Le Dormeur doit se Réveiller
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -12%
Apple MacBook Air (2020) 13,3″ au meilleur prix
Voir le deal
999 €
Le Deal du moment : -43%
CORSAIR – Souris Gaming M65 RGB ELITE
Voir le deal
39.99 €

Un documentaire anti-Obama dans le top 10 du box-office

Aller en bas

Un documentaire anti-Obama dans le top 10 du box-office Empty Un documentaire anti-Obama dans le top 10 du box-office

Message  Silver Wisdom Lun 10 Sep - 9:58

Bonjour à tous,

2016: The CFR’s Amerika
Servando Gonzalez, theintelhub.com, September 10, 2012


Un documentaire anti-Obama dans le top 10 du box-office Obamas-America1-470x260


La presse américaine salue la performance. Le documentaire anti-Obama est un véritable carton
et crée la surprise devenant le succès de l'année 2012 dans sa catégorie.

Le documentaire à charge contre l'actuel Président des États-Unis, 2016: Obamas's America
réalisé par John Sullivan gagne ostensiblement du terrain depuis sa sortie à la mi-juillet.
À l'affiche dans une centaine de cinémas Outre-Atlantique, le film s'est vu enrichi de 1091 salles suite
à son succès accédant ainsi à la 8e place au box-office américain présidé uniquement par des blockbusters.

Un documentaire anti-Obama dans le top 10 du box-office R-000_WAS6811319-large570
Documentaire anti-Obama entre dans le top 10 du box-office américain
http://www.huffingtonpost.fr/2012/08/27/documentaire-anti-obama-box-office-succes_n_1832576.html


Une étude de l'année 2016: l'Amérique d'Obama, un film documentaire de Dinesh D'Souza.

2016: l'Amérique d'Obama est censé être un voyage visuel au cœur du bureau
le plus puissant au monde pour révéler le combat de savoir si le passé d'un homme peut redéfinir l'Amérique
au cours des quatre prochaines années. Malheureusement, l'homme dont le passé selon D'Souza va redéfinir l'Amérique au cours des quatre prochaines années n'est pas David Rockefeller, mais la marionnette envieuse
et opportuniste de David Rockefeller ainsi que ses co-conspirateurs de la CFR placés à la Maison Blanche.

Le film commence avec le pied gauche lors de D'Souza, indien de souche qui a émigré aux États-Unis
alors que l'Amérique était encore une terre de liberté et d'opportunité, affirme que c'est le pays où l'on peut discuter
de tout sans crainte de représailles. Comme preuve, il cite un débat public qu'il a eu, alors qu'il était étudiant à l'Université de Stanford, il y a plusieurs années avec Jesse Jackson. Il omet de mentionner, toutefois, qu'aucune université américaine a organisé un débat sur les véritables causes des événements 9/11.
De toute évidence, D'Souza vit dans un cocon
et est totalement ignorant de l'Amérique quasi-totalitaire d'aujourd'hui.


2016: l'Amérique d'Obama raconte comment en 2008, le peuple américain, écoeuré
par les excès du régime de George W. Bush, s'est mis en quête d'un leader qui l'unirait et le sortirait
de la crise économique à venir et des guerres. Ainsi, avec l'aide des médias traditionnels,
les américains ont investi leur espoir dans ce qu'ils avaient été endoctrinés à croire que Barack Hussein Obama
était un nouveau genre de président. Mais alors, D'Souza s'embarque sur une quête futile,
une analyse psycho/sociologique qui tente de prouver que Obama est un homme avec un passé qui, n'ayant pas eu les conseils d'un père, est tombé sous l'influence d'un grand nombre de mauvaises personnes, pour la plupart des
anti-américains et, par conséquent, des communistes. Ce qui, selon D'Souza, définit qui est Obama, comment il pense, et où il a l'intention de mener l'Amérique et le monde.

Sans le savoir, cependant, D'Souza suit le mauvais chemin après renifler le «Red Herring» du communisme, tout comme le sénateur Joseph McCarty l'a fait. Après avoir découvert la trahison largement répandue dans les hautes sphères du gouvernement américain, McCarthy a conclu que, logiquement, ils devaient être communistes. Parmi eux se trouvaient des fonctionnaires du Département d'État Alger Hiss (CFR), et Owen Lattimore (CFR), ainsi que Harry Hopkins à la Maison Blanche, Franklin Delano Roosevelt et Harry Dexter White au département du Trésor. Il a également accusé le général George Marshall (CFR) de trahison.

En vérité, aucune de ces personnes n'étaient communistes dans le sens d'être adeptes des classiques doctrines
du marxisme-léninisme, ils n'étaient pas des agents secrets de l'Union soviétique. Ils étaient, cependant,
des agents secrets du véritable et unique Parti Communo-fasciste des Etats-Unis: le Council on Foreign Relations.
(Loin d'être une doctrine de libérer les travailleurs contre l'exploitation capitaliste,
le communisme est une idéologie fausse conçue par les banquiers
et les capitalistes monopolistes internationaux afin de mieux exploiter les travailleurs.)


En fait, tout effort visant à lier les conspirateurs à une idéologie connue est une perte de temps.
Le fait que les conspirateurs de la CFR ont appuyé les régimes fascistes et communistes
signifie seulement que cela les a aidé à progresser dans leur agenda de dépeuplement secret
et des programmes de désindustrialisation. Ils n'en ont rien à cirer de savoir si Obama est un communiste,
un fasciste, un mormon ou un musulman, pourvu qu'il suive les ordres à la lettre.


De la même façon, le fait qu'ils aient soutenu certains groupes politiques comme le mouvement gay
ou la religion New Age n'indique pas qu'ils partagent leurs croyances. Ils ont financé, encouragé
et soutenu ces groupes comme des compagnons de voyage, parce que certains éléments des programmes de ces groupes, c'est à dire, l'eugénisme, coïncident avec les leurs. Mais ils n'ont pas hésité à se débarrasser ou même détruire un de ces groupes dès qu'il deviennait un engagement.

La preuve de ce qui précède, c'est que certains de leurs agents les plus utiles,
comme Kissinger, les Clinton, Brzezinski, les Bush et Carter, pour ne citer que les plus célèbres,
sont des prostituées idéologiques.


Dans le cas de McCarthy, il a fait la grosse erreur de croire que les agents du CFR qu'il combattait étaient fidèles
à une idéologie particulière: le communisme. Le résultat fut que, en dépit du fait que la plupart des personnes
qu'il accusait finalement étaient des traîtres avérés, sa grossière erreur lui a coûté sa carrière.

Près de la fin du documentaire, D'Souza affirme que sa théorie, selon laquelle Obama est le produit de son conflit intérieur de ne pas avoir eu un père, est la seule qui explique tant de choses apparemment inexplicables sur Obama. Mais D'Souza est dans le faux. Par exemple, sa théorie n'explique pas pourquoi la CIA a fourni Obama avec un SSN (numéro de sécurité social) falsifiés émis par un État dans lequel il n'a jamais vécu. Il n'explique pas non plus pourquoi, même avant de s'installer à la Maison Blanche, la CIA a gelé tous ses dossiers et donné plus tard un certificat de naissance falsifié dans le but de prouver qu'il était né à Hawaï.

Le principal problème avec la théorie de D'Souza pour expliquer le comportement d'Obama
est qu'il confond cause à effet. En fait, il ne s'agit pas de savoir si Obama agit comme il le fait à cause
de ses relations familiales en difficulté, de son amitié avec des personnages anti-américains louches,
ou de sa haine pour tout américain, mais c'était à cause de ces caractéristiques de sa personnalité
que les observateurs talentueux de la CFR ont considéré comme une bonne cible pour le recrutement.
L'histoire a montré qu'ils avaient raison. Obama s'est avéré être exactement le bon type ambitieux,
la marionnette contraire à l'éthique dont ils ont besoin à la Maison Blanche pour mener à bien la phase finale
de leur plan pour la destruction totale de l'Amérique et de la création d'un Nouvel Ordre Mondial.

(...)

Source et suite de l'article
2016: The CFR’s Amerika
http://theintelhub.com/2012/09/10/2016-the-cfrs-amerika/
Traduction de Golden Awaken

A choisir entre la peste et le choléra,
l'élite avance ses pions sans que personne n'y fasse attention.
Cette élection américaine prend de plus en plus des tournures de roman noir.
Une fiction où les américains feraient bien de mettre un terme.
Tout comme nous européens, avec la Troïka.


Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
Silver Wisdom
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 52
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

https://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum