Le Dormeur doit se Réveiller
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Nike : Promotions Sur Les Chaussures, ...
Voir le deal
Le Deal du moment :
Code promo Cdiscount : 25€ de réduction ...
Voir le deal

Selon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n'a de valeur

Aller en bas

Selon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n'a de valeur Empty Selon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n'a de valeur

Message  Silver Wisdom le Mer 10 Oct - 7:05

Bonjour à tous,

Selon une étude de Cochrane Collaboration,
aucun vaccin antigrippal n'a de valeur

Heidi Stevenson, Gaia Health, dim., 07 oct. 2012


Cette étude est accablante pour l'industrie pharmaceutique entière et ses sbires,
l'industrie de test des médicaments et le système médical qui dépendent d'elle et font sa promotion.
Les vaccins antigrippaux n'ont aucun intérêt et entraînent de graves préjudices.


Selon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n'a de valeur Danger-du-vaccin-contre-la-grippe-h1n1

Publiée dans Cochrane Library, une étude remarquable n'a constaté aucune évidence de l'utilité des vaccins
contre la grippe. Elle éreinte aussi la qualité des études sur ces vaccins, en disant que la grande majorité
des essais sont lacunaires. D'après les auteurs, les seules études montrant des avantages sont financées
par l'industrie. Ils ont aussi fait remarquer que ces études financées par l'industrie sont plus susceptibles d'être publiées dans les revues les plus prestigieuses... et une autre chose : Ils ont découvert des cas
de graves dommages dus aux vaccins, malgré les carences en matière de couverture des effets indésirables.

L'étude, Vaccines for preventing influenza in healthy adults
(Vaccins préventifs de la grippe chez l'adulte en bonne santé),
est accablante pour la totalité de l'industrie pharmaceutique et ses sbires :
l'industrie de test des médicaments et le système médical qui dépendent d'elle et font sa promotion.


Selon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n'a de valeur Aids-Needles-Vaccine-Syringe

Vous n’avez peut-être pas entendu cette explosion. Pourtant elle s’est bel et bien produite.
Une revue de la Collaboration Cocherane, une équipe de chercheurs respectée
et connue du monde entier a passé en revue tous les éléments de preuve et a fourni sa conclusion.
Chez les adultes en bonne santé, aucun vaccin contre la grippe ne confère une protection contre la maladie.

Boum !

Le vaccin ne protège pas non plus contre la transmission de personne à personne du virus de la grippe.

Boum !

The vaccine empire has collapsed
http://www.naturalnews.com/037471_vaccines_mythology_fairy_tale.html

Vu sur : Alter Info
Dans le style euphémique habituel de la revue scientifique, les auteurs concluent :

Les conclusions de cet examen semblent décourager le recours au vaccin antigrippal
chez l'adulte en bonne santé, au titre de mesure de santé publique routinière. Du fait que les adultes
en bonne santé ont un faible risque de complications dues aux maladies respiratoires,
l'usage du vaccin peut être conseillé uniquement dans des cas spécifiques,
comme mesure de protection individuelle contre les symptômes.
L'étude

Les auteurs ont tenté de retrouver et d'analyser toutes les études d'évaluation des effets des vaccins antigrippaux
chez les adultes en bonne santé âgés de 18 à 65 ans. Pour ce faire, ils « ont fait des recherches dans
le Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (Cochrane Library, 2010, numéro 2),
dans la MEDLINE (de janvier 1966 à juin 2010) et dans EMBASE (de 1990 à juin 2010). »
Ces bases de données comprenaient 50 rapports. Quarante d'entre eux étaient des essais cliniques
comptant au total plus de 70.000 personnes. Deux, qui ne signalaient que les effets délétères,
n'ont pas été inclus dans cette méta-analyse. Des études de tous les types de vaccins antigrippaux ont été incluses : vaccins avec virus vivants, atténués et tués - ou fractions de virus tués.

Selon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n'a de valeur 4790320_7161541
Vaccines for preventing influenza in healthy adults (Review)(pdf)
http://www.thecochranelibrary.com/userfiles/ccoch/file/CD001269.pdf

Les auteurs de la méta-étude ont cherché en premier le nombre de cas et la gravité de la grippe
et des maladies de type grippal. Ils ont aussi examiné le nombre et la gravité des dommages consécutifs aux vaccins. Ils ont tenté de rassembler les données manquantes en écrivant personnellement aux auteurs des études.
Ils décrivent les réponses comme « décevantes ». En fin de compte, ils ont gardé 50 études et en ont écarté 92,
à cause surtout de très graves défauts, du genre : usage de contrôles inadéquats, essais de contrôle non randomisés, données présentées incohérentes, plan d'étude manquant, définitions imprécises, compte-rendu inconsistant, absence des données brutes, et absence de placebo.

Ce que les auteurs ont constaté :

a) Les vaccins administrés par voie parentérale, c'est-à-dire, autrement que par voie digestive,
généralement par injection, réduisent les symptômes de type grippal d'à peine 4%.

b) Ils n'ont trouvé aucune preuve que la vaccination empêche la transmission du virus
chez les adultes sains ! (Adieu l'argument de l'immunité collective !) C'est particulièrement important parce que, comme l'ont noté les études, on sait que les vaccins inactivés marchent mieux chez les adultes en bonne santé.

c) Ils n'ont pas trouvé non plus de preuve montrant que les vaccins contre la grippe
évitent les complications. Ils ont tenté de déterminer la gravité des complications, et,
bien qu'elles en aient rapporté certaines, la plupart des études ont tout simplement oublié
la question ou l'ont abordée de manière inadéquate.
Conclusions


Cette méta-étude inclut 15 essais financés par l'industrie sur 36
(quatre n'ont aucune déclaration de financement).
Une révision systématique antérieure de 274 études de vaccins antigrippaux publiées jusqu'en 2007,
a constaté que les études financées par l'industrie sont publiées dans les revues les plus prestigieuses
et sont plus citées que les autres études, indépendamment de la qualité méthodologique et de l'importance.
Les études financées par des fonds publics sont significativement moins susceptibles de produire
des conclusions favorables aux vaccins.

L'examen a montré que les preuves sérieuses en faveur des vaccins antigrippaux sont minces,
mais il existe des signes de manipulation généralisée des conclusions et de fausse notoriété de ces études.
Le contenu et les conclusions de cette méta-étude doivent être interprétés à la lumière de ce constat.


Vaccines for preventing influenza in healthy adults.
Jefferson T, Di Pietrantonj C, Rivetti A, Bawazeer GA, Al-Ansary LA, Ferroni E.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20614424
Sans aucun doute, « Le contenu et les conclusions de cette méta-étude
doivent être interprétés à la lumière de ce constat » !

Même sans tenir compte de la mauvaise qualité des études en général, les auteurs ont toujours
du mal à trouver quelque avantage aux vaccins contre la grippe chez les gens sains. Dans le meilleurs des cas,
elles ont constaté une légère diminution du nombre de jours d'arrêt de travail.
Elles n'ont constaté aucun avantage à ces vaccins, que soit pour les complications ou le taux de mortalité.

En dépit de la couverture médiocre des effets indésirables, les auteurs en ont trouvé quelques-uns,
dont 1,6 cas par million de syndrome de Guillain-Barré.

La question à poser est la suivante : Comment peut être justifiée la vaccination antigrippale,
alors qu'elle ne donne pratiquement aucun avantage, pas même l'hypothétique immunité collective
si souvent invoquée, et que des cas de graves préjudices sont attestés,
en dépit de la couverture honteusement restreinte des effets indésirables ?

Il est plus que temps de mettre fin à la comédie consistant à piquer adultes et enfants,
sans la moindre preuve de ses avantages, malgré les tentatives d'en trouver, et avec la preuve
de ses dommages handicapants, malgré les tentatives de les cacher.

Traduction copyleft de Pétrus Lombard

Source originale de l'article
No Value in Any Influenza Vaccine: Cochrane Collaboration Study
http://gaia-health.com/gaia-blog/2012-10-05/no-value-in-any-influenza-vaccine-cochrane-collaboration-study/

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
Silver Wisdom
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 51
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

https://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Selon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n'a de valeur Empty Intouchables vaccins: le coup de gueule légitime d'un médecin

Message  Silver Wisdom le Mer 10 Oct - 8:52

Bonjour à tous,

Intouchables vaccins:
le coup de gueule légitime d'un médecin


Nous sommes fiers de pouvoir reproduire ici, avec l'aimable permission de l'auteur,
un texte d'une grande importance et d'une grande cohérence, persuadés que beaucoup de confrères
pensent tout bas ce que le Dr Didier Tarte ose ici dire tout haut. Enfin une bouffée d'oxygène et de bon sens,
cela fait réellement du bien!


Selon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n'a de valeur Header_article_tmpphpNsLLGz
http://www.initiativecitoyenne.be/article-intouchables-vaccins-le-coup-de-gueule-legitime-d-un-medecin-110470904.html
Voici un article « Eviter la casse avec les médicaments » très bien fait et très pertinent pour lequel
on doit remercier la revue de l'Union française des Consommateurs Que Choisir
de présenter ainsi son numéro spécial sur la santé d’Octobre 2012.


Selon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n'a de valeur Image_sommaireSelon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n'a de valeur Image_sommaire
Que Choisir Santé n°60 - avril 2012
http://kiosque.quechoisir.org/magazine-sante-quechoisir-60-avril-2012/
Que Choisir Santé n°65 - octobre 2012
http://kiosque.quechoisir.org/magazine-sante-quechoisir-65-octobre-2012/

Une démonstration rigoureuse et fine où nous trouvons ces réflexions :

« Les médicaments sont censés nous soigner. Pourtant ils peuvent nous rendre plus malades,
voire nous tuer, car tous sans exception, induisent des effets indésirables. Parfois mal connus,
souvent mal compris par les patients et mal pris en compte par les médecins,
ils sont d’une manière générale sous estimés. Tous les médicaments sont dangereux,
en théorie comme en pratique. En théorie, parce que ces substances actives provoquent
de multiples effets dans notre corps, désirables ou non. »


Voilà des observations très intéressantes dont on se demande pourquoi un genre de médicaments
très particulier se trouve toujours exclu de ces constatations. Alors que plus encore que les médicaments,
ces substances actives provoquent de multiples effets dans notre corps, désirables ou non.

Allons ! Qui pourra trouver ce genre de médicament si particulier,
jamais suspecté de tels effets ? Fin du suspense ?


Pour ceux qui auraient du mal à trouver : il s’agit des vaccins.
En effet ils tombent parfaitement sous le coup de toutes ces remarques ainsi que de celles
que nous allons relever plus loin.

L’auteur souligne à juste titre :
« tous sans exception induisent des effets indésirables…..
Ils sont d’une manière générale sous estimés. »


Ainsi surgit un espace d’exclusion de la réflexion concernant spécifiquement les vaccins.
Pourquoi cette situation permettant aux vaccins d’échapper au droit d’inventaire comme celui que l’on doit avoir
vis-à-vis de tout médicament ? De quelle logique suspecte et trouble cette attitude est-elle le témoin ?

Le vaccin a réussi ce tour de force de devenir intouchable ! Insoupçonnable même, sauf de la part
de personnes qui reçoivent alors l’étiquette de sectaire et plus grave encore de « lobby anti vaccin ».
Appellations qui permettent d’office de réduire à néant toute interrogation sur les risques,
mais surtout qui permet de déconsidérer ceux qui s’interrogent. De la part du lobby vaccinal,
cette accusation ne manque pas de piquant, voir d’odieux, quand on sait les considérables moyens financiers
dont il dispose et de sa capacité d’imposer aux Etats des contrats léonins où Big pharma se trouve dédouanée
de toute responsabilités vis-à-vis des effets secondaires, comme cela s’est concrétisé en catimini lors de l’épisode
du H1N1. Or ces protestataires, ainsi déconsidérés, n’ont comme pouvoir d’influence et de révélation,
comme prétendu « lobby », que leur conscience, leur témoignage, et leur cri d’alarme renouvelé.

Selon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n'a de valeur 2b009506-1e29-4733-9f1b-a09300bf4991
Une nouvelle étude révèle que le vaccin contre la grippe
aggravent les symptômes de la grippe H1N1

https://ledormeur.forumgratuit.org/t572-les-5-mythes-les-plus-rabaches-sur-la-sante-que-les-medecins-n-ont-aucune-intention-d-abandonner#1199

Depuis longtemps, il est tout à fait avéré officiellement qu’à peine 1 à 10 %
des effets secondaires sont effectivement recensés et comptabilisés!
Et ce pourcentage est encore plus faible en ce qui concerne les vaccins.


Introducing MEDWatch
A New Approach to Reporting Medication
and Device Adverse Effects and Product Problems (pdf en anglais)

http://www.fda.gov/downloads/Safety/MedWatch/UCM201419.pdf

L’article fait encore ressortir :

« Toujours suspecter le médicaments. En plus de leur nocivité directe, les effets indésirables
peuvent être indirectement dangereux dans le cas où ils ne sont pas reconnus comme tels.
(Ne peut-on évoquer plus justement une réalité insoupçonnable concernant les vaccins ?)

Les experts qui ont été interviewés le déplorent : les professionnels de santé n’envisagent pas
assez la culpabilité possible du médicament. « Et si c’était le médicament ? », voilà la question
qui doit se poser souvent, préconise Bruno Toussaint, directeur de la rédaction de la revue Prescrire.
Devant tout nouveau symptôme, le médicament doit figurer dans la liste des causes possibles. »

Voilà qui est parfaitement dit, mais comme par hasard jamais formulé à propos des vaccins
(notamment à la revue Prescrire !) Ce parti pris est-il tolérable ? N’y-a-t-il pas là un incroyable manque
de rationalité ou même d’éthique, que les vaccins soient ainsi blanchis d’office ?
Si les dangers des médicaments sont dénoncés, ces mêmes experts semblent méconnaître
totalement la part des vaccins dans l’émergence et la progression des maladies chroniques,
auto-immunes et dégénératives qui justement devient le pain béni pour tous ces nouveaux médicaments.

Self-Organized Criticality Theory of Autoimmunity
http://www.plosone.org/article/info:doi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0008382

Et l’article poursuit même que « le meilleur test consiste, quand c’est possible, à arrêter le médicament suspect ». Et bien justement, cette situation est exclue en ce qui concerne les vaccins ! Leurs effets désirés ou non
ne peuvent être suspendus. C’est une mèche allumée qui attend son heure d’expression plus ou moins loin
dans le temps suivant les facteurs de déstabilisation de la vie auquel chacun est soumis. Par ailleurs,
il faut insister sur le fait, que les médicaments sont censés s’adresser à des personnes malades
alors que les vaccins ne sont majoritairement injectés à des personnes en bonne santé. Et ceci,
dès les premiers jours de la vie alors que le système immunitaire n’est pas encore pleinement constitué.

N’est ce pas là une excellente façon de le dénaturer dès la naissance ?
Comment ce qui semble logique à propos des médicaments, deviendrait illogique à propos des vaccins ?
Quel statut ces derniers ont-ils pu acquérir pour s’affranchir de la loi commune
de la raison et de la rigueur ? Et même de l’honnêteté ?


Sans le savoir l’article enfonce le clou, si on veut faire l’effort minimum d’étendre la réflexion des médicaments jusqu’aux vaccins, en présentant un encart spécial intitulé Méfiance ! où il précise :

« Un excès d’optimisme envers un médicament est toujours douteux.
Ces deux petites phrases doivent nous alerter.

1 - C’est un médicalement totalement sûr.
2 – C’est un médicament tout nouveau.
Pour conclure la fin de cet encart avec
« D’une certaine façon, les utilisateurs des médicaments jouent les cobayes ».


La première affirmation reproduit le refrain mille fois entendu à propos des vaccins. Mais ce qui doit être suspecté à propos des médicaments ne tiendrait-il plus à propos des vaccins ? Voilà une bonne logique, digne de Diafoirus ! Toujours l’effondrement de la réflexion autour des vaccins….

Et que vient de formuler récemment le Docteur Anne Marie Moulin, lors d’une émission de France 5 intitulée
« Vaccins, le virus du doute »? « Il ne faut pas cacher au public que ces nouveaux vaccins sont des vaccins expérimentaux et que, quelque part, on ne peut pas se passer d’un saut dans la population pour appliquer
à un grand nombre d’individus un vaccin, qui par définition, n’est pas nécessairement adapté à la constitution
de chacun. C’est là un enjeu aujourd’hui ». A rapprocher donc avec la conclusion de l’encart :
« D’une certaine façon, les utilisateurs des médicaments nouveaux jouent les cobayes ».

Vaccins, le virus du doute


Ajoutée par MultiversTv le 19 févr. 2012

Il semble justifié de conclure ces remarques en reprenant la démonstration faite
par le Docteur Alain Perrier dans son livre Vaccins : Abus de conscience.

Selon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n'a de valeur Vaccins-abus-de-conscience
http://expovaccins.over-blog.com/article-vaccins-abus-de-conscience-le-nouveau-livre-du-dr-alain-perrier-76030968.html

« L’évolution du symbole du caducée montre clairement l’évolution
de l’éthique médicale au cours des siècles. Le passage de la verticalité à l’horizontalité
et la suppression des attributs transcendantaux de l’homme nous permettent de mieux comprendre
que le médecine moderne ne soigne plus des Etres Humains,
mais de simples créatures réduites à l’état d’objet.»


N’est-il pas alors nécessaire de rapprocher ce texte avec l’interview toute récente du professeur Philippe Even,
lors de la sortie de son livre sur les médicaments : «L’entreprise médicale menace la santé» ?
Mais là encore, les vaccins sont exclus de la réflexion. Toujours ce statut d’intouchable en action !
Les vaccins à l’instar de Méduse, qui pétrifiait les mortels qui osaient la regarder, ont acquis un statut capable
de paralyser la pensée de la presse et celle des instances officielles.
Une sidération incompréhensible de la capacité de s’interroger à leur propos.

Selon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n'a de valeur 4391518
Philippe Even en 2011 (SIPA)
«L’entreprise médicale menace la santé»
http://bibliobs.nouvelobs.com/documents/20120912.OBS2058/philippe-even-l-entreprise-medicale-menace-la-sante.html

Dr Didier Tarte.

Source de l'article
Intouchables vaccins: le coup de gueule légitime d'un médecin
http://www.initiativecitoyenne.be/article-intouchables-vaccins-le-coup-de-gueule-legitime-d-un-medecin-110470904.html

Article vu sur : Sott.net

Pour approfondir le sujet
Pearltrees
http://www.pearltrees.com/#/N-u=1_324599&N-fa=3048420&N-s=1_4991693&N-f=1_4991693&N-p=58912164
Attention aux vaccins meurtrier
http://www.attention-aux-vaccins-meurtrier.info/

Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar
Silver Wisdom
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 51
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

https://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum