Gaz de Schiste : Un enfer écologique pour les uns, un eldorado économique pour les autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gaz de Schiste : Un enfer écologique pour les uns, un eldorado économique pour les autres

Message  Silver Wisdom le Mer 30 Jan - 9:57

Bonjour à tous,

Gaz de Schiste :
Un enfer écologique pour les uns, un eldorado économique pour les autres




Eldorado économique pour les uns, fléau écologique pour les autres...
En plein débat sur la transition énergétique de la France, le point sur les enjeux économiques
et les risques pour l'environnement, d'une source d'énergie très controversée... le gaz de schiste.


Qu'est-ce que le gaz de schiste ?

Le gaz de schiste fait partie des gaz « non conventionnels », c'est-à-dire des gaz dont la méthode d'extraction
est différente de celle utilisée pour le gaz naturel. Sous cette appellation, on trouve plusieurs types de gaz :

-le gaz de charbon, plus connu sous le nom de «grisou»

-le gaz de schiste («shale gas»), contenu à une faible densité dans les roches qu'il faut fracturer

-les «tight gas», des réservoirs de gaz réputés difficiles d'accès, constitués de roches poreuses et peu perméables.


Un enfer écologique pour les uns...

Le principal argument invoqué par les anti-gaz de schiste, est l'impact potentiel sur l'environnement de son mode d'extraction,
la fracturation hydraulique. Cette technologie, la seule qui permette aujourd'hui d'extraire pétrole et gaz de schiste, est devenue
l'objet de toutes les peurs. Interdite en France depuis une loi de juin 2011, cette technique est pourtant pratiquée par l'industrie pétrolière
depuis la fin des années 1940. On lui reproche principalement l'immense quantité d'eau nécessaire : de 10.000 à 15.000 m3
par puits -l'équivalent de 4 piscines olympique, mais d'autres critiques sont également formulées à son égard, notamment les risques
de pollution des nappes phréatiques et des rivières. Ou encore, le nombre important de puits nécessaires et leur impact sur les paysages.
A cela, il faut ajouter le manque de transparence sur les additifs chimiques utilisés.

Plusieurs études publiées récemment par la Commission européenne remettent en cause l'exploitation des gaz de schiste.
Le rapport publié par la DG environnement de la Commission européenne montre que son exploitation s'avère plus polluante
que l'exploitation avec les méthodes traditionnelles. Et selon le rapport du Centre de recherche commun (JRC), qui a planché sur la sécurité énergétique européenne, l'exploitation des gaz non-conventionnels ne procurerait pas à l'Europe l'indépendance en gaz naturel.

Le forage du gaz de schiste par hydrofracturation est fortement remis au cause.
Il présente davantage de risques pour l'environnement que l'exploitation du gaz conventionnel,
note le cabinet de conseil AEA chargé du rapport sur les incidences environnementales
et la santé par la Commission européenne.


Documentation (pdf en anglais))

L'étude du Joint Research Center de la Commission européenne
http://ec.europa.eu/dgs/jrc/downloads/jrc_report_2012_09_unconventional_gas.pdf

Rapport sur les incidences environnementales et la santé par la Commission européenne
http://ec.europa.eu/environment/integration/energy/pdf/fracking%20study.pdf
... un eldorado économique pour les autres

Pour les pro gaz de schiste, leur exploitation ouvrent des perspectives économiques immenses,
en terme d'emplois et d'impact sur les prix de l'énergie notamment.

- Les emplois potentiels : le secteur des hydrocarbures non conventionnel est un grand générateur d'emplois.
Un organisme spécialisé dans la prédiction économique, IHS Global Insight, rapporte que le développement des gaz de schiste
aux Etats-Unis a contribué à la création en 2010 de 600.000 emplois directs, indirects et induits.
En France, on peut estimer à environ 62.000 le nombre de création d'emplois pour ce secteur.


- Une moindre dépendance énergétique : d'après l'Agence américaine d'informations énergétiques (EIA),
la France recèlerait pas moins de 5.100 milliards de mètres cubes de réserves récupérables de gaz de schiste.
Soit plus de 100 fois sa consommation annuelle. Avec une production de 20 milliards de mètres cubes par an,
la France disposerait de 17,2 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP), soit 12 % de notre production d'énergie (168 TEP).
Des éléments à ne pas négliger. En 2011, la facture des importations de gaz et de pétrole a atteint un record à plus de 61 milliards d'euros.


- Une baisse des prix de l'énergie : La production de gaz de schiste a été multipliée par douze sur le sol américain
depuis 2000. L'exploitation des gaz de schiste aux Etats-Unis a entraîné un effondrement des prix et offert aux industriels
un gaz trois à quatre fois moins cher qu'en Europe. Conséquence : l'Amérique regagne une compétitivité importante.
(...)

Source et suite du dossier (très complet)
Gaz de schiste : les vrais enjeux
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/dossier/0202391226050-gaz-de-schiste-miracle-economique-ou-desastre-annonce-516245.php

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

La malédiction du gaz de schiste

Message  Silver Wisdom le Mer 30 Jan - 10:16

Bonjour à tous,

La malédiction du gaz de schiste



De la Pologne à la Pennsylvanie, Lech Kowalski met à jour le fossé entre le discours des industriels
et la réalité de l’exploitation du gaz de schiste. Un film coup de poing.


Zamosc, en Pologne orientale : au hasard d’un tournage dans cette région rurale, Lech Kowalski rencontre en 2009
des paysans sur les terres desquels de grandes firmes américaines ont commencé à prospecter pour extraire du gaz de schiste.
Fissures dans les murs des fermes, pollution des eaux, bulldozers investissant des champs à quelques dizaines de mètres des habitations…
Les villageois sont inquiets. Or cette situation locale n’a rien d’anecdotique et témoigne d’un phénomène qui menace aujourd’hui
toute la planète. Bradford County, aux États-Unis, est au gaz de schiste ce que l’Arabie Saoudite est au pétrole.
Mais on est loin de l’image idyllique d’une “énergie non conventionnelle” propre et d’exploitation aisée que veulent donner les industriels.
Dans ce petit comté du nord-est des États-Unis, le réalisateur filme des paysages dévastés et l’épuisement physique
et psychologique des habitants.

Un combat inégal

Cinéaste underground, passionné par les groupes à la marge (les SDF dans Rock soup, les punks dans Born to lose)
et les grandes tragédies de l’histoire européenne (Hitler’s highway), Lech Kowalski s’aventure ici dans les profondeurs
de la campagne polonaise. Il dépeint le combat inégal de petites gens victimes de contrats léonins, pour la sauvegarde
de leurs villages, de leurs maisons, de leurs exploitations agricoles, de leur eau et de leur santé,
et qui remportent quelques victoires inattendues. L’enjeu est de taille : la Pologne voit dans cette énergie nouvelle
une promesse d’indépendance vis-à-vis du gaz russe. À l’instar du travail d’investigation entrepris il y a deux ans aux États-Unis
par Josh Fox dans Gasland – disponible en DVD chez ARTE Éditions –, ce documentaire constitue une mine d’informations sur les pratiques des compagnies de forage et sur les conséquences de cette exploitation sur la vie quotidienne des Européens.

Source de l'article
La malédiction du gaz de schiste
http://www.arte.tv/fr/la-malediction-du-gaz-de-schiste/7258938,CmC=7258946.html

La malédiction du gaz de schiste (Documentaire)


Publiée le 1 févr. 2013 par Joelle Leconte

Bien Amicalement.


Dernière édition par Silver Wisdom le Mar 26 Fév - 10:28, édité 1 fois (Raison : Modification de lien vidéo)

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaz de Schiste : Un enfer écologique pour les uns, un eldorado économique pour les autres

Message  Geoff le Jeu 31 Jan - 14:13

Le Parlement va se pencher sur les techniques alternatives d'extraction du gaz de schiste



L'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) a donné jeudi le coup d'envoi à un rapport qui vise à évaluer les alternatives à la fracturation hydraulique, rouvrant ainsi le dossier ultrasensible de l'exploitation du gaz de schiste.

Cet organisme qui regroupe des élus des deux chambres (Assemblée nationale et Sénat) et de tous bords, a approuvé à l'unanimité une étude de faisabilité rédigée par le député Christian Bataille (PS) et le sénateur Jean-Claude Lenoir (UMP), donnant ainsi le feu vert au lancement d'un tel rapport, qui devrait être publié cet automne, a-t-on appris auprès de l'Office. Un rapport d'étape sera présenté au printemps prochain et que le rapport final sera présenté à l'automne 2013.

Cette étude préalable souligne que la fracturation hydraulique, technique d'extraction du gaz de schiste interdite en France depuis juillet 2011, est "une technique ancienne qui évolue aujourd'hui rapidement sous l'effet de considérations environnementales de plus en plus partagées".

En outre, selon ce document, une alternative, la fracturation au propane, est déjà opérationnelle et "mériterait un plus ample examen", tandis que "d'autres technologies sont envisagées en recherche et susceptibles d'aboutir à des applications d'ici une dizaine d'années".

"SOUS ADDICTION FOSSILE"

L'Opecst, organisme paritaire composé de 18 députés et 18 sénateurs, est chargé "d'informer le Parlement des conséquences des choix de caractère scientifique et technologique afin d'éclairer ses décisions". La mise à l'étude d'un tel rapport en décembre dernier avait été fortement critiquée par le député écologiste Denis Baupin.

"Les écologistes ne sont pas opposés à la recherche. Mais donnons la priorité aux recherches qui favoriseront la transition énergétique, et non celles qui risquent de nous maintenir sous addiction fossile", a indiqué M. Baupin, jeudi, dans un communiqué regrettant le lancement de ce rapport.

Même son de cloche à l'ONG Greenpeace : "Quelle que soit la technique utilisée, il est aberrant de se lancer aujourd'hui dans l'exploitation d'une nouvelle ressource fossile", déplore dans un communiqué Anne Valette, chargée de campagne Climat pour Greenpeace France. "La réduction des émissions de gaz à effet de serre est bien le défi principal que le monde doit relever. Se lancer dans l'exploitation des gaz de schistes aujourd'hui revient à faire un bras d'honneur à tous les processus de lutte contre le dérèglement climatique dans laquelle la France est engagée."

Le gouvernement Ayrault a fermé la porte pour le moment à l'exploitation du gaz de schiste en réaffirmant l'interdiction de la fracturation hydraulique, seule technologie existante permettant de l'extraire du sous-sol, au nom des risques environnementaux.

Pour autant, le président François Hollande a récemment relevé que la recherche de techniques alternatives à la fracturation hydraulique continuait et qu'il "prendr[ait] ses responsabilités" si une nouvelle technique respectueuse de l'environnement apparaissait.


Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/01/31/le-parlement-va-se-pencher-sur-les-techniques-alternatives-d-extraction-du-gaz-de-schiste_1825504_3244.html#ens_id=1736241&xtor=RSS-3208

_________________
"Cogito ergo sum." (Descartes)

"Très attaqué, Dieu se défend par le mépris, en ne répondant pas."(Jules Renard)

"Si Jésus avait dit "Prenez et fumez", le hash serait légal."(Philippe Perrier)
avatar
Geoff
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription : 18/02/2012
Age : 32
Localisation : Wagadey, Jubbada Dhexe, Somalia

Revenir en haut Aller en bas

Gaz de schiste : un rapport censuré aux Etats-Unis sous la pression de l’industrie

Message  Silver Wisdom le Jeu 31 Jan - 16:30

Bonjour à tous,

Gaz de schiste : un rapport censuré aux Etats-Unis
sous la pression de l’industrie




L’Agence américaine de protection de l’environnement est sous le feu des critiques, accusée d’avoir censuré un rapport
sur les dangers de la fracturation hydraulique. Cette technique, nécessaire à l’extraction des gaz et pétrole de schiste,
constituerait bien une menace directe dans l’approvisionnement en eau potable. Les organisations écologistes reprochent
à l’Agence américaine d’avoir plié sous la pression de l’industrie.


L’Agence de Protection Environnementale des Etats-Unis (EPA) a t-elle censuré un rapport mettant en cause la fracturation hydraulique,
sous la pression de l’industrie gazière et pétrolière ? C’est ce qu’assure l’agence Associated Press qui s’est procuré le rapport de l’EPA
révélant que la fracturation hydraulique, technique nécessaire à l’extraction des gaz et pétrole de schiste, constitue une menace directe
dans l’approvisionnement en eau potable.

Ray a travaillé pour l’industrie du gaz jusqu’à ce qu’un accident sur un puits de gaz de schiste dans son “backyard”,
ai pollué son puits, sa terre, son existence…

L’eau a été contaminée, des suites de la fracturation (fracking).

La compagnie de gaz (Cabot Oil &Gas) nie avoir une responsabilité
et prétend que son eau était polluée bien avant que le forage ait commencé ..


Eh bien, prenez un verre et asseyez vous….Ray va vous expliquer…

"FROM THE FRONTLINES", Ray Kemble, Dimock, PA


Publiée le 8 janv. 2013 par urbandisasterrecords

Message de Ray:
“Bonjour, s’il vous plaît diffusez cette vidéo des Terres gazières de Pennsylvanie.
Ce qui se passe est ici , c’est de la folie…
Aidez nous à communiquer sur ce que nous vivons… ”
En ligne de front avec Ray Kemble, habitant de Dimock, Pennsylvanie.
http://nofrackingfrance.fr/en-ligne-de-front-avec-ray-kemble-habitant-de-dimock-pennsylvanie-9697
Des bulles dans l’eau, « comme du champagne »

L’affaire débute en 2010 à Weatherfod au Texas. La famille Lipsky constate que l’eau « potable » de la maison commence
à « faire des bulles comme du champagne ». « Au début, l’EPA a estimé la situation si grave qu’elle a émis une ordonnance d’urgence
fin 2010 établissant qu’au moins deux propriétaires étaient en danger immédiat du fait d’un puits saturé de méthane inflammable »,
écrit l’Associated Press (AP). La compagnie Range Resources, propriétaire de plusieurs puits de gaz au Texas,
dont l’un situé à moins de deux kilomètres de la maison des Lipsky, est pointée du doigt.


In this Nov. 26, 2012 photo, Steve Lipsky pauses during an interview at his family's home in rural Parker County
near Weatherford, Texas. The U.S. Environmental Protection Agency had evidence a gas company's drilling operation contaminated
Lipsky's drinking water with explosive methane, and possibly cancer-causing chemicals, but withdrew its enforcement action,
leaving the family with no useable water supply, according to a report obtained by The Associated Press. The EPA's decision
to roll back its initial claim that hydraulic fracturing, or ìfracking,î operations had contaminated the water is the latest case
in which the federal agency initially linked drilling to water contamination and then softened its position,
drawing criticism from Republicans and industry officials who insisted they proved the agency was inefficient
and too quick to draw conclusions. (AP Photo/LM Otero)

EPA changed course after gas company protested
http://news.yahoo.com/epa-changed-course-gas-company-184636962.html

L’agence environnementale ordonne à la société de prendre des mesures pour nettoyer leurs puits et fournir de l’eau sûre
aux propriétaires affectés. Range Resources menace alors de ne pas prendre part à une étude menée par l’EPA concernant
le lien entre la fracturation hydraulique et la contamination de l’eau, ni d’autoriser les scientifiques du gouvernement à accéder
à ses sites de forage. Sans explication officielle, l’EPA opère en mars 2012 un revirement en retirant son ordonnance d’urgence
et en décidant de mettre fin à la bataille judiciaire

Preuves dissimulées ?

L’Agence états-unienne ne rend pas non plus public le rapport commandé quelques mois plus tôt à un scientifique indépendant,
Geoffrey Thine. Après avoir fait analyser les échantillons d’eau prélevés dans 32 puits, le chercheur conclut que le gaz présent
dans l’eau potable de la famille Lipsky pourrait bien provenir de l’opération de fracturation hydraulique.

« Je ne peux pas croire qu’un organisme qui connait la vérité sur quelque chose comme ça, ou dispose de telles preuves,
ne les utiliserait pas », a déclaré Lipsky auprès de l’AP. Cet habitant est désormais contraint de payer 1 000 $ par mois
pour avoir de l’eau potable acheminée jusqu’à sa maison. Les autorités de l’État ayant déclaré que Range Resources
n’était pas responsable, la compagnie a cessé ses opérations de nettoyage des puits.

« Il est inadmissible que l’EPA, qui est en charge de la protection des ressources vitales de notre pays,
se replie sous la pression de l’industrie gazière et pétrolière, s’insurge la coalition Americans Against Fracking.
Cette affaire montre que la fracturation hydraulique ne peut être réglementée de manière sûre quand l’industrie du pétrole
et du gaz peut user de son influence considérable pour contourner les règles en sa faveur. »
La coalition demande l’interdiction de la fracturation hydraulique.
En 2012, 200 mesures locales visant à interdire la fracturation ont été prises à travers les États-Unis.


Sophie Chapelle

Source de l'article
Gaz de schiste : un rapport censuré aux Etats-Unis sous la pression de l’industrie
http://www.bastamag.net/article2894.html

A lire également
Gaz de schiste : à la “bulle” nul n'échappera...
http://www.dedefensa.org/article-gaz_de_schiste_la_bulle_nul_n_chappera_11_01_2013.html
Gaz de schiste : à la “bulle” nul n’échappera… (II)
http://www.dedefensa.org/article-gaz_de_schiste_la_bulle_nul_n_chappera_ii_16_01_2013.html

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

No Gazaran, non au gaz de schiste

Message  Silver Wisdom le Ven 1 Fév - 10:09

Bonjour à tous,

No Gazaran, non au gaz de schiste



Parce qu'il y a 60 ans, on nous a imposé le nucléaire sans nous préciser les conséquences à long terme,
parce que les ingénieurs des grandes écoles d'aujourd'hui sont formatés de la même façon que ceux d'hier,
parce qu'on essaie de nous refaire le coup de l'indépendance énergétique, parce qu'on va bientôt nous dire qu'un derrick
"c'est moins moche qu'une éolienne", parce que cette fois, on connait les conséquences
et que s'informer sur le sujet va devenir urgent...


Réalisé par Josh Fox, l'exploitation du gaz de schiste depuis 20 ans aux Etat-Unis, "GASLAND",
le documentaire le plus complet sur le sujet à l'heure actuelle.


GASLAND (VF) Voyage au pays du gaz de schiste

Gasland est une enquête troublante sur la ruée vers le gaz de schiste aux États-Unis,
qui dénonce les conséquences sur l’environnement et sur la santé du forage de cette forme de gaz naturel.

La fracturation hydraulique est un procédé employé par les sociétés de forage.
Il semble que cette technique ne soit pas sans danger.
Les citoyens rencontrés témoignent de plusieurs incidents :
eau du robinet inflammable, nappes phréatiques polluées, morbidité animale, et symptômes physiologiques importants.


Aujourd’hui, plusieurs Américains militent pour l’adoption d’une loi
qui imposerait des règles et des contrôles aux entreprises gazières et pétrolières.
Mais le débat ne fait que commencer, alors que le gaz naturel est perçu comme un premier pas vers l’indépendance énergétique.



uploaded by Rikiai

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Gaz de schiste : désastre financier ou écologique ?

Message  Silver Wisdom le Mar 26 Fév - 10:24

Bonjour à tous,

Gaz de schiste : désastre financier ou écologique ?



Alors qu’une mission parlementaire souhaite relancer l’hypothèse
d’une exploitation du gaz de schiste en France,
les multinationales du secteur sont au pied du mur :
soit elles sacrifient l’environnement, soit elles mettront la clef sous la porte.


Cela fait des mois que les antis et les pro-gaz de schistes s’opposent sur l’impact des dégâts environnementaux.
Dans la presse, on ne saurait dire si tels ou tels journaux se placent du côté des adversaires ou des partisans du gaz de schiste.

Un pataquès survenu au journal Le Monde après la publication d’un reportage aux USA très favorable au gaz de schiste,
montre qu’en réalité les journalistes économiques sont plutôt aussi favorables aux gaz de schistes que les journalistes
des rubriques environnement y sont hostiles. On imagine l’ambiance à la cantine…



Exploitation de pétrole de schiste dans le Kansas. (SIPA)

En exploitant leur gaz et leur pétrole de schiste, les Américains ont assuré leur renaissance industrielle.
L'AIE estime que les Etats-Unis seront même le plus gros producteur d'or noir au monde d'ici 2017.


(...)

Aux Etats-Unis, le boom du gaz de schiste a parfois conduit à des excès (des nappes phréatiques ont été souillées).
Mais, n’en déplaise aux écologistes, il a aussi eu des répercussions environnementales… positives.
Depuis 2006, les émissions de gaz à effets de serre ont en effet diminué de près de 8% en Amérique,
car des centrales électriques au charbon ont été remplacées par des centrales au gaz moins polluantes.


Le gaz de schiste, sauveur des Etats-Unis
http://www.challenges.fr/industrie/20121113.CHA3009/le-gaz-et-le-petrole-de-schiste-sauveurs-des-etats-unis.html
En réalité, il semblerait que les grandes entreprises comme Bradford County tentent d’ouvrir un maximum de forages
dans le monde avant que l’on en sache trop sur les conséquences écologiques. Il s’agit aussi de cacher la déception
sur les rendements bien inférieurs à ceux promis aux investisseurs et aux Etats. Car une fois qu’on a commencé à creuser la roche,
il est plus facile de demander des rallonges budgétaires aux Etats ou aux Régions pour continuer de creuser,
que de sortir du trou en avouant son erreur.


Voilà qui explique probablement l’intensité du lobbying déployé à tous les échelons du pouvoir…
Soit le gaz de schiste convertit le monde à sa cause, soit il perdra rapidement le soutien des investisseurs effrayés
par le mauvais rendement énergétique et la mobilisation des populations locales hostiles…
Rappelons qu’en France, le piètre rapport sur la compétitivité de Louis Gallois, préconisait la prospection de forages
en France se faisant le porte-voix de nombreux industriels…
L’annonce d’une mission d’info parlementaire destinée à démontrer qu’on peut creuser la roche sans polluer l’eau montre
la persistance des partisans du gaz de schiste…

Problème : comme le montre le reportage de Lech Kowalski, qui a enquêté sur des forages en Pologne et en Pensylvanie,
les conséquences écologiques et sanitaires de ces forages surgissent bien plus rapidement que prévues.
L’eau devient noire à cause des résidus de la fracturation hydrauliques qui atteignent les nappes phréatiques.
Et c’est tout l’écosystème qui trinque : les vaches ont la peau boursouflée,
et les habitants commencent à se plaindre de problèmes de santé.

C'est bien au détriment de la santé humaine plus encore que de l'environnement que l'exploitation des gaz de schiste
se fait aux États-Unis, exploitation qui s'est intensifié à partir de 2008. C'est un document de l’agence américaine
de protection de l’environnement (EPA) dont les extraits sont publiés par le New York Times qui le révèle...enfin!


(...)

« Avec la fracturation hydraulique, un puits produit parfois plus de 4 millions
de litres d’eaux usées qui contiennent souvent des sels hautement corrosifs, des cancérogènes
comme le benzène et des éléments radioactifs comme le radium,
tous pouvant être présents naturellement à des centaines de mètres sous le sol »
(...)

« les eaux usées, qui sont parfois transportées jusqu’à des stations d’épuration non conçues pour les traiter
et qui sont ensuite déversées dans des rivières qui fournissent de l’eau potable, présentent des niveaux de radioactivité
plus élevés que ceux connus auparavant et bien plus hauts que les niveaux considérés comme sûrs
par les réglementations fédérales pour le traitement par ces stations d’épuration »
(...)

Les gaz de schiste révèlent la vraie nature du problème lié à leur exploitation
http://www.legavox.fr/blog/maitre-muriel-bodin/schiste-revelent-vraie-nature-probleme-4667.htm
Il y a ensuite un contre sens historico-économique à promouvoir une nouvelle énergie émettrice de carbone alors même
que l’année 2012 a battu de loin tous les records en matière d’accélération du réchauffement climatique.

En réalité, il y a bien une bulle du gaz de schiste et des entreprises au bord de la faillite souhaitent obtenir
des permis de forages pour les inclure dans leurs bilans comptables et rassurer les investisseurs. Une stratégie de maquillage,
qui finira soit comme un désastre financier (les entreprises feraient faillites), soit comme un pur désastre écologique
(mise sous pression financières, elle feraient baisser les coûts en sacrifiant l’environnement).


Source de l'article
Gaz de schiste : désastre financier ou écologique ?
http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/gaz-de-schiste-desastre-financier-131373

En ce qui me concerne,
je suis persuadé que vous connaissez mon avis sur la question.


Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

L'Autre Monde du 04 mars 2013 - Invité Jacques Tétreault - Spéciale Gaz de Schiste

Message  Silver Wisdom le Mer 6 Mar - 9:32

Bonjour à tous,

L'Autre Monde du 04 mars 2013
Invité Jacques Tétreault : Spéciale Gaz de Schiste



Jacques Tétreault professeur et biologiste


(...)
En 2010, l’industrie prétendait que seulement huit produits chimiques étaient employés dans le processus de fracturation.
Aujourd’hui, selon l’agence américaine de protection environnementale, on nous dit qu’il y en a 652.
L’un des plus importants est le méthanol qui est utilisé pour empêcher que le sel attaque les tuyaux insérés dans le sol,
car il faut savoir que l’eau souterraine est dix fois plus salée que l’eau de mer. Le méthanol est très dangereux pour l’humain.
Il peut provoquer la dépression et des nausées et, dans un deuxième temps, il s’attaque au sang.


Et qu’arrive-t-il avec les eaux usées?
La seule solution est la dilution, ce qui n’est pas très rassurant.

(...)

Une pétition nationale pour une enquête publique transparente
http://www.journalexpress.ca/Actualites/Politique/2012-03-12/article-2925367/Une-petition-nationale-pour-une-enquete-publique-transparente/1

Publiée le 5 mars 2013 par Stef2892

Pour télécharger l’émission au format MP3 c’est ici :
http://archives.choq.fm/2013-03-04/128_129.mp3

Retrouvez tous les liens sur le blog « Les Nouvelles Internationales » ici :
http://lesnouvellesinternationales.blogspot.fr/

Bien Amicalement.


Dernière édition par Silver Wisdom le Lun 22 Avr - 8:35, édité 1 fois (Raison : Modification lien vidéo)

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

L’interdiction de la fracturation hydraulique est-elle constitutionnelle ?

Message  Silver Wisdom le Lun 22 Avr - 9:53

Bonjour à tous,

L’interdiction de la fracturation hydraulique est-elle constitutionnelle ?



Le Conseil d'Etat vient d'être officiellement saisi d'une question prioritaire de constitutionnalité
déposée par le groupe texan Schuepbach et visant la loi du 13 juillet 2011
interdisant la fracturation hydraulique pour l'extraction d'hydrocarbures.


Une ordonnance prise le 21 mars 2013 par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d'Oise) renvoie devant le Conseil d'Etat
une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) visant la loi du 13 juillet 2011 interdisant la fracturation hydraulique
pour l'extraction d'hydrocarbures, rapportent les collectifs d'opposants au gaz de schiste.

Déposée par la société texane Schuepbach Energy dans le cadre d'un recours contre l'abrogation
de ses permis de recherche d'hydrocarbures de Nant et de Villeneuve-de-Berg,
la QPC vise les articles 1er et 3 de la loi du 13 juillet 2011.


Article 1

En application de la Charte de l'environnement de 2004 et du principe d'action préventive et de correction
prévu à l'article L. 110-1 du code de l'environnement, l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides
ou gazeux par des forages suivis de fracturation hydraulique de la roche sont interdites sur le territoire national.


Article 3

I. ― Dans un délai de deux mois à compter de la promulgation de la présente loi, les titulaires de permis exclusifs
de recherches de mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux remettent à l'autorité administrative qui a délivré
les permis un rapport précisant les techniques employées ou envisagées dans le cadre de leurs activités de recherches.
L'autorité administrative rend ce rapport public.

II. ― Si les titulaires des permis n'ont pas remis le rapport prescrit au I ou si le rapport mentionne le recours,
effectif ou éventuel, à des forages suivis de fracturation hydraulique de la roche, les permis exclusifs de recherches
concernés sont abrogés.

III. ― Dans un délai de trois mois à compter de la promulgation de la présente loi,
l'autorité administrative publie au Journal officiel la liste des permis exclusifs de recherches abrogés.

IV. ― Le fait de procéder à un forage suivi de fracturation hydraulique de la roche sans l'avoir déclaré
à l'autorité administrative dans le rapport prévu au I est puni d'un an d'emprisonnement et de 75 000 € d'amende.
JORF n°0162 du 14 juillet 2011 page 12217
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024361355&dateTexte=&categorieLien=id
"Le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise refuse de suivre les conclusions en défense du ministère de l'Ecologie",
rapporte l'Inter-collectif du 22 septembre Sud, estimant que "la loi du 13 juillet 2011 interdisant la fracturation hydraulique est menacée".
Si les deux articles sont déclarés inconstitutionnels, les trois permis abrogés en octobre 2011 et les sept demandes annoncées rejetées
en septembre 2012 retrouveraient leur validité, craint l'Inter-collectif.

Après examen de la QPC, le Conseil d'État décidera de saisir ou non le Conseil constitutionnel qui tranchera.

La géothermie profonde épargnée

Schupelbach estime notamment que "l'interdiction de la fracturation hydraulique est discriminatoire (atteinte au principe d'égalité)
en ne concernant que la recherche d'hydrocarbures, liquides ou gazeux, à l'exception de celle des gîtes géothermiques",
indique le collectif ardéchois des opposants au gaz de schiste. Un motif qui vise directement l'article 1er de la loi,
qui dispose que "l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux par des forages
suivis de fracturation hydraulique de la roche sont interdites".

Cette exception avait déjà fait l'objet de longs débats en commission Développement durable de l'Assemblée nationale.
"Quant à la fracturation hydraulique, l'interdiction de recourir à cette technique risque d'entraver le développement de la géothermie profonde",
avait relevé Claude Gatignol (ancien député UMP de La Manche). Ce risque, selon l'un des deux rapporteurs, Michel Havard
(ancien député UMP du Rhône), n'avait pas lieu d'être puisque "la géothermie n'est aucunement concernée par ce texte,
qui ne porte que sur l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures".




Une conférence de Bruno Goffé, directeur de recherche et délégué scientifique Géo-ressource à l'Institut national des sciences de l'univers (CNRS – INSU), apporte un éclairage scientifique sur les principales questions : de quoi parle-t-on précisément, quels sont les risques, quelle en est l'ampleur, peut-on espérer les contrôler... et où en est la recherche ?

Le débat sur les gaz et pétrole de schiste a surtout mis aux prises les politiques et la société civile, des associations
au monde des affaires. Autant de points de vue utiles, mais parfois mal informés. La parole des scientifiques, pourtant indispensable
pour instruire ce débat, n’a guère été entendue.


Elle mérite pourtant de l’être, ne serait-ce que pour informer les citoyens.


La fracturation hydraulique - Conférence de... par paristechreview

Avis d'experts : Tout savoir de la fracturation hydraulique
http://www.enerzine.com/12/15205+avis-dexperts---tout-savoir-de-la-fracturation-hydraulique+.html
Recours juridictionnel inévitable

L'article 1er de la loi vise donc explicitement la recherche d'hydrocarbures mais, comme l'avait indiqué François-Michel Gonnot
(ancien député UMP de l'Oise), "interdire la fracturation hydraulique au nom des principes de précaution et de prévention
ne tient pas sur le plan du droit : il est en effet impossible de l'interdire pour les hydrocarbures et de l'autoriser pour la géothermie".
Et de prévenir : "je vous mets donc en garde car un recours au Conseil constitutionnel est possible sur ce seul point".
Un recours juridictionnel "inévitable", estimait-il, jugeant que "le problème sera moins lié à l'intervention de certains
de nos collègues auprès du Conseil constitutionnel (…) qu'au recours à la QPC par un certain nombre de titulaires de permis".


RAPPORT D’INFORMATION DÉPOSÉ en application de l’article 145 du Règlement
PAR LA MISSION D’INFORMATION sur les gaz et huile de schiste

http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-info/i3517.asp
A lire également
GAZ DE SCHISTE : LES AMÉRICAINS ADORENT MON RAPPORT
http://gonnot.over-blog.com/article-gaz-de-schiste-les-americains-adorent-mon-rapport-81787742.html

Si les sénateurs PS ont finalement renoncé à déposer un recours devant le Conseil constitutionnel, Schuepbach donne
aujourd'hui raison au député. En effet, l'entreprise considère que la loi du 13 juillet 2011 ne prévoit aucune véritable "évaluation des risques"
et l'interdiction de la fracturation hydraulique ne constitue pas "une mesure provisoire et proportionnée". Or, l'article 5 de la Charte
de l'environnement précise que "les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d'attributions,
à la mise en œuvre de procédures d'évaluation des risques et à l'adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer
à la réalisation du dommage".


Rapport à la Commission européenne DG Environnement
Support to the identification of potential risks for the environment and human health
arising from hydrocarbons operations involving hydraulic fracturing in Europe (pdf en anglais)

Gaz de schiste: identification des dangers et risques potentiels pour l’environnement
et la santé humaine résultant de la fracturation hydraulique en Europe

http://ec.europa.eu/environment/integration/energy/pdf/fracking%20study.pdf

Définir la fracturation hydraulique

Lors de la préparation du texte, certains députés, à l'image de Pascal Terrasse (député PS de l'Ardèche), estimait que la loi serait plus solide, juridiquement parlant, "à condition que soient ajoutés, après les mots « fracturation hydraulique », les mots « utilisant des amalgames
chimiques et recourant à une consommation d'eau excessive »". L'élu ardéchois craignait qu'avec l'apparition de méthodes alternatives,
un opérateur "récuse les termes « fracturation hydraulique » tout en continuant de recourir à cette technique". Un point rejeté
par le co-rapporteur Jean-Paul Chanteguet (député PS de l'Indre) qui considérait que "la précision souhaitée par M. Terrasse
serait redondante dès lors que nous savons fort bien ce qu'implique la fracturation hydraulique".

C'est pourtant sur ce point que la loi est aujourd'hui attaquée. Ainsi, Alain Roubineau, membre de l'Inter-collectif du 22 septembre Sud,
déplore justement que "la loi ne définit pas clairement ce qui est interdit", puisqu'elle ne précise pas, par exemple,
quels adjuvants chimiques sont prohibés ou quelle quantité d'eau est jugée excessive. Un point là encore soulevé par François-Michel Gonnot
qui estimait que "c'est là que réside le risque juridique", ajoutant que "si [le législateur opère] une distinction pour les produits pétroliers,
[il doit] la justifier. En l'occurrence, cela passe par l'adjonction (…) des adjuvants chimiques".




Des formules restent couvertes par le secret industriel

Le rapport lève le voile sur les produits utilisés par les 14 principales entreprises
ayant réalisé des fracturations hydrauliques aux Etats-Unis entre 2005 et 2009.
"Ces entreprises ont utilisé plus de 2.500 produits de fracturation hydraulique contenant
750 composés chimiques et autres", indique le rapport précisant qu'"en tout [elles] ont utilisé
780 millions de gallons [soit 2,95 millions de mètres cubes] de produits,
sans tenir compte de l'eau ajoutée sur le site du puits."

(...)
Au total, les parlementaires n'ont pas pu obtenir d'information complète
pour 279 produits contenant au moins un élément chimique considéré comme un secret commercial par le fabriquant.
Ces produits représentent 355.000 mètres cubes (94 millions de gallons) de solutions chimiques injectées,
soit environ 12,5% du total des produits utilisés sur les cinq ans couverts par le rapport.

Le rapport indique que pour, ces additifs prêts à l'emploi "les compagnies injectent des fluides
contenant des produits chimiques qu'elles ne peuvent pas elles-mêmes identifier."


la Chambre des Représentants liste les additifs chimiques utilisés aux USA avant 2009
http://www.actu-environnement.com/ae/news/representants-americains-rapport-liste-adjuvants-chimiques-12396.php4
© Tous droits réservés Actu-Environnement
Abrogation des permis

Un autre point soulevé par Schuepbach vise l'article 3 sur lequel se fonde l'abrogation des permis. L'opérateur texan considère
que cette abrogation serait en opposition avec le principe de l'article 17 de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen
qui institue le caractère "inviolable et sacré" de la propriété. Contrairement à ce qu'il prévoit, l'abrogation des permis n'est pas justifiée
par la nécessité publique, ni accompagnée d'une indemnisation des titulaires, avance Schuepbach.

Là aussi, ce point avait été soulevé par les parlementaires, et notamment François-Michel Gonnot qui estimait que "l'abrogation
[des permis déjà attribués] n'est pas justifiée juridiquement". Il considérait, là encore, que "[le législateur est] donc confronté
à un risque de « retoquage » de la loi extrêmement élevé, les titulaires de permis étant alors rétablis dans leurs droits".

Enfin, le collectif ardéchois ajoute que Schuepbach avance encore deux autres arguments pour appuyer sa QPC.
Tout d'abord, la loi ne prendrait pas suffisamment en compte les nécessités de développement économique et social,
comme prévu par l'article 6 de la Charte de l'Environnement. Ensuite, la loi du 13 juillet 2011 s'opposerait à l'article 16
de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen, au motif que l'obtention des permis confère légalement à Schuepbach
un droit sur lequel revient la loi en les abrogeant. Elle contreviendrait ainsi au principe assurant au citoyen une sécurité juridique.



Philippe Collet
Journaliste : Rédacteur spécialisé
Diplômé d'HEC, avec des spécialisations en économie et en communication, Philippe a rejoint Actu-environnement
en octobre 2010 après avoir été pigiste pour la rédaction pendant un an. Ses domaines de prédilection sont les sujets liés
aux enjeux internationaux, à l'énergie, aux changements climatique et aux déchets.
Source de l'artilce
Gaz de schiste : l'interdiction de la fracturation hydraulique est-elle constitutionnelle ?
http://www.actu-environnement.com/ae/news/loi-fracturation-hydraulique-recours-qpc-conseil-etat-18276.php4
© Tous droits réservés Actu-Environnement

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Thomas Porcher "Le mirage du gaz de schiste"

Message  Silver Wisdom le Jeu 9 Mai - 7:50

Bonjour à tous,

Thomas Porcher "Le mirage du gaz de schiste"



Que se passerait-il si la France décidait d’exploiter son gaz de schiste ?
Y aurait-il des créations d’emplois, une baisse du prix de l’énergie
ou un retour de la compétitivité ? Accéderions-nous au Graal de l’indépendance énergétique ?


Au coeur des débats, le gaz de schiste est supposé constituer l’énergie du futur et même sortir la France de la crise.
Thomas Porcher démonte un par un l’ensemble des arguments des lobbies progaz de schiste. Depuis le discours de François Hollande
à la Conférence environnementale du 14 septembre 2012, la France est le premier pays à avoir clairement refusé l’exploitation des gaz
et huiles de schiste.

Ce choix peut paraître paradoxal dans la mesure où c’est aussi le pays européen qui dispose des ressources les plus importantes.
Alors que le débat se focalise le plus souvent sur les problématiques environnementales, Thomas Porcher aborde le sujet d’un point
de vue économique et décline de manière synthétique les conséquences d’une ouverture législative d’une telle exploitation.
Entre autres : Absence de création d’emplois pérennes ; Absence d’incidence sur le coût de l’énergie pour les particuliers.

Appauvrissement de la valeur immobilière des terrains à l’entour d’une exploitation sans bénéfice pécuniaire pour les propriétaires ;
Cet argumentaire vient contrebalancer point par point une information largement dominée par les lobbies et éclaire le citoyen
sur des choix de société qui auront des conséquences sur plusieurs décennies.

Thomas Porcher "Le mirage du gaz de schiste"
(C à dire ?! 03 Mai 2013)



Source de l'article
Extraits du livre "Le mirage du gaz de schiste" de Thomas Porcher (16 pages)
http://lecercle.lesechos.fr/cercle/livres/bonnes-feuilles/221171857/extraits-livre-mirage-gaz-schiste-thomas-porcher

Bien Amicalement.


Dernière édition par Silver Wisdom le Mer 24 Sep - 13:59, édité 1 fois (Raison : Modification lien vidéo)

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

L'extraction du gaz de schiste : un vandalisme affairiste…

Message  Silver Wisdom le Mer 25 Juin - 9:26

L'extraction du gaz de schiste : un vandalisme affairiste…

Les digues de la censure craquent de toutes parts… Une à une,
maintenant par paquets, les informations, surnageant, se répandent. Dans tous les sens.



~ Le miracle du schiste devenu mirage (Philippe Grasset, Dedefensa) ~

Oui, le mirage du "Gaz de Schiste" que les pétroliers, avec leur colossal appareil de "désinformation-intoxication", nous présentaient comme la pierre philosophale, la révolution de "l’Indépendance Energétique", se révèle pour ce qu’il est : une arnaque à la crédulité. Une escroquerie pour "gogos" béats, anesthésiés, imperméables à tout esprit critique. Malgré les mises en garde répétées de nombreux spécialistes, observateurs et analystes. Etouffées, il est vrai, par nos médias s’autoproclamant "décrypteurs de l’information"… L’un des géants du métier ExxonMobil, dans son rapport 2013, nous assurait qu’à partir de 2025, grâce aux gaz de schiste, les Etats-Unis deviendraient exportateurs nets d’hydrocarbures !… Prévisions confortées auparavant par l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), dans son rapport 2012, annonçant qu’à partir de 2017, l’Arabie saoudite perdrait sa place de premier producteur mondial de pétrole au profit des Etats-Unis… Normal… Le secteur de l’énergie et celui des mirobolantes "Nouvelles Technologies" ne sont-ils pas des adeptes de ces effets d’annonce, créations de bulles à répétitions ?… Relevant davantage de divagations rocambolesques, étayées par d’impitoyables calculs cyniques, pour faire les poches du chaland, que d’une approche sérieusement industrielle et scientifique.

~ Le secret des substances chimiques associées à la fracturation hydraulique (Alfredo Jalife-Rahme, Réseau Voltaire) ~

Souvenons-nous de l’arnaque Enron… Gigantesque entreprise de production, de négoce, d’énergie électrique et de gaz naturel, dont le siège était à Huston au Texas, qui atteignait un chiffre d’affaires, en 2000, de 101 milliards de dollars. Classée six années consécutives par la célèbre publication Fortune, spécialisée dans la finance et l’économie mondiales, comme étant la société américaine la plus innovante ("America’s Most Innovative Company")… Avant de faire faillite le 2 décembre 2001, pour multiples, systématiques, remarquablement organisées, fraudes et manipulations comptables. Entraînant dans sa chute le célèbre cabinet international d’audit et de certification Arthur Andersen… En écritures comptables, le gaz de schiste n’échappe pas à des cabrioles similaires… Plus particulièrement dans la surévaluation des « réserves prouvées » de gaz de schiste. "Prouvées" comment ? Par qui ? L’entreprise elle-même, agissant en juge et partie ?… La décrue commence. Par prudence, la plupart des intervenants sur le marché nord-américain viennent de revoir à la baisse l’évaluation de ces actifs artificiellement gonflés dans leurs bilans, publications et déclarations. Déjà en 2013, ils ont diminué collectivement de plus de 35 milliards de dollars leurs estimations de réserves antérieurement « prouvées » (BHP Billiton, British Petroleum, Chesapeake Energy, EnCana, SouthWest Energy, etc.). Soit une diminution moyenne de 20%…

~ Gaz de schiste : la fête est finie (Jean-Michel Bezat, Le Monde) ~

Encore plus impressionnant : le mirifique gisement gazier de Marcellus (Marcellus Shale), réputé un des plus importants bassins de gaz de schiste du monde, vient d’être révisé à la baisse (Voir article ci-dessus)Situé, réparti, dans les sous-sols de quatre Etats : Etat de New-York, Ohio, Pennsylvanie, et Virginie de l’Ouest. Chute vertigineuse dans l’actualisation du chiffrage des réserves : de 410 "tcf" (trillion cubic feet) on tombe à 50 "tcf" !… Huit fois moins. Drastique révision qui n’épargne pas, non plus, un autre des gisements "géants" de l’Amérique du nord, celui de Monterey en Californie. La "US Energy Information Administration" (US EIA) vient de lui infliger un cataclysmique  coup d’éponge : moins 96 % !…  Alors que les "pétroliers" affirmaient qu’il représentait, d’après leurs "scientifiques mesures" : 64 % des réserves en gaz de schiste des Etats-Unis… C’est à partir de telles estimations exagérées que de multiples "études", certaines cautionnées par des universités (l’Université de Californie dans le cas du gisement de Monterey), avaient élaboré courbes et certitudes sur la création de millions d’emplois, de fabuleuses rentrées fiscales, et autres rêves à  la Perrette et son pot au lait… Jusqu’à l’AIE, qui reconnaît son erreur d’appréciation et de prospective !

~ Le gaz de schiste n’apportera pas l’indépendance énergétique aux Etats-Unis (Thomas Porcher, ReporTerre) ~

Infirmant ses triomphales annonces sur les "100 ans à venir d’indépendance énergétique" grâce au gaz de schiste. Non seulement les réserves de gaz de schiste s’avèrent un mythe, par la faiblesse des réserves et leurs coûts d’exploitation prohibitifs, mais les grands gisements traditionnels s’épuisent : Bakken dans le Dakota du Nord et Eagle Ford au Texas. Pour admettre dans son rapport de ce mois de juin que, dès 2020, les Etats-Unis vont connaître une forte baisse de leur production nationale d’hydrocarbures et, comme les Etats européens, devenir : "fortement dépendants des approvisionnements en provenance du Moyen-Orient" (increasingly dependent on Middle East supplies)… Les techniques de forage des gaz de schiste par fracturation des roches, d’où l’appellation "fracking" employée par les professionnels, avec un mélange sous pression, d’eau, de sable et de produits chimiques, nécessite de titanesques besoins en eau. Dans le meilleur des cas, la quantité d’eau injectée sous pression n’est réutilisable qu’à proportion de la moitié. Les relevés et constats actuels affichant des chiffres de consommation impressionnants : « … un forage nécessite quelque 20 millions de litres d’eau, soit la consommation quotidienne d’environ 100.000 habitants ! ». Compte tenu du fait qu’il est nécessaire, à production équivalente, de forer entre 50 et 60 puits, à faible "durée de vie extractive", contre un seul puits pour les forages d’hydrocarbures traditionnels du Moyen-Orient ou de Mer du nord par exemple, dont la "durée de vie" est quatre ou cinq fois supérieure, quels seraient les besoins en eau d’un pays pour assurer son "indépendance énergétique" à partir de l’extraction du gaz de schiste ?… En clair, pour arriver à  propulser les Etats-Unis devant un pays producteur d’hydrocarbures classiques, Arabie saoudite ou autre, il faudrait des millions de puits alimentés par un débit en eau équivalent à celui du Mississipi… Oui : pourquoi ne pas détourner le Mississipi dans un réseau de tuyaux, en toiles d’araignée connectées, pour alimenter cette forée de forages au paradis du gaz de schiste ?…

~ La course folle de l’eau de fracking pour les hydrocarbures (Dr. David Suzuki via Basta!Gaz) ~

C’est, pour nos oligarchies, prendre leurs désirs pour la réalité. Ou, considérer leurs concitoyens en "abrutis" dont la crédulité tiendrait de la béatitude imbécile. L’arnaque étant ficelée avec de la corde de chanvre aux couleurs zébrées "fluo". Dans nos pays, où l’eau devient de plus en plus une denrée rare en raison de la consommation exponentielle de nos modes de vie citadins, comment trouver ces millions de m3 pour extraire des gaz de schiste aux « réserves prouvées – introuvables » ?… Question encore plus préoccupante, dans des régions ou pays, du fait de leur contexte climatique, où l’eau constitue un enjeu majeur, voire de survie ?… Phénomène encore plus curieux : voir surgir, fabuleux mirages, des projets pharaoniques d’exploitation de gaz de schiste dans des pays leaders mondiaux de la production de gaz naturel, comme l’Algérie, soumis à un conditionnement climatique les obligeant à la plus grande vigilance dans la gestion de l’eau… De nombreux Algériens ont réagi devant l’énormité de l’esbroufe concernant leur pays, en formulant de pertinentes réflexions critiques sur le sujet, et le cœur du problème : l’eau !… Démasquant, au passage, les manœuvres de certains Etats occidentaux.

A ces aberrations aussi coûteuses que désastreuses s’ajoutent d’autres, tout autant dévastatrices. Deux, tout particulièrement. L’une : la multiplication des glissements de terrain, effondrements de sols, et tremblements de terre localisés, conséquences de l’impact des techniques de fracturation des roches souterraines. En atteste la densification des alertes émises par de nombreux géologues et stations d’observation spécialisées. Multipliés par 6 entre 2000 et 2011, aux Etats-Unis. Contrecoups telluriques extrêmement dangereux dans les zones habitées, ou comportant des ouvrages d’infrastructure aux paramètres de stabilité géologique impératifs, type barrages, etc. L’autre : l’extrême toxicité des produits chimiques employés dans cette technique d’extraction pour renforcer le pouvoir pénétrant et dissolvant de l’eau sous pression. L’eau ainsi polluée, restée prisonnière des roches, par migration souterraine pénètre, et se mélange avec, les nappes phréatiques. Créant des menaces aux conséquences inimaginables pour la santé humaine dans son alimentation en eau potable, mais aussi via les productions agricoles et l’élevage.

Des parlementaires américains se sont préoccupés des risques. Dans un rapport publié en 2011, soigneusement étouffé par les médias pendant 3 ans (Voir plus haut l'article de Alfredo Jalife-Rahme), ils estiment qu’entre 2005 et 2009, les entreprises d’extraction ont utilisé sur le territoire américian environ 94 millions de gallons (1 gallon = 3,7879 litres) de 279 produits chimiques toxiques. Chacun de ces fluides ou adjuvants contenant au minimum un produit chimique inconnu, volontairement ou involontairement, de bonne ou de mauvaise foi, de l’utilisateur. Les sociétés chimiques, fournissant les agents toxiques, lui opposant le principe du "secret de fabrication". La commission parlementaire, effarée par cette insolente manifestation de "la main invisible du marché", livrant un constat accablant d’inconscience : « Les entreprises d’extraction injectent donc des fluides contenant des produits chimiques qu’elles sont incapables d’identifier ». Parmi ceux-ci, des substances fortement cancérigènes, tout spécialement : le naphtalène, le benzène et l’acrylamide. Ou encore, des polluants atmosphériques ravageurs, tels que le fluorure d’hydrogène, le plomb et le méthanol.

~ 3 questions à Juliette Renaud , à l'occasion de la sortie du documentaire Terres de schiste (Agir pour l'Environnement) ~

Le plus stupéfiant est de voir, en France, au moment où les escrocs au gaz de schiste sont pris les doigts dans le pot de confiture en Amérique du nord, médias et lobbies soutenir pareille absurdité, économique, environnementale. Suicidaire. S’insurgeant, dans leur zèle inquisitorial, accusateur, contre le "principe de précaution", fustigeant la "ringardise" de leurs compatriotes, "analphabètes" des bienfaits du "progrès technique"… Dissimulant avec soin, derrière l’arnaque de leurs vertueuses postures au méticuleux cynisme, projets et montages de fructeuses spéculations boursières sur les actions et obligations des sociétés concernées (introductions, cotations, augmentations de capital, etc.). Ou, plus occultes : pompes à subventions, niches et exonérations fiscales, entourloupes comptables pour minorer les bénéfices imposables, au nom du "soutien à l’innovation", à la "compétitivité", et autres anesthésiants atomiseurs de poudres de perlimpinpin… Pour l’unique profit de multinationales, affairistes, et politiciens, dont la rapacité n’a que faire de l’avenir et du bien-être de nos collectivités. Encore moins, de notre planète…
Georges Stanechy
Source de l'article : Gaz de Schiste : La Bulle à Gogos… (A contre courant) via Résistance 71

avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

La révolution des gaz de schiste en est-elle encore une ?...

Message  Silver Wisdom le Mer 24 Sep - 14:00

La révolution des gaz de schiste en est-elle encore une ?...

L’Agence d’Information sur l’Énergie (EIA) réduisait en début d’année
ses estimations de réserves de pétrole de schiste dans le bassin de Monterey en Californie de 96%.
De 14 milliards de barils récupérables, le gisement n’en offrirait plus que 600 millions...



~ Etats-Unis: la révolution du gaz de schiste se termine en désastre écologique et social (Blogapares) ~

Plusieurs estimations concluent que les réserves de la formation Utica ne seraient qu’une fraction, environ 5%, de ce que les autorités avaient laissé entendre. « Les attentes suscitées sur le plan financier par l’essor de l’exploitation des schistes ont été souvent exagérées par les sociétés pétrolières et par Wall Street » écrivait Bernard de Combret en février dans les Echos. Après l’enthousiasme extravagant des premiers temps, attribué par certains à la construction délibérée d’une nouvelle bulle, la promesse des énergies de schiste se dégonfle-t-elle réellement? David Fyfe, chef économiste chez Gunvor à Genève, se montre plus mesuré. Si l’exubérance irrationnelle des dernières années ne se justifiait pas, le désarroi n’est pas non plus de mise.

Il distingue tout d’abord les réserves de pétrole de celles de gaz. La profondeur de ces dernières étant beaucoup plus considérable et bien plus transformatrice pour l’économie américaine. Il rappelle, en outre, qu’il eut été absurde de compter sur les réserves californiennes et que ni le bassin de Monterey ni la formation Utica à New York n’ont jamais été considérées comme des sources primaires d’énergie fossile. En d’autres termes, qu’il n’y jamais été question de les exploiter dans les premières années. La densité de population, et dans le cas de la Californie, les normes environnementales, ont toujours représenté un frein au développement du forage et l’exploitation de ces zones qui ne pourrait être envisagée qu’avec une hausse significative du prix du pétrole et plutôt à partir de 2030 que de 2020. Il rappelle, une fois encore, l’importance des réserves prouvées par rapport à celle des ressources physiques estimées auxquelles les médias accordent un poids superfétatoire. « Cependant si la cadence d’exploitation des huiles de schistes restera rapide jusqu’en 2020, elle sera amenée à ralentir par la suite » observe-t-il. Il est hors de question que la production de brut américaine continue à s’accroitre d’un million de barils/jour chaque année.

Myret Zaki a écrit:
Depuis cet été, des experts mettent sérieusement en doute le bien-fondé économique de la fracturation hydraulique. «La production des puits décline si rapidement aux Etats-Unis qu’ils ne seront jamais rentables», dit l’expert Tim Morgan dans un article intitulé « Gaz de schiste, la bulle internet de notre temps », paru le 4 août dans le Telegraph. Responsable global de la recherche chez le courtier en énergie Tullett Prebon jusqu’en 2013, il estime que la fracturation, ou fracking, est une absurdité économique. (...)

~ Gaz de schiste, un non-sens économique (Myret Zaki, Bilan) ~

La forme de la courbe des futures sur le Brent et sur WTI marque toutefois une évolution marquée du sentiment. Pour les deux produits, les courbes de janvier projetaient un net fléchissement des prix à 5 ans, avec des valeurs entre 85 et 90 dollars le baril pour le Brent et entre 75 et 80 dollars pour le WTI. Ce n’est plus le cas. A fin août, ces valeurs sont remontées respectivement au dessus de 95 dollars pour le Brent et 85 pour le WTI. Jusqu’en début d’année, le marché sous-estimait les risques d’approvisionnement. La réévaluation des réserves californiennes a sonné l’alarme, au même titre que les problèmes politiques en Irak et en Russie. Les schistes ont tout de même révolutionné l’économie américaine. D’importateurs de pays pétroliers, les Etats-Unis sont passés au statut d’exportateur avec 4 millions de barils/jour de produits raffinés. Ce qui a fait plonger le raffinage européen. L’interdiction d’exporter le brut américain reste en vigueur mais la vente à l’international des condensats est maintenant autorisée, au cas par cas. Chaque cargo doit en demander l’autorisation.


~ La révolution du pétrole de schiste est-elle déjà terminée aux États-Unis ? (Thomas Porcher, Atlantico) ~

« Le pétrole de schiste est beaucoup plus sensible au prix que ne le sont les produits extraits des réservoirs traditionnels » observe David Fyfe. L’approche classique exige des capitaux de départ considérables mais l’exploitation est beaucoup moins couteuse. C’est l’inverse pour le pétrole de schiste qui demande peu d’investissement et exige de forer et forer encore, avec un taux de déclin naturel de 35% à 45%. Avec un seuil de rentabilité situé entre 50 et 80 dollars le baril pour le WTI (et 60 à 90 pour le Brent), dès que le prix du brut chute (il est aujourd’hui en dessous de 100 dollars pour le Brent), l’exploitation d’un gisement de schiste trop couteux peut cesser immédiatement, offrant la remarquable flexibilité d’une industrie qui peut stopper et repartir à tout moment en fonction du prix. Reste aussi à déterminer ce qui se passera lorsque la Réserve Fédérale rehaussera les taux car les sociétés du secteur sont lourdement endettées.

Jonathan Baltora a écrit:
(...) La révolution du gaz de schiste aux États-Unis nécessite que les cours du pétrole brut (WTI) soient supérieurs à 80/85 dollars (USD) le baril. Il ne s’agit pas d’une source de désinflation. Nous pensons que les nouvelles sources d’énergie, même si elles représentent une opportunité exceptionnelle pour l’économie américaine, sont plus chères à produire et à acheminer. Il est probable que les producteurs freineront leurs activités de forage en cas de repli des cours au niveau ou sous la barre des 80/85 dollars. (...)

~ La Réserve Fédérale ferme les yeux sur la récente hausse de l’inflation américaine (Globalix) ~

Nicolette de joncaire

Source de l'article : L’incertitude autour des schistes (Agefi)

avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Des groupes de pression qui œuvrent en faveur de l’exploitation du gaz de schiste...

Message  Silver Wisdom le Mer 15 Oct - 12:54

Des groupes de pression qui œuvrent
en faveur de l’exploitation du gaz de schiste...


Depuis des années, les lobbyistes, hommes de main des industriels,
jouent dans l’ombre des parties qui sacrifient la santé publique aux intérêts financiers.
Vache folle, sang contaminé, amiante… Dans ces scandales sanitaires, ils ont manipulé l’opinion
et les politiques en toute impunité. Aujourd’hui, leur nouveau terrain de jeu est celui des gaz de schiste.



~ Gaz de schiste : comment la multinationale Shell fracture la planète à tout va (Olivier Petitjean, Basta!) ~

En juillet 2011, la France interdit l’exploitation des gaz de schiste. Depuis, les lobbyistes de ce secteur n’ont eu de cesse de convaincre les politiques de faire marche arrière. C’est un documentaire à charge que signe Michel Tedoldi contre les manipulations des lobbyistes, hommes de main des industriels qui défendent l’exploitation des gaz de schiste en France. En passe de gagner, ils sont de ceux qui, dans l’ombre, jouent des parties sacrifiant la santé publique aux intérêts financiers. Pour comprendre leur pouvoir et les enjeux de cette contre-attaque sans merci, le réalisateur est parti à la rencontre de ces groupes de pression, des hommes et femmes politiques victimes de leurs assauts répétés et de tous ceux qui hurlent au futur scandale sanitaire.

Pour ceux-là, il suffit d’observer ce qui se passe aux Etats-Unis depuis 2005. Plus de cinq cent mille puits y ont été forés, permettant de diviser le prix du gaz par quatre. Mais les conséquences sur l’environnement et la santé sont désastreuses : pollution des nappes phréatiques et du sol, bétail et agriculteurs gravement malades. En cause, la technique de fracturation hydraulique de la roche située à très grande profondeur, qui permet d’extraire les gaz de schiste : des milliers de mètres cubes d’eau sont injectés à forte pression avec des dizaines de tonnes de produits chimiques. « Ce qui remonte de la surface, c’est de la cochonnerie, explique Jacques Thibieroz, géologue à l’université Pierre-et-Marie-Curie, des métaux lourds en solution, des hydrocarbures parmi lesquels des molécules cancérigènes. »


~ Secret industriel sur les produits utilisés dans le fracturation hydraulique (Stop au Gaz de Schiste) ~

Dans un entretien publié cette semaine dans Télérama, l’ex-ministre de l’Ecologie, résolument opposée à l’exploitation du gaz de schiste, met en garde contre les lobbies industriels et leur spéculation. Alors que les pros-gaz de schiste invoquent aujourd’hui la possibilité d’une fracturation "écologique", Delphine Batho réagit avec fermeté : "C’est bidon. L’industrie du tabac a utilisé la même stratégie avec la cigarette "light". Les scientifiques ont mis dix ans à prouver qu’elle avait le même effet cancérigène que la cigarette normale. Aujourd’hui, nous vendent une fracturation "light" mais ça reste la fracturation hydraulique ! Ces deux sujets confrontent la démocratie et un certain conservatisme industriel. L’offensive sur le gaz de schiste est liée à la situation américaine : les Etats-Unis sont en surproduction, le prix du gaz de schiste y est très bas. C’est un avantage économique pour certains secteurs industriels, mais un inconvénient pour les compagnies pétrolières qui ne rentabilisent pas leurs investissements, et veulent à tout prix exporter leur technologie en Europe, quitte à surévaluer les ressources qui s’y trouvent. Total et ExxonMobil viennent d’ailleurs de se désengager de Pologne. L’eldorado qu’on nous fait miroiter est un mirage".


~ Catastrophe écologique en Louisiane à cause de la fracturation (Sophie Chapelle, Basta!) ~
~ Frack & ruin: UK farmers fear financial devastation from shale drilling (RT) ~
~ 9 Good Reasons to Ban Fracking Immediately (Carl Gibson, OpEdNews) ~

Ce film retrace les étapes de leur stratégie auprès des pouvoirs publics et dénonce leurs méthodes...
Documentaire de Michel Tedoli (Durée 52mn) - Production Magnéto Presse
Avec la participation de France Télévision




Sources du Billet (extraits) :
A voir : Gaz de schiste, les lobbies contre-attaquent (Le Blog Tv News)
Gaz de schiste, les lobbies contre-attaquent (David Naulin, CDurable Info)

avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaz de Schiste : Un enfer écologique pour les uns, un eldorado économique pour les autres

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum