Le gouvernement français prépare la répression contre les travailleurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le gouvernement français prépare la répression contre les travailleurs

Message  Silver Wisdom le Mar 12 Fév - 10:02

Bonjour à tous,

Le gouvernement français prépare la répression contre les travailleurs



Le gouvernement du Parti socialiste français du président François Hollande a ordonné la mobilisation
des services secrets et de la police pour mettre sous surveillance les travailleurs qui se battent contre
le chômage de masse et les fermetures d'usines.


Le ministre de l'Intérieur français, Manuel Valls, a révélé mardi dernier que sa police politique est pleinement mobilisée
pour espionner la révolte grandissante des travailleurs des usines où sont prévus des licenciements ou bien qui seront fermées.
Il a dit que ces mesures étaient nécessaires compte tenu du risque d'« implosions ou explosions sociales ».

Manuel Valls s'est inquiété mardi des risques "d'implosion sociale" en France en raison de la crise économique,
et a lancé jeudi un avertissement aux ouvriers en colère, estimant qu'il n'y a "pas de place pour la violence".


"Il y a de la désespérance chez les ouvriers, chez les ouvrières, il y a de la colère. (...)
J'en appelle évidemment à la retenue, au dialogue social, à la recherche de solutions"



Manuel Valls lance un avertissement aux ouvriers en colère
http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE91601W20130207
Les services de renseignement de la police (SDIG) ont reçu le 30 janvier l'ordre de suivre « au plus près les entreprises
en difficulté.... de suivre au plus près la situation des entreprises et filières fragilisées, ou susceptibles de le devenir »
et d'anticiper « les mobilisations », ainsi que les « risques d'incidents » ou d'éventuelles « menaces sur l'outil de production
en cas de radicalisation d'un conflit ».

Valls a donné des instructions à la police pour qu'elle surveille les entreprises où les travailleurs sont en lutte pour défendre
leur emploi tels PSA Peugeot-Citroën, Renault, Goodyear, la raffinerie Petroplus et l'aciérie d'ArcelorMittal à Florange.
Il a clairement reconnu la possibilité que de telles luttes échappent au contrôle de la bureaucratie syndicale qui s'est discréditée
en trahissant systématiquement les luttes contre les programmes d'austérité du gouvernement. Valls a fait remarquer qu'il y avait
moins de mobilisations organisées mais que le danger « d'explosions sociales » était plus important.

Crise sociale en France : le pire est à venir


Publiée le 19 févr. 2013 par rital57270

La police française ne se limite pas surveiller les protestations des travailleurs. Elle se montre aussi plus violente à leur égard.
Mercredi dernier, 6 février, plus de 1.500 travailleurs des aciéries d'ArcelorMittal ont convergé sur le Parlement européen
à Strasbourg pour protester contre les fermetures à Liège (Belgique), Schiffange (Luxembourg) et Florange (France).
Leurs dirigeants syndicaux avaient rendez-vous avec le président du parlement, Martin Schulz.

Les ArcelorMittal face aux CRS
devant le Parlement Européen de Strasbourg / 6 Février 2013



Publiée le 10 juin 2013 par QuenelleOnline

«Tous les ingrédients sont réunis pour que ce soit violent», explique ce proche de Hollande.
«On sait que la période avant le printemps est traditionnellement compliquée.»

(...)
Même si l’Elysée fait attention de ne pas court-circuiter Arnaud Montebourg, les conseillers de François Hollande,
notamment Michel Yahiel en charge des questions sociales, s’activent pour désamorcer ces situations explosives.

Avec une stratégie: rassurer tout en restant ferme.


(...)

La révolte gronde en France et inquiète l’Elysée
http://lejournaldusiecle.com/2013/02/11/la-revolte-gronde-en-france-et-inquiete-lelysee/
L'arrivée des 23 cars belges a été strictement filtrée. Arrêtés sur une aire d'autoroute à neuf kilomètres de Strasbourg,
complètement fouillés, tout comme leurs occupants, les véhicules ont dû attendre d'être escortés par les gendarmes
pour se rendre au parlement, de sorte que leur arrivée a été étalée sur plus de deux heures.

« On nous traite comme des bandits »

Deux cars amenant des travailleurs de Florange ont subi le même traitement. Les fouilles ont été organisées sur réquisition
du procureur de la République, au vu des violences intervenues en Belgique le 29 janvier dernier où cinq policiers ont été blessés.

Selon les reportages du journal belge Le Soir, les manifestants coincés entre quatre artères obstruées par des cordons
de gendarmes mobiles, à trois cents mètres du Parlement, ne pouvaient pas plus former de cortège que faire entendre leur voix.
Les plus remontés ont tenté de forcer le passage mais ont été repoussés à coup de gaz lacrymogènes. Ils ont riposté en
se saisissant de tout ce qui leur passait par la main comme projectile. Des oeufs, des bouteilles, des fumigènes...
des blocs de pierre. Un jeune sidérurgiste belge de 25 ans, John David a perdu un oeil. Il y a eu trois arrestations.

Les travailleurs de l'usine Renault Flins ont ressenti l'intensification du harcèlement policier ordonné par Valls.
Ali Kaya, délégué CGT (Confédération générale du travail) a fait remarquer :

« Il y a de plus en plus de présence policière autour de l'usine avec plusieurs voitures banalisées...
La police a contacté des délégués syndicaux ».
Bernard Thibault, Secrétaire général de la CGT, a dit que ce genre de présence policière sur le lieu des usines sensibles
devrait être évité car il serait ressenti comme une « provocation ». Mickaël Wamen, représentant CGT de Goodyear à Amiens
a décrit la présence de la police politique comme visant à « criminaliser notre action ».

Des protestations verbales aussi timorées de la part de la CGT ne valent rien, étant donné que le syndicat n'a pas soutenu
les travailleurs en lutte attaqués par la police. Un exemple particulièrement honteux est la complicité de la CGT avec la police
pour casser la grève des raffineries au moment critique du mouvement de défense des retraites en 2010.

Quatre cents travailleurs de l'usine PSA d'Aulnay près de Paris sont en grève depuis plus de 3 semaines et ont arrêté
la production pour obliger l'entreprise à entrer dans des « négociations sérieuses » sur les indemnités et les reclassements
après la fermeture du site. Les grévistes subissent l'intimidation de l'entreprise : quatre travailleurs risquent d'être renvoyés
dont une mère de deux enfants en bas âge. L'entreprise a porté plainte contre huit travailleurs qu'elle accuse d'avoir physiquement attaqué un huissier à l'intérieur du site.

Une armée de vigiles privés est positionnée autour du site pour empêcher toute action solidaire. Il y a deux semaines,
des centaines de policiers anti-émeute ont empêché les travailleurs d'Aulnay d'organiser un piquet de soutien
aux collègues de l'usine PSA de Poissy.

Le gouvernement PS surpasse la politique réactionnaire du gouvernement Sarkozy dans tous les domaines.

Source de l'article
Le gouvernement français prépare la répression contre les travailleurs
http://www.wsws.org/fr/articles/2013/fev2013/vall-f11.shtml

Vu sur : Le-Veilleur.com

A lire également sur ce forum
Les participants du World Economic Forum 2013 craignent des troubles sociaux
http://ledormeur.forumgratuit.org/t788-les-participants-du-world-economic-forum-2013-craignent-des-troubles-sociaux#1859

Je ne sais pas où celà va nous mener,
mais à jouer avec le feu, il arrive que l'on se brûle...


Bien Amicalement.


Dernière édition par Silver Wisdom le Mar 1 Avr - 11:29, édité 3 fois (Raison : Modification lien vidéo)

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Goodyear Amiens : les travailleurs ne s’en laissent pas conter

Message  Résistance le Ven 15 Fév - 18:39



L’annonce de la fermeture de l’usine Goodyear est tombée le 31 janvier. Ce sont 1.250 postes de travail qui vont ainsi être supprimés. La fermeture annoncée par le gouvernement français de plusieurs usines bat son plein, et Goodyear s’ajoute à la longue liste des plans de restructuration qu’ont connus dernièrement ArcelorMittal, Peugeot, Air France et Sanofi, pour ne parler que des plus grosses boîtes. Des plans qui laisseront des milliers de travailleurs sur le carreau, même si, comme le souligne sur un ton faussement optimiste la direction de Renault, les travailleurs ne perdront pas leur emploi s’ils acceptent une augmentation du temps de travail et un blocage des salaires.

Mais les Goodyear ne se résignent pas devant cette politique de casse des emplois, et mardi 12 février, des centaines d’entre eux ont manifesté devant le siège de l’entreprise, à Rueil-Malmaison. C’est là que la colère des ouvriers à éclater. L’entrée du groupe, qui a réalisé en 2012 un bénéfice net de 183 millions de dollars, était complètement barrée par un important cordon de sécurité. Les forces de l’ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes et des sprays urticants pour tenir les manifestants éloignés du siège de la direction, ce qui n’a pas empêché la manifestation de continuer aux abords des lieux gardés par les CRS.

La semaine dernière, des cortèges composés de travailleurs dans la même situation que les Goodyear avaient battu le pavé parisien, pendant que le gouvernement socialiste ne trouvait de rien de mieux que de de pointer du doigt les syndicalistes qui se battent pour garder leur emploi. Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, a estimé le 30 janvier qu’« il était possible d'éviter le pire » pour le fabricant de pneumatiques. Licencier des milliers de travailleurs pour sauver la finance n’est probablement pas considéré à ses yeux comme une catastrophe, parce que la pire des choses serait qu’elle s’écroule réellement. Montebourg n’est pas homme à se contredire, et il est effectivement en train d’éviter le pis. Mais du point de vue des intérêts qui caractérisent le système financier…

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-goodyear-amiens-les-travailleurs-ne-s-en-laissent-pas-conter-115370831.html
avatar
Résistance
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription : 30/01/2013
Localisation : Lille

http://www.resistance-politique.fr

Revenir en haut Aller en bas

L'incroyable lettre du PDG américain de Titan à Montebourg

Message  Silver Wisdom le Mer 20 Fév - 9:18

Bonjour à tous,

L'incroyable lettre du PDG américain de Titan à Montebourg



Dans une lettre à Arnaud Montebourg,
le PDG du groupe américain fustige le rythme de travail
des salariés de l'usine d'Amiens-Nord…


Il y a une semaine, la violence était dans la rue, quand des salariés de Goodyear avaient manifesté face aux CRS
devant le siège de la société de production de pneus, dans les Hauts-de-Seine.
Mais ce mardi soir, on apprend que la violence peut aussi se cacher dans une lettre.

« J'ai visité cette usine plusieurs fois. Les salariés français touchent des salaires élevés mais ne travaillent que trois heures.
Ils ont une heure pour leurs pauses et leur déjeuner, discutent pendant trois heures et travaillent trois heures. Je l'ai dit en face
aux syndicalistes français. Ils m'ont répondu que c'était comme ça en France (...).


Monsieur, votre lettre fait état du fait que vous voulez que Titan démarre une discussion.
Vous pensez que nous sommes si stupides que ça ? Titan a l'argent et le savoir-faire pour produire des pneus.
Qu'a le syndicat fou ? Il a le gouvernement français. Titan va acheter un fabricant de pneus chinois ou indien,
payer moins d'un euro l'heure de salaire et exporter tous les pneus dont la France a besoin.
Vous pouvez garder les soi-disant ouvriers. Titan n'est pas intéressé par l'usine d'Amiens nord. »


L'intégralité de cette lettre Ôh combien méprisante
Goodyear : l'incroyable courrier du PDG de Titan à Montebourg

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202575775894-goodyear-l-incroyable-courrier-du-pdg-de-titan-a-montebourg-540113.php
LETTRE INSULTANTE

En annonçant le 31 janvier la fermeture de son site d'Amiens-Nord, la direction de Goodyear a assuré que cette fermeture était "la seule option possible après cinq années de négociations infructueuses." Le prochain comité central d'entreprise se tiendra le 7 mars au siège du groupe à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). La CGT a appelé les salariés du groupe à manifester ce jour-là.

Invité sur Europe 1 mercredi matin, le délégué CGT de Goodyear à Amiens-Nord, Mickaël Wamen, a dénoncé une "lettre insultante".

« Titan a du mal à percer en Europe.
Ce n’est pas avec des propos comme il a tenu aujourd’hui qu’il pourra percer en Europe !
Il envoie un signal fort : ce directeur d’un groupe, d’une multinationale,
est plus près d’un asile psychiatrique que d’un groupe dont il peut tenir les rênes... »


Les « soi-disant ouvriers » de Goodyear : la lettre de Titan à Montebourg
http://www.rue89.com/rue89-eco/2013/02/20/les-soi-disant-ouvriers-francais-de-goodyear-la-lettre-de-titan-montebourg
Lors d'une manifestation le 12 février dernier devant le siège de Goodyear près de Paris, Mickaël Wamen avait annoncé son intention
de faire condamner Titan pour avoir "soutenu un projet qui n'existait pas" et pour être responsable du co-projet de fermeture du site.

Sources du billet
Goodyear: Le patron de Titan tacle les ouvriers français dans une lettre
http://www.20minutes.fr/societe/1104013-goodyear-lettre-assassine-patron-titan-a-arnaud-montebourg
Le PDG de Titan tacle les salariés de Goodyear
http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/le-pdg-de-titan-tacle-les-salaries-de-goodyear-20-02-2013-1629884_240.php

Bien Amèrement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Atmosphère électrique devant le siège de Goodyear

Message  Silver Wisdom le Jeu 7 Mar - 16:47

Bonjour à tous,

Atmosphère électrique devant le siège de Goodyear



Des heurts ont éclaté ce jeudi entre salariés de Goodyear
et forces de l’ordre devant le siège du fabricant de pneu.


Plusieurs centaines de salariés de Goodyear France se sont rassemblés jeudi et ont fait brûler des pneus devant le siège
de leur entreprise à Rueil-Malmaison (Hauts de Seine), où se tenait un CCE sur le projet de fermeture de l’usine d’Amiens-Nord.

Dans la matinée, au milieu d’un énorme panache de fumée noire, des salariés ont jeté divers projectiles, notamment des pneus enflammés,
sur les forces de l’ordre qui avaient bloqué l’accès au site des Hauts-de-Seine et ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène.

Violente confrontation entre salariés de Goodyear
et CRS à Rueil-Malmaison / 7 Mars 2013



Publiée le 9 juin 2013 par QuenelleOnline

« Les forces de l’ordre ont utilisé des gaz lacrymogène pour permettre l’extinction des pneus et pour maintenir les manifestants
à distance qui venaient au contact de façon assez violente » a-t-on expliqué de source policière.

Selon la police, dix-neuf CRS ont été blessés. Un manifestant, prénommé Grégory, a été interpellé
« pour jets de projectiles sur des forces de l’ordre et participation à un attroupement armé ».
Il sera libéré dans la journée.

«Nous avons voté quatre délibérations à la majorité des membres du CCE (comité central d’entreprise)»,
a annoncé Mickaël Wamen, délégué syndical CGT d’Amiens-Nord lors d’une pause dans les discussions.

«La direction de Goodyear aujourd’hui déchante car ces délibérations vont nous permettre
d’aller en justice dès la fin de la semaine pour mettre un terme définitif à ce projet de restructuration.»
Les syndicats estiment pour la plupart que la direction a opéré un transfert de production dissimulé
d’Amiens-nord vers d’autres sites du groupe, ce qui, selon Mickaël Wamen est « constitutif d’une restructuration frauduleuse ».

La direction du groupe, qui a annoncé le 31 janvier la fermeture d’Amiens-Nord où travaillent 1173 personnes,
assure que la fermeture est la seule option possible après six ans de négociations infructueuses.
Lors du précédent comité d’entreprise le 12 février dernier, près de 700 salariés de Goodyear s’étaient réunis devant le siège social
de Rueil-Malmaison aux côtés de salariés d’entreprises visées par des plans sociaux, à l’image de Fralib, Sanofi, Ford et PSA.




La direction de Goodyear Dunlop France pourrait annoncer lors d'un comité central d'entreprise (CCE) le 31 janvier la fermeture,
au plus tard fin 2014, de son usine d'Amiens-Nord (Somme), a-t-on appris de source gouvernementale.


(...)

Les Goodyear d'Amiens condamnés?
http://www.franceinter.fr/depeche-les-goodyear-d-amiens-condamnes
Source de l'article
Atmosphère électrique devant le siège de Goodyear
http://lejournaldusiecle.com/2013/03/07/atmosphere-electrique-devant-le-siege-de-goodyear/

Il faut savoir que les évènement de 68 ont été déclenchés par une grève des ouvriers Renault.
Faut-il y voir une similitude? Je n'irai pas jusque là.
Mais si nos politiques ne veulent pas revivre mai 68,
il serait grand temps qu'ils s'impliquent, et surtout pas en envoyant des CRS
qui ne ferait que renforcer le désaveu de la politique menée depuis trop longtemps,
car le chaos social n'est plus très loin.
A bon entendeur.


Bien Amicalement.


Dernière édition par Silver Wisdom le Mar 1 Avr - 11:20, édité 1 fois (Raison : Modification lien vidéo)

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gouvernement français prépare la répression contre les travailleurs

Message  09991 le Dim 10 Mar - 10:20

Goodyear : Valls promet des poursuites après les violences



La manifestation des salariés de Goodyear, jeudi au siège à Rueil-Malmaison, a dégénéré en affrontements contre les CRS.


Pneus brûlés, jets de bouteilles mais aussi de plaques d'égout en fonte et de projectiles lourds, gaz lacrymogène, canons à eau… D'une rare violence, les altercations qui ont éclaté jeudi soir entre les salariés de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord et les forces de police devant le siège du fabricant de pneus à Rueil-Malmaison ont fait dix-neuf blessés dans les rangs de la police, selon elle, et conduit à l'hospitalisation de cinq manifestants, selon les syndicats.


L'affaire a déclenché une vive polémique au sein de la gauche. «C'est la manifestation la plus violente» contre les forces de l'ordre «qu'on ait eue à Paris depuis au moins quatre ou cinq ans», a assuré la préfecture de police de Paris.

C'était très rugueux, raconte un policier. Deux compagnies de CRS se trouvaient au contact. Parmi les policiers blessés, un officier a dû être hospitalisé pour un traumatisme crânien.»

«Immense désespoir


Alors que la CGT dénonce un «déchaînement de violences policières» qui «n'était pas du fait des salariés» selon Mickaël Wamen, délégué CGT d'Amiens-Nord, les policiers soulignent avoir été l'objet d'une agression en règle. Les responsables CGT ont demandé l'ouverture d'une enquête. Sur le petit millier de manifestants présents, tous n'étaient pas salariés de Goodyear. «Beaucoup viennent d'autres sites en lutte chez PSA-Aulnay ou ArcelorMittal», précise un officier de la Direction de la sécurité de police d'agglomération parisienne (DSPAP). Une trentaine ont «été identifiés comme des individus violents», ajoute-t-il, présents à chaque conflit de ce type. Connus des services, souvent mis en examen pour de précédents débordements, ces bras durs de la CGT et de Lutte ouvrière se retrouvent souvent à faire le coup de poing aux côtés des anarcho-syndicalistes.

Chez les responsables syndicaux, on avoue «être un peu dépassés par l'immense désespoir» des salariés, avec «une difficulté à tenir les rangs». Avec parfois des justifications pour le moins étonnantes.

C'est toujours malheureux qu'il y ait des blessés, j'aurais aimé que ça se passe mieux, déplore Virgilio Mota Da Silva, délégué SUD. Mais on ne demandait pas aux policiers d'être là. Sans eux, on aurait pris d'assaut le siège, pour mettre un maximum de pression sur les trois ou quatre responsables qui préparent un projet visant à nous saigner. On les aurait séquestrés jusqu'à ce qu'on trouve une solution, mais on les aurait bien traités…»

1173 emplois menacés

Les échauffourées, survenues lors d'un nouveau comité central d'entreprise (CCE) sur le projet de fermeture du site qui menace directement 1173 emplois, n'ont pas manqué d'enflammer aussi la sphère politique. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a promis des poursuites contre les manifestants. «Je peux comprendre et entendre la colère et le désarroi, mais la violence est inacceptable dans une démocratie», a-t-il dit avant d'ajouter: «C'est un message de fermeté. Il est inacceptable qu'on s'attaque aux forces de l'ordre uniquement pour faire mal, pour casser.» Une position critiquée par le Nouveau Parti anticapitaliste, qui l'accuse d'être «un bon petit soldat du capital». Les dissensions à gauche n'ont donc pas tardé, puisque la fermeté du ministre intervient alors que la proposition de loi d'«amnistie sociale» a été adoptée au Sénat le 26 février, pour amnistier les infractions commises dans le cadre d'actions syndicales. Dès lundi, Valls s'était dit «sceptique» sur ce principe, lui préférant «le dialogue social». «Je suis désolée que cette loi ne fasse pas plaisir à M. Valls, a ironisé la députée (PCF) de Seine-Saint-Denis, Marie-George Buffet, mais il faut savoir pourquoi on a mis la gauche au pouvoir.» Selon elle, «il faut comprendre qu'au bout d'un moment, lorsqu'on sait que son entreprise va fermer, qu'on va perdre son emploi, les nerfs craquent».

De son côté, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a réfuté tout lien entre les violences survenues chez Goodyear et le projet d'«amnistie sociale».

La loi porte sur des infractions bien précises, uniquement des atteintes aux biens effectuées dans le cadre d'actions syndicales entre 2007 et février 2013, a-t-elle dit. Cela n'est pas un blanc-seing pour les atteintes aux personnes, sûrement pas. Quant à Goodyear, on ne peut évidemment pas excuser les atteintes aux officiers de police.»









http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/03/08/01016-20130308ARTFIG00688-goodyear-valls-promet-des-poursuites-apres-les-violences.php



A Bientôt


Dernière édition par 09991 le Dim 10 Mar - 10:25, édité 1 fois (Raison : Mis en page.)

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30
avatar
09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 34
Localisation : Suisse

https://twitter.com/Shakur1999

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le gouvernement français prépare la répression contre les travailleurs

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum