Une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014

Message  Geoff le Lun 20 Fév - 18:51

Une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014


© Flickr.com/Truthout.org/cc-by-nc-sa 3.0

Les scientifiques russes vont présenter leur version de la fin du monde. Selon eux, un refroidissement brusque viendra dans la Terre. Le nouvel Age de glace va durer au moins deux siècles et littéralement gèlera le monde.

Le chef de secteur des études spatiales de l’observatoire de Poulkovo de l'Académie des Sciences de Russie, doctorat Habiboullo Abdoussamatov a déclaré que la planète a déjà commencé à refroidir. En étudiant la fréquence des changements de l'activité solaire, on peut faire des conclusions sur le réchauffement et le refroidissement à l’avenir. « Selon les données que nous avons, les températures vont commencer à baisser de manière stable à partir de l’année 2014, et la pointe de refroidissement aura lieu en 2055, avec un possible décalage de 11 ans », a expliqué le scientifique.

« Ce refroidissement réduira considérablement les surfaces agricoles. En dehors des problèmes avec la nourriture, il sera beaucoup plus difficile d'organiser la production de pétrole et de gaz dans les latitudes septentrionales. Le problème de réchauffement des habitations va considérablement augmenter. Le refroidissement touchera de nombreux pays, la quasi-totalité, mais principalement les pays nordiques », prévient Habibullo Abdusamatov.



La longue vague de froid pourrait devenir la cinquième petite période d’âge de glace au cours des neuf derniers siècles. Ce phénomène climatique a été enregistré au XIII, XV, XVII et XIX siècles.

« Comme il arrive souvent, on dit d’abord que tout ça sont bêtises, et non pas la science, mais après, on dit que cela serait probable, avant d’affirmer dans un premier temps que nous y avons toujours pensé. La reconnaissance de la théorie du refroidissement se produit partout dans le monde », conclut le scientifique.


Source : http://french.ruvr.ru/2012_02_19/66437979/


_________________
"Cogito ergo sum." (Descartes)

"Très attaqué, Dieu se défend par le mépris, en ne répondant pas."(Jules Renard)

"Si Jésus avait dit "Prenez et fumez", le hash serait légal."(Philippe Perrier)

Geoff
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription: 18/02/2012
Age: 29
Localisation: Wagadey, Jubbada Dhexe, Somalia

Revenir en haut Aller en bas

Le vrai danger n'est pas le réchauffement climatique, mais la venue d'une période glaciaire

Message  Silver Wisdom le Jeu 23 Fév - 13:25

Bonjour à tous,

Le vrai danger n'est pas le réchauffement climatique,
mais la venue d'une période glaciaire

par G.E.Marsh, physicien

GERALD E. MARSH est un physicien retraité du laboratoire national d'Argonne et un ancien conseiller au Département de la Défense sur la technologie nucléaire stratégique et à la politique à Reagan, à Bush, et au gouvernement de Clinton.



Contrairement à l'idée populaire actuelle, le vrai danger pour l'humanité n'est pas le réchauffement global, mais plus probablement la venue d'une nouvelle période glaciaire.

Ce que nous vivons actuellement est connu en tant qu'époque interglaciaire, une période relativement brève entre de longues périodes glaciaires. Malheureusement nous, la plupart des périodes interglaciaires durent seulement 10 milliers d'années, et combien de temps s'est écoulé depuis la dernière période glaciaire ?

Combien de temps avons-nous avant que la glace commence à reprendre sa place sur la surface terrestre ?
Moins de cent ans ou plusieurs centaines d'années ? Nous ne le savons pas.

Même si toute l'augmentation de la température au cours du siècle dernier est attribuable aux activités humaines, l'élévation a été peu importante et relativement modeste 0.6° C.
Une augmentation tout à fait en conformité avec des variations normales depuis des millénaires.

Tandis qu'un réchauffement durable de la même taille au cours du siècle à venir apporterait à l'humanité quelques modifications, nous sommes assurés de pouvoir nous adapter.





Connaître une nouvelle période glaciaire, cependant, serait catastrophique pour la suite de la civilisation moderne.

On a regardé seulement des cartes montrant l'ampleur des grandes carottes de glace pendant la dernière période glaciaire pour comprendre ce que signifierait un retour en période glaciaire. Beaucoup de l'ensemble de l'Europe et de l'Amérique du Nord ont été recouvertes par une glace épaisse, de milliers de mètres dans bien des régions et le monde dans son ensemble était beaucoup plus froid.

Le dernier « petit » âge glaciaire a commencé dès le XIVème siècle où la mer baltique gelait même hors saison, des orages, et une élévation au niveau de la Mer Caspienne. Cela a été suivi de l'extinction des morses au Groenland et de la perte de culture en Islande. Des moissons même ont été sévèrement réduites en Scandinavie. Et c'était une seule annonce des misères à venir.

Au milieu du XVIIème siècle, les glaciers dans les Alpes suisses ont avancé, éliminant des fermes et des villages entiers. En Angleterre, le fleuve la Tamise était congelée pendant l'hiver, et en 1780, le port de New York a gelé. Si cela avait continué ainsi, histoire aurait été très différente. Heureusement, la diminution de l'activité solaire qui a causé le petit age glaciaire a fini et le résultat a apporté le printemps à la civilisation moderne.

Il y avait très peu de périodes glaciaires jusqu'il y a à environ 2.75 millions d'années quand le climat de la Terre a écrit une période peu commune d'instabilité. Ça a Commencé des cycles il y a environ 1 million d'années, des périodes glaciaires durant environ 100.000 ans, séparés par les périodes interglaciaires relativement courtes, comme celui que nous vivons actuellement qui est devenu la règle. Avant le début des périodes glaciaires, et pour la majeure partie de l'histoire de la Terre, c'était le réchauffement comme aujourd'hui.

En effet, le Soleil était devenu plus lumineux de toute l'histoire entière de la Terre et la flore et la faune sur la Terre se sont épanouies. Les deux ont eu l'effet de laisser tomber des concentrations en anhydride carbonique dans l'atmosphère au niveau le plus bas dans la longue histoire de la Terre.

Il y a cinq cents millions d'années, les concentrations en anhydride carbonique étaient plus de 13 fois supérieures à aujourd'hui ; et il y a environ 20 millions d'années, les niveaux d'anhydride carbonique sont tombés un peu à moins de deux fois ce qu'elles sont aujourd'hui.

Il est possible que les concentrations modérément accrues en anhydride carbonique puissent prolonger la période interglaciaire actuelle. Mais nous n'avons pas encore atteint le niveau exigé, ni nous ne connaissons le niveau optimum à atteindre.

Ainsi, plutôt que l'appel pour des limites arbitraires sur des émissions d'anhydride carbonique, peut-être que la meilleure chose à faire pour l'IPCC (GIEC) de l'ONU sur le changement climatique et la communauté en climatologie en général est de consacrer leurs efforts pour déterminer la gamme optimale de l'anhydride carbonique requise pour prolonger la période interglaciaire actuelle indéfiniment.

La NASA a prévu que le cycle solaire faisant une pointe en 2022 pourrait être un des plus faibles depuis plusieurs siècles et devrait causer un refroidissement très significatif du climat sur Terre. Est-ce que cela sera le déclenchement d'une nouvelle période glaciaire ?

Nous devons soigneusement considérer cette possibilité avant que nous éliminions notre prospérité actuelle en dépensant des trillions de dollars pour combattre une menace perçue du réchauffement global qui peut bien s'avérer être seulement une étincelle.

Source
Le vrai danger n'est pas le réchauffement climatique, mais la venue d'une période glaciaire.
http://www.wikistrike.com/article-le-vrai-danger-n-est-pas-le-rechauffement-climatique-mais-la-venue-d-une-periode-glaciaire-en-2012-98623507.html



De nombreux scientifiques pensent la même chose.
Ces scientifiques sont Prix Nobel, Ph.D., lauréats de nombreux prix, auteurs d'articles majeurs.

Pour ceux désireux approfondir le sujet, une liste de scientifiques sceptiques sur le réchauffement climatique liste les scientifiques à travers le monde qui sont climatosceptiques, c'est à dire sceptiques sur la réalité d'un réchauffement climatique exceptionnel, son origine humaine ou sur le fait qu'il ait des conséquences négatives.

Liste de scientifiques sceptiques sur le réchauffement climatique
http://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de_scientifiques_sceptiques_sur_le_r%C3%A9chauffement_climatique

Bien Amicalement.

Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription: 03/01/2012
Age: 45
Localisation: Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Le Proche-Orient en proie à des intempéries exceptionnelles

Message  Geoff le Jeu 10 Jan - 14:11

Le Proche-Orient en proie à des intempéries exceptionnelles


Les intempéries exceptionnelles qui balayent depuis quatre jours le Proche-Orient ont causé la mort de onze personnes et la disparition de plusieurs autres et rendent encore plus difficiles les conditions de vie des réfugiés syriens, notamment au Liban.

Les services météorologiques n'attendaient aucune amélioration du temps avant jeudi. Les températures ont chuté en deçà des normales saisonnières dans plusieurs pays, et de la neige est tombée mercredi en Syrie, au Liban, dans les Territoires palestiniens, en Israël et en Jordanie. Au Liban, un homme a été retrouvé mercredi mort de froid dans sa voiture à Taalabaya. En Cisjordanie, quatre Palestiniens, dont trois femmes, ont péri mercredi.



Ces morts portent à onze le nombre de personnes mortes en raison des intempéries depuis dimanche dans la région (trois au Liban, trois en Israël et cinq en Cisjordanie). En prévision de chutes de neige dans l'après-midi à Jérusalem, la municipalité israélienne a décidé la fermeture des établissements scolaires. Les autorités palestiniennes ont elles aussi prolongé les vacances scolaires jusqu'à samedi. Même mesure au Liban, où les écoles restent fermées jusqu'à vendredi. Les intempéries ont entraîné des coupures d'électricité mercredi et jeudi dans tout le Liban, où des salariés de la compagnie nationale d'électricité chargés de réparer le réseau sont en grève. En Jordanie, mercredi a été décrété jour férié.

PLUIES DILUVIENNES



Les pluies diluviennes ont paralysé la circulation dans plusieurs pays. En Jordanie, de nombreux grands axes à Amman et dans d'autres régions du royaume étaient fermés et la police a conseillé aux gens de "ne sortir qu'en cas de nécessité" alors que le mauvais temps a causé plus de 700 accidents de la route ces dernières 48 heures. Au Liban, où la tempête a fait également un disparu, un nourrisson de six mois, les routes et dans certaines régions les habitations, ont été inondées en raison des fortes pluies, alors que la circulation était fortement perturbée.

En Egypte, des pluies torrentielles se sont abattues toute la nuit sur le Sinaï et la Haute-Egypte, provoquant des inondations, ainsi qu'à Alexandrie, où le port était fermé pour le quatrième jour consécutif. Dans le Grand Caire, les fortes pluies ont perturbé le trafic. Les garde-frontières et l'armée continuaient par ailleurs de chercher dix pêcheurs portés disparus depuis que leur embarcation a sombré au large de Marsa Matrouh.

En Syrie, la télévision d'Etat diffusait des images en direct de Damas sur laquelle s'abattait une forte neige. La ville de Homs était également sous la neige. En dépit des intempéries, les bombardements et les combats entre soldats et rebelles qui déchirent le pays depuis vingt et un mois, se poursuivaient sans relâche, rendant encore plus difficiles les conditions de vie des Syriens. En plus des pénuries de mazout, les habitants affrontant un froid glacial sont également privés d'électricité plusieurs heures par jour.

De leur côté, les centaines de milliers de Syriens ayant fui les violences pour se réfugier dans des camps installés dans les pays limitrophes, sont touchés de plein fouet par le mauvais temps. Cécile Fradot, chargée des relations extérieures du Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU au Liban, a indiqué que ses services étaient "en état d'alerte", les secours se concentrant sur la vallée de la Bekaa, où il a neigé. "Les gens ont vraiment besoin d'assistance. Aujourd'hui, dans le Nord, nous déplaçons les familles dont les abris ont été inondés", selon elle.

Source : http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/01/10/le-proche-orient-en-proie-a-des-intemperies-exceptionnelles_1814846_3218.html#xtor=RSS-3208


Info réfutée par les Britanniques "Prévisionnistes britanniques : la Terre ne risque pas un réchauffement soudain" : http://french.ruvr.ru/2013_01_08/Previsionnistes-britanniques-la-Terre-ne-risque-pas-un-rechauffement-soudain/

_________________
"Cogito ergo sum." (Descartes)

"Très attaqué, Dieu se défend par le mépris, en ne répondant pas."(Jules Renard)

"Si Jésus avait dit "Prenez et fumez", le hash serait légal."(Philippe Perrier)

Geoff
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription: 18/02/2012
Age: 29
Localisation: Wagadey, Jubbada Dhexe, Somalia

Revenir en haut Aller en bas

Nouvel âge glaciaire : une théorie qui semble se confirmer

Message  Silver Wisdom le Mar 9 Avr - 16:13

Bonjour à tous,

Nouvel âge glaciaire : une théorie qui semble se confirmer



Je vous en parlais récemment dans un article intitulé « Le monde menacé par un nouvel âge de glace ? »,
mais avec précaution par manque de sources tangibles disponibles, mais mes craintes sur le sujet semblent
se confirmer avec la venue de nouvelles analyses que je vous délivre ici.

Le témoignage d'un ancien militant du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat)
compétent et lucide (oui, je sais ca m'a surpris aussi...) vient étayer cette théorie dans laquelle notre avenir proche
risque de s'avérer plutôt glacial !


Le veilleur
Selon Le Monde, la vague de froid qui, depuis mi-mars, touche l'Europe et l'Amérique du Nord est « tout à fait exceptionnelle,
par sa durée et son étendue », assure Patrick Galois, prévisionniste à Météo-France. Elle s'inscrit dans la foulée d'un hiver 2012-2013
plutôt froid, s'inscrivant lui-même dans une suite de plusieurs hivers assez rigoureux.



Nos hivers seront-ils plus froids dans un monde plus chaud ?
http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/03/28/nos-hivers-seront-ils-plus-froids-dans-un-monde-plus-chaud_3149280_3244.html

On en vient à rêver du réchauffement climatique... Ah mais suis-je bête, c'est à cause du réchauffement justement !
Certains suggèrent que la réduction de la banquise arctique, particulièrement marquée depuis 2007,
facilite la formation de hautes pressions atmosphériques dans l'Arctique.

Or cette configuration favoriserait la phase négative d'une oscillation de l'atmosphère appelée Oscillation nord-atlantique (NAO),
on parle d'une NAO négative, fréquemment associée à des descentes d'air polaire sur l'Europe et l'Amérique du Nord.
Mais il n'y a pas de consensus en la matière, ainsi pour Christophe Cassou (chercheur (CNRS) au Centre européen de recherche
et de formation avancées en calcul scientifique (Cerfacs)).

« Un effet de la banquise arctique sur les hivers européens a plus de chances
d'être sensible au début de l'hiver qu'au mois de mars »
Ce phénomène de froid printanier ne semble pas avoir d'explication convainquante dans le cadre de la théorie réchauffiste,
mais il nourrit une autre théorie encore moins sympathique : celle d'un imminent refroidissement climatique dont nous observerions
aujourd'hui les prémices. Le scientifique russe Habibullo Abdussamatov, de la St Petersburg Pulkovo Astronomical Observatory,
publiait en 2005 une première étude sur la relation entre l'activité solaire et la température terrestre.


Measure temporary variations of shape and diameter of the Sun
http://www.gao.spb.ru/english/astrometr/index1_eng.html

Selon cette étude, nous sommes affectés par deux cycles solaires, d'une part le cycle court de 11 ans
et d'autre part un cycle plus long de plus ou moins 200 ans, correspondant sur Terre à l'alternance entre mini-ages de glace
et périodes plus chaudes. Le graphique ci-contre montre ces deux cycles (le trait épais étant le cycle de 200 ans)
ainsi que les fluctuations du rayonnement solaire que nous recevons. Rayonnement qui chute dramatiquement à partir de maintenant,
pour peut être finir en un nouveau Minimum de Maunder ou « petit âge glaciaire » vers 2050 ?


Les récits, gravures et peintures entre le 17ème et le 19ème siècle montrent clairement les signes d'un refroidissement sensible :
gel de la Tamise, des canaux hollandais, de la Seine à Paris, avancée des glaciers alpins qui engloutissent des villages entiers.
Et tout cela pour une variation ne dépassant guère 1°C à l'échelle globale.


Paysage hivernal, Pieter Brueghel l'Ancien, 1595


Chasseurs dans la neige, Pieter Brueghel l'Ancien, 1565 (Kunsthistorisches Museum, Vienne)


La Tamise gelée en 1677

Il n'existe jamais une seule cause aux variations du climat et outre le rayonnement solaire, il semble plausible que
le forçage volcanique soit également en cause dans certains cas. Ou l'hiver nucléaire, non encore testé mais certains
sont visiblement attirés par une telle expérimentation, sans doute dans l'intérêt suprême de l'avancement
de la science populaire et démocratique...

On pourrait espérer une concordance entre réchauffement et refroidissement, l'un annulant l'autre mais cela impliquerait
d'une part une certitude quant à l'inévitabilité de ce nouvel âge glaciaire, et d'autre part une inversion de paradigme entre « mauvais »
et « bon » réchauffement. Car, si le réchauffement en tant que tel pose certains problèmes, le refroidissement en cause de bien plus graves : avancée des glaces, réduction des surfaces cultivables et habitables car gelées, sécheresse (de part le gel des cours d'eau),
risques accrus pour les populations vivant dans des habitats mal isolés et mal chauffés, coût de l'énergie, etc...
De 1694 à 1695 en France, sous Louis XIV, le froid tua directement et indirectement (via la famine) 2 millions de personnes,
soit 10% de la population française de l'époque !

Fritz Vahrenholt et le climat : une seconde opinion

Qui connait Fritz Vahrenholt en France ? Pas grand monde sans doute. Outre-Rhin par contre c'est une quasi-célébrité :
scientifique, militant écologiste de la première heure, membre important du SPD ayant occupé plusieurs fonctions liées à l'environnent,
et cela en parallèle avec une carrière professionnelle qui l'a mené à la tête de RWE Innogy, entreprise spécialisée
dans les énergies renouvelables. En plus de cela, membre du GIEC dont il fut relecteur du rapport AR 3 en 2007,
et du rapport de 2010 sur les énergies renouvelables.

Donc un monsieur a priori très écologiquement correct, mais voilà c'est aussi un scientifique intègre et ses relectures
des rapports du GIEC l'on amené à se pencher sur un certain nombres d'erreurs factuelles et de conclusions biaisées
qu'il juge inacceptables et qui l'on amené à écrire un livre, Die Kalte Sonne (le soleil froid, actuellement disponible uniquement en Allemand).
Ce livre remet en cause la thèse fondamentale du GIEC, à savoir que le réchauffement climatique (on dit « dérèglement » aujourd'hui,
par mesure de prudence sans doute) est lié à l'augmentation du CO2, lui-même causé par les activités humaines.
Thèse dite du réchauffement anthropique.


« Pendant de nombreuses années je fus un militant du GIEC et de la théorie du CO2. Des expériences récentes
avec ce panel m'ont néanmoins obligé à revoir ma position. En février 2010 je fus invité en qualité de relecteur pour le rapport
du GIEC sur les énergies renouvelables. J'ai alors réalisé que ce rapport était fait de manière tout à fait non scientifique.
Criblé d'erreurs, et édité au final par un militant de Greenpeace. J'en fus outré, me disant que si cela se passait ainsi pour ce rapport,
il était possible que cela se passe de la même manières pour d'autres rapports du GIEC.

La bonne pratique scientifique implique de vérifier ses données. Après tout, les géologues on pu étudier le climat pré-industriel,
sur les derniers 10.000 ans, et ainsi isoler les éléments facteurs naturels de modification du climat (natural climate drivers).
Mais selon le GIEC, ces facteurs naturels ne jouent quasiment aucun rôle dans le climat actuel et donc nous devrions
nous attendre à une histoire naturelle du climat qui serait plate et ennuyeuse. Ce qui est loin d'être le cas : des données provenant
de carottes de glace, stalactites, anneaux de croissance des arbres, sédiments océaniques montrent qu'il a toujours existé
des variations de température de plus de 1° C, avec des phases chaudes et froides alternant sur un cycle de 1000 ans.

Ces cycles sont par exemple les périodes chaudes de l'âge de bronze voici 3000 ans et de Rome voici 2000 ans
(époque de la conquête romaine des Alpes, ndt). Pendant l'optimum climatique du Moyen Age autour de l'an mille,
le Groenland était colonisé et on faisait du vin en Angleterre. Suite à cela le Petit Age de Glace sévit du 15ème au 19ème siècle.
Toutes ces fluctuations eurent lieu avant le C02 anthropique.

En se basant sur la reconstruction du climat à partir de sédiments profonds de l'Atlantique Nord, le professeur Gerard Bond
a pu découvrir que ce cycle climatique de 1000 ans existait en parallèle avec les cycles solaires, dont ceux de Eddy qui,
devinez quoi, durent 1000 ans. Donc c'est en fait le soleil qui cause les fluctuations climatiques de ces derniers 10.000 ans. »


Global warming: second thoughts of an environmentalist
http://www.telegraph.co.uk/comment/9338939/Global-warming-second-thoughts-of-an-environmentalist.html
Vahrenholt fait ensuite référence aux travaux de Svensmark sur le possible lien entre activité solaire
et couverture nuageuse, cette dernière ayant un effet direct sur le climat, et conclu l'article en disant :

« D'abord, nous avons besoin de recherche sérieuse sur les facteurs naturels de variation climatique.
Ensuite, la cause probable du réchauffement au cours des décennies à venir (l'activité solaire, ndt) nous donne le temps
de convertir nos sources d'énergie de manière planifiée et durable, sans passer par l'appauvrissement massif que
l'on nous promet actuellement... Le choix n'est plus entre une catastrophe climatique mondiale et la croissance économique,
mais entre la catastrophe économique et le bon sens. »



The Chilling Stars : A Cosmic View of Climate Change
Climat: rayonnement cosmique et couverture nuageuse au CERN
http://rhubarbe.net/blog/2011/08/18/climat-rayonnement-cosmique-et-couverture-nuageuse-au-cern/

Bien entendu, Vahrenholt n'est pas le premier scientifique à remettre en question la thèse du réchauffement anthropique
mais ce qui frappe ici est la stature particulière du personnage: éminent écologiste, scientifique, homme politique et chef d'entreprise,
tout à fait intégré à l'establishment allemand, et qui n'a a priori rien à gagner à cracher dans la soupe. Ce qui rend son témoignage
d'autant plus important.


Excellente interview de Vincent Courtillot, géophysicien et Directeur de l’Institut de physique du globe de Paris,
généralement présenté par les médias politiquement corrects comme “climato-sceptique”. Il donne ici d’une part ses impressions
sur le récent débat sur le climat ayant eu lieu à l’Académie des Sciences, et d’autre part en répondant aux questions
de Michel Alberganti, il fait une synthèse précise et constructive de sa perception des aspects scientifiques
et politiques de la question de la cause du réchauffement climatique.



Science Publique: Vincent Courtillot par franceculture
Une page très instructive sur les optimums climatiques et le petit age glaciaire
Les temps post glaciaires et le Petit âge glaciaire
http://www.glaciers-climat.com/le-petit-age-glaciaire.html

Source de l'article
Nouvel âge glaciaire : une théorie qui semble se confirmer
http://www.le-veilleur.com/articles.php?idcat=1&idrub=4&id=1184

Bien Amicalement.


_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar

Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription: 03/01/2012
Age: 45
Localisation: Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014

Message  09991 le Mer 22 Mai - 21:54

Le réchauffement du climat serait le symptôme d’une catastrophe à venir



Alors que le débat sur le réchauffement climatique fait plus que jamais les manchettes depuis le dépôt du rapport de Nicholas Stern, ex-économiste en chef de la Banque mondiale, lequel fait état du coût possible de cette crise autour de 7 000 milliards de dollars, un écrivain québécois autodidacte, Pierre de Châtillon affirme, dans un livre qui vient de paraître, que le réchauffement du climat est un mythe.




Depuis la sortie du rapport Stern, qui compte tout près de 700 pages, tous les journaux de la planète en ont fait leurs manchettes et relancé la nécessité de la mise en application du protocole de Kyoto. Rappelons que le gouvernement américain n’a toujours pas endossé ce dernier et que le gouvernement Harper se fait tirer l’oreille.

Selon de Châtillon, des bouleversements climatiques semblables à ceux qu’on observe aujourd’hui sont survenus à des périodes de l’histoire et ont provoqué la disparition de civilisations très avancées. L’auteur avance qu’il y a plus de 10 000 ans, des civilisations dont on a retrouvé les vestiges dans les océans sont disparues lors de catastrophes climatiques qui ont été répertoriées aussi bien par Platon qu’inscrites dans les annales chinoises. Selon lui, ces bouleversements climatiques réapparaissent dans l’histoire humaine avec la régularité d’une horloge et les constructions pyramidales qu’on retrouve en Égypte en Amérique du Sud et en Europe étaient des abris où comptaient s’abriter ceux qui savaient, la forme pyramidale étant la seule à être en mesure de résister aux inondations, aux vents violents ou au feu des volcans.







Étude secrète



Selon de Châtillon, les gaz à effet de serre ne peuvent expliquer le réchauffement climatique et cette théorie semble donner raison au président américain, qui a déclaré n’être pas convaincu de la relation entre réchauffement climatique et gaz à effet de serre. L’auteur va plus loin: selon lui, la planète, loin de se réchauffer, est en refroidissement! Il mentionne que la Maison Blanche a confié au Pentagone le soin de réaliser une étude gardée secrète mais dont les résultats font état de conséquences géo-climatiques apocalyptiques pour… 2007. L’auteur ajoute que beaucoup de scientifiques sont incapables d’établir un lien de cause à effet entre le réchauffement climatique et les gaz à effet de serre et qu’ils ne comprennent tout simplement pas comment cette relation a pu être établie. Une chose est sûre: pas une semaine ne passe sans qu’on fasse état, quelque part sur la planète, de phénomènes extrêmes tels que sécheresses, incendies de forêts, tempêtes, ouragans, inondations et glissements de terrain. Sans parler de la fonte accélérée des glaciers et de la montée du niveau des mers.

Pour Pierre de Châtillon, ces phénomènes sont trop rapides et généralisés pour n’être dûs qu’à l’effet de serre. L’auteur précise qu’à certains endroits, les hivers sont plus longs et plus rigoureux: on a vu tomber de la neige dans le désert d’Arabie et au Mexique. Bref, selon lui, on ne peut parler de «réchauffement» mais bien de «bouleversement climatique».




Le trou d’ozone






La crise du climat a commencé avec le gigantesque trou constaté il y a une vingtaine d’années dans la couche d’ozone, réputée protéger la planète contre le rayonnement solaire. Les fluorocarbones (CFC) utilisés dans les réfrigérateurs, les systèmes de climatisation et les contenants sous pressions furent désignés comme responsables de la déperdition de ce bouclier filtrant les rayonnements cosmiques.





Puis on a accusé les Brésiliens qui coupent la forêt amazonienne, les courants El Niño et El Niña. En-suite, ce fut au tour des millions de véhicules automobiles et leurs émanations de CO2, dans l’atmosphère. Malgré toutes les mesures prises, les changements climatiques se sont accélérés puis on a accusé les industries. Or, dit de Châtillon, si on fait abstraction des trois quarts de la planète qui sont recouverts par les océans, 3% par les calottes polaires, les marais, lacs, déserts et montagnes, il ne reste que 1,8% de la planète qui est peuplé d’êtres humains. Selon le National Geographic, la totalité des espaces peuplés et industriels de la Terre pourraient tenir dans un territoire grand comme l’Espagne. De Châtillon parle d’hystérie collective, d’autant plus que nombre de climatologistes ne croient pas au réchauffement climatique dû à l’accumulation des gaz à effet de serre.


L’auteur croit qu’il est erroné ou au mieux signe de grande vanité de croire que l’activité humaine pourrait être la cause d’un réchauffement climatique global. Il avance qu’il suffirait d’une seule éruption volcanique comme il y en a déjà eu par le passé pour que la pollution engendrée dans l’atmosphère soit supérieure à toute celle causée par l’activité humaine.


Le mythe du CO2



De Châtillon cite les travaux du professeur Robert Pease, professeur de physique et de climatologie, selon qui la couche d’ozone se répare d’elle-même, alors que les molécules d’ozone dans l’atmosphère sont constamment reconstituées lorsque l’énergie de la lumière ultra-violette brise les liens des molécules d’oxygène. Selon les calculs du Pr Rowland, il y aurait une molécule de CFC pour 136 000 000 de molécules d’oxygène dans la couche d’ozone, à une hauteur de 25km d’altitude. Selon ce dernier, la théorie de la déplétion de l’ozone est inexistante, car elle est basée sur la supposition que les molécules de CFC grimperaient dans l’atmosphère sans difficulté… alors qu’elles sont plus lourdes que l’air. Quant au CO2, ce gaz ne représente que 0,035% de l’atmosphère et même si ce taux doublait, tout ce qui vit sur Terre pourrait s’en accommoder. Selon les scientifiques, plus de 99,9% du CO2 se trouve au niveau du sol ou en dessous et 71% de ce gaz est dissous dans l’eau de mer.

Or, puisque le CO2 est un gaz plus lourd que l’air et qu’il se dissout dans l’eau de mer, il est donc impossible qu’il s’accumule dans les hautes couches de l’atmosphère et occasionne un quelconque effet de serre. Dès que le CO2 se manifeste dans l’atmosphère, il est aussitôt capté par les eaux de pluie et raméné au sol. De plus, l’augmentation de CO2 dans l’atmosphère devrait produire logiquement une explosion de la végétation, puisque ce gaz est utilisé par les plantes dans leur métabolisme, et on sait bien qu’il n’en est rien. Par ailleurs, l’atmosphère de la planète Vénus est entièrement composée de CO2 produit par l’activité volcanique. Mars possède des calottes polaires qui sont composées de CO2 solide (glace sèche). Or, dit l’auteur, si le CO2 était la cause d’un hypothétique réchauffement climatique, Mars serait beaucoup plus chaude qu’elle ne l’est actuellement. Selon lui, la Terre se réchauffe en fait depuis le début du siècle dernier, à un moment où la pollution automobile et industrielle était quasi inexistante.

Bref, même si la simultanéité du bouleversement climatique et du CO2 connaissent un cycle similaire, rien ne permet de croire que l’un est la cause de l’autre. Alors quoi? Si les bouleversements climatiques ne sont imputables ni à une augmentation des gaz à effet de serre, ni à une déperdition de la couche d’ozone, ni aux courants El Niño et El Niña ni même aux gaz intestinaux des vaches, quelle en est la cause?





Tornades et volcans


Pierre de Châtillon explique que les bouleversements climatiques vont de pair avec certains phénomènes, mais n’en sont pas la cause. L’auteur admet l’augmentation du nombre des tornades et l’explique par une montée des températures, lesquelles auraient débuté en 1860 (voir graphique). Comme il est possible de le constater, dit-il, déjà en 1920, la courbe de croissance est visible et l’augmentation de la température est de 1 degré sur 90 ans, en accélération depuis 1990 jusqu »à aujourd’hui. Ainsi est-on pissé d’une moyenne annuelle de 150 tornades depuis 1920 pour atteindre 600 en 1955 et plus de 1200 en 1990.

Quant au niveau de la mer, selon Pierre de Châtillon, il est en augmentation depuis le début du siècle, tout en notant que l’escalade s’est accélérée depuis 1980. L’activité volcanique elle, est passée de 1500 journées d’activité en moyenne en 1940 au double en 1990, puis encore au double entre 1990 et 2004. Les tremblements de terre (voir graphique) de magnitude 2,5 et plus sont passés d’une moyenne de 500 par année de 1920 à 5000 par année en 1973 puis à 25 000 en 2004. Selon de Châtillon, le réchauffement climatique ne serait pour rien dans cette augmentation. Selon l’auteur, qui cite Schumann, la Terre se conduit comme un énorme condensateur électrique. La cavité entre la surface de la Terre et l’ionosphère agit comme un condensateur dans un circuit électrique en oscillant. Or, cette oscillation, qui se situait à 7,8 sur une échelle de 13 il y a dix ans, se situe aujourd’hui à 12. Bref, cette résonnance est en relation inverse directe de la puissance du champ magnétique de la Terre. Selon l’auteur, dans les temps anciens, cette situation a toujours précédé une modification importante du champ magnétique terrestre. Et si la Terre participe à cette résonnance, elle n’est pour rien dans sa création. Selon de Châtillon, l’énergie nécessaire à ces vagues provient de la haute troposphère. Bref, les sources des bouleversements climatiques actuels seraient extérieurs à la planète!




La danse du soleil



L’auteur démontre un accroissement de l’activité solaire. Voir à ce sujet le graphique du spectre de l’irradiation solaire de 1600 à 2000. En décembre 2001, la NASA a publié des photos de la planète Mars indiquant une fonte majeure de ses calottes polaires, tout comme sur la Terre. Un astronome russe, Pasichnyk, a rapporté qu’il semblait se développer sur Mercure des calottes polaires, ce qui est considéré comme impossible, vu sa faible distance du soleil. Sur Vénus, des observateurs ont observé en 1999 une luminosité verte typique d’une atmosphère composée d’oxygène, ce qui a causé une grande surprise. On a observé dans l’atmosphère de Mars la formation de nuages et le champ magnétique de Jupiter a doublé d’intensité depuis 1992. En 1997, on a observé la formation d’un gigantesque tube de plasma entre Jupiter et Io, une de ses lunes. L’énergie colossale nécessaire à ce phénomène est de l’ordre de plusieurs millions d’ampères. On a observé depuis quelques temps des aurores brillantes à la surface de l’atmosphère de Saturne, ce qui indique une augmentation de sa charge électrique.

Même chose pour Uranus, soumise à de fortes luminosités et des aurores boréales. Bref, les scientifiques, tout en écoutant les propos alarmistes des environnementalistes, se grattent la tête en essayant de comprendre la relation entre tous ces événements. Selon-Pierre de Châtillon, ce qui se passe est bien plus qu’un simple réchauffement climatique: il s’agit d’une véritable tempête d’ordre cosmique, à l’échelle de l’univers et nous serions. sur le point de devoir y faire face, tout comme d’autres civilisations les ont subies il y a des milliers d’années, et qui ont disparu de la surface de Terre…



Cet article, librement numérisé et adapté pour le Web dans son intégralité (seule la première image a été remplacée), est issu du mensuel Journal VERT, #72, Vol. 16, Numéro 5 : automne-hiver 2006.


Pour en savoir plus : Boulversement climatiques, leurs cycles révélés, Pierre de Châtillon, éditions Nenki.

Par Hubert Moisan


Source originale : http://zone-7.net/v3/rechauffement-du-systeme-solaire/la-tempete-du-sciecle

Vue sur : http://echelledejacob.blogspot.ch/2013/05/rechauffement-du-climat-symptome-dune.html
http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2013/05/le-bouleversement-climatique-est-le.html#more



A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30

09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription: 10/06/2012
Age: 31
Localisation: Suisse

http://www.islam-2012-newworldorder.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014

Message  09991 le Mer 29 Mai - 22:46

Changement climatique : Un rapport secret du pentagone prévoit un nouvel âge de glace





Il y a prés de 10 ans, le pentagone commandait un rapport afin de connaître les effets qu'entraînerait un brusque changement climatique sur le leadership des États-unis et sur le reste du monde.
Sommes nous en train d'assister à ce scénario aujourd'hui ?



Un scénario de changement climatique brutal et ses implications pour la sécurité nationale des États unis



Résumé :


Le but de ce rapport est d’imaginer l’impensable – de repousser les frontières de la recherche actuelle sur les changements climatologiques pour mieux comprendre les implications possibles pour la sécurité nationale des États-Unis. Nous avons interrogé les meilleurs scientifiques dans le domaine de la climatologie, conduit des recherches complémentaires et revu plusieurs fois le scénario avec ces experts. Les scientifiques appuient ce projet, mais avertissent que le scénario dépeint une situation extrême sur deux points importants.


Premièrement:
ils suggèrent que les événements que nous décrivons arriveraient plus vraisemblablement localement, plutôt que globalement.

Deuxièmement:
ils disent que l’ampleur des événements pourrait être beaucoup moins importante.

Nous avons créé un scénario de changement climatique qui, bien que n’étant pas le scénario le plus probable, est plausible, et pourrait mettre au défi la sécurité nationale des États-Unis de telle façon qu’il devrait être pris en compte dès maintenant.

Les exemples passés de brusque changement climatique nous rappellent qu’il est prudent de considérer ce type de scénario comme plausible, d’autant plus que des découvertes scientifiques récentes suggèrent que nous sommes peut-être à la veille d’un tel événement. Le scénario que nous avons construit s’appuie sur l’événement climatique survenu il y a 8200 ans, qui fut beaucoup plus chaud et plus bref que le Dryas Récent, mais plus rude que le Petit Âge Glaciaire. Ce scénario comporte des hypothèses plausibles concernant les parties du globe qui, selon toute vraisemblance, deviendront plus froides, plus arides, plus venteuses. Mais bien que des recherches intensifiées pourraient aider à affiner ces hypothèses, il n’y a pas moyen de les confirmer sur la base des modèles actuels.


Plutôt que de prédire comment le changement climatique aura lieu, notre intention est de dramatiser les répercussions qu’il pourrait avoir sur la société si nous n’y sommes pas préparés. Quand nous décrivons les conditions météorologiques concrètes et leurs implications, notre but est de faire avancer les discussions stratégiques, plutôt que de prédire précisément et de façon certaine ce qui va probablement arriver. Même les modélisations les plus sophistiquées ne peuvent prédire dans le détail comment les changements climatiques se dérouleront, quelles régions seront touchées et de quelle manière et comment les gouvernements et les sociétés pourront réagir.

Néanmoins, il semble y avoir un consensus au sein de la communauté scientifique autour du fait que le cas de figure exceptionnel, décrit ci-après, ne serait pas impossible. Beaucoup de scientifiques vont considérer ce scénario comme extrême, à la fois à cause de son imminence et à cause de l’ampleur, la rapidité et la simultanéité de ces changements climatiques. Mais l’Histoire nous montre que parfois les cas extrêmes arrivent, il y a des probabilités que ce soit le cas, et c’est le travail du DOD (Département of Defense – le Ministère de la Défense) de prendre en compte un tel scénario.

Gardez à l’esprit que ce type d’événement peut durer des décennies, des siècles ou des millénaires, et qu’il peut se déclencher cette année ou bien des années plus tard dans le futur. Dans le scénario d’un brusque changement climatique que nous proposons ici,nous envisageons une période de réchauffement progressif allant jusqu’en 2010 et nous dépeignons les 10 années suivantes, en supposant qu’un brusque changement arrive dans le schéma des conditions climatiques, entraînant un refroidissement comme cela s’est passé il y a 8200 ans.



LE RÉCHAUFFEMENT JUSQU’EN 2010


À la suite du réchauffement le plus rapide qu’ait connu la civilisation moderne en un siècle, on observe pendant les 10 premières années du 21e siècle, une accélération du réchauffement atmosphérique, les températures planétaires moyennes augmentant de2,75°C par décennie et même de 1,1°C par décennie dans les régions les plus durement touchées. De tels changements de température varieront à la fois selon les régions et les saisons à travers le globe, ces variations d’échelle plus fines étant plus ou moins fortes que la moyenne du changement global. Ce qui sera très clair, c’est que la planète poursuivra sa tendance au réchauffement engagée à la fin du 20e siècle.


LA PÉRIODE DE 2010 A 2020

L’effondrement de la circulation thermohaline



thermohaline



Après environ 60 années de lent refroidissement, l’effondrement de la circulation thermohaline commence en 2010, perturbant le climat tempéré de l’Europe, qui existe grâce aux courants chauds du Gulf Stream (le bras de l’Atlantique Nord de la circulation thermohaline.) Les mouvements de circulation océaniques changent, apportant moins d’eau chaude au nord et entraînant un changement immédiat du climat en Europe du nord et dans l’est de l’Amérique du Nord. L’océan Atlantique Nord continue à emmagasiner de l’eau douce provenant de la fonte des glaciers et de la calotte glaciaire du Groenland, et peut-être plus important encore, des précipitations et écoulements d’eau plus importants. Des décennies de réchauffement dans les hautes latitudes ont augmenté les précipitations et ont amené de l’eau douce supplémentaire dans l’eau dense et salée du nord, qui normalement est essentiellement nourrie par les eaux plus chaudes et plus salées du Gulf Stream.

Ce courant massif d’eau chaude ne s’enfonce plus très loin dans l’Atlantique Nord. L’effet climatique immédiat est une baisse des températures en Europe et dans la plupart des régions de l’hémisphère nord, ainsi qu’une baisse dramatique des précipitations dans beaucoup de régions agricoles très peuplées. Néanmoins, l’effet de cet effondrement sera ressenti par à-coups, les modèles traditionnels du climat ne réapparaissant que pour être perturbés à nouveau et cela pendant toute une décennie.

Le ralentissement dramatique de la circulation thermohaline est anticipé par quelques chercheurs océanographes, mais les États-Unis ne sont pas assez préparés pour ses conséquences, son imminence ou son intensité. Les modèles informatiques des systèmes climatiques et océanographiques, bien qu’améliorés, ont été incapables de produire une information suffisamment consistante et précise pour les décideurs. Comme les modèles météorologiques changent dans les années suivant l’effondrement, le type de climat que les années futures nous préparent, n’est pas clair.

Tandis que quelques-uns prédisent que le refroidissement et la sécheresse sont sur le point de prendre fin, d’autres prédisent un nouvel âge glaciaire ou une sécheresse globale, laissant les décideurs et le public dans une incertitude extrême quant au futur climat et aux actions à entreprendre, si tant est qu’il y en ait. S’agit-il juste d’un mauvais moment à passer, peu signifiant, ou d’un changement fondamental du climat de la Terre, requérant une réponse urgente et à grande échelle de la part des hommes ?

Conditions plus froides, plus sèches et plus ventées pour les régions continentales de l’hémisphère nord.


• Les températures annuelles moyennes perdent jusqu’à 2,75°C en Asie et en Amérique du Nord et jusqu’à 3,3°C en Europe.

• Les températures augmentent de 2,2°C dans les zones clés dans l’ensemble de l’Australie, de l’Amérique du Sud et de l’Afrique australe.

• Les tempêtes hivernales et les vents d’hiver s’intensifient, amplifiant l’impact des changements. L’Europe de l’Ouest et le Pacifique Nord sont confrontés à une augmentation des vents d’ouest.

Chacune des années de 2010-2020 voit une baisse des températures moyennes dans l’ensemble de l’Europe du Nord, allant jusqu’à plus de 3,3°C de moins en dix ans. La pluviométrie annuelle moyenne diminue presque de 30% dans cette région et les vents sont jusqu’à 15% plus forts en moyenne. Les conditions climatiques sont encore plus sévères dans les régions continentales intérieures de l’Asie et de l’Amérique du Nord.

Les effets de la sécheresse sont plus dévastateurs que le désagrément dû aux baisses de la température dans les zones agricoles et peuplées. Avec la réduction persistante des précipitations dans ces zones, les lacs s’assèchent, le débit des fleuves diminue et l’approvisionnement en eau douce se réduit, mettant en danger les moyens de conservation et épuisant les réserves disponibles d’eau potable. De méga-sécheresses débutent dans les principales régions de la Chine du Sud et en Europe du Nord vers 2010 et perdurent tout au long de la décennie. Dans le même temps, des zones qui étaient relativement sèches pendant les dernières décennies ainsi que des régions habituées traditionnellement à l’agriculture en zones sèches, connaissent plusieurs années durant des précipitations torrentielles et des fleuves qui débordent.

Dans la région de l’Atlantique Nord et à travers le nord de l’Asie, c’est au coeur de l’hiver que le refroidissement est le plus prononcé, en décembre, janvier et février, bien que ses effets se prolongent au cours des saisons, le refroidissement devenant de plus en plus intense et moins prévisible. Alors que la neige s’accumule dans les régions montagneuses, le refroidissement perdure jusqu’en été. En plus du refroidissement et de la sécheresse estivale, la force moyenne du vent augmente à cause d’une circulation atmosphérique qui se localise.


Tandis que les schémas météorologiques sont perturbés au début du changement climatique autour du globe, les effets sont bien plus prononcés en Europe du nord pendant les cinq premières années suivant l’effondrement de la circulation thermohaline. À partir de la deuxième moitié de cette décennie, le froid et les conditions plus rudes s’étendent et pénètrent plus profondément en Europe méridionale, en Amérique du Nord et au-delà. Le nord de l’Europe se refroidit selon un modèle climatique où le froid prolonge la période pendant laquelle le nord de l’océan Atlantique est pris dans les glaces, facteur supplémentaire du refroidissement, ce qui allonge la période des températures hivernales de l’air en surface. Les vents reprennent du fait que l’atmosphère tente de compenser le gradient de température accentué entre le pôle et l’équateur. L’air froid soufflant sur le continent européen provoque des conditions particulièrement dures pour l’agriculture. La combinaison du vent et de la sécheresse est à l'origine de tempêtes de poussière de grande ampleur et de l’appauvrissement des sols.

Les signes d’un réchauffement progressif se dessinent dans la plupart des régions du sud en bordure de l’océan Atlantique, mais la sécheresse ne s’atténue pas. Vers la fin de la décennie, le climat de l’Europe s’apparente plus à celui de la Sibérie.



Les régions : 2010 à 2020

Europe.



Durement frappée par le changement climatique, avec une moyenne annuelle des températures qui chute de 3,3°C en moins d’une décennie et des écarts plus importants encore le long de la côte nord-ouest. Le climat en Europe du Nord-Ouest est plus froid, plus sec et plus venté, la faisant davantage ressembler à la Sibérie. L’Europe du sud connaît de moindres changements mais souffre néanmoins par moment de brusques refroidissements et de rapides changements de température. La réduction des précipitations fait de l’appauvrissement des sols un problème dans toute l’Europe, contribuant à la pénurie alimentaire. L’Europe lutte pour contenir l’émigration des nations scandinaves et de l’Europe du nord à la recherche de chaleur, ainsi que pour refouler l’immigration issue des pays gravement touchés en Afrique et ailleurs.


États-Unis.



Un temps plus froid, plus venté et plus sec rend les saisons de culture et de récolte plus courtes et moins productives dans tous les États-Unis du nord-est, plus longues et plus sèches dans le sud-ouest. Les zones désertiques sont exposées à une recrudescence des tempêtes, alors que les zones agricoles souffrent de l’appauvrissement des sols du fait de l’élévation de la vitesse des vents et de la réduction de l’humidité au sol. L’évolution vers un climat plus sec est particulièrement prononcée dans les États du sud. Comme l’élévation du niveau de l’océan continue le long des côtes, les zones littorales qui étaient en péril pendant la période de réchauffement le demeurent. Les États-Unis se replient sur eux-mêmes, investissant leurs ressources pour nourrir leur propre population, renforcer leurs frontières et gérer la tension mondiale croissante.


Chine.



Avec ses besoins alimentaires élevés étant donnée son importante population, la Chine est durement frappée à cause de ses pluies de mousson devenues aléatoires. Celles-ci, occasionnelles pendant la saison d’été, sont bien accueillies pour l’eau qu’elles apportent, mais elles ont des effets dévastateurs car elles inondent des sols généralement à nu. Des hivers plus longs, plus froids et des étés plus chauds, provoqués par une diminution du refroidissement par évaporation en raison de la réduction des précipitations, diminuent les ressources en énergie et en eau déjà faibles. Une vaste famine entraîne le chaos et des luttes internes, alors que la Chine, froide et affamée, lorgne jalousement sur les ressources énergétiques du côté de ses frontières avec la Russie et les pays situés à l’ouest.


Bangladesh



Les ouragans persistants et un niveau de la mer plus élevé provoquent d’énormes vagues qui entraînent une importante érosion côtière rendant presque inhabitable une grande part du Bangladesh. De plus, l’élévation du niveau de la mer provoque la contamination des approvisionnements d’eau douce à l’intérieur des terres, créant une pénurie d’eau potable et une crise humanitaire. Une émigration massive se produit, entraînant des tensions en Chine et en Inde, déjà en lutte pour contrôler la crise à l’intérieur de leurs propres frontières.


Afrique de l’Est



Le Kenya, la Tanzanie et le Mozambique font face au léger réchauffement du climat, mais sont confrontés à une sécheresse persistante. Accoutumés à des conditions climatiques sèches, ces pays ont été les moins influencés par le changement des conditions atmosphériques mais, comme les principales régions de production céréalière sont en difficulté, leur approvisionnement alimentaire est mis à mal.


Australie


Principale exportatrice alimentaire, l’Australie lutte pour fournir de la nourriture à toute la planète, car les changements moins importants de son climat n’affectent pas sévèrement son agriculture. Mais les grandes incertitudes au sujet du changement de climat dans l’hémisphère sud rendent suspect ce scénario moins préoccupant.


CONCLUSION


Il est tout à fait plausible que d’ici à une décennie un changement brusque et imminent du climat devienne une évidence claire et sûre. Il est également possible que nos modèles nous permettent de mieux en prévoir les conséquences. Dans cette perspective, les États-Unis devront prendre des mesures d’urgence pour empêcher et atténuer certains des impacts les plus importants. L’action diplomatique sera nécessaire pour réduire au minimum la probabilité de conflit dans les zones les plus touchées, les Caraïbes et l’Asie tout particulièrement.

Cependant, dans ce scénario, des mouvements de population massifs sont inévitables. Apprendre à contrôler ces populations, les tensions qui surgissent aux frontières et les réfugiés qui en résultent, deviendra primordial. De nouvelles formes d’accords de sécurité, portant spécifiquement sur l’énergie, la nourriture et l’eau, seront également nécessaires. En bref, alors que les États-Unis eux-mêmes s’en sortiront mieux et ont une meilleure capacité adaptative, ils se retrouveront dans un monde où l’Europe luttera intérieurement, confrontée à des flots de réfugiés se déversant sur ses rivages, et où l’Asie traversera une grave crise par rapport à l’eau et à la nourriture. Bouleversements et conflits seront les caractéristiques endémiques de la vie.




Vue sur : http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2013/05/changement-climatique-un-rapport-secret.html

Traduit par : http://paxhumana.info/fr.php3

Source originale : http://www.gbn.com/consulting/article_details.php?id=53&breadcrumb=ideas




A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30

09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription: 10/06/2012
Age: 31
Localisation: Suisse

http://www.islam-2012-newworldorder.com/

Revenir en haut Aller en bas

Du “réchauffement” au “refroidissement global” en passant par la “stagnation”, les scientifiques du climat abandonnent la théorie CO2-RCA

Message  Silver Wisdom le Ven 21 Juin - 12:39

Bonjour à tous,

Du “réchauffement” au “refroidissement global” en passant par la “stagnation”, les scientifiques du climat abandonnent la théorie CO2-RCA

L’attention du débat public semble s’écarter de l’idée de la ‘pause’ de 15-17 ans du réchauffement et se rapproche de l’idée d’un refroidissement depuis 2002… Les principaux acteurs du climat commencent à parler de la réalité du climat (à savoir le refroidissement), alors que la preuve empirique croissante continue à invalider la théorie du réchauffement sous les effets du CO2, le résultat de cela est un assouplissement du consensus.

Dr. Judith Curry : scientifique du climat



Comme nous l’avons documenté dans des articles récents (Voir liens ci-dessous), les sets de données de la température globale révèlent que depuis plus de la dernière décennie, les températures de la surface du globe ont stagné et qu’elles sont même plutôt en train d’entrer en phase de refroidissement à l’heure actuelle. Ceci s’est produit malgré une énorme addition de CO2 dans l’atmosphère durant cette même période.

~ The Continuing Collapse of Both The Anti-Science CO2/AGW Theory & The "Unequivocal" Global Warming Trend ~
http://www.c3headlines.com/2013/06/continuing-collapse-anti-scienceof-the-anti-science-co2-agw-theory-unequivocal-global-cooling-warming-trend.html

~ Evidence Refutes Natural Climate Change Deniers: Alarmist Global Warming Myths Proven Bogus ~
http://www.c3headlines.com/2013/06/evidence-refutes-natural-climate-change-deniers-alarmist-global-warming-myths-proven-bogus.html

~ Simple, Basic Factual Truths: Dangerous, Accelerating Global Warming Does Not Exist ~
http://www.c3headlines.com/2013/05/simple-basic-truths-factual-dangerous-accelerating-global-warming-co2-does-not-exist.html

~ IPCC Climate Science Confirmed By NOAA: Global Warming Causes Global Cooling ~
http://www.c3headlines.com/2013/04/ipcc-climate-science-confirmed-by-noaa-global-warming-causes-global-cooling.html

~ Latest Satellite Measurements Confirm Findings of 'The Economist' & 'Pew Poll': Global Warming Trend & Fears Go AWOL ~
http://www.c3headlines.com/2013/04/latest-satellite-measurements-confirm-economist-pew-poll-global-warming-trend-fears-awol-cooling.html

Faisant face aux réalités empiriques, beaucoup de scientifiques du climat et d’autres chercheurs, questionnent maintenant le “consensus” de la théorie du rapport entre le CO2 et le réchauffement climatique anthropique (RCA), disant que les émissions de CO2 humaines produiront un réchauffement climatique global immédiat et dangereux et qu’au lieu de pousser le “réchauffement” politiquement correct, de plus en plus de recherches sont maintenant effectuées sur un refroidissement gobal.

Mais pourquoi de respectés chercheurs sur le climat chercheraient ils maintenant à agiter le spectre d’un refroidissement global et de ses méfaits potentiels ? Hum.. Peut-être cela a t’il quelque chose à voir avec le soleil non ?…

Comme le montre le deuxième graphique, le cycle solaire actuel (#24) est un cycle très faible qui montre un déclin significatif de l’activité solaire. Comme tous les scientifiques le savent et l’admettent, une faible activité solaire a une forte association avec un refroidissement, pensez au type de refroidissement du type de celui du “petit âge glaciaire” passé.

La vaste majorité des scientifiques reconnaît maintenant que la Terre vient juste de faire l’expérience d’une période connus sous le nom de “Maximum Moderne” de l’activité solaire (regardez les deux graphiques solaires ci-dessous). Le fait que les températures globales ont augmenté durant cette période mène beaucoup à conclure que peut-être les émissions humaines de CO2 ne sont pas une “influence majeure” sur le climat comme l’a affirmé le GIEC de l’ONU.

En fait, lorsque les scientifiques commencent à déconstruire les températures récentes, il devient rapidement évident que les niveaux de CO2 atmosphériques n’ont probablement rien à voir avec une “accélération” et un “dangereux” réchauffement climatique.

Ceci nous amène au second graphique (au début du post). Celui-ci peut aider à expliquer pourquoi de plus en plus de scientifiques du climat sont en tran de changer leurs croyances dans le “consensus” sur le RCA.

Ce graphique regroupe les niveaux mensuels de CO2 (points noirs) et le décompte des tâches solaires (courbe rouge/jaune) depuis 1979 et 10 ans de données (mois par mois) pour le RSS des températures de la basse atmosphère (colonnes bleues). L’ère des satellites nous a amené la première année de mesures mensuelles atmosphériques en 1979, ainsi les premières 10 premières années finiraient donc en Décembre 1989, là où les colonnes bleues commencent.

Qu’est-ce que ce graphique d’évidences empiriques indéniables et irréfutables nous suggère ?

#1. “L’accélération” du réchauffement global a en fait décéléré en comparaison des pointes notées en 1998 et 2002, notez la décroissance de la solide ligne bleue.
#2. Les tendances des plus récentes 10 années (colonnes bleues à l’extrême droite) sont devenues négatives, un refroidissement global de l’atmosphère s’est produit ces 10 dernières années +
#3. Comme le graphique l’indique clairement, les tendances de température globale se sont effondrées depuis 2002 et pourtant les niveaux de CO2 atmosphériques continuent de grimper robustement (même atteignent des records)
#4. La ligne de tendance marron nous montre le décompte des tâches solaires (un proxy pour l’activité solaire) et celle-ci a aussi décliné.
#5. Les cycles solaires sont notés en bas du graphique et le cycle solaire actuel #24 est très faible en comparaison de ses prédécesseurs (cela confirme les données du premier graphique)

Quand des scientifiques objectifs prennent connaissance de cette preuve empirique, ils concluent le plus probablement que les émissions humaines de CO2 n’ont rien à voir avec l’accélération des températures lorsqu’elles se produisent et que l‘activité solaire est un facteur bien plus puissant des températures globales et qu’un refroidissement global est bien plus probale dans un futur proche, à moins que le soleil ne retourne à une activité près de la normale que notre civilisation expérimente depuis environ le début des années 1950.






Temperatures & Solar/Cosmic (retrouvez les sources des graphiques au dessus de chaque graphe)
http://www.c3headlines.com/temperatures-solar.html

Donc… Nous sommes maintenant les témoins d’une métamorphose du “consensus” qui intègre bien plus de réalités climatiques, ce qui veut dire qu’encore plus de scientifiques vont abandonner la théorie CO2-RCA parce qu’elle n’est plus scientifiquement défendable.

Ceci dit, oui, les émissions de CO2 ont quelques effets sur les températures de par leurs propriétés physiques, mais ceci n’est pas un impact important et il fait pâle figure comparé avec l’impact qu’a l’activité solaire.


Source originale de l'article

"Consensus" Bending: From 'Warming' To 'Stalling' To Global 'Cooling' - Climate Scientists Abandoning CO2-AGW Theory


Bien Amicalement.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
Mahatma Gandhi

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles."
William Shakespeare

"Ceux qui en savent le moins sont ceux qui obéissent le mieux."
George Farquhar

Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription: 03/01/2012
Age: 45
Localisation: Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014

Message  09991 le Dim 30 Juin - 22:22

Le refroidissement du climat dans l'hémisphère Nord débutera en 2015








En 2015, le climat dans l'hémisphère Nord va progressivement tourner vers le refroidissement. Ces conclusions ont été faites par Mototaka Nakamura, le spécialiste de l'Agence nationale japonaise pour la recherche marine.


Mototaka Nakamura




Au cours de l'étude, le scientifique japonais a analysé les changements de température de l'eau à la surface de la mer du Groenland depuis 1957 jusqu'à nos jours, et comparé ces informations avec le changement climatique pour la même période.

En conséquence, il a appris que l'actuel cycle de réchauffement climatique sur la planète se terminera d'ici au milieu des années 2010, et sera remplacé par une nouvelle tendance pour le refroidissement.



http://french.ruvr.ru/news/2013_06_30/Le-refroidissement-du-climat-dans-lhemisphere-Nord-debutera-en-2015-3243/




A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30

09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription: 10/06/2012
Age: 31
Localisation: Suisse

http://www.islam-2012-newworldorder.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014

Message  09991 le Mer 17 Juil - 20:48

Le champ magnétique du soleil s'effondre, les savants craignent une nouvelle ère glaciaire






Alors que le champ magnétique terrestre est devenu une vraie passoirelaissant passer des UV dangereux pour la santé pouvant aller jusqu'àmenacer la vie sur sur Terre, il est intéressant de constater que ce phénomène concerne également le soleil.

Le graphique ce dessous montre que l'intensité du champ magnétique à ses pôles Nord et Sud subi une baisse depuis un demi siècle et qu'il s'est fortement dégradé depuis l'an 2000.




Les scientifiques présument que c'est ce phénomène qui est à l'origine de la baisse du nombre de taches solaires du cycle actuel et en déduisent qu'il pourrait être le prélude à une nouvelle ère glaciaire.
Mais alors que le soleil faibli, la Terre reçoit un surcroît d'énergie, les scientifiques pensent que ce paradoxe est dû au phénomène des trous coronaux, des ouvertures dans le champ magnétique d'où s'échappent des radiations solaires qui viennent frapper notre planète.

Plus d'informations sur le site du physicien solaire Leif Svalgaard :

http://www.leif.org/research/


Une vidéo des " Suspicious Observers " sur le sujet :




Du point de vue de la science officielle, la situation est donc grave.  Même si la Terre est en train de connaître ses années les plus chaudes jamais enregistrées, paradoxalement cela pourrait signaler l'imminence d'un nouvel âge de glace commençant dés 2014, un scénario déjà anticipé par les stratèges du pentagone.

Voilà pour la vérité officielle mais dans la mesure où certaines vérités dérangeantes ne sont pas divulguées, on pourrait, en adoptant un point de vue typiquement " conspirationniste ", penser que ce n'est pas un hasard si l'intense dégradation qu'a connu le champ magnétique du soleil a débuté très exactement à partir de l'an 2000 et si elle a été concomitante avecl'augmentation des cataclysmes climatiques, des séismes voire des chutes de météores.

De ce point de vue, le calendrier chrétien servirait à marquer la date précise dela fin du cycle cosmique actuel. Dans ce cas, peut on parler de coïncidence si d'autres calendriers situent également la fin du cycle à la même époque ?

On peut citer le célèbre calendrier Maya qui parle du retour d'un dieu provenant de la direction de la constellation d'Orion après l'année 2012, le calendrier de la tradition Taoïste qui mentionne pour la même période une grande comète et un dragon dans le ciel, sans oublier le calendrier islamique qui indique l'an 1440 après l'hégire soit 2018 (cité par Ibn Khaldhoun) comme étant une période charnière de la fin des temps, probablement celle où le soleil se lèvera à l'ouest c'est à dire le moment du basculement des pôles dont on commence à avoir un petit avant goût.

En opérant ces recoupements, on peut aller au delà des affirmations de la science officielle et en déduire que la baisse du champ magnétique solaire n'est pas due au cycle normal du soleil mais qu'elle est causée par un facteur externe visible sous la forme d'une grande comète, prenant son origine dans la constellation d'Orion et capable d'inverser le sens de rotation de la Terre. Ce facteur externe possède son propre cycle invariable, ce qui explique pourquoi les anciens pouvaient connaître l'époque de son retour et organiser les calendriers en vue d'alerter les générations futures.

Un seul objet astronomique  remplit ces différents critères, il s'agit d'un astre froid de type naine brune dont la période orbitale est de 3240 ans.  Recherché sous le nom de "planète X" depuis les débuts de l'astronomie, cet astre a été repéré au début des années 80, depuis c'est le black-out total sur la question.
   
Ayant pénétré au sein du système solaire en même temps que commençait le nouveau millénaire, l'astre invisible attire régulièrement les lignes du champ magnétique de la Terre et du soleil vers lui.

C'est donc lui qu'il faut blâmer pour ce qui se passe actuellement au lieu d'invoquer le cycle naturel d'activité du soleil comme le font les partisans de la science officielle




http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2013/07/le-champ-magnetique-du-soleil-seffondre.html#more


Vue sur : http://www.wikistrike.com/article-le-champ-magnetique-du-soleil-s-effondre-les-savants-craignent-une-nouvelle-ere-glaciaire-119113400.html





A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30

09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription: 10/06/2012
Age: 31
Localisation: Suisse

http://www.islam-2012-newworldorder.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014

Message  adzo le Jeu 18 Juil - 21:59

Alors que le champ magnétique terrestre est devenu une vraie passoirelaissant passer des UV dangereux pour la santé pouvant aller jusqu'àmenacer la vie sur sur Terre
Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme bêtises...
La magnétosphère terrestre ne dévie ni ne filtre les ultraviolets.
Ce sont les particules chargées composant le vent solaire qui sont déviées par la magnétosphère et ce qui nous protège des ultraviolets c'est la couche d'ozone.

C'est dire si l'auteur de l'article maîtrise son sujet... humour, humour ^^

En ce qui me concerne, je ne considère pas que le blog de rorschach ou wikistrike puissent être considérés comme des sources valables tellement ils déforment les choses à leur sauce et en viennent à raconter n'importe quoi, mais c'est mon appréciation personnelle.

De ce point de vue, le calendrier chrétien servirait à marquer la date précise dela fin du cycle cosmique actuel.
un astre froid de type naine brune dont la période orbitale est de 3240 ans.  Recherché sous le nom de "planète X" depuis les débuts de l'astronomie, cet astre a été repéré au début des années 80, depuis c'est le black-out total sur la question.
Wow ! là je ne m'y attendais pas... je ne pensais pas qu'on en viendrait ici à poster sur des sujets de planète X / nibiru et à ressortir des tiroirs poussiéreux la fin du monde de l'an 2000...  j'étais arrivé sur ce forum après en avoir quitté d'autres dont je ne supportais plus la bêtise, mais si ça devient pareil ici je ne vois pas quelles raisons j'aurais de rester et ainsi de donner caution à ça. Franchement, le pseudo "journalisme" conspi est bien pire encore que celui très officiel des grands médias qu'on arrête pas de dénoncer et dont on se moque sans cesse apparemment en toute hypocrisie.

En tant que modérateur, je ne pense pas qu'il soit acceptable de diffuser des affabulations sans aucune preuve. Tant que rorschach, wikistrike et Cie n'ont pas d'éléments sérieux pour prouver leurs dires, je ne vois pas pourquoi il faudrait prendre cela autrement que comme un délire ou pire, une manipulation.
Maintenant comme ici ce n'est pas chez moi, ce n'est pas moi qui décide et par respect ici je m'abstiens de toute action de modération en attendant de savoir quel sera le positionnement de silver wisdom.

_________________
M'enfin !

adzo
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription: 01/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014

Message  09991 le Jeu 18 Juil - 22:24

En tant que modérateur, je ne pense pas qu'il soit acceptable de diffuser des affabulations sans aucune preuve. Tant que rorschach, wikistrike et Cie n'ont pas d'éléments sérieux pour prouver leurs dires, je ne vois pas pourquoi il faudrait prendre cela autrement que comme un délire ou pire, une manipulation.
Maintenant comme ici ce n'est pas chez moi, ce n'est pas moi qui décide et par respect ici je m'abstiens de toute action de modération en attendant de savoir quel sera le positionnement de silver wisdom.


Salut Adzo,

Tu devrai apporter les preuves tangible du contraire de ce que j'apporte, si je me souviens biens tu n'as pratiquement pas créée de sujet mais tu permets de critiquer les sujets des autres.

Je verrai avec Silver pour cette histoire quand il sera de retour.



A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30

09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription: 10/06/2012
Age: 31
Localisation: Suisse

http://www.islam-2012-newworldorder.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014

Message  adzo le Sam 20 Juil - 15:48

Bon, puisque j'imagine que les paragraphes qui ne sont pas en rapport avec le sujet seront supprimés à postériori une fois cette discussion réglée, je me permets de répondre.

D'abord, en quoi la qualité d'un membre se mesure au nombre de sujets ouverts ? Un sujet appartient-il exclusivement à celui qui l'a ouvert et ne peut-on poster que sur ses propres sujets ouverts ? Comme tu l'as noté, ce n'est pas parce que je n'ouvre pas de sujets que je ne poste pas. D'autre part, j'estime préférable la qualité à la quantité et j'ose espérer qu'ici le but n'est pas de photocopier le plus grand nombre d'articles, ce qui est très facile à faire. Car quel serait l'intérêt d'une telle chose ? Des sites conspis regroupant tout ce qu'on peut trouver sans aucune rigueur, il y en a à la pelle. Non, l'intérêt c'est d'apporter une plus-value fiable, de réfléchir par soi-même et vérifier tous les éléments quand on fait un post et ça c'est une autre paire de manches. C'est ce qui fait selon moi qu'un site est sérieux et a de la valeur.

En effet je me permets de critiquer, pas de manière stérile et injustifiée pour casser mais parce que c'est en relevant les erreurs et les faiblesses pour les corriger qu'on fait avancer les choses.

Est-ce qu'il était préférable de mentir aux gens en leur faisant croire que les UV seraient bloqués par la magnétosphère terrestre ?
Pourquoi est-ce que c'est moi qui relève ce type de choses et pas ceux qui postent ?



Sur le sujet lui-même, il me semble que ce n'est pas à moi d'apporter les preuves tangibles que la planète X n'existe pas, mais plutôt à ceux qui l'évoquent de donner les preuves tangibles de son existence.
Je pourrais pareillement affirmer que bigfoot existe puisque personne n'a pu prouver qu'il n'existait pas. Sauf qu'il n'est pas possible de prouver directement que quelque chose n'existe pas, on peut seulement prouver ce qui existe effectivement.

Du reste justement, les scientifiques ont prouvé les variations cycliques naturelles du soleil sur des siècles, idem pour la terre sur des centaines de millions d'années par le paléomagnétisme, or l'article ici incriminé ne prouve pas que ce soit faux, il se contente d'imaginer en alternative une pseudo théorie infondée en développant des interprétations pas anodines.

J'apporte des éléments opposés dès qu'il y en a qui valent la peine d'être démontés de l'autre coté, parce que je ne demande que ça mais encore faudrait-il qu'il y ai quelques éléments valables.

Jusqu'à présent, il n'y a rien de bien sérieux et il ne me semblait pas nécessaire d'avoir à le prouver tellement ça me paraît évident.
Mais puisque visiblement il y a besoin, allons-y.
Qu'était ce mystérieux corps astral possiblement de la taille de Jupiter ou pas du tout et qui sur les deux observations d'IRAS n'avait visiblement pas bougé en 6 mois et pour cause ?
La dizaine d'objets non identifiés mais détectés par IRAS étaient tout simplement des galaxies très éloignées émettant surtout dans l'infrarouge, sauf un qui était un faible cirrus infrarouge :
http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://web.ipac.caltech.edu/staff/tchester/iras/no_tenth_planet_yet.html&title=No%20Tenth%20Planet%20Yet%20From%20IRAS.
http://articles.adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-iarticle_query?1985ApJ...290L...5H&data_type=PDF_HIGH&whole_paper=YES&type=PRINTER&filetype=.pdf

ça explique pourquoi ce genre de texte annonçant l'arrivée d'une planète X se borne à reprendre une référence d'il y a 30 ans... C'est que depuis, avec les avancées, on a eu confirmation qu'il n'y avait rien à signaler. C'est ainsi sauf pour ceux qui ont raté la conclusion de l'histoire il y a presque 30 ans (c'est certain que ça a fait beaucoup moins de bruit). On reprend toujours l'article du washington post du 30 décembre 1983 où la personne interviewée déclare qu'ils ne savent pas encore ce que c'est du fait du manque de données mais se permet malheureusement dans cette ignorance de faire dans la spéculation sensationnaliste (à l'époque ils espéraient trouver une dixième planète, la X en chiffre romains, et être glorifié par cette découverte). Sauf que deux ans après on avait déjà identifié et publié scientifiquement à quoi correspondaient la dizaine d'objets temporairement non identifiés qu'avait détecté IRAS.

Rorschach écrit une autre bêtise en affirmant que cette planète X (qui n'est donc pas une planète et encore moins un objet proche de notre système solaire) serait une naine brune. Même en ne considérant que les maigres données d'IRAS, ce n'est pas cohérent.
L'article de 1983 qu'il utilise comme référence indique :
the mystery body is so cold its temperature is no more than 40 degrees above "absolute" zero
Or les naines brunes ont des températures de 400 à plusieurs milliers de kelvins... la plus froide découverte a une température de 373 kelvins. L'objet tel que décrit dans cet article étant extrêmement froid n'est donc pas du tout compatible avec une naine brune, ce qui n'empêche pas rorschach de faire croire que ça correspond et de poursuivre en affirmant que cet objet de "type naine brune" aurait "pénétré au sein du système solaire en même temps que commençait le nouveau millénaire", alors que c'est impossible (faut-il rappeler que Jupiter est visible à l'oeil nu ?).

A-t-on besoin de démontrer plus encore que cette histoire est du n'importe quoi ?

Je viens encore une fois de faire un effort de recherches à la place de ceux qui auraient dû les faire, mais c'est un travail gratuit très ingrat qui fait passer pour le rabat-joie de service qui critique-sans-cesse-ce-que-postent-les-autres. C'est pas vrai peut-être ? Wink
Je vois une solution qui arrangerait tout le monde : qu'on soit rigoureux dans tout ce qu'on poste, ainsi personnellement je n'aurais plus de raison d'intervenir à contre-courant. Après, je comprends qu'on ne veuille pas s'embêter à ce point au moindre post, mais dans ce cas il ne faut pas se risquer à aborder des sujets plus que douteux comme celui-ci, ou alors ce qu'on fait ce n'est plus de l'information.

_________________
M'enfin !

adzo
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription: 01/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014

Message  09991 le Sam 20 Juil - 16:45

adzo a écrit:Bon, puisque j'imagine que les paragraphes qui ne sont pas en rapport avec le sujet seront supprimés à postériori une fois cette discussion réglée, je me permets de répondre.

D'abord, en quoi la qualité d'un membre se mesure au nombre de sujets ouverts ? Un sujet appartient-il exclusivement à celui qui l'a ouvert et ne peut-on poster que sur ses propres sujets ouverts ? Comme tu l'as noté, ce n'est pas parce que je n'ouvre pas de sujets que je ne poste pas. D'autre part, j'estime préférable la qualité à la quantité et j'ose espérer qu'ici le but n'est pas de photocopier le plus grand nombre d'articles, ce qui est très facile à faire. Car quel serait l'intérêt d'une telle chose ? Des sites conspis regroupant tout ce qu'on peut trouver sans aucune rigueur, il y en a à la pelle. Non, l'intérêt c'est d'apporter une plus-value fiable, de réfléchir par soi-même et vérifier tous les éléments quand on fait un post et ça c'est une autre paire de manches. C'est ce qui fait selon moi qu'un site est sérieux et a de la valeur.

En effet je me permets de critiquer, pas de manière stérile et injustifiée pour casser mais parce que c'est en relevant les erreurs et les faiblesses pour les corriger qu'on fait avancer les choses.

Est-ce qu'il était préférable de mentir aux gens en leur faisant croire que les UV seraient bloqués par la magnétosphère terrestre ?
Pourquoi est-ce que c'est moi qui relève ce type de choses et pas ceux qui postent ?



Sur le sujet lui-même, il me semble que ce n'est pas à moi d'apporter les preuves tangibles que la planète X n'existe pas, mais plutôt à ceux qui l'évoquent de donner les preuves tangibles de son existence.
Je pourrais pareillement affirmer que bigfoot existe puisque personne n'a pu prouver qu'il n'existait pas. Sauf qu'il n'est pas possible de prouver directement que quelque chose n'existe pas, on peut seulement prouver ce qui existe effectivement.

Du reste justement, les scientifiques ont prouvé les variations cycliques naturelles du soleil sur des siècles, idem pour la terre sur des centaines de millions d'années par le paléomagnétisme, or l'article ici incriminé ne prouve pas que ce soit faux, il se contente d'imaginer en alternative une pseudo théorie infondée en développant des interprétations pas anodines.

J'apporte des éléments opposés dès qu'il y en a qui valent la peine d'être démontés de l'autre coté, parce que je ne demande que ça mais encore faudrait-il qu'il y ai quelques éléments valables.

Jusqu'à présent, il n'y a rien de bien sérieux et il ne me semblait pas nécessaire d'avoir à le prouver tellement ça me paraît évident.
Mais puisque visiblement il y a besoin, allons-y.
Qu'était ce mystérieux corps astral possiblement de la taille de Jupiter ou pas du tout et qui sur les deux observations d'IRAS n'avait visiblement pas bougé en 6 mois et pour cause ?
La dizaine d'objets non identifiés mais détectés par IRAS étaient tout simplement des galaxies très éloignées émettant surtout dans l'infrarouge, sauf un qui était un faible cirrus infrarouge :
http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://web.ipac.caltech.edu/staff/tchester/iras/no_tenth_planet_yet.html&title=No%20Tenth%20Planet%20Yet%20From%20IRAS.
http://articles.adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-iarticle_query?1985ApJ...290L...5H&data_type=PDF_HIGH&whole_paper=YES&type=PRINTER&filetype=.pdf

ça explique pourquoi ce genre de texte annonçant l'arrivée d'une planète X se borne à reprendre une référence d'il y a 30 ans... C'est que depuis, avec les avancées, on a eu confirmation qu'il n'y avait rien à signaler. C'est ainsi sauf pour ceux qui ont raté la conclusion de l'histoire il y a presque 30 ans (c'est certain que ça a fait beaucoup moins de bruit). On reprend toujours l'article du washington post du 30 décembre 1983 où la personne interviewée déclare qu'ils ne savent pas encore ce que c'est du fait du manque de données mais se permet malheureusement dans cette ignorance de faire dans la spéculation sensationnaliste (à l'époque ils espéraient trouver une dixième planète, la X en chiffre romains, et être glorifié par cette découverte). Sauf que deux ans après on avait déjà identifié et publié scientifiquement à quoi correspondaient la dizaine d'objets temporairement non identifiés qu'avait détecté IRAS.

Rorschach écrit une autre bêtise en affirmant que cette planète X (qui n'est donc pas une planète et encore moins un objet proche de notre système solaire) serait une naine brune. Même en ne considérant que les maigres données d'IRAS, ce n'est pas cohérent.
L'article de 1983 qu'il utilise comme référence indique :
the mystery body is so cold its temperature is no more than 40 degrees above "absolute" zero
Or les naines brunes ont des températures de 400 à plusieurs milliers de kelvins... la plus froide découverte a une température de 373 kelvins. L'objet tel que décrit dans cet article étant extrêmement froid n'est donc pas du tout compatible avec une naine brune, ce qui n'empêche pas rorschach de faire croire que ça correspond et de poursuivre en affirmant que cet objet de "type naine brune" aurait "pénétré au sein du système solaire en même temps que commençait le nouveau millénaire", alors que c'est impossible (faut-il rappeler que Jupiter est visible à l'oeil nu ?).

A-t-on besoin de démontrer plus encore que cette histoire est du n'importe quoi ?

Je viens encore une fois de faire un effort de recherches à la place de ceux qui auraient dû les faire, mais c'est un travail gratuit très ingrat qui fait passer pour le rabat-joie de service qui critique-sans-cesse-ce-que-postent-les-autres. C'est pas vrai peut-être ? Wink
Je vois une solution qui arrangerait tout le monde : qu'on soit rigoureux dans tout ce qu'on poste, ainsi personnellement je n'aurais plus de raison d'intervenir à contre-courant. Après, je comprends qu'on ne veuille pas s'embêter à ce point au moindre post, mais dans ce cas il ne faut pas se risquer à aborder des sujets plus que douteux comme celui-ci, ou alors ce qu'on fait ce n'est plus de l'information.



Salut Adzo,


Pour moi peu importe cette fameuse planète X, nibiru, déjà j'y crois pas personnellement mais comme il est de coutume de ne pas supprimer certain éléments des articles originaux, je laisse libre choix à ceux d'y croire ou pas!

Par contre je crois que l'activité du soleil joue un rôle très important dans le climat sur terre et c'est un cycle naturel, il est clair que nous vivons dans une période de changements "brutal".

Tu va me dire que c'est cyclique, et je suis tout à fais d'accord la dessus mais pour nous qui vivons au 21 siècle c'est tout du moins préoccupant parce que nous devons nous y préparer à temps, pour éviter la perte humaine. Toutes les civilisations anneciennes ont périt parce que ils n'y étaient pas préparée aux changements climatiques.

Je penses et crois que nous allons entrer dans une ère glacière à partir justement de l'année prochaine.

Les avis personnels noient la vérité tu devrai savoir ça....... Wink 

Amitiés,
09991


_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30

09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription: 10/06/2012
Age: 31
Localisation: Suisse

http://www.islam-2012-newworldorder.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014

Message  09991 le Mer 15 Jan - 21:40

Norvège: la mer a gelé si rapidement que cela a tué instantanément des milliers de poissons








La température de l’air (7,8 degrés Celsius) dans l’île de Lovund (Norvège) en combinaison avec un fort vent a congelé instantanément l’eau de mer, emprisonnant et tuant des milliers de poissons.



Certains habitants disent qu’ils n’ont jamais vu un phénomène d’une telle ampleur. Cependant, Aril Slotte, chercheur de l’Institut de recherche marine en Norvège, a expliqué dans des déclarations à la radio locale« NRK » qu’il n’est pas rare, par exemple, que les sardines qui nagent beaucoup plus près de la rive quand elles sont suivies par des prédateurs, soient parfois piégées par la marée basse dans les zones telles que celle où cette bizarrerie s’est produite.

Les basses températures que subissent les citoyens des pays nordiques en cet hiver sont vraiment extrême. La semaine dernière, de nombreux touristes qui ont bravé le froid pour visiter les chutes du Niagara, ont été récompensés par une vue espectaculaire. L’eau transformée en glace dans une partie des chutes, qui sont une attraction touristique très fréquentée, situé sur la frontière entre les États-Unis et au Canada.



http://actualidad.rt.com/sociedad/view/116964-noruega-mar-congela-rapido-mata-miles-peces


Traduction: les moutons enragés



Vue sur : http://www.wikistrike.com/article-norvege-la-mer-a-gele-si-rapidement-que-cela-a-tue-instantanement-des-milliers-de-poissons-122067808.html




A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30

09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription: 10/06/2012
Age: 31
Localisation: Suisse

http://www.islam-2012-newworldorder.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014

Message  09991 le Dim 2 Fév - 1:45

La Californie vit sa saison la plus sèche depuis 500 ans… et ferme curieusement les yeux sur l'ampleur du problème






Le gouverneur a déclaré l'état d'urgence et a demandé aux 38 millions de Californiens de diminuer leur consommation d'eau de 20%.


Le contraste est saisissant. Aux Etats-Unis, entre la cote ouest et la cote est, les différences de températures sont colossales. Il y a encore quelques jours, le nord-est du pays a été frappé par une violente tempête de neige. Dans toute cette région, les températures ressenties ont atteint des records, allant parfois jusqu'à - 50 °C. A l'inverse, de l'autre côté du pays, la Californie est actuellement en proie à l'une des pires sécheresses de son histoire. Les températures sont telles que selon The Daily Beast, les ours ne peuvent pas hiberner, les incendies de forêts se multiplient et les villes vont se trouver prochainement en manque d'eau. Une situation calamiteuse alors même que la saison des pluies est censée avoir commencé.

A cause de cette sécheresse, le gouverneur de la Californie a récemment décrété l'état d'urgence. Jerry Brown avait alors demandé aux habitants de l'Etat de diminuer leur consommation d'eau d'au moins 20%.
"On ne peut pas faire en sorte qu'il pleuve, mais nous pouvons être bien mieux préparés pour faire face aux terribles conséquences que la sécheresse en Californie peut entraîner, dont une diminution drastique de l'eau disponible pour nos fermiers et nos communautés, et un risque accru d'incendies dans les zones rurales et urbaines" déclarait-il.




Le gouverneur évoquait aussi la possibilité que cette sécheresse soit "la pire enregistrée depuis environ 100 ans que les données sont conservées". L'Etat souffre de son troisième hiver sec consécutif et le niveau de ses réservoirs d'eau est à un plus bas. A en croire The Daily Beast, le manteau neigeux des montagnes de la Sierra Nevada, grande ressource en eau pour la Californie, est 13% plus faible que la normale. Mais ce n'est pas tout, et c'est peut-être cela le plus terrifiant, les prévisions pour la suite de la saison sont tout aussi alarmistes. Selon les météorologues, la sécheresse devrait se poursuivre et même s'intensifier après le mois d'avril, fin de la supposée période des pluies.


"Les saisons des pluies 2012 et 2013 avaient été particulièrement sèches dans tout l'Etat" explique le département des ressources en eau californien dans son dernier relevé sur la sécheresse. "La saison 2014, qui a débuté le 1er octobre, part sur les mêmes bases. Les précipitations dans certaines zones de l'Etat s'approchent de l'année la plus sèche jamais enregistrée", ajoute-t-il. Inquiétant quand on sait que la moitié des précipitations de la Californie tombe en général en décembre, janvier et février.




Selon le San Jose Mercury News, cette sécheresse est causée par la présence depuis 13 mois d'une importante crête barométrique au large de la Californie. Et rien n'y fait, malgré les différentes tempêtes, elle n'a pas baissé de volume et continuer d'amener de l'air doux sur l'Etat. Ce qui fait dire à B. Lynn Ingram, climatologue et professeur à l'Université de Berkeley que "cette année pourrait être la plus sèche depuis 500 ans".

En supposant que cette sécheresse continue, elle risque d'avoir, selon The Daily Beast, des conséquences énormes.


-Les agriculteurs vont appauvrir les nappes phréatiques en pompant l'eau pour continuer à produire.

-Certaines villes vont très prochainement manquer d'eau. Ainsi, selon la chaîne de télévision ABC, la petite commune de Willits à Mendocino ne dispose par exemple de ressources en eau que pour 100 jours.

-Les feux de forêt pourraient se multiplier et devenir encore plus grave que celui qui a touché le parc Yosemite l'an dernier. Pour rappel, cet incendie est le troisième plus grand feu ayant touché la Californie.

-Certaines rivières seront complètement asséchées et donc ne plus avoir de poissons.

-La pollution atmosphérique deviendra de plus en plus un problème alors même que la vallée de San Joaquin a été frappée par la plus importante pollution saisonnière de son histoire.

-Il faut ajouter à cela tous les problèmes politiques qui en découlent et notamment celui de la gestion de l'eau. Car la gestion des ressources en eau est un enjeu majeur pour la Californie.


Mais cette sécheresse a déjà des conséquences sur la région. En effet, chose insolite, selon le San Francisco Gate, la situation est telle que les ours, normalement en hibernation à cette période de l'année, errent dans les montagnes à la recherche de nourriture. Problème : les touristes à vélo, plutôt que sur des skis, se retrouvent régulièrement nez à nez avec ces animaux.





Publiée le 17 janv. 2014



Publiée le 14 janv. 2014





http://www.atlantico.fr/decryptage/californie-vit-saison-plus-seche-depuis-500-ans%E2%80%A6-et-ferme-curieusement-yeux-ampleur-probleme-966277.html





A Bientôt

_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30

09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription: 10/06/2012
Age: 31
Localisation: Suisse

http://www.islam-2012-newworldorder.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum