Le Dormeur doit se Réveiller
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -21%
Calendrier de l’Avent 2021 FUNKO Harry Potter en ...
Voir le deal
49.99 €
Le Deal du moment : -42%
NVIDIA Passerelle multimédia SHIELD TV 2019
Voir le deal
124.99 €

Nouvel Ordre Mondial: Les forces de répression du pays du goulag levant (ex-USA) entraînées par Israël !…

Aller en bas

Nouvel Ordre Mondial: Les forces de répression du pays du goulag levant (ex-USA) entraînées par Israël !… Empty Nouvel Ordre Mondial: Les forces de répression du pays du goulag levant (ex-USA) entraînées par Israël !…

Message  09991 Mar 23 Juil - 20:52

Nouvel Ordre Mondial: Les forces de répression du pays du goulag levant (ex-USA) entraînées par Israël !…


Nouvel Ordre Mondial: Les forces de répression du pays du goulag levant (ex-USA) entraînées par Israël !… 56730510


Lentement mais sûrement, tous les départements de police aux Etats-Unis, par le truchement du Département de la Sécurité de la Patrie (NdT: Department of Homeland Security ou DHS: la Stasi, Securitate yankee), sont en train d’être entraînés par des groupes israéliens. Faisant partie de cet entrainement, il y a une propention accrue à l’utilisation d’uniformes militaires, de véhicules blindés, d’armes lourdes, de surveillance illégale, de mensonges aux citoyens, à la presse et aux cours de justice ainsi qu’une interférence systématique avec le système électoral.

Ils deviennent “Israéliens”.

La porte ouverte de cette influence étrangère sur les Etats-Unis fut initiée par le DHS et en particulier par Michael Chertoff, un citoyen israélien qui fut spécifiquement instrumental en tant qu’ancien directeur du DHS, pour implémenter des politiques qui furent évaluées comme étant inconstitutionnelles, des politiques pour lesquelles la nouvelle police américaine “entraînée à l’israélienne” est chargée de bloquer toute opposition.
"L’israélisation” de la police américaine est un processus somme toute assez simple:

- Militarisation totale de la police, des tactiques militaires, un manque de respect essentiel pour la loi, la constitution, les libertés civiles, la liberté de parole et une croissance débridée de la centralisation du pouvoir soumis à une corruption illimitée, le gouvernement par le fric et le crime organisé.

- La suppression systématique de la dissidence


- L’utilisation systématique de l’intimidation afin de contrôler le processus électoral à chaque niveau du gouvernement.

- Une coordination sans faille avec des groupes militaires et “internationalistes” pour préparer à l’internement de masse de vastes secteurs de la population, se chiffrant par millions.


- Une utilisation coordonnée du pouvoir militaire total incluant sans y être limité le bombardement, l’utiisation d’artillerie lourde et les exécutions sommaires. Les mêmes méthodes qu’Israël utilise quotidiennement.


- Toujours plus de contrôle de la presse, basé sur le modèle israélien ayant deux visions “contrôlées” d’un évènement, l’une pro-gouvernement et la seconde celle de “l’opposition contrôlée”.



Infiltration

Il est absolument indispensable de faire la différence entre les entreprises israéliennes et celles travaillant avec le crime organisé quasi-gouvernemental en Amérique. Il est aussi nécessaire que la masse des citoyens, particulièrement les Américains d’origine juive, reconnaissent l’existence d’une campagne systémique de contrôle et de révision de l’histoire et plus sérieusement encore, que des incidents “orchestrés” sont coordonnés avec des groupes se représentant mal eux-mêmes comme défendant les juifs.

Ces groupes et plusieurs noms viennent à l’esprit sont, en réalité, des groupes de guerre psychologique israéliens qui travaillent en fait de manière active avec des terroristes. Quoi, que disons-nous ?
90% du terrorisme mondial, incluant beaucoup d’incidents de meurtres de masse, montre à chaque fois un schéma d’implication d’organisations du renseignement. La vaste majorité des “menaces terroristes” et des “annoncements à effets programmés” sont tracés vers des groupes toujours en liaison avec les mêmes personnes qui montrent le nez à notre porte pour “guérir” la maladie qu’ils ont eux-mêmes créée.
Lorsque j’étais à Abuja au Nigéria, 3 semaines avant l’attaque sur un grand commissariat de police, j’ai rencontré le chef de la sécurité Gordon Obua, un ami proche et lui ai dit ceci:


“Nous avons identifié le quartier général de la police nationale comme une cible potentielle. Il a une grille non gardée et un parking proche du palais présidentiel. Nous prédisons qu’une voiture piégée à l’explosif sera actionnée là, suivie d’une autre attaque à la bombe. Après ces attaques, vous serez approchés par une entreprise de sécurité qui vous offrira non seulement une protection mais aussi un énorme pot-de-vin.”


La réunion se tint dans une suite présidentielle du Transcon Hilton d’Abuja, mon équipe légale en fut témoin. L’attaque comme décrite s’est produite exactement 3 semaines plus tard et l’entreprise qui est venue avec une valise pleine de billets et une promesse de transformer Abuja la belle en “forteresse Abuja”, fait partie des entreprises qui entraînent la police américaine.
Le même groupe est aussi suspecté d’un attentat à la bombe dans une église chrétienne à Alexandrie en Egypte le 1er Janvier 2011, une autre voiture piégée. De manière similaire, de récents attentats au Cameroun, au Kenya et en Tanzanie sont tous “couverts” des mêmes “empreintes”.
Le même groupe a géré le terroriste au slip explosif de Detroit.


Les contacts israéliens qui ont travaillés avec Abdullah Mohamed au Yémen et qui l’ont emmené jusqu’à l’avion vers les Etats-Unis avec une bombe, pas de ticket, pas de passeport et pas de visa, comme l’ont dit deux témoins avocats de Detroit, Kurt et Lori Haskell, ces gens ont aussi travaillé avec la police américaine.

Nous voyons ces choses se produire encore et encore, police, gouvernement, terroristes, tout cela est la même chose.
Bien sûr quelques Américains sont au courant que le porte-parole pour le groupe qui se fait appelé Al Qaïda est en fait un Américain nommé Adam Perlman dont le grand-père a aidé à la fondation de l’ADL ou Anti-Defamation League (NdT: un groupe d’extrême droite états-unien proche des nazis)

Pour certains, le terrorisme est un business et tout comme un garage vendeur de pneus laissent quelques clous opportuns sur la route alentour, quelques entreprises de “contre-terrorisme” ont bien plus d’expérience à construire des voitures piégées à l’explosif que de les trouver.


Pourquoi l’Amérique ?

Les entreprises de sécurité israéliennes, principalement composées de membres actifs du Mossad et d’anciens militaires israéliens, ont commencé à travailler en Afrique. L’expertise israélienne pour les écoutes et enregistrements au profit des partis au pouvoir dans bien des pays fut ce qui ouvrit la porte. Leur expertise, comme on l’a vu dans les scandales en Grande-Bretagne impliquant Murdoch et News of the World, est excellente.

Ils ont même été capables d’enregistrer en Grande-Bretagne, trois premiers ministres, des membres de la famille royale, des chefs de la police et des agences de sécurité, des membres clé du parlement et un paquet de célébrités. L’équipement pour parvenir à cela coûte des millions, ne peut être amené dans le pays que par voie de la valise diplomatique et son utilisation est considéré comme un acte d’espionnage car il fomente des écoutes et des enregistrements sauvages sur une grande échelle et de manière illégale, de fait ne pouvant pas être reconnu et donc être tenu pour responsable.

Des centaines de ces unités sont maintenant avec les départements de police américaine, comme avisé de le faire par la DHS, pour suivre des groupes estimés être digne d’intérêt et ce malgré de récentes décisions de justice qui ont renversées le Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA) comme étant inconstitutionnel.
Parmi les groupes placés en observation figurent les organisations des vétérans de l’armée, les membres du Tea Party (NdT: un mouvement libertarien, ultra-libéral américain), des organisations chrétiennes, musulmanes et juives, les syndicats, les organisations professionnelles, des membres du gouvernement, de la police, des membres des forces de l’ordre fédérales et des organisations anti-drogues.
Les ex-militaires américains, incluant les infirmes et les handicappés, sont maintenant placés sur la “liste de surveillance terroriste”.



Corruption

La vérité est que les Etats-Unis ont une longue réputation pour leurs forces de police corrompues. Il y a tous les ans, dans chaque grande ville de la nation, une grosse enquête impliquant et mettant en prison des commissaires de police et des fonctionnaires expérimentés pour des affaires de corruption.
A un moment, Bernie Kerik, nominé comme patron du DHS et haut commissaire de police de la ville de New York, a servi comme ministre de l’intérieur irakien lors du gouvernement par interim des Etats-Unis dans le pays après l’invasion de 2003.
Ce même Kerik est en prison, inculpé de 16 chefs d’accusations, dont certains lorsqu’il était en Irak et il doit faire face à une peine de 142 ans de prison et des millions de dollars d’amende. Suite à un arrangement de plaidoirie, Kerik n’est en prison que pour 4 ans. Kerik, avant d’être tout ce qu’il fut, a été le chauffeur de l’ancien maire de New York Rudy Giuliani (NdT: Le maire de NY à l’époque des attentats du 11 Septembre)


Chaque ville importante des Etats-Unis et les plus petits départements et il y en a des milliers, sont ré-entraînés, non pas pour lutter contre la corruption, mais sont armés pour la guerre civile, entraînés pour travailler directememt avec les personnels militaires actifs afin de régimenter le pays en accord avec des politiques non publiées et qui furent annoncées par erreur par un patron de l’armée, le général Odierno, comme publiées dans son article pour le CFR dans l’édition de Mai/Juin de sa publication Foreign Affairs:

“Où ce sera approprié, nous déploierons des forces d’actives efficaces, spécifiquement celles ayant les techniques de pointe et l’équipement, afin de donner aux officiels civils un bon nombre d’options rapides et efficaces pour une réponse appropriée.”
En ce qui concerne le DHS et épinglant la main mise israélienne sur la police américaine, David Rittgers du Cato Institute a noté:

“Un grand nombre de centres de fusion de l’information et des bureaux du DHS rapportent qu’ils ont étiquetté de grands segments de la population comme étant une menace pour la sécurité nationale. Le North Texas Fusion System a étiquetté les lobbyistes musulmans comme étant des menaces potentielles, un analyste du DHS du Wisconsin a pensé qu’à la fois les activistes pro and anti-avortement étaient un problème; un sous-traitant du DHS en Pennsylvannie observe les activistes écologistes, les groupes Tea Party et les participants d’une manifestation pour le second amendement (NdT: celui pour la détention et port d’armes), la police de l’état du Maryland a mis les activistes anti-peine de mort et anti-guerre dans une base de données anti-terrorisme fédérale; un centre de fusion de l’information du Missouri a pensé que tous ceux qui disent voter pour un troisième parti ainsi que les supporteurs de Ron Paul, sont des menaces…”

Wikipedia cite ceci sur la qualité de gestion et du personnel du DHS, un scandale national en soi:
"En Juillet 2006, le bureau de gestion du personnel a fait une évaluation des employés fédéraux dans les 36 agences fédérales, basée sur la satisfaction apportée dans leur travail et aussi comment ils pensaient que leur agence respective se comportait. Le DHS était dernier ou très proche de la fin du classement dans chaque catégorie incluant:
- 33ème sur l’index de gestion du talent
-35ème sur l’index du leadership et gestion de la connaissance
- 36ème sur l’index de satisfaction au travail
-36ème sur l’index de la performance orientée sur les résultats

Ces scores très bas furent attribués aux problèmes majeurs de supervision de base, de la gestion et de leadership au sein même de l’agence. Des exemples de l’enquête révèlent que les préoccupations principales se font au niveau de la promotion interne, de l’augmentation de salaire basée sur le mérite, la gestion de la piètre performance, récompenser la créativité et l’innovation, etc…”

Créer l’état policier parfait

La partie visible de cette prise en main totalitaire de l’Amérique est le candidat à la présidence Mitt Romney, ayant juré de commencer une guerre mondiale pour Israël, ses souteneurs, Sheldon Adelson, la patron des jeux de Las Vegas et de la Chine, les frères Koch et le lobby israélien, qui contrôle le congrès des Etats-Unis, en tout cas certainement 100% du parti républicain.

Manipulation du prix de l’essence par le terrorisme

Le prix de l’essence dans le monde est géré par Koch Brothers qui gère le marché des futures. Les prix des carburants ne sont pas liés aux coûts du pétrole, mais plutôt manipulés pour servir des intérêts politiques de deux milliardaires israélo-américains aux vues extrémistes.
Ces dernières deux semaines, il y a eu de multiples “accidents” dans des rafineries et sur des pipe-lines. Ceci a été en fait de grosses attaques terroristes, coupant les sorties de rafineries aux Etats-Unis de manière conséquente, bloquant des pipe-lines de pétrole au Moyen-Orient et aux Etats-Unis.

Rien de tout ceci, et pourtant cela est du terrorisme, n’a été rapporté par les médias. Il n’y a qu’une seule cause à cela et ceci est directement lié à ceux qui bénéficient des problèmes économiques dans une année électorale, ceci étant Mitt Romney et la faction du Likud israélien qui s’est faite l’avocate d’une guerre contre l’Iran, guerre qui ne sera pas combattue par Israël, mais par les Etats-Unis, bien entendu.


Schémas

Comme les meurtres de masse, que ce soit celui de Colombine il y a des années, Gabby Giffords à Tucson et un grand nombre d’autres, les attaques à l’anthrax, maintenant connectés à notre propre gouvernement, le tireur d’élite de Washington DC, etc… La police et les autorités fédérales ont donné de fausses déclarations de presse, parfois arrivèrent sur la scène du crime bien après un temps de réponse jugé normal ou ont même été carrément complices.

Pratiquement chaque acte terroriste qui s’est soi-disant déroulé aux Etats-Unis, implique des forces de l’ordre recrutant des terroristes ou enlevant des affaires des suspects clés qui étaient en fait des policiers impliqués.
L’attentat à la bombe d’Oklahoma City a vu plusieurs suspects importants disparaître. La tentative d’attentat de Detroit a eu des témoins qui ont vus et rapportés plusieurs arrestations, mais pas de procès.

Les attentats du 11 Septembre ont presque vu l’arrestation de deux personnes sur le pont George Washington, qui ont faits exploser un camion piégé et qui ont disparues le lendemain, des gens que nous suspectons être liés aux forces de l’ordre ou aux “groupes d’entrainement”, qui sont en fait, des terroristes.


Le terrorisme est la loi

Ce qu’une analyse minutieuse indique est que les groupes qui entraînent nos forces de police sont, si pas la même chose, en tout cas, très proches de groupes suspectés d’être eux-mêmes des terroristes, donnant un soutien logistique aux terroristes en Afrique et au Moyen-Orient.
Devrait-il y avoir inscrit sur nos véhicules de police:


“Protéger et servir
Entraînés par des terroristes
Grand-Frère observe” ??  


Gordon Duff


Sources originale : http://www.presstv.ir/detail/2012/08/10/255432/us-police-now-israelidhs-trained/

~ Traduit de l’anglais par  http://resistance71.wordpress.com/

Vue sur : http://www.alterinfo.net/La-police-americaine-maintenant-entrainee-par-le-DHS-israelien--precurseur-de-la-dictature_a92268.html




A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30
09991
09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 39
Localisation : Suisse

https://twitter.com/Shakur1999

Revenir en haut Aller en bas

Nouvel Ordre Mondial: Les forces de répression du pays du goulag levant (ex-USA) entraînées par Israël !… Empty Re: Nouvel Ordre Mondial: Les forces de répression du pays du goulag levant (ex-USA) entraînées par Israël !…

Message  09991 Jeu 1 Aoû - 13:53

Nouvel Ordre Mondial: Déploiement de zones d’entrainement urbaines au pays du goulag levant…

Nouvel Ordre Mondial: Les forces de répression du pays du goulag levant (ex-USA) entraînées par Israël !… Sikorsky_s70_blackhawk
Blackhawk


Le déploiement d’hélicoptères Blackhawk à Chicago cette semaine n’est que le dernier d’une série d’exercices d’« entraînement au combat en zone urbaine » qui sont devenus un élément familier de la vie américaine.

Comme ailleurs, cet exercice a été lancé devant une population civile ébahie et sans avoir été annoncé. Conduits en secret, apparemment avec l’accord des services de police locaux et des élus, démocrates comme républicains, l’objectif évident de ces exercices est de donner aux troupes américaines de l’expérience dans ce que le Pentagone appelle « des opérations militaires en terrain urbain. »

Ce type d’opération est sans conteste d’une importance cruciale pour l’armée américaine. Au cours de la décennie écoulée, sa mission principale, comme l’ont prouvé l’Afghanistan et l’Irak, a été l’invasion et l’occupation de pays relativement faibles militairement et la soumission de leur population qui résistait à l’occupation, souvent dans des combats maison par maison dans les centres urbains.

L’armée dispose d’un Centre d’entraînement urbain de 4 kilomètres carrés au centre-sud de l’Indiana qui se targue de plus de 1500 « structures d’entraînement » conçues pour simuler des maisons, des écoles, des hôpitaux et des usines. Le site web du centre affirme qu’il « peut être adapté pour reproduire des situations étrangères tout comme nationales. »

Qu’est-ce que cela peut apporter de faire voler des Blackhawks à faible altitude au-dessus des immeubles de logements de Chicago ou de faire rouler des convois militaires blindés dans les rues de St Louis qu’il ne serait pas possible d’obtenir avec les simulations du centre d’entraînement ? Rien que l’année dernière, il y a eu au moins sept exercices de ce type, à Los Angeles, Chicago, Miami, Tampa, St Louis, Minneapolis et Creeds en Virginie.



La réponse la plus évidente est que ces exercices habituent les troupes à opérer dans les villes américaines, tout en désensibilisant la population américaine au déploiement de la puissance militaire américaine à l’intérieur du pays.



Les préparatifs pour ce genre de déploiement sont déjà très avancés. Au cours de la décennie passée, sous le prétexte de la « guerre mondiale contre le terrorisme, » Washington a promulgué une série de lois répressives et créé une vaste nouvelle bureaucratie de contrôle d’Etat sous l’autorité du département de la sécurité intérieure. Sous le gouvernement Obama, la Maison Blanche s’est arrogé le pouvoir de mettre les ennemis de l’Etat en détention militaire pour une durée indéfinie, ou même de les assassiner sur le sol américain par des frappes de drones, tout en développant fortement l’espionnage électronique de la population américaine.

Une partie de ce processus est l’augmentation incessante du pouvoir de l’armée américaine et son intervention croissante dans les affaires intérieures. En 2002, la création de l’US Northern Command a attribué pour la première fois un commandement militaire pour les opérations à l’intérieur des États-Unis eux-mêmes.


Encore en mai dernier, le Pentagone a annoncé l’application de nouvelles règles d’engagement pour les forces militaires américaines opérant sur le sol américain pour apporter un « soutien » aux autorités civiles chargées de faire respecter la loi, y compris pour faire face aux « troubles civils. »

Ce document déclare des pouvoirs militaires très larges et sans précédent dans une section intitulée « Autorité d’urgence. » Elle affirme l’autorité d’un « commandant militaire » dans « des circonstances d’urgence extraordinaire où une autorisation préalable par le président est impossible et où les autorités locales régulières sont incapables de contrôler la situation, de s’engager temporairement dans des activités qui sont nécessaires pour contenir des troubles civils inattendus de grande ampleur. » En d’autres termes, les huiles du Pentagone s’arrogent l’autorité unilatérale d’imposer la loi martiale.

Ces pouvoirs ne sont pas pris dans le but de défendre la population des États-Unis contre le terrorisme ou pour contrer une urgence hypothétique. Le commandement militaire américain est tout à fait conscient d’où se trouve le danger.

Dans un récent article, un instructeur de haut niveau au Commandement de Fort Leavenworth et au General Staff College [qui forme les hauts gradés de l'armée américaine, ndt] et ex-directeur de l’École militaire des études militaires avancées a présenté un scénario révélateur pour une situation dans laquelle l’armée pourrait intervenir.


La grande récession du début du vingt-et-unième siècle dure plus longtemps qu’on ne l’avait anticipé. Après un changement de pouvoir à la Maison Blanche et au Congrès en 2012, le parti au pouvoir coupe tous les financements qui étaient attribués à la relance de l’économie et à l’aide sociale. L’économie des États-Unis se trouve en stagnation, comme le Japon dans les années 1990, pour la majeure partie de la décennie. En 2016, l’économie montre des signes de reprise, mais les classes moyennes et les classes moyennes inférieures n’en ressentent presque pas les effets en matière d’emploi ou d’augmentation des salaires. Le chômage continue à osciller périlleusement près d’un pourcentage à deux chiffres … »

En d’autres termes, le Pentagone voit que de telles conditions – qui diffèrent très peu de celles en cours aux États-Unis aujourd’hui – pourraient produire des soulèvements sociaux qui ne pourraient être contenus que par le recours à la force militaire.

Ce qui est mis au rebut, en coulisses et pratiquement sans aucune couverture médiatique, et encore moins de débat public, ce sont les principes constitutionnels qui remontent à des siècles et qui interdisent l’utilisation de l’armée pour maintenir l’ordre public contre des civils. Dans la déclaration d’indépendance elle-même, la justification de la révolution contre le roi George comprenait l’accusation qu’il avait « décidé de rendre l’armée indépendante du pouvoir civil et supérieure à ce dernier. »

Allant de pair avec l’accroissement des pouvoirs de l’armée à l’intérieur du pays, la police censée être civile a été militarisée. Un article publié par le Wall Street Journal le week-end dernier et intitulé « l’avènement du policier guerrier » décrivait très clairement ce processus :


« Poussées par une rhétorique martiale et la disponibilité d’équipements de type militaire, des baïonnettes et des fusils M-16 jusqu’aux transports de troupes blindés, les forces de police américaines adoptent souvent un état d’esprit qui était, par le passé, réservé au champ de bataille. La guerre contre la drogue et, plus récemment, les actions anti-terroristes qui ont suivi le 11 septembre ont créé une nouvelle figure sur la scène américaine : le policier guerrier – armé jusqu’aux dents, prêt à traiter durement les malfaiteurs, et une menace croissante contre les libertés américaines ordinaires. »

Cet article décrit la vaste prolifération des unités SWAT (Special Weapons and Tactics) dans pratiquement chaque ville d’Amérique, grâce aux 35 milliards de dollars alloués par le ministère de l’Intérieur, « avec l’essentiel de l’argent allant à l’achat de matériel militaire comme les transports de troupes blindés. »

Cette force armée a été étalée à la vue de tous en avril durant ce qui revenait à être l’imposition d’un état de siège sur la ville de Boston, apparemment pour ne capturer qu’un adolescent suspect. Toute la population d’une grande ville américaine a été enfermée chez elle pendant que des policiers équipés pour le combat, pratiquement impossible à distinguer des militaires, ont occupé les rues et mené des fouilles maison par maison sans mandat.

Ce qui sous-tend cette militarisation sans précédent de la société américaine ce sont deux processus parallèles. L’immense élargissement du gouffre social qui sépare les milliardaires et multimillionnaires qui contrôlent la vie politique et économique de la classe ouvrière américaine qui constitue la grande majorité de la population, est fondamentalement incompatible avec la démocratie et exige d’autres formes de pouvoir. En même temps, le passage au militarisme comme principal instrument de politique étrangère américaine a largement augmenté le pouvoir de l’armée au sein de l’appareil d’Etat américain.

L’oligarchie dirigeante américaine et le Pentagone reconnaissent tous deux qu’une polarisation sociale profonde et une crise économique qui s’aggrave ne peuvent qu’aboutir à des soulèvements sociaux. Ils s’y préparent en conséquence.

Les travailleurs doivent tirer les conclusions appropriées et faire ses propres préparatifs politiques pour les confrontations inévitables à venir


Le développement de l’état policier est en phase finale outre-atlantique. Les derniers détails se mettent en place, les camps de concentration de la FEMA sont opérationnels… Il ne manque qu’une crise domestique majeure, économique ou autre, pour mettre en place la loi martiale. Les attentats fausse-bannière de Boston ont été une répétition générale. Les manœuvres de police ultra-militarisée habituent les citoyens à voir des hélicos, des transporteurs de troupes blindés, des forces masquées, partout…

Ceci est aussi en place en Grande-Bretagne, l’impunité policière en France et dans d’autres pays européens ne fait que croître. L’État policier et le goulag planétaire sont à nos portes, l’ennemi est dans nos murs et un un nom: l’oligarchie capitaliste et son garde-chiourme l’État.

Temps d’agir contre non ou serons-nous toujours satisfaits d’un état providence gestapiste ?…

– Résistance 71 –


La militarisation de l’Amérique

Bill Van Auken

29 Juillet 2013

url de l’article:

http://french.irib.ir/analyses/item/267709-la-militarisation-de-l’amérique,-par-bill-van-auken



http://resistance71.wordpress.com/2013/07/29/nouvel-ordre-mondial-deploiement-de-zones-dentrainement-urbaines-au-pays-du-goulag-levant/




A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30
09991
09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 39
Localisation : Suisse

https://twitter.com/Shakur1999

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum