoriques, potentiels. D'autre part, leurs considérations plutôt théoriques sont fondées en grande partie sur des études scientifiques ou des rapports officiels, de plus récents, et non l'expérience pratique. Enfin, les experts se sont heurtés à un gros problème, pour eux, d'insuffisances de données. Dans certains cas, ils ont manifestement fait de l'acrobatie pour tirer des conclusions ou des orientations
à partir des maigres données disponibles. L'évaluation produit donc une image partielle qu'il faut elle-même évaluer, notamment à la lumière
de facteurs tels que l'incidence réelle ou les stratégies d'évitement ou de mitigation, ainsi que l'expérience de terrain. S'agissant des données,
il en est qui n'étaient pas exigées au moment de la délivrance des autorisations, ou qui ne se sont révélées intéressantes qu'à partir du moment où les accusations de dégâts sur les ruches ont été formulées.

À la fin des documents on trouve cependant des tableaux résumant les résultats des activités demonitoring, soit le retour d'expérience
de l'utilisation des insecticides en cause en conditions réelles. Les États membres ont rapporté l'existence de problèmes,
mais la gravité n'est pas précisée dans les avis, avec les poussières d'insecticides libérées lors du semis ; des risques aigus dans le cas
de la clothianidine par le biais du pollen et du nectar chez le colza ; et des risques aigus dans le cas du maïs par la guttation
(la libération de gouttelettes d'eau par les feuilles, les abeilles pouvant venir s'en abreuver).

Pour les autres situations à risque, telle la présence de résidus d'insecticides dans le pollen ou le nectar (dans d'autres cas que
la clothianidine chez le colza), les rapports des États membres ont été consignés comme une évaluation non finalisée du fait de l'absence
ou de l'insuffisance de données, ou de l'absence de protocoles d'évaluation communément acceptés.

Est-ce bien raisonnable ? « Évaluation non finalisée », symbolisé par un « X » semble être la valeur par défaut par rapport
à « risques identifiés ». Par exemple, le Cruiser OSR (thiaméthoxam) est largement utilisé dans de nombreux pays,
notamment en Allemagne, en Pologne et au Royaume-Uni, grands pays producteurs de colza. Il n'y a pas eu de bouffée médiatique
au sujet de la disparition des abeilles. Et pourtant, il n'y a que des « X » pour dix pays, dont l'Allemagne.

En France, il a été utilisé sur 650 000 hectares (un hectare sur deux) en 2011/2012, avant son interdiction. Aucune récrimination
d'apiculteur médiatisée, en clair : pas d'incident... pas de retour d'expérience consigné par les experts de l'EFSA.
À l'évidence, la France ne pouvait annoncer un tel résultat car cela aurait sapé les fondements de la décision d'interdiction
du ministre Le Foll ainsi que son activisme.

Ce marquage peut donc s'interpréter comme une première indication d'une absence de risque sérieux. Les risques associés
aux poussières sont gérables ; et le maïs n'est pas une plante attractive pour les abeilles (et la France, si frileuse et si perméable
au discours antipesticides, a maintenu l'autorisation du Cruiser sur le maïs).

En d'autres termes, l'évaluation est plutôt positive pour les matières actives en cause.

Toutefois, les lecteurs novices seront induits en erreur. « Plus on apprend plus on ne sait rien » (Jacques Dutronc).
La connaissance dévoile les pans de notre ignorance ; et l'ignorant, surtout formaté à l'idéologie antipesticides, ne verra que celle-ci.

Mais, quoi qu'il en soit, « le document d’orientation final sur l’évaluation des risques associés aux produits phytopharmaceutiques
pour les abeilles étant toujours en cours d’élaboration, un haut niveau d’incertitude subsiste pour ce qui concerne les dernières évaluations ».

L'EFSA est-elle encore experte ?

Cet état de fait impose aussi une réflexion sur la qualité et la neutralité de l'expertise conduite au sein de l'EFSA.
Le bombardement médiatique et politique qu'elle subit ne se traduit-il pas par une expertise, devenue pseudo-expertise, politiquement correcte ?

On peut commencer à s'interroger sur l'expertise elle-même. Pour la communication, le doute ne semble plus permis.

(...)

Source et suite de l'article
Néonicotinoïdes : un nouveau scandale médiatique sans fondement ?
http://www.contrepoints.org/2013/02/11/114464-neonicotinoides-un-nouveau-scandale-mediatique-sans-fondement

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement

Message  09991 le Jeu 14 Fév - 19:18

Disparition des abeilles : le cri d'alarme des apiculteurs




Et si les abeilles disparaissaient... L'hypothèse conduit les apiculteurs à pousser un véritable cri d'alarme. Selon eux, l’abeille est en danger de mort.

Des causes multiples

D’abord le frelon asiatique, cette grosse guêpe d’Asie du sud-est et qui décime les ruches. Le ministère de l’Agriculture vient de le déclarer «espèce nuisible».
Mais il faudrait que le ministère de l’Ecologie en fasse de même pour que les préfets puissent prendre des arrêtés permettant d’intervenir sur les propriétés privées afin de détruire les nids. Les OGM ensuite. Si les cultures sont pour le moment encore interdites en France, de nombreux miels d’importation en contiennent, produits avec des plantes modifiées qui n’ont fait l’objet d’aucune étude d’impact sanitaire sur l’homme. Troisième cause à l’origine de l’hécatombe, et non des moindres : les pesticides.



Le frelon asiatique




La France championne d’Europe des pesticides

Avec une consommation de 70 000 à 120 000 tonnes par an, la France se classe premier pays utilisateur européen», s’insurge Henri Clément, le porte-parole de l’Unaf (Union nationale de l'apiculture française). Et le troisième mondial après les Etats-Unis et le Japon. «A terme, toute la biodiversité de notre pays est en cause, avertit Olivier Belval, président de l’Unaf. Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll vient de lancer un plan de défense de l’apiculture. Mais il est loin d’être suffisant pour contrer l’immense danger qui menace. En participant à la pollinisation, les abeilles contribuent la pluralité des organismes vivants. D’un côté, le ministre affiche l’ambition d’installer 200 à 300 apiculteurs professionnels par an. Mais de l’autre, il annonce vouloir attendre la décision de l’Union européenne pour éventuellement interdire une famille d’insecticides particulièrement nocifs sur le marché français (les néonicotinoïdes, ndlr). Pourquoi attendre ? De nombreuses études ont démontré leur dangerosité. La moitié des colonies en France a déjà été décimée depuis la mise sur le marché de ces produits. Nous courons le risque de voir à terme de nombreuses espèces végétales disparaître de façon définitive.»

Les abeilles indispensables à la biodiversité

Car si les abeilles ont besoin des plantes pour se nourrir et produire leur miel, les plantes, et donc derrière les producteurs, d’arbres fruitiers par exemple, ont besoin des abeilles pour le processus de pollinisation. Petit rappel de science nat’ : la pollinisation, c’est le processus de transport d’un grain de pollen depuis l’étamine (organe mâle d’une plante) vers les stigmates (organe femelle, de cette même plante ou d’une autre plante de la même espèce). Or le transport se fait dans 80 % des cas... par les abeilles. Sans abeille, pas de pollinisation. Sans pollinisation, pas de reproduction des plantes. Adieu le miel donc, mais adieu également le blé du pain, les fruits ou les légumes...

Certains pays obligés de polliniser à la main

Le problème est mondial, reprend Henri Clément. Dans certaines provinces de la Chine, les abeilles ont pratiquement disparu. La pollinisation des arbres fruitiers se fait désormais à la main.» Une partie du «miel» fabriqué là-bas serait coupé avec du faux miel, fabriqué sans abeilles, à base de sucre et de maïs. Certes la France n’en est pas encore là. Mais sa production a été divisée par deux depuis la mise sur le marché de certains produits, passant de 32 000 tonnes dans les années 90, à moins de 16 000 tonnes l’année dernière.

Les chiffres

16 000 tonnes, la production de miel en 2012, soit la plus faible jamais enregistrée (elle était de 33 000 tonnes en 1995)

26 000 tonnes, la quantité importé en 2012 (contre 6 000 tonnes en 1995)

60 000, le nombre d’apiculteurs en France (selon les estimations). Ils étaient 85 000 en 1995. Après une importante érosion, leur nombre tend à remonter

1,25 millions, le nombre de ruches dans tout le pays

117 millions, le chiffre d’affaires du secteur en euros, auxquels s’ajoutent 27 millions d’euros (30 %) en productions annexes (pollen, produits dérivés...)

3 Mds d’€, le chiffre d’affaire réalisé grâce à la pollinisation des abeilles

26 000 tonnes de miel produit en France chaque année

4,5 euros, le prix moyen du kilo de miel chez le producteur


http://www.leparisien.fr/societe/les-apiculteurs-poussent-un-cri-d-alarme-12-02-2013-2562369.php

A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30
avatar
09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 34
Localisation : Suisse

https://twitter.com/Shakur1999

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement

Message  09991 le Mer 20 Fév - 20:14

Publiée le 29 août 2012
Enquête de Mark Daniels sur un désastre écologique mondial qui pourrait mettre en péril l'humanité toute entière.
Aujourd'hui, un tiers de notre nourriture dépend directement de l'abeille, le pollinisateur agricole le plus important de notre planète. Or, depuis plusieurs années, des millions d'abeilles disparaissent. Pourquoi ?


http://www.doc-decouvertes.com/documentaires/categories/societe-environnement-sante/videos/le-mystere-de-la-disparition-des-abeilles.html


A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30
avatar
09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 34
Localisation : Suisse

https://twitter.com/Shakur1999

Revenir en haut Aller en bas

"Des abeilles et des hommes", un cri d'alerte au coeur des ruches

Message  Silver Wisdom le Lun 25 Fév - 14:24

Bonjour à tous,

"Des abeilles et des hommes",
un cri d'alerte au coeur des ruches




Markus Imhoof "cherche simplement à comprendre pourquoi les abeilles meurent" et,
pour le réalisateur suisse, le chemin passe par l'intimité des ruches
où il a introduit sa caméra, offrant un troublant face-à-face avec des reines
et des ouvrières filmées "un peu comme des hommes".



Interview de Markus Imhoof Des Abeilles et des... par denise237

Il connaît les abeilles depuis l'enfance. Son grand-père, apiculteur dont les 150 ruches pollinisaient les arbres fruitiers
desquels il tirait ses confitures, lui avait expliqué que les "plantes, clouées au sol, ne peuvent pas traverser la prairie
pour aller enlacer d'autres plantes et avoir des enfants". Et que donc "il leur fallait un messager pour faire l'amour",
raconte le réalisateur, aujourd'hui âgé de 71 ans, dans "Des abeilles et des hommes" narré par Charles Berling, et en salles le 20 février.
Une autre façon de rappeler que le tiers de notre alimentation dépend de la pollinisation et que le processus de disparition des abeilles
depuis 15 ans, qui peut aller jusqu'à 90% dans certaines régions, est des plus inquiétants. Aussi, Markus Imhoof a voulu les montrer
au plus près. "Même les apiculteurs n'avaient jamais vu leurs abeilles comme dans le film", commente-t-il.

Le cauchemar d'Einstein

"Aujourd'hui, nous avons tous de quoi être préoccupés : 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées.
Sans elles, pas de pollinisation, donc pratiquement plus de fruits, ni légumes", affirme le réalisateur en préambule de son film.
Il rappelle également les prédictions d'Einstein qui, il y a soixante ans, avait déjà insisté sur la relation de dépendance
qui lie les butineuses à l’homme : "Si l’abeille disparaissait du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre".


Depuis une quinzaine d'années, de nombreuses colonies d'abeilles sont décimées partout dans le monde.
Les causes de cette hécatombe ne sont pas encore établies. Selon les régions du monde,
ce sont entre 50 et 90% des abeilles qui ont disparu.


Cette épidémie, d'une violence et d'une ampleur faramineuse, est en train de se propager de ruche en ruche sur toute la planète.
Partout, le même scénario se répète : par milliards, les abeilles quittent leurs ruches pour ne plus y revenir.
Aucun cadavre à proximité. Aucun prédateur visible. En quelques mois, les abeilles se sont ainsi volatilisées
aux Etats-Unis où les dernières estimations chiffrent à 1,5 million (sur 2,4 million de ruches au total)
le nombre de colonies qui ont disparu dans 27 états.

(...)

Des abeilles et des hommes - film de Markus Imhoof
http://www.artistikrezo.com/2013012311347/actualites/Cinema/des-abeilles-et-des-hommes-un-film-de-markus-imhoof.html
L'instrumentalisation de la nature par l'homme

Quelques prouesses techniques, rappelant notamment le film "Microcosmos", ont été nécessaires pour filmer les abeilles
au plus près l'action et avec une spectaculaire précision. "Il était important pour moi que le public puisse avoir une identification aux abeilles",
dit Markus Imhoof qui pense qu'à l'origine de leur déclin, généralement attribué aux pesticides, virus, monocultures...,
il y a d'abord l'instrumentalisation de la nature par l'homme.

Des abeilles dopées aux antibiotiques

"On a l'habitude de penser qu'on doit dominer la nature et c'est à cause de ça que ça va mal", analyse-t-il.
Il filme aussi un apiculteur industriel américain pris au coeur de la logique que Markus Imhoof pourfend :
des immenses champs d'amandiers de Californie aux pommiers de l'Etat de Washington, puis au Dakota du Nord,
il transporte ses abeilles comme de dociles employées pollinisatrices qui, exposées aux pesticides et au stress,
sont souvent affaiblies et malades et du coup, sont dopées à coup d'antibiotiques.

Sources de l'article
"Des abeilles et des hommes", un cri d'alerte au coeur des ruches
http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/cinema-des-abeilles-et-des-hommes-un-cri-d-alerte-au-coeur-des-ruches-19-02-2013-2011005.php

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Bras de fer autour des abeilles

Message  Silver Wisdom le Lun 4 Mar - 17:05

Bonjour à tous,

Bras de fer autour des abeilles



Des insecticides couramment utilisés dans l’agriculture
seraient responsables de l’hécatombe des abeilles en Europe.

Bruxelles aimerait imposer un moratoire sur leur utilisation
mais les fabricants n’ont pas l’intention de se laisser faire.


Le buzz entourant les abeilles fait de plus en plus de bruit. Les colonies meurent en masse et l’on cherche un coupable.
Les néonicotinoïdes, une classe d’insecticides, sont ainsi apparus sur les écrans radar. Un rapport de l’Autorité européenne
de sécurité des aliments (EFSA) a mis le feu aux poudres. Il n’y est pas dit que ces insecticides sont à l’origine de la mort des abeilles,
mais qu’ils présentent des risques importants.

Les néonicotinoïdes comptent donc parmi les priorités européennes. Le Commissaire européen à la Santé et à la Protection
des consommateurs, le Maltais Tonio Borg, a formulé une proposition à la fin du mois de janvier dernier : il propose d’interdire
pendant deux ans l’utilisation de trois néonicotinoïdes importants (imidacloprid, thiametoxam et chlotianidin).




(...)
Les experts vont présenter cette option dans leurs capitales et "si les conditions sont réunies",
la Commission présentera une "proposition de règlement" pour permettre l`adoption de cette mesure.

Elle pourrait être soumise lors de la réunion des experts prévue le 25 février et si elle est adoptée,
l`interdiction pourrait entrer en application le 1er juillet, a expliqué Frédéric Vincent.


Les trois néonicotinoïdes incriminés, clothianidin, imidacloprid et thiamethoxam,
sont présents dans des pesticides produits par les groupes allemand Bayer et Suisse Syngenta, notamment le Cruiser OSR.


La Commission s`est fondée sur un avis très négatif rendu par l`Autorité pour la sécurité des aliments (EFSA).

(...)

Abeilles: Bruxelles recommande une interdiction ciblée des pesticides
http://www.bilan.ch/awp/abeilles-bruxelles-recommande-une-interdiction-ciblee-des-pesticides-82
Cette interdiction, qui concernerait la culture du maïs, du coton, du tournesol et du colza, entrerait en vigueur le 1er juillet 2013.
Une évaluation aurait lieu au bout de deux ans. Le 25 février, le comité permanent d’experts des pays membres
devait se pencher sur le dossier. Mais la réunion a été reportée à la mi-mars.

Menaces de procès

La rumeur court que ce report a été décidé sous la pression des fabricants de pesticides qui menacent d’engager des procès
et de demander des dommages et intérêts. Ni le cabinet de Tonio Borg, ni le fabricant Syngenta ne souhaitent faire de commentaires. Entretemps, la proposition a déjà été adaptée. Elle a été étendue à la culture fruitière.

La Commission a envoyé au comité permanent une lettre signalant que le texte de la proposition sera présenté aux fabricants.
Leurs réactions sont attendues d’ici le 1er mars.

"selon certaines indications, les produits ne sont plus conformes
aux critères de l’agrément accordé précédemment”
Apparemment, la Commission veut ainsi se couvrir en cas de procès.
Les fabricants, des intervenants de premier plan comme Bayer et Syngenta, ne se laisseront pas mettre facilement sur la touche.
Des publicités pleine page sont parues dans les journaux, les autorités nationales ont été interpellées.
Ils alertent sur la probable disparition de 50 000 emplois et une perte financière de 4,5 milliards d’euros.
Une bagatelle par rapport aux 153 milliards d’euros que rapportent les abeilles en fécondant gratuitement les cultures, dit-on dans l’autre camp.

Pas de consensus entre les Etats membres

Dans ses communiqués, Syngenta met en doute les conclusions du rapport de l’EFSA car les données sur l’utilisation
des semences traitées n’ont pas été prises en compte. Bayer estime que l’interdiction pure et simple est
“une mesure disproportionnée qui menace la compétitivité de l’agriculture européenne”.
Selon Fytopharma, la fédération belgo-luxembourgeoise qui représente le secteur, c’est un “semblant de solution” au problème des abeilles.

Au Parlement européen, nombreux sont les partisans d’une mesure pour combattre le problème.
Bart Staes, député européen membre du groupe des Verts, a obtenu la signature d’une centaine de collègues
issus de différents groupes parlementairessur une lettre à l’intention du commissaire Tonio Borg.
Cette lettre réclame une interdiction totale.

“Parmi les Etats membres, il n’y a pas de consensus. L’Espagne et la Grande-Bretagne
mettent des bâtons dans les roues, l’Allemagne aussi fait des difficultés.
Une minorité de blocage au Conseil des ministres se profile à l’horizon
si d’autres pays ne s’associent pas à la proposition.”
Les autorités belges ont un point de vue raisonnablement positif vis-à-vis de la proposition européenne,
a bien voulu admettre la porte-parole de la ministre fédérale de l’Agriculture, Sabine Delaruelle.

(...)

Source et suite de l'article
Bras de fer autour des abeilles
http://www.presseurop.eu/fr/content/article/3480401-bras-de-fer-autour-des-abeilles

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Suspension temporaire de trois néonicotinoïdes : l'UE ni contre, ni pour...

Message  Silver Wisdom le Dim 17 Mar - 11:04

Bonjour à tous,

Suspension temporaire de trois néonicotinoïdes :
l'UE ni contre, ni pour...




La suspension temporaire de trois néonicotinoïdes n’a été, ni approuvée, ni rejetée,
le vendredi 15 mars 2013 par le comité d’experts européen.
Un deuxième vote pourrait avoir lieu.


La Commission européenne a récemment proposé de suspendre, pendant deux ans, l’utilisation de trois néonicotinoïdes
pour maïs, colza, tournesol et coton. Le vote, organisé le 15 mars au sein d’un comité d’experts,
« n’a pas permis de dégager une majorité qualifiée en faveur ou contre sa proposition », indique la Commission dans un communiqué.




(...)
Depuis plusieurs années, les études scientifiques ont montré que les pesticides "systémiques" ou "néonicotinoïdes"
désorientent les abeilles. En affectant le système nerveux des butineuses, ces substances chimiques ont tué 30 % d’abeilles
soit 25 % de plus qu’il y a 15 ans.

L’EFSA s’est penchée sur la question et a rendu mercredi ses conclusions. Selon elle, trois produits ont un impact sur le nectar
et le pollen, a expliqué Frédéric Vincent, porte-parole de Tonio Borg, commissaire européen en charge de la Santé et des Consommateurs. Produits par les groupes allemand Bayer et suisse Syngenta, les pesticides incriminés contiennent trois néonicotinoïdes :

le clothianidin, l’imidacloprid et le thiamethoxam.

(...)

L’EFSA confirme que des pesticides tuent les abeilles
http://www.maxisciences.com/abeille/l-efsa-confirme-que-des-pesticides-tuent-les-abeilles_art28330.html
Selon un décompte obtenu par l’AFP, treize Etats membres de l’UE ont voté pour l’interdiction de ces pesticides,
dont la France, l’Italie, l’Espagne et la Pologne, neuf ont voté contre (République tchèque, Slovaquie, Roumanie, Irlande, Grèce,
Lituanie, Autriche, Portugal et Hongrie) et cinq se sont abstenus, dont l’Allemagne et le Royaume-Uni.
Les abstentions de ces deux derniers pays, qui comptent chacun 29 voix, ont empêché que la majorité
penche dans un sens ou dans l’autre.

La Commission a indiqué qu’elle maintenait sa proposition, car elle n’a pas été rejetée. Elle lui a apporté quelques modifications
pour tenir compte de plusieurs demandes et elle peut la soumettre une nouvelle fois au comité d’experts, avec l’espoir que les pressions
de l’opinion publique incitent les abstentionnistes à adopter une position plus tranchée.

Unaf : une « grande déception »

L’Union nationale des apiculteurs français (Unaf) fait part de « sa grande déception » à l’issue du vote
du comité d’experts européen.« C’est une grande déception car nous avions placé beaucoup d’espoir dans la proposition
de la Commission européenne », a indiqué Olivier Belval, président de l’Unaf.
Bayer : une « chance de parvenir à une solution juste et équitable »

Les trois néonicotinoïdes incriminés, clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame, sont présents dans des pesticides
produits par les groupes allemand Bayer et suisse Syngenta, notamment le Cruiser OSR.

La division d’agrochimie de Bayer a salué, vendredi dans un communiqué, l’absence de majorité sur l’interdiction
de ces pesticides. « L’absence de majorité est clairement une confirmation qu’il n’existe pas d’arguments convaincants contre
la poursuite de l’utilisation de produits à base de néonicotinoïdes », a estimé le groupe, qui voit dans les résultats du vote une
« chance de parvenir à une solution juste et équitable ». « L’expérience montre que les effets sur les abeilles » des insecticides
qui contiennent des néonicotinoïdes « sont insignifiants quand les produits sont mis en oeuvre de manière responsable et réglementaire »,
a ajouté Bayer CropScience.
Greenpeace : la France « doit interdire tous les néonicotinoïdes »

« Le nouvel échec de ce vote revient à ignorer avec entêtement les avertissements de la communauté scientifique
et à céder à la pression des industriels. [...] Ce comportement est irresponsable et préjudiciable pour les agriculteurs européens
qui dépendent énormément des abeilles et des insectes pollinisateurs », estime Greenpeace dans un communiqué.

« M. Le Foll doit interdire tous les néonicotinoïdes. La France, premier pays agricole en Europe, ne peut pas se contenter de soutenir
la proposition de la Commission mais doit s’impliquer activement pour une interdiction de l’ensemble des néonicotinoïdes
et convaincre les autres pays européens. »

« Greenpeace demande à Stéphane Le Foll de prendre ses responsabilités afin de protéger l’agriculture française.
Faute de quoi, la proposition de la Commission, déjà insuffisante, va être progressivement affaiblie et son vote sans cesse
reporté alors qu’il y a urgence à accorder un répit immédiat aux abeilles et autres pollinisateurs. »
Source de l'article
Néonicotinoïdes/Abeilles : L'UE ni contre, ni pour...
http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/neonicotinoides-abeilles-l-ue-ni-contre-ni-pour-69804.html

Vu sur : Les Moutons Enragés

Retrouvez une pétition adressée aux Membres du Comité permanent Sécurité alimentaire de l'UE
Interdisez les pesticides néonicotinoïdes pour sauver les Abeilles
http://www.change.org/abeilles

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Un rapport dénonce le "lobbying effréné" pour les pesticides

Message  Silver Wisdom le Ven 12 Avr - 8:44

Bonjour à tous,

Un rapport dénonce le "lobbying effréné" pour les pesticides



Les groupes chimiques Syngenta et Bayer se livrent à "un lobbying effréné"
pour empêcher la suspension de trois pesticides soupçonnés
de décimer les populations d'abeilles, accuse l'organisation Corporate Europe Observatory
(CEO) dans un rapport publié jeudi.


Ce rapport détaille la façon dont les deux entreprises ont manoeuvré pour influencer le débat sur les trois substances
issues de la classe des nicotinoïdes, depuis la décision de confier à l'agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA)
le soin d'étudier la question il y a un an.




Trois insecticides néonicotinoïdes (la clothianidine, l'imidaclopride et le thiaméthoxame) présentent des risques élevés
pour les abeilles, selon une étude de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). Mandatée par la Commission européenne,
l'institution s'est penchée sur les effets aigus et chroniques des trois substances (en traitement des semences ou en granulés)
sur le comportement des abeilles, la survie des colonies et leur développement, ainsi que sur les larves
et les risques engendrés par des doses sublétales.

Sa conclusion ? Certaines utilisations, en traitement de semences ou en granulés, entraîneraient des impacts pour les abeilles.
Ils seraient liés à leur exposition au pollen et au nectar, à l'émission de poussières au moment du semis
ou à la guttation de la plante, notamment sur le maïs.

L'Autorité a également identifié un certain nombre de lacunes dans les données fournies pour permettre
une évaluation plus approfondie des risques potentiels pour les abeilles.



Exposition au pollen et au nectar:
seule l’utilisation sur des cultures n’attirant pas les abeilles a été considérée comme acceptable;

Exposition à la poussière:
un risque pour les abeilles a été signalé ou n’a pas pu être exclu, avec certaines exceptions telles que
l’utilisation sur les betteraves sucrières et les cultures sous serre, ainsi que l’utilisation de certains granules;


Exposition à la guttation:
la seule évaluation des risques ayant pu être finalisée concerne le maïs traité avec du thiaméthoxame.
Dans ce cas, les études sur le terrain démontrent un effet aigu sur les abeilles exposées
à la substance par la voie de la guttation.
L’EFSA identifie les risques associés aux néonicotinoïdes pour les abeilles
http://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/130116.htm
Pesticides néonicotinoïdes : un risque élevé pour les abeilles
http://www.actu-environnement.com/ae/news/pesticides-neonicotinoides-abeilles-risques-17543.php4
CEO accuse Syngenta et Bayer d'avoir tenté d'influencer les conclusions et la communication extérieure de l'EFSA.
L'ONG publie notamment une lettre dans laquelle Syngenta exige que l'agence européenne modifie
un communiqué de presse avant sa diffusion.


Private letters reveal Syngenta and Bayer's furious lobbying against EU measures to save bees
http://corporateeurope.org/publications/pesticides-against-pollinators

Les deux entreprises sont également accusées de minimiser des études scientifiques,
de faire jouer leurs réseaux politiques et de faire passer les partisans de l'interdiction pour des apiculteurs du dimanche.


Rapport financé par Bayer CropScience & Syngenta (Pdf en anglais)
The Value of Neonicotinoid Seed Treatment in the European Union
http://www.neonicreport.com/wp-content/uploads/2013/01/HFFA%20Report.pdf

La proposition d'interdiction des trois pesticides n'ayant pas recueilli la majorité qualifiée suffisante le 15 mars dernier,
elle sera une nouvelle fois soumise au vote fin avril ou début mai. Selon CEO, l'industrie tente maintenant de convaincre
individuellement les États membres de s'y opposer, car faute de consensus, la Commission européenne aura le pouvoir d'imposer la mesure.


Pesticides : un risque enfin admis pour les abeilles
http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/01/16/pesticides-un-risque-enfin-admis-pour-les-abeilles_1817630_3244.html

Source de l'article
Abeilles: un rapport dénonce le "lobbying effréné" pour les pesticides
http://www.rtbf.be/info/societe/detail_abeilles-un-rapport-denonce-le-lobbying-effrene-pour-les-pesticides?id=7969609

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement

Message  Ymos le Ven 12 Avr - 21:17

Les abeilles ont toujours été mes plus grandes amis, le miel ainsi que la gelée royale sont purement délicieux et sont un concentré vitaminique dont personnellement j'aurai du mal à me passer.

En plus qu'elles font du bon boulot pour la nature, il est quand même urgent de faire quelque chose contre ça, ceci dit je ne sais même pas si mettre des ruches chez soi vas aider au problème étant donné que ce sont les pesticides aux alentours qui les tue.

_________________
Soyez la petite lumière qui éclaire la route, ne soyez jamais le phare qui éblouit
avatar
Ymos
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription : 31/03/2013
Age : 28
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement

Message  09991 le Lun 29 Avr - 19:21

Interdiction de pesticides dans l'UE: les céréaliers et l'UIPP circonspects






PARIS - L'Union des industries de la protection des plantes (UIPP) et l'Union des associations des céréaliers (Orama) ont émis leurs réserves lundi après la décision d'interdire pendant deux ans dans l'UE trois pesticides jugés mortels pour les abeilles.

L'UIPP, qui regroupe les fabricants de pesticides, regrette le moratoire proposé par la Commission européenne et souligne qu'il été obtenu sans obtenir de majorité qualifiée au sein des Etats membres.

Quinze pays, dont la France et l'Allemagne, ont voté en faveur de cette interdiction. Huit, dont le Royaume-Uni, l'Italie et la Hongrie, ont voté contre et quatre, dont l'Irlande, présidente en exercice de l'UE, se sont abstenus.

L'absence de majorité qualifiée démontre bien les doutes importants qui pèsent et le défaut de preuves irréfutables et le refus de reconnaître des causes multifactorielles à la mortalité des abeilles risquent de se traduire, de fait, par une nouvelle utilisation excessive du principe de précaution, dénonce de son côté Orama, branche spécialisée de la FNSEA, principal syndicat agricole français.

Nous demandons dès maintenant la mise en oeuvre d'une expérimentation à large échelle pour connaître les vraies causes de difficulté de la filière apicole et mesurer de manière fiable l'indicateur de +mortalité des abeilles+, réclame de son côté l'UIPP.

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a lui salué cette interdiction qui portera sur les cultures de maïs, de colza, de tournesol et de coton.

Il avait interdit, peu après son arrivée au gouvernement en juin dernier, le Cruiser OSR sur le colza.

La nouvelle interdiction, prononcé lundi et qui sera effective en décembre, aggraverait la situation des producteurs de grandes cultures en France, déjà affectés par la suspension du thiametoxam sur colza l'été dernier, explique Orama.


(©AFP / 29 avril 2013 20h04)


http://www.romandie.com/news/n/_Interdiction_de_pesticides_dans_l_UE_les_cerealiers_et_l_UIPP_circonspects26290420132006.asp



A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30
avatar
09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 34
Localisation : Suisse

https://twitter.com/Shakur1999

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement

Message  09991 le Jeu 30 Mai - 18:49

L’avenir des abeilles avec Monsanto: saisies et destruction des reines résistantes





L’ Ag Departement de l’Illinois a saisi illégalement abeilles privées du célèbre naturaliste, Terrence Ingram, sans lui donner un mandat de perquisition et avant que le tribunal soit mis au courant de l’affaire, rapporte « Prairie Advocate News ».

Derrière les violations flagrantes de ses droits constitutionnels se trouve Monsanto. Ingram faisait des recherches sur les effets du Roundup sur les abeilles qu’il élève depuis 58 ans. « Ils ont détruit 15 ans de ma recherche », a déclaré l’avocat de « Prairie », en volant la plupart de son élevage.


Dans une lettre certifiée du superviseur de l’inspection des ruchers de l ‘Ag Departement, Steven D. Chard a déclaré:


Au cours d’une inspection de routine de vos colonies d’abeilles par les inspecteurs … Susan Kivikko et Eleanor Balson le 23 Octobre 2011, la maladie bactérienne «loque américaine» a été détecté dans un certain nombre de colonies situées derrière votre maison …. La présence de la maladie dans certains de vos colonies a été confirmée par les résultats des tests du Laboratoire de recherches apicoles USDA à Beltsville, Maryland, qui ont analysé les échantillons prélevés sur votre rucher


Ingram peut prouver que ses abeilles n’ont pas la « loque », et prévoyait de le faire lors d’une audience prévue en Avril, mais l’Etat a saisi ses abeilles à la fin de Mars. Ils ne les ont pas retournées et personne à l’Ag Dept semble savoir où sont ses abeilles.

Les abeilles auraient été détruites, ou elles auraient pu être remises à Monsanto pour déterminer pourquoi certaines de ses abeilles sont résistantes au Roundup. Sans les abeilles comme preuve, Ingram ne peut tout simplement pas se défendre contre les fausses accusations de « loque ».

Pire encore, tous ses reines sont mortes après que Kivikko et Balson aient « inspecté » sa propriété, en dehors de sa présence et sans mandat.

Fait à noter, les apiculteurs Illinois vont dans la clandestinité après l’expérience de Ingram et refusent d’enregistrer leurs ruches, au cas où l’Etat essaie de voler leur propriété privée sur les fausses allégations.



Publiée le 2 mai 2012



Source originale : http://foodfreedomgroup.com/2012/05/22/illinois-illegally-seizes-bees-resistant-to-roundup-kills-remaining-queens/

Traduction: Nutty juggler pour les moutons enragés


http://www.mondialisation.ca/lavenir-des-abeilles-avec-monsanto-saisies-et-destruction-des-reines-resistantes/5336826



A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30
avatar
09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 34
Localisation : Suisse

https://twitter.com/Shakur1999

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement

Message  09991 le Mar 2 Juil - 19:21

37 millions d'abeilles trouvées mortes en Ontario (Canada)

 

                           

Publiée le  1 juil. 2013  


Millions of dead bees found in Elmwood, Ontario, Canada...




Vidéo en anglais.



Vue sur : http://www.wikistrike.com/article-37-millions-d-abeilles-trouvees-mortes-en-ontario-canada-118849428.html





A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30
avatar
09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 34
Localisation : Suisse

https://twitter.com/Shakur1999

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement

Message  09991 le Sam 14 Sep - 9:24

Abeilles : Une gigantesque fraude se met en place à Bruxelles




Madame, Monsieur,


Une gigantesque escroquerie est en train de se mettre en place à Bruxelles, aux dépens des abeilles, de la biodiversité... et de tous les citoyens qui se battent depuis des années pour faire interdire les pesticides « tueurs d'abeilles » en Europe et dans le monde !

Nous devons la stopper net, avant qu'elle n'ait des conséquences dramatiques sur nos cultures et notre alimentation à l'avenir. Je vous demande de signer de toute urgence la pétition européenne ci-jointe et de la faire circuler autour de vous autant que vous le pourrez.

Il n'y a pas un instant à perdre.

Après des années de lutte acharnée des citoyens et des apiculteurs, la Commission européenne s'est officiellement décidé à interdire 3 pesticides néonicotinoïdes extrêmement dangereux pour les abeilles.

Les associations ont crié victoire et baissé la garde. Pourtant...

Le compromis que devrait adopter Bruxelles est en réalité un plan désastreux imposé par les multinationales agrochimiques comme Bayer, Syngenta et compagnie, qui mènent depuis des mois un lobbying effréné et extrêmement agressif pour arriver à ce résultat.

Objectif : Contrer la volonté des citoyens européens et empêcher l'interdiction REELLE des pesticides tueurs-d'abeilles – malgré les recommandations expresses des autorités sanitaires françaises et européennes... Pour sécuriser les centaines de millions d'euros de profit annuel que ces produits rapportent aux grosses firmes qui les produisent !

Officiellement, les 3 pesticides les plus dangereux seront interdits pour une durée-test de deux ans à l'issue de laquelle les autorités sanitaires contrôleront si l'interdiction a mis un terme au massacre des abeilles, et s'il faut ou non interdire définitivement les néonicotinoides.

Or, cette soi-disant interdiction n'aura aucun effet sur la santé des abeilles !

En fait, les 3 pesticides tueurs-d'abeilles seront interdits seulement quelques mois par an... et largement utilisés tout le reste de l'année – sur près de 85% des céréales, et sur une grande partie des cultures de fruits, légumes et herbes aromatiques – empoisonnant largement les sols et l'eau absorbés ensuite par les cultures soi-disant « non-traitées ».

De nombreuses études ont montré que ces substances ultra-toxiques peuvent rester présentes dans le sol jusqu'à trois ans après le traitement, et que les cultures non-traitées replantées sur le même terrain révèlent des traces de néonicotinoïdes jusque dans leur pollen... que viennent ensuite butiner les abeilles !

A la fin de la période-test de deux ans, les multinationales pourront prouver que les abeilles continuent d'être décimées malgré la soi-disant interdiction de leurs produits, et qu'ils n'y sont pour rien. Ils auront réussi à blanchir leurs pesticides et à maintenir leurs profits – et pour longtemps !

C'est un plan diabolique, qui nous promet un désastre environnemental sans précédent.

Nous pouvons encore empêcher ça. MAIS IL FAUT AGIR VITE : d'ici quelques jours, la Commission européenne se prononcera sur sa version définitive du règlement européen concernant ces 3 pesticides tueurs d'abeilles.

Nous devons agir avant, pour exiger l'interdiction REELLE de ces pesticides ! Signez dès maintenant la pétition européenne pour contrer les lobbys en cliquant ici !

Si nous ne faisons rien, voici ce qui va se passer dans les 2 prochaines années :

- les pesticides néonicotinoïdes continueront à être utilisés pour les cultures d'hiver, imprégnant ainsi durablement les sols et l'eau...

- les cultures de printemps et d'été "non traitées" seront infectées par les résidus de ces pesticides, et empoisonneront les abeilles...

- la mortalité massive des abeilles ne déclinera pas, malgré la soi-disant "interdiction" des néonicotinoïdes

- Syngenta, Monsanto, Bayer et tous les laboratoires agrochimiques pourront à loisir clamer que leurs produits n'ont rien à voir avec la mortalité des abeilles, et obtenir leur réhabilitation totale sur le marché.

Et là, il ne nous restera plus que nos yeux pour pleurer...

Il faut tuer dans l'oeuf ce plan démoniaque, et exiger de la Commission européenne qu'elle interdise purement et simplement ces pesticides tueurs d'abeilles, comme elle prétend le faire d'ailleurs !

Pas de compromissions, pas de petits arrangements... Si l'on doit faire un test de 2 ans pour évaluer réellement l'impact de ces pesticides sur les pollinisateurs, alors allons-y franchement !

Les agriculteurs eux-mêmes n'auraient pas à y perdre :

d'après l'INRA, on pourrait réduire rapidement la consommation de pesticides en France de 30 à 40 % – sans aucune perte de revenus pour les agriculteurs – en revenant simplement à un système de rotation des cultures qui permettrait de combattre efficacement les parasites en réduisant durablement l'usage des traitements chimiques.

Ca représente tout de même, pour la France uniquement, plus de 20 000 tonnes de substances ultra-toxiques déversés chaque année en pure perte dans nos campagnes !

En fait, les seuls qui seraient ébranlés, ce seraient les chiffres d'affaires des géants de l'agrochimie... Mais la Nature n'a que faire de leurs profits !

Alors s'il vous plaît, aidez Pollinis à créer une véritable onde de choc à travers le pays et l'Europe toute entière, pour que notre pression sur la Commission européenne soit plus forte que celle des lobbys agrochimistes qui sacrifieraient sans vergogne votre santé, votre alimentation et l'avenir même de la Nature pour satisfaire à leurs profits immédiats.

Signez la pétition, et transmettez cet e-mail à un maximum de personnes autour de vous.

D'avance, merci !

Nicolas Laarman
Délégué général Pollinis
Conservatoire des Fermes et de la Nature





http://actions.pollinis.org/interdiction-neonicotinoides-petition-commission-europeenne/







Vue sur : http://www.wikistrike.com/article-abeilles-une-gigantesque-fraude-se-met-en-place-a-bruxelles-120010372.html









A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30
avatar
09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 34
Localisation : Suisse

https://twitter.com/Shakur1999

Revenir en haut Aller en bas

L'Europe et le sulfoxaflor : chronique d'une bataille annoncée...

Message  Silver Wisdom le Jeu 15 Oct - 4:30

L'Europe et le sulfoxaflor : chronique d'une bataille annoncée...

Le Sulfoxaflor, pesticide autorisé en Europe depuis Juillet,
vient d'être interdit dans une grande partie des Etats Unis suite à une plainte des associations
de protection de l'environnement et des pollinisateurs, à cause de ces dégats alarmants sur les abeilles...



~ Fiche technique du sulfoxaflor (pdf) ~

Les autorités sanitaires européennes laissent pourtant deux ans à l'agrochimie pour prouver le contraire ; deux ans pendant lesquels le produit sera commercialisé, et les les abeilles décimées. En juillet dernier, la Commission européenne autorisait l’utilisation d’un nouveau pesticide sur les cultures en Europe, le sulfoxaflor. Cette nouvelle substance active est un insecticide neurotoxique très similaire à l’action des pesticides néonicotinoïdes. Une autorisation étonnante compte tenu du moratoire en cours sur trois néonicotinoïdes (Clothianidine, Thiametoxame, et Imidaclopride), notoirement responsables de la disparition massive des abeilles en Europe et dans le monde. Autorisation encore plus surprenante au regard du rapport de l’EFSA, l’autorité sanitaire européenne chargée d’évaluer la toxicité des substances pour décider de leur mise sur le marché : l’institution émet un avis positif… tout en reconnaissant « un risque élevé pour les abeilles »…

Quand la porte se ferme, l’industrie agrochimique passe par la fenêtre. En 2013, trois substances sont rendues coupables par des centaines d’études scientifiques indépendantes de décimer les populations d’abeilles. Face à ce constat, et poussée par les associations et les citoyens, la Commission Européenne décide d’interdire partiellement et provisoirement ces substances : un moratoire qui prend fin en décembre prochain. Une fois encore, l’industrie a un coup d’avance. Elle obtient la mise sur le marché de nouvelles substances très proches des néonicotinoïdes, encore sous-étudiées par la communauté scientifique, mais dont même les autorités sanitaires reconnaissent la dangerosité pour les abeilles.



Francesco Panella, Président de Bee Life a écrit:
« C’est frustrant, les responsables politiques ayant la responsabilité d’assurer la sécurité de nos abeilles et de l’environnement ont toutes les cartes en mains pour mettre en place de bonnes mesures. Au lieu de cela, ils continuent à permettre l’application de produits dangereux dans les champs. Il est temps que les autorités européennes arrêtent d’autoriser librement l’inondation de notre environnement avec des molécules d’une telle toxicité biocide. Ce sont des venins qui contribuent de façon déterminante au déclin des pollinisateurs et de la biodiversité. Ces décisions posent non seulement un risque pour la chaine de la vie, mais aussi pour celle d’une économie durable ».

~ L’Europe autorise un nouvel insecticide tueur d’abeilles: stupeur et consternation ! (Bee Life)(Août 2015) ~

L’EFSA a annoncé qu’elle donnait deux ans à Dow AgroSciences, l’entreprise qui commercialise le sulfoxaflor, pour prouver son innocuité sur les abeilles. Il s’agit donc d’autoriser un produit, de le laisser faire des dégâts irréparables sur les pollinisateurs et l’environnement, et faire ce constat dans deux ans et le retirer du marché… Deux ans, c’est le temps qu’il a fallu aux organisations apicoles et citoyennes américaines pour faire reconnaître la dangerosité du sulfoxaflor, et faire annuler son autorisation de mise sur le marché. En 2013, l’EPA, l’autorité sanitaire américaine, autorisait cette substance sans en analyser l’impact sur les abeilles. Apiculteurs, citoyens, et défenseurs de l’environnement tirent la sonnette d’alarme, et s’organisent pour attaquer la décision de l’EPA en justice. Un procès qu’ils viennent de remporter, puisqu’une cour d’appel américaine vient de faire annuler l’autorisation de mise sur le marché du sulfoxaflor, en estimant que l’EPA avait violé la loi fédérale en autorisant cette substance sans disposer d’études sur son impact sur les abeilles.


~ It's time to take a stand for the bees (Chaîne YT de Sum of Us) ~

De toute évidence, la procédure suivie par l’EFSA en Europe est tout aussi irrégulière que celle de son homologue américaine l’EPA. A moins d’une mobilisation rapide et massive, le scénario américain laisse présumer de ce qu’il va se passer dans les deux prochaines années : le sulfoxaflor sera utilisé massivement sur les cultures, causant des dégâts irréparables sur les abeilles et autres pollinisateurs essentiels pour l’agriculture, les apiculteurs vont tirer la sonnette d’alarme, suivis par les citoyens, les scientifiques, les associations concernées… Il faudra se battre pour obtenir le retrait de ces pesticides, l’industrie agrochimique, qui aura engrangé des bénéfices sur un pesticide reconnu comme dangereux dès le départ, résistera avec la force qu’on lui connait et en 2017, lorsque l’EFSA demandera des comptes, s’engagera une bataille scientifique comme celle qui est actuellement en cours concernant les trois autres néonicotinoïdes en passe d’être interdits.

Polinis

Source de l'article : L’Europe autorise un nouveau pesticide toxique pour les abeilles (Polinis)(Septembre 2015)

avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum