Représailles britanniques contre le journaliste à l’origine du scoop Snowden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Représailles britanniques contre le journaliste à l’origine du scoop Snowden

Message  Résistance le Mer 21 Aoû - 21:33



Le mari brésilien du journaliste du Guardian, Glenn Greenwald, qui a publié les révélations de l’ancien consultant de la NSA Edward Snowden, a été retenu pas moins de neuf heures à l’aéroport d’Heathrow : une mesure dénoncée par Amnesty international et contre laquelle le Brésil a protesté.

La police britannique a confirmé l’arrestation de David Miranda à l’aéroport, où il faisait une escale avant de repartir à Rio de Janeiro. « Un homme de vingt-huit ans a été arrêté à l’aéroport d’Heathrow en vertu de l’article 7 du Terrorism act 2000 », a déclaré un porte-parole de la police. « Il a été libéré »,  a-t-il ajouté. Cette loi antiterroriste permet d’interpeller et d’interroger sans autorisation préalable toute personne soupçonnée de préparer des actes terroristes dès qu’elle se trouve aux frontières du Royaume-Uni. « Il est donc hautement improbable que David Michael Miranda, ressortissant brésilien en transit à Londres, soit le simple fait du hasard, compte tenu du rôle qu’a joué son mari dans les révélations sur le caractère illégal du programme de surveillance de la NSA », a déclaré Widney Brown, directrice générale chargée du droit international et de la stratégie politique à Amnesty International.  

« Sa détention était illégale et totalement inexcusable », a-t-elle ajouté, affirmant que « la détention de David Miranda était la preuve que cette loi (Terrorism act 2000, NDLR) pouvait être utilisée pour de simples raisons de basse vengeance ». Selon le quotidien britannique The Guardian, la police a confisqué au citoyen brésilien des appareils électroniques, parmi lesquels des clefs USB, des DVD et une console de jeux. Un porte-parole du journal a indiqué que le Guardian avait demandé des éclaircissements aux autorités britanniques.

Le journal s’est dit « consterné que le partenaire d’un journaliste du Guardian qui a écrit sur les services de sécurité soit ainsi détenu pendant neuf heures alors qu’il n’était qu’en transit à l’aéroport ».

Le gouvernement brésilien n’était pas en reste. Il a protesté avec véhémence contre la détention de David Miranda, estimant que « cette mesure n’avait aucune justification car elle visait une personne contre laquelle ne pesait aucune charge qui pouvait légitimer le recours à une telle législation ».

Il est clair  dans cette affaire que le gouvernement britannique a agi sous l’impulsion étasunienne, tout comme il est évident que les États ne peuvent pas adopter des lois antiterroristes en affirmant qu’elles sont nécessaires pour protéger la population, puis utiliser ces lois en représailles contre quelqu’un qui exerce simplement ses droits. En s’en prenant à David Miranda et à Glenn Greenwald, le gouvernement britannique a aussi envoyé un message aux autres journalistes, avertissant que s’ils conservent leur indépendance et critiquent les gouvernements, eux aussi pourront un jour ou l’autre être pris pour cible.

Les démocraties occidentales ont beau jeu d’expliquer que la liberté d’expression promeut le développement personnel des individus dans la société. En effet, un nombre sans précédent de poursuites ont été engagées contre des lanceurs d’alerte, et des enquêtes à caractère intrusif ont été lancées en vue d’identifier les sources des journalistes qui révèlent des informations certes sensibles mais dans l’intérêt général. Des journalistes sont fréquemment attaqués en justice quand ils révèlent des informations très embarrassantes pour des gouvernements dans le but d’occulter leurs actes répréhensibles.

Tout bien pesé, les gouvernements occidentaux ne sont démocratiques que lorsqu’ils ont les coudées franches. Mais dès que les choses se compliquent, ils montrent très rapidement leur vrai visage. Vous avez dit liberté d’expression ?

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-represailles-britanniques-contre-le-journaliste-a-l-origine-du-scoop-snowden-119642479.html

Résistance
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription : 30/01/2013
Localisation : Lille

http://www.resistance-politique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Que Penser de l'affaire "Edward Snowden" ?...

Message  Silver Wisdom le Jeu 15 Sep - 11:02

Que Penser de l'affaire "Edward Snowden" ?...

Ça fait quelques temps déjà qu’Edward Snowden est réfugié en Russie,
et nous attendons toujours une vraie révélation de sa part,
qu’il nous apprenne quelque chose que nous ne savions pas.
Il nous a annoncé que nous étions écoutés. Qui ne le savait pas ?




Michel Riguidel a écrit:
(...) Le programme de surveillance électronique de collecte de renseignements à partir d'Internet et d'autres fournisseurs de services électroniques, appelé Prism, en application de la loi Foreign Intelligence Surveillance Act, permet d'accéder aux données des internautes, à l'échelle mondiale, avec le silence complice des fournisseurs (Google, Facebook, Microsoft, Apple, Yahoo…) qui relayent secrètement ces données, sur requête, à la NSA. (...) L'analyse de ces métadonnées hétérogènes est facilitée par le progrès de l'analyse massive de données, du "Big Data", allusion à "Big Brother". L'utilisation de ces profils par les fournisseurs de services est la publicité ciblée mais, pour la NSA comme pour le FBI, c'est l'identification policière, ou le suivi de réseaux terroristes pour la CIA. (...)

~ Edward Snowden n'a révélé qu'un secret de Polichinelle (Le Monde)(Juin 2013) ~

Le danger dans toutes les affaires de défecteurs est de savoir si celui qui change de camp le fait par sincérité et conviction, ou sur ordre de ses supérieurs pour enfumer son nouveau pays d’accueil avec des informations erronées. Lorsque Snowden a obtenu l’asile politique en Russie, certains très hauts responsables Russes ont mis en garde sur le fait qu’aucun traitre ne peut ni ne doit obtenir la confiance de ses nouveaux employeurs. « Qui trahit une fois, peut trahir plusieurs fois ». Bien sûr il n’a jamais été question de confier à Snowden quelque information que ce soit, mais seulement de l’utiliser. Il est évident que la Russie a obtenu des informations, non rendues publiques, que détenait Snowden. L’accord était en substance « On vous accueille et garantit la protection, en échange d’informations ». Un marché très classique. Très vite les responsables qui « traitent » Snowden se sont aperçus de choses étranges: d’une part Snowden prétendait avoir des informations en très grandes quantités, mais d’autre part il refusait de les divulguer, que ce soit au grand public ou confidentiellement. Pourquoi en effet Snowden n’a t’il pas délivré l’ensemble des documents qu’il prétend avoir immédiatement aux medias, puisqu’il savait que ceux-ci les diffuseraient sans aucun problème? Certains ont dit « Il ne donne pas tout d’un coup car sinon il ne sera plus utile et les Russes le laisseront tomber ». D’autres ont dit « Il n’a en fait pas grand chose à donner, il fait beaucoup de bruit pour pas grand chose et affabule énormément. »

Golden Awaken a écrit:
Et si cette saga d'espionnage digne des plus grands auteurs du genre, tel Ian Flemming, n'était qu'une guerre interne entre la CIA et la NSA. C'est le point de vue de John Rappoport que je vous invite à découvrir au travers de cette vidéo. Il est vrai que cette agence d'espionnage, la NSA, ne semble pas être à la hauteur pour gérer cette affaire tant la piste de Snowden est difficile à suivre (sic). Une cavale pleine de rebondissements, de fausses pistes et de suppositions floues qui ressemble de plus en plus à une bande annonce d'un Blockbuster du Box Office.


~ L'affaire Snowden : une guerre interne entre la CIA et la NSA ? (Chaîne YT de Golden Awaken)(Juin 2013) ~

Cette seconde position a eu de nombreux adeptes à très haut niveau en Russie, par exemple quand Snowden a déclaré aux Services Russes qu’il avait des documents montrant qu’Hitler avait été aidé par des extra-terrestres pour construire des sous-marins (!), ou encore qu’Obama est un pantin des extra-terrestres qui lui ont d’ailleurs fait visiter leur planète… Les documents n’ont bien entendu jamais été produits… Autre point suspect: la NSA américaine est réputée pour sa paranoïa sécuritaire. Par exemple nul ne peut y pénétrer avec son téléphone portable. Comment donc Snowden aurait-il pu dérober des milliers de documents durant plusieurs années? L’attitude des Services Russes à son égard a très vite rendu Snowden sinon mécontent du moins amer, et c’est pour tenter de faire pression sur eux qu’il a, à peine quelques mois après avoir obtenu l’asile politique en Russie, déclaré qu’il souhaitait retourner aux Etats-Unis et voulait négocier les conditions pour ne pas être incarcéré dans son pays natal. Une chose qu’il ne savait sans doute pas, est qu’on ne fait pas de pression ni de chantage avec les Services… Les relations ne se sont bien entendu pas améliorées.

C’est sans doute pour cela qu’aujourd’hui Snowden a pris publiquement position contre le gouvernement Russe en le traitant de « Big Brother », et appelle les députés à ne pas voter le projet de loi contre le terrorisme, prétendant qu’il viole les libertés individuelles. Un énorme faux pas de sa part, il semble oublier qu’il a obtenu l’asile politique et que ce statut peut être retiré à tout moment. Par ailleurs, il se berce d’illusion s’il imagine un instant que des députés Russes vont suivre les recommandations d’un traitre, fût-il un traitre américain. Et enfin il ne connait pas le Peuple Russe qui est entièrement d’accord pour que les libertés individuelles soient restreintes, si cela va dans l’intérêt du pays. Et certains de se demander, au plus haut niveau de l’Etat, si en fait Snowden n’a pas été envoyé par les Américains pour tenter de déstabiliser la Russie en opérant ainsi:

• Les Etats-Unis présentent Snowden comme un traitre et demandent à grands cris son extradition pour qu’il soit jugé pour haute trahison. (Lire cet article de Ian Drury et Martin Robinson, Daily Mail)(Juin 2013)
• Snowden divulgue quelques documents qui, somme toute, n’apprennent pas grand chose. Par exemple QUI ne savait pas que les USA écoutent quasiment tout le monde? (Lire cet article de Christopher J. Murphy, CNN)(Juin 2015)
• Snowden est considéré dans le monde entier comme un héros, une autorité incontournable dans le domaine de la protection des citoyens contre leurs gouvernements. (Lire cet article de Shami Chakrabarti, The Guardian)(Juin 2015)
• Snowden finalement commence à multiplier ses piques contre le pays qui l’accueille, jusqu’à le traiter donc de « Big Brother ». Sans doute pense-t-il, lui et/ou ses employeurs, que sa stature le rendra crédible et, dans le cas du projet de loi russe par exemple, provoquera une mobilisation de certaines tranches de la population contre le gouvernement. Le vieux rêve américain de déclencher un mouvement populaire allant jusqu’à une « révolution orange » en Russie…



~ Oliver Stone’s New Movie Snowden Tackles the Myth (Peter Van Buren, Anti War)(Septembre 2016) ~

Martin Untersinger et Jacques Follorou a écrit:
(...) Hollywood, lors de la sortie prochaine du film d’Oliver Stone sur Edward Snowden (le 1er novembre en France), permettra-t-elle d’obtenir un pardon pour l’ex-contractuel de l’Agence nationale de sécurité (NSA), que Washington lui a jusqu’alors toujours refusé pour avoir révélé, en 2013, l’existence d’un système de surveillance mondiale ? (...) Cette demande va être réitérée, mercredi, par son avocat, Ben Wizner, entouré de représentants d’Amnesty International, de l’American Civil Liberties Union (ACLU) et de Human Rights Watch, à New York, lors d’une conférence de presse de lancement d’une pétition pour obtenir le pardon de Barack Obama avant que celui-ci ne quitte ses fonctions. (...)

~ Trois ONG demandent à Barack Obama le pardon pour Edward Snowden (Le Monde)(Septembre 2016) ~

Sans doute ne saurons-nous jamais ce qu’il en est exactement, mais il est certain que les réactions des dirigeants russes à la déclaration de Snowden sur la loi antiterroriste vont le faire cataloguer, cette fois à coup sûr, comme personne non fiable. Dans le meilleur des cas son asile politique sera laissé en l’état (il expire le 31 juillet 2017) jusqu’à expiration. Ensuite… Dans le pire des cas, l’asile politique sera annulé, et Snowden expulsé. Et là, il est très probable qu’il déclarera vouloir être expulsé… aux Etats-Unis! Ce qui confirmera bien que toute l’affaire a été montée de toutes pièces, car un « vrai traitre » à ce niveau serait sans aucune hésitation condamné à mort et exécuté. Ce qui d’ailleurs laisse perplexe les soi-disant « négociations » pour que Snowden évite la prison s’il retourne aux Etats-Unis…

Jean Fouche

Source de l'article : Pour qui roule Snowden? (La Russie Aujourd'hui)(Juin 2016) via Réseau International


Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum