anipassion.com

L’humain sera-t-il encore humain dans 100 ans ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’humain sera-t-il encore humain dans 100 ans ?

Message  Silver Wisdom le Dim 11 Sep - 9:37

L’humain sera-t-il encore humain dans 100 ans ?

La révolution cyborg a déjà commencé : le “Transhumanisme” est en marche.
Nous allons devenir mi-machines mi-humains,
et réciproquement nos machines vont devenir mi-machines mi-intelligentes...




Arté a écrit:
(...) Nous n’en sommes pas nécessairement conscients, mais certains matériaux aux propriétés inimaginables il y a encore quelques années ou des objets familiers dotés de fonctions inédites ont déjà fait leur entrée dans nos vies. Une nouvelle vague de produits est sur le point de sortir des laboratoires de recherche. Elle nous promet des ordinateurs toujours plus petits et plus puissants ainsi que la prolifération de minuscules dispositifs électroniques communiquant en réseau. Pour certains, ces évolutions technologiques devraient simplifier notre quotidien et rendre le monde plus sûr, plus efficace et plus confortable. Mais la vitesse à laquelle ces dispositifs s’insèrent dans nos sociétés et les modèlent suscite des inquiétudes. En changeant la dimension de notre intervention sur la matière, les nanotechnologies pourraient faire évoluer en profondeur notre rapport au monde. De quelle manière ? Dans quelle direction ? (...)

~ Nanotechnologies : la révolution invisible... (Documentaire en trois partie via FYI)(Février 2015) ~

Et hélas, rien n’arrêtera le processus, pas même les lois éthiques : on n’empêchera jamais un milliardaire de se faire manipuler génétiquement, ou de se faire implanter de la nanotechnologie pour être plus “performant”, concurrentiel. L’homme n’aurait alors d’autre solution que de s’implanter des composants et des avatars technologiques pour espérer survivre dans un monde assoiffé de productivité.  Les classes moyennes suivront, alors même que l’armée et l’industrie s’intéresse déjà au problème. En effet, les lobbies des industries informatique (Google notamment), pharmaceutique, militaire et sécuritaire qui soutiennent la convergence technologique parce qu’elles en tirent leurs profits, contribuent à cette fuite en avant. Cette révolution n’est pas univoque, mais intègre déjà plusieurs axes de recherche : ses axes de progression sont le “N.B.I.C” (Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives).


~ Les transhumanistes en quête de pouvoir politique (Olivier Dessibourg, Le Temps)(Octobre 2015) ~

Jean-Damien Bouyer a écrit:
(...) Les pays aux bords du pacifique, Californie, Japon, Corée du Sud et Chine sont à la pointe des NBIC. L’Europe complétement larguée, est bercée par une culture qui mélange le doute de la philosophique grecque et la compassion chrétienne et n’a pas encore intégré dans son schéma de penser cette conception prométhéenne. En outrepassant le postulat d’un corps sexué, d’une mort certaine et d’une volonté d’immortalité, le transhumanisme renvoie à des questions de bioéthiques sur notre propre identité humaine. Le risque d’une science sans conscience conduirait-il l’homme à renier son âme, son intégrité et sa transcendance consubstantielle à son être. Si « le sanctuaire de l’humanité » comme le dit Jacques Attali est remis en cause par une matrice artificielle, par des promesses d’immortalité et d’augmentations exponentielles de capacité, on est en droit de s’interroger sur une potentielle aliénation de l’homme à la machine, d’une perte d’identité en tant qu’humain et d’une victoire à terme des NBIC sur l’humanité. (...)

~ Transhumanisme, la guerre de l'avenir pour un humain augmenté (Bioéthique & Réflexions)(Avril 2014) ~


~ Un monde sans humains (Chaîne YT de Léo Léoo)(Mars 2013) ~
Si le lien venait à disparaître : Cliquez Ici

Rtbf a écrit:
(...) Les machines ont envahi notre quotidien. Ces outils étaient censés nous faire gagner du temps, nous rendre plus efficaces et nous libérer. Mais depuis une décennie, un malaise parcourt nos sociétés. Des scientifiques, des philosophes et des activistes anti-technologies lancent l'alerte contre la marche accélérée du progrès technoscientifique. Prothèse bionique, intelligence artificielle ou robots de plus en plus autonomes, des neurosciences aux nanotechnologies en passant par la biologie moléculaire et la génétique, les recherches à fins médicales ou militaires nous font rentrer dans une nouvelle ère. Le scénario est à présent tout tracé: nous aurons  les moyens de transformer radicalement notre corps, grâce à des milliards de nanorobots qui circuleront dans notre sang, dans nos organes, dans notre cerveau. Ces nanorobots détruiront les agents pathogènes, corrigeront les erreurs de notre ADN, élimineront les toxines et effectueront toutes sortes d'autres tâches pour améliorer notre bien-être physique. Ils interagiront avec nos neurones biologiques, avant de pouvoir les remplacer et de générer des organismes plus durables, plus performants et à peu près inusables. Se dessinera la version dite 2.0 du corps humain où les organes biologiques, comme le coeur ou les poumons, seront remplacés par d'autres ressources nécessaires au fonctionnement des systèmes nanorobotiques. Parlerons-nous un jour des hommes comme d'une espèce disparue ? Nous prépare-t-on un champ de réinvention extraordinaire de nos corps et de nos vies, ou bien de nouvelles chaînes qui conduiront à notre mise en conformité progressive ? (...)

~ Un monde sans humains (Documentaire inédit)(Rtbf)(Septembre 2012) ~

Peut-on concevoir l’humain sans outil ? Non, nous sommes depuis longtemps interdépendant de l’outil, mais avec l’outil informatique nous devenons de plus en plus dépendant d’outils d’assistance au savoir et à l’intelligence artificielle. Nos robots de demain ne seront plus préprogrammés, car déjà on travaille à les rendre autonomes au niveau de l’intelligence, jusqu’à leur intégrer des systèmes émotionnels. Seront-t-ils alors des machines, ou des êtres dotés d’une “âme” ? De même jusqu’où ira notre interdépendance envers ces “êtres” : certains se sentent déjà perdus sans leur téléphone portable qui comporte toutes leurs données personnelles et des données externes par internet. Déjà certaines personnes ne vivent que grâce à leur pacemaker, et certaines personnes amputées ont d’ores et déjà des jambes artificielles directement connectées à leur système nerveux. On peut désormais contrôler certains appareils directement par la pensée, et il est déjà prévu d’en intégrer certains à notre corps. Le portable de demain sera ainsi intégré à notre corps par la nanotechnologie, où il suffira de penser à le décrocher pour entrer en communication avec lui, et réciproquement ce dernier nous fournira toutes les données dont nous auront besoin alors. Déjà des ordinateurs sont capables de produire des cellules vivantes inédites. Demain la nanotechnologie sera intégrée à notre corps non technologiquement, mais génétiquement.

Pour les opposants, la bataille est déjà perdue : les avancées vont tellement vite qu’elles entrent en application avant même que leur éthique ait pu être seulement pensée. Ce sont toutes ces problématiques scientifiques, sociales, économiques, politiques et philosophiques que ce documentaire soulève : jusqu’où resterons-nous donc “humains” ? Et à partir de quand les robots externes seront-ils à prendre en compte comme de véritables partenaires (ou concurrents) doté d’intelligence comparable à la nôtre, voire supérieure ?

Clementine13000

Source de l'article : Documentaire – Un monde sans humains de Philippe Borrel (Le 4ème Singe)(Juillet 2013)

avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Les concepts des NBIC génèrent de nombreuses critiques...

Message  Silver Wisdom le Mar 13 Sep - 14:51

Les concepts des NBIC génèrent de nombreuses critiques...

Neurochirurgienne et docteure en philosophie,
Anne-Laure Boch nous offre une vision du transhumanisme
à l'opposé des discours enthousiastes de la plupart de ses confrères...



A lire également : “L’Homme “augmenté” selon Google… (Jean-Christophe Féraud, Mon écrab Radar)(Octobre 2010)

Cyril a écrit:
(...) La Nanotechnologie, regroupant l’ensemble des techniques au niveau atomique ou moléculaire, connaît un fort engouement outre-atlantique, stigmatisé par l’augmentation régulière des fonds attribués à la recherche (plus de 600 millions de dollars en 2002, dans le cadre de la National Nanotechnology Initiative) et l’apparition de nombreuses start-ups ou investisseurs spécialisés. La Biotechnologie, incluant l’ingénierie génétique, est particulièrement d’actualité, peu après l’annonce de la naissance probable, dans les mois qui viennent, des premiers clones humains. L’Informatique (incluant ici, d’une façon générale, électronique, télécommunication, robotique ou Intelligence Artificielle), progresse également vite, avec des pistes sérieuses qui pourraient conduire à de nouveaux modes de traitement de l’information, comme l’ordinateur quantique. Enfin, les sciences Cognitives, dont l’objectif ultime est la compréhension totale du fonctionnement du cerveau humain, et pour lesquelles le décodage du génome humain devrait jouer un rôle majeur. Au total, quatre voies qui progressent et peuvent chacune apporter de nouvelles solutions, une meilleure compréhension de la vie, ou une meilleure utilisation des ressources. Le rapport, qui ressemble parfois à une anthologie de science-fiction, convainc le lecteur de l’ampleur des mutations susceptibles d’être apportées par les NBIC, “si nous prenons les bonnes décisions maintenant”. (...)

~ Le Rapport NBIC (Cyril Fievet, Le Monde via World Transhumanism Association)(Mars 2003) ~

"Le plus grand risque du transhumanisme, c'est de décevoir". Telle est la phrase choc prononcée par Anne-Laure Boch, neurochirurgien et docteur en philosophie, lors d'une table-ronde organisée par l'association des journalistes scientifiques au Collège des Bernardins à Paris le 14 avril 2016. Un discours en décalage avec celui de nombreux philosophes et médecins qui s'émerveillent devant les progrès à venir du transhumanisme. Précisons que ce courant de pensée, lancé par des futurologues américains puis soutenu par les géants de la high-tech, voit en la technologie la réponse à (presque) tous les maux du siècle, jusqu’à résoudre le mal ultime : la mort. Même si la médecine a réalisé des progrès considérables depuis une vingtaine d'années, Anne-Laure Boch, médecin des hôpitaux de Paris, raconte que la déception des patients bénéficiant d'une nouvelle thérapie se constate au quotidien. En cause, un décalage entre les promesses avancées et la réalité : "les patients bénéficiant à l'heure actuelle de prothèses de main pensent pouvoir retrouver une certaine autonomie, or cela leur permet souvent de ne faire qu'un ou deux mouvements des doigts, qui ne s'avèrent pas toujours utiles", affirme-t-elle. Et selon cette spécialiste, le transhumanisme sera tout aussi source de désillusion, car il se heurtera très rapidement à plusieurs types de blocages : économiques, énergétiques, écologiques... "Le transhumanisme nécessite des investissements économiques très importants et est coûteux en terme énergétique", précise-t-elle. "Une pile de pacemaker aujourd'hui doit se changer tous les 3 ans, alors imaginez l'énergie nécessaire aux futures technologies que l'on nous promet !" Sans parler de la question de leur accessibilité aux patients les moins riches...



Galaxien a écrit:
(...) Le transhumanisme est une approche interdisciplinaire, qui nous amène à comprendre et à évaluer les avenues qui nous permettrons de surmonter nos limites biologiques par les progrès technologiques. Les transhumanistes cherchent à développer les possibilités techniques afin que les gens vivent plus longtemps et en santé tout en augmentant leurs capacités intellectuelles, physiques et émotionnelles, mais ça, c'est ce qu'ils disent... Les nouvelles technologies soulèvent des questions de fond importantes tant scientifiques, sociales, qu’éthiques. L’Association Transhumaniste Mondiale a été fondée en 1998 afin d’encourager la discussion, la recherche, et augmenter la visibilité de la pensée transhumaniste auprès du public pour mieux l'endormir... (...)

~ Transhumanisme : la fin programmée de notre Humanité (Inexpliqué en Débat)(Mai 2016) ~


~ Transhumanisme : la fin programmée de notre Humanité (Chaîne YT de NEW Documentaire Plus)(Août 2016) ~

Mais admettons que les investissements nécessaires soient au rendez-vous pour que le transhumanisme se révèle très efficace, côté patients, un autre problème se pose : qui dit "traitement efficace" dit bien souvent "effets secondaires nombreux" et "rejet de la population". "Les nano-médicaments illustrent déjà ce phénomène : cette technologie est prometteuse mais elle entraîne beaucoup de méfiance liée à sa potentielle toxicité", explique Anne-Laure Boch. Il faudra bien sûr s'assurer de l'innocuité des technologies implantées dans notre corps et anticiper tout risque d'infection. "L'on constate déjà que le traitement phare de la maladie de Parkinson, la stimulation cérébrale profonde (consistant à implanter dans le cerveau deux électrodes), entraîne chez 5 % des patients un risque d'infection, tout simplement car ceux-ci...se grattent ! Et cette thérapie perd tout bénéfice à cause d'une infection du matériel", précise-t-elle. Le bonheur d'une longévité sans précédent grâce au transhumanisme ? La neurochirurgienne n'y croit pas : "après l'âge de 90 ans, c'est une défaillance d'organe qui entraîne le décès. Si l'on en remplace un, il y en aura toujours un autre qui faiblira, et entraînera la mort". Même en remplaçant tous les organes, l'on n'empêche pas le déclin... "Paradoxalement, dans notre société où le transhumanisme est vu comme une promesse de mieux-être, il vise surtout à améliorer la productivité de l'homme, et veut juste nous rendre capable de supporter l'insupportable", ironise-t-elle.

Pour la psychanalyste Monette Vacquin, qui s'est intéressée à la question du transhumanisme un peu par hasard, en se rendant compte qu'un groupe sectaire post-humaniste était présent à l'Université de Zurich (Suisse) où son fils suivait ses études, le risque est d'être toujours dans l'attente d'une nouvelle capacité rendue possible par toujours plus de technologie, quitte à y perdre notre identité profonde. "Saura-t-on encore répondre à cette question essentielle : qui suis-je ?" La spécialiste en doute.

Lise Loumé

Source de l'article : Transhumanisme : "Nous risquons de provoquer une vague de déception" (Science et Avenir)(Avril 2016)

avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum