"Mauvais traitement" des enfants palestiniens en détention par Israel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Mauvais traitement" des enfants palestiniens en détention par Israel

Message  Silver Wisdom le Mer 6 Mar - 16:24

Bonjour à tous,

"Mauvais traitement" des enfants palestiniens en détention par Israel



Le Fonds des Nations unies pour l'enfance rapporte ce mercredi
que les mineurs palestiniens en détention militaire sont mal traités.
Un "mauvais traitement" qui est "répandu, systématique et institutionnalisé".


Le "mauvais traitement" des enfants palestiniens est "systématique" dans les prisons israéliennes, affirme un rapport de l'Unicef.
Ce mercredi, le Fonds des Nations unies pour l'enfance, dévoile sur plusieurs pages, comment l'armée et la police israéliennes
traitent les mineurs palestiniens qu'elles arrêtent. Ils sont environ 700 par an selon l'Unicef, âgés de 12 à 17 ans.


"Dans aucun autre pays les enfants ne sont systématiquement jugés par des tribunaux militaires pour mineurs qui,
par définition, ne fournissent pas les garanties nécessaires au respect de leurs droits"


Children israeli Military Detention : Observations and Recommendations (pdf en anglais)
http://www.unicef.org/oPt/UNICEF_oPt_Children_in_Israeli_Military_Detention_Observations_and_Recommendations_-_6_March_2013.pdf
Selon l'Unicef, ce sont des garçons qui sont en grande majorité arrêtés, interrogés et détenus par l'armée, la police
ou les agents de sécurité israéliens. Les mauvais traitements comprennent "l'arrestation d'enfants chez eux entre minuit
et 05H00 par des soldats lourdement armés, le fait de bander les yeux des enfants et de leur lier les mains par des attaches en plastique".

Le rapport cite également "les aveux forcés, l'absence d'accès à un avocat
ou à des membres de la famille pendant l'interrogatoire".
Ces pratiques "violent le droit international" selon l'Unicef.


Emprisonnés pour des jets de pierres




(...)
Selon le Fonds, qui a publié mercredi un rapport spécial sur ce thème, chaque année, environ 700 enfants palestiniens
de 12 à 17 ans sont "arrêtés, interrogés et détenus par l'armée, la police et les agents de sécurité israéliens".
Dans la plupart des cas, il s'agit de garçons soupçonnés d'avoir lancé des pierres contre des soldats
ou des véhicules militaires en mouvement.

(...)

Israël: "mauvais traitement" des enfants palestiniens en détention
http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/245864-israël-mauvais-traitement-des-enfants-palestiniens-en-détention
Les enfants sont jugés par des tribunaux militaires "systématiquement" écrit le rapport, ce qui ne garantie pas
le "respect de leurs droits".Ils sont en général arrêtés et poursuivis pour "jet de pierre".
Lorsque les mineurs ont 13 ans ou moins, ils peuvent être emprisonnés jusqu'à six mois.

A partir de 14 ans, ils encourent jusqu'à 10 ans de prison,
voir 20 ans si ils ont ciblé des véhicules en mouvement.


Recommandations de l'Unicef

L'Unicef demande à Israël de limiter au strict nécessaire les arrestations nocturnes des mineurs et de ne pas attacher les enfants.
Elle recommande également que les familles des enfants arrêtés soient prévenues des motifs de la détention ainsi que de leurs droits
dans leur langue. Enfin, les forces de l'ordre israéliennes doivent également essayer de faciliter et d'accélérer l'accès des mineurs à un avocat.

Israël doit, selon l'agence de l'ONU,
"faire de l'intérêt de l'enfant une considération primordiale".


Source de l'article
L'Unicef accuse Israël de maltraiter les mineurs palestiniens détenus de façon "systématique"
http://www.franceinfo.fr/monde/les-enfants-palestiniens-arretes-en-israel-subissent-systematiquement-des-m-911783-2013-03-06

Aprés avoir snober la CDH, voila que l'Unicef en remet une couche.
Pourquoi les laissons faire de tels choses, au nom de quoi, de qui!!!
En s'en prenant à des enfants, j'entrevois une forme de lâcheté inommable.
Il serait grand temps que cet Etat soit sanctionné pour toutes les exactions qu'il commet.
Que font les institutions mondiales/les gouvernements quant à cette abérration?!
Et pourquoi ne pas imposer un embargo sur cet Etat, comme ils savent si bien le faire....


Bien Amèrement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar

Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

"ISESCO" condamne la maltraitance des enfants palestiniens prisonniers

Message  Silver Wisdom le Jeu 7 Mar - 10:03

Bonjour à tous,

"ISESCO" condamne la maltraitance des enfants palestiniens prisonniers

L'Organisation Islamique pour l'Education, la Science et la Culture "ISESCO"
a condamné le mauvais traitement inhumain infligé par...




...les autorités de l'occupation (Israël) aux enfants palestiniens
détenus dans les prisons militaires israéliennes.


Ces mauvais traitements ont été dénoncés dans un rapport spécial publié, aujourd’hui, par le Fonds des Nations unies
pour l'enfance (UNICEF), lequel qualifie ce mauvais traitement de « répandu, systématique et institutionnalisé ».

Dans un communiqué publié aujourd’hui, l’ISESCO a considéré que les pratiques israéliennes racistes à l’encontre
des enfants palestiniens constituent une violation flagrante aux droits de l’enfant et aux principes de la déclaration universelle
des droits de l’Homme adoptée sur le plan international.

A cet égard, l’ISESCO a exhorté l’UNESCO et l’UNICEF à faire pression sur le gouvernement de l'occupant israélien
pour se conformer aux chartes internationales appelant au respect des droits de l’enfant, à la libération immédiate
des enfants palestiniens détenus dans ses prisons militaires dont le nombre a atteint 7000 enfants
et à mettre fin à ses pratiques criminelles racistes.


Source de l'article
L'ISESCO condamne le mauvais traitement infligé par Israël
aux enfants palestiniens en détention dans ses prisons militaires

http://www.isesco.org.ma/index.php?option=com_k2&view=item&id=8456:lisesco-condamne-le-mauvais-traitement-inflig%C3%A9-par-isra%C3%ABl-aux-enfants-palestiniens-en-d%C3%A9tention-dans-ses-prisons-militaires&lang=fr

C'est un début, mais d'autres institutions/gouvernements devrait leur emboiter le pas...

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar

Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Les chiens des colons contre les Palestiniens…

Message  Résistance le Ven 15 Mar - 22:08



Une plainte a été déposée contre le parlementaire palestinien Ahmad Tibi pour incitation à la haine raciale et mépris des symboles de l’État. Ce député à la Knesset avait posté sur sa page Facebook une photo de lui accompagnée d’une légende écrite en arabe « Allah akbar » (Dieu est grand !) au-dessous de laquelle apparaissaient des chiens formés de petites étoiles de David. La plainte a été déposée Eliyahu Nissim, membre du parti Otzma LeYisrael, dirigé par Arieh Eldad et Michael Ben-Ari.

Ahmad Tibi avait dénoncé par le passé l’utilisation éhontée qui était faite par Tsahal des brigades cynophiles. Les chiens étaient systématiquement incités par leurs maîtres à sauter sur tout Palestinien qui prononçait le takbîr (en arabe تكبي). Les forces israéliennes n’avaient d’ailleurs jamais nié ces allégations.

La tactique semble avoir été reprise contre les Palestiniens par les colons. Déjà autorisés à posséder des armes à feu, ces derniers utiliseraient aujourd’hui les chiens comme une nouvelle arme par destination. « Des pratiques racistes et contraires aux lois internationales », a lâché Ahmad Tibi à la presse. Il ne s’agit malheureusement pas d’un scoop. Les vidéos circulant sur Internet montrant des attaques de ce type menées par des soldats israéliens sur des Palestiniens sont légion. Deux exemples parmi d’autres : le film montrant une femme âgée agressée par un chien de Tsahal, dans un village proche de Bethléem ; et celui qui met en évidence l’agression d’un manifestant palestinien, à Kufr Qaddum. Les images peuvent être difficilement soutenables.

Eliyahu Nissim pourra toujours comparer les publications d’Ahmad Tibi avec les caricatures antisémites des nazis, il n’empêche que ce sont ces derniers qui entraînaient les chiens à mordre.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-les-chiens-des-colons-contre-les-palestiniens-116222422.html

Résistance
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription : 30/01/2013
Localisation : Lille

http://www.resistance-politique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Le b-a-ba du conflit Israelo-Palestinien

Message  Résistance le Mar 7 Mai - 21:17



Il n’est pas facile de raconter Jérusalem (قد س س al Quds en arabe). La ville trois fois sainte est peut-être aujourd’hui la réalité la plus complexe au monde. Il y a la vieille ville, un dédale de rues d’où surgissent la basilique du Saint-Sépulcre, le Mur des Lamentations et l’esplanade des Mosquées (en arabe : الحرم الشريف al-Ḥaram aš-Šarīf). Les trois monothéismes trouvent leurs racines dans cet espace minuscule. Et puis, il y a les autres Jérusalem. Il y a Jérusalem-ouest, construite après 1948 (année de l’exode palestinien commémorée comme la Nakba - arabe: النكبة‎, an-Nakbah, littéralement « désastre » ou « catastrophe »). C’est une ville moderne avec de beaux bâtiments. Mais à Jérusalem-ouest, il y a aussi les quartiers ultra-orthodoxes, avec des familles très nombreuses. Certains trottoirs sont réservés aux hommes et d’autres aux femmes. Ces quartiers sont bouclés les jours de shabbat pour éviter qu’on y passe en voiture. Les transgresseurs de ce précepte religieux ne s’y aventurent d’ailleurs jamais sous peine d’être très mal accueillis. Méa Shéarim, le plus célèbre des quartiers ultra-orthodoxes, se trouve le long de la frontière de 1967.

Cette frontière est aujourd’hui une très large rue avec un tramway au milieu. Il suffit de la traverser pour se trouver dans la ville arabe : Jérusalem-est est, selon le droit international, un territoire occupé, avec des occupants israéliens et des occupés palestiniens. Jérusalem-est appartenait il y a quarante-cinq ans à la Jordanie, jusqu’à la prise de la vieille ville par les parachutistes israéliens en 1967. C’est depuis cette date que la Cisjordanie est de facto sous contrôle de Tsahal ; elle est, depuis les accords d’Oslo, divisée en trois zones : A, B et C. Ces accords qui devaient être une étape dans le processus de paix n’ont en fin de compte jamais porté leurs fruits. Edward Saïd, l’un des plus célèbres érudits palestiniens, écrivait d’ailleurs qu’Arafat avait signé à Oslo la capitulation du peuple palestinien.

Pour mieux comprendre la situation, il est nécessaire d’expliquer cette division en trois zones :

  • les grandes villes telles que Jénine, Tulkarem, Naplouse, Ramallah ou Bethléem, se trouvent dans la zone A, qui est entièrement sous contrôle civil et militaire palestinien. Ces villes représentent 3 % de la Cisjordanie et 20 % de sa population.

  • les villages et les espaces aux alentours de la zone A forment la zone B. Cette zone représente 27 % de la Cisjordanie et 70 % de sa population. Elle est sous régime mixte, avec un contrôle civil palestinien et un contrôle militaire conjoint,

  • la zone C est composée du reste de la Cisjordanie, soit 70 % de son territoire. Elle constitue la plus grande part des terres fertiles de Cisjordanie. la zone C contient l’intégralité des routes menant aux colonies israéliennes, les zones tampons (près des colonies, du Mur et des zones, stratégiques) et quasiment toute la vallée du Jourdain, de Jérusalem-est et du désert. Toutes les frontières sont situées en zone C, où Israël bénéficie toujours du contrôle total.

Ce qui signifie que s’il arrivait quelque chose dans un village de la zone Bqui nécessiterait d’appeler la police, les agents palestiniens devraient venir de la zone A. Etsi ce quelque chose avait lieu en zone C, il faudrait que ces mêmes agents fassent un bon bout de chemin avant d’arriver à destination. Mais avant, il faudrait qu’ils demandent la permission aux autorités israéliennes pour franchir le (les) check-point (s). L’État juif, dont on connaît l’efficacité en matière de sécurité, mettra au bas mot trois heures avant de donner le feu vert à leurs homologues palestiniens… qui arriveront à destination après quatre longues heures.

Et durant ces quatre longues heures, chacun pourra s’interroger sur le sens véritable du mot État.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-le-b-a-ba-du-conflit-israelo-palestinien-117641436.html







Dernière édition par Silver Wisdom le Mer 8 Mai - 5:28, édité 1 fois (Raison : Modification titre et dimension image)

Résistance
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription : 30/01/2013
Localisation : Lille

http://www.resistance-politique.fr

Revenir en haut Aller en bas

La résistance au quotidien des pécheurs de Gaza

Message  Résistance le Mar 19 Nov - 21:36




Selon un vieux proverbe, on ne manque jamais de ressources dans une ville côtière. Si on peut souvent en vérifier la justesse, il ne s’applique pourtant pas à Gaza. Ses pécheurs n’ont aucun contrôle de leurs eaux territoriales et peuvent à tout moment être privés du fruit de leur travail et de leurs bateaux. Il leur arrive même parfois d’être privés du droit de sortir en mer pour assurer leur propre subsistance.

Les pêcheurs de Gaza ne peuvent pas dépasser la limite de six miles nautiques, même si les eaux sous souveraineté palestinienne vont bien plus loin. Ceux qui s’aventurent au-delà de la limite maritime imposée par Israël courent le risque d’être pris pour cible. Depuis le 1er janvier 2012, soixante-cinq incidents de ce type ont été signalés.

Initialement fixée à vingt miles par les accords d’Oslo, la zone de pêche octroyée par Israël aux pêcheurs de Gaza s’est réduite comme une peu de chagrin. Elle a depuis été  progressivement restreinte. De douze miles en 2002, elle est passée à six en 2006 pour atteindre à peine trois miles à la suite de l’opération « Plomb durci », en décembre 2008 et janvier 2009. En novembre 2012, un cessez-le-feu a été signé, dont les termes ont ramené la limite à six miles marins à partir de la bande de Gaza. Si cette décision constitue pour beaucoup un soulagement, les pêcheurs, dont la survie au-jour-le-jour dépend de leurs prises quotidiennes, se demandent combien de temps cette nouvelle limite sera maintenue. D’ailleurs Israël, pourtant signataire, renâcle  à respecter les termes du cessez-le-feu. On compte aujourd’hui jusqu’à 265 violations du côté israélien.

Les pêcheurs sont ainsi régulièrement arrêtés et voient leurs bateaux et leur équipement souvent confisqués. Il est important de noter que les pêcheurs se trouvent dans l’obligation de contester chaque jour la limite imposée par Israël. « Tout le poisson de la zone des six miles sera très rapidement pêché. Afin de pouvoir pêcher correctement, nous devons utiliser des filets, ce qui signifie que nous devons pêcher entre sept et douze miles nautiques des côtes », explique Zakaria Bakr, un pêcheur originaire de la ville de Gaza.

Les navires militaires israéliens, selon l'Union des pêcheurs de Rafah dans le sud de la bande de Gaza, patrouillent en mer, 24 heures sur 24, sept jours sur sept, sous prétexte d’assurer la sécurité et la lutte contre le trafic d'armes. Selon les rapports du Centre Palestinien pour les Droits de l'Homme (PCHR), des centaines de bateaux de pêche palestiniens ont été endommagés depuis novembre 2012 et plus de 4.000 pêcheurs ont souffert de la pauvreté parce qu'ils se sont vu refuser le ravitaillement en carburant de leurs bateaux.

Il est nécessaire de rappeler que plus de 75.000 personnes dépendent de la pêche pour assurer leur survie. Mais les conditions imposées par l'occupation a conduit à une détérioration significative des conditions de vie de ces familles tout en sapant les bases de l'économie palestinienne.

Selon certains analystes politiques, ces attaques contre la bande de Gaza seraient directement liées à la possession et au contrôle des réserves stratégiques de gaz en mer. De vastes réserves de gaz ont en effet été découvertes en 2002 au large du littoral de Gaza, et le gouvernement de Tel-Aviv a bien l’intention d’en être le seul bénéficiaire, et ce en violation flagrante de la résolution 3005 de l'ONU qui déclare clairement que toutes les ressources naturelles de la bande de Gaza devraient tomber sous le contrôle de ses habitants.

« En 2013, sur 26 résolutions de l’ONU, Israël a été condamné 22 fois ! », s’étonne le JSS News fondé par Jonathan-Simon Sellem. Ce dernier a visiblement une indignation sélective et surtout un argument imparable : il avait ainsi taxé la sénatrice Goy-Chavent d’antisémitisme pour avoir voulu étiqueter les viandes issues de l’abattage rituel. Le mot est lâché et il est cousu de fil blanc. Mais le chantage qu'on nous impose ne repose sur aucune analyse sérieuse. Ne serait-il rien d'autre qu'une forme de chantage moral et intellectuel par lequel on voudrait empêcher tous ceux qui voudraient ouvrir le dossier israélo-arabe pour l'examiner avec un minimum d'objectivité ? Il y a, dans l'argumentation utilisée à ce propos, trop de mauvaise foi pour qu'on puisse rejeter cette hypothèse.

L’impunité des gouvernements israéliens n’est-il pas le principal facteur de la prolongation des problèmes du Proche-Orient ? Personne ne peut sérieusement penser que la négation de l’existence palestinienne en terre de Palestine et la politique de l’État juif basée sur l’arrogance, le fait accompli et l’humiliation quotidienne, puissent durer éternellement. Deux siècles après le début de la sortie du ghetto, les sionistes en ont créé un nouveau, hermétique, avec un vrai mur. On sait fort heureusement qu’il aura un jour une fin.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-la-resistance-au-quotidien-des-pecheurs-de-gaza-121187288.html

Résistance
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription : 30/01/2013
Localisation : Lille

http://www.resistance-politique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Que voyez-vous sur ce dessin ?

Message  Résistance le Sam 15 Fév - 19:02



On voit une sorte de maçon qui construit un mur. Manifestement, ce mur écrase des gens qui semblent hurler de douleur. Le ciment est couleur de sang, ce qui renforce l’aspect mortifère de la construction. Mais qui est ce terrible maçon, et qui sont ces gens qui souffrent dans ce mur ? Le terrible maçon, c’est Benyamin Netanyahou, le premier ministre israélien, et ces gens écrasés par les briques sont, bien sûr, les Palestiniens victimes du mur de séparation construit depuis des années, soi-disant pour assurer la « sécurité » d’Israël et en réalité destiné à voler les terres palestiniennes.

Le dessinateur s’appelle Gérald Scarfe. Le titre du dessin est : « Va-t-on continuer à cimenter la paix ? ». Il a été publié dans le journal britannique Sunday Times dans lequel Gérald Scarfe dessine depuis 55 ans.

Selon Algérie 1.com, malgré la longue carrière du dessinateur, ça s’est mal passé pour lui ! Le lobby sioniste britannique aurait immédiatement hurlé à l’antisémitisme et le journal a immédiatement lâché son dessinateur. Il faut dire que le patron du Sunday Times s’appelle Rupert Murdoch. Il a jugé son dessin « grotesque et offensant ». Il ajoute d’ailleurs que son journal « a une longue histoire en termes de défense d’Israël ».

Il faut savoir que Gérald Scarfe a été l’illustrateur des Pink Floyd en particulier pour leur album « The Wall » comme on peut le voir dans la vidéo de l’album éponyme. C’est dire s’il a déjà eu l’occasion de réfléchir sur le mur qui enferme celui qui le construit !

Mais quand même, ce dessin n’est qu’une critique de l’action d’un État qui construit un mur de séparation dans un territoire occupé. Cette construction a d’ailleurs été condamnée par les Nations Unies ! Comment et pourquoi une critique d’ordre politique peut-elle être jugée antisémite ? Mais parce que la critique porte sur Israël, bien sûr !

Ainsi, le CRIF et la LICRA viennent de redéfinir le concept d’antisémitisme : est antisémite quiconque critique Israël !

Mais pourtant, des gens qui en veulent aux juifs, ça existe pour de bon, et pas si loin. En Ukraine, les « gentils manifestants pro européens » sont pénétrés par d’authentiques antisémites, fils de pogromistes, laudateurs de la Waffen SS ! Et on en parle chaque jour à la télévision. Et en bien ! Le parti Svoboda a été créé sous le nom de parti national-socialiste. Ils veulent « dénaturaliser les juifs ukrainiens pour les envoyer en Israël ! ».

Et l’adjointe de John Kerry, Victoria Nuland, en visite il y a peu à Kiev, vient de rencontrer ces « gentils pro-européens », dont le dirigeant de Svoboda… Le site du CRIF n’a fort curieusement rien relaté.

Ce n’est tout simplement pas leur problème ! Leur problème, c’est de tenter d’empêcher toutes critiques de l’État d’Israël, en utilisant l’accusation infamante d’antisémitisme, à tous propos, et hors de propos ! Cela s’appelle « crier au loup ». Ces gens ne semblent pas savoir à quel point cela peut être dangereux !

D.R.

http://www.resistance-politique.fr/article-que-voyez-vous-sur-ce-dessin-122573935.html

Résistance
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription : 30/01/2013
Localisation : Lille

http://www.resistance-politique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Mauvais traitement" des enfants palestiniens en détention par Israel

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:58


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum