anipassion.com

C’est officiel : l’Iran échange son pétrole contre de l’or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

C’est officiel : l’Iran échange son pétrole contre de l’or

Message  Geoff le Sam 3 Mar - 15:15

C’est officiel : l’Iran échange son pétrole contre de l’or



Par Tim Iacono - Iacono Research


Je n’ai jamais cru que le système monétaire du monde, aussi instable qu’il soit, puisse un jour être remplacé par une nouvelle forme d’étalon or (dans le sens où cela représenterait une reconnaissance de leur échec par les ploutocrates, et qu’une nouvelle monnaie basée sur un panier de matières premières et de devises nationales – également contrôlé par les ploutocrates - serait la solution logique à adopter), mais si cela venait à se produire, nous observerons alors la décision de l’Iran d’accepter de l’or comme paiement pour son pétrole comme ayant été un élément déclencheur de ce processus. Voici que qu’en disait la BBC dans un rapport paru aujourd’hui :

Les médias Iraniens ont récemment annoncé que le pays vendrait désormais son pétrole contre règlement en or plutôt qu’en dollars.

Cette décision a été prise après que les sanctions imposées par l’Europe et les Etats-Unis aient commencé à rendre difficiles les paiements en dollars des acheteurs vers les banques Iraniennes.



Mahmoud Bahmani, directeur de la banque centrale Iranienne, aurait déclaré que "le pays accepterait désormais les règlements en or, et ce sans aucune réserve".


L’Iran détient la troisième réserve pétrolière la plus importante de la planète. Le pétrole est en grande majorité commercé grâce au dollar, mais l’Iran a déjà commencé à accepter des paiements sous la forme d’autres devises.

En relation avec cette déclaration, nous pouvons citer l’affaire concernant la tentative du Trésor des Etats-Unis de mettre fin à la participation de banques basées à Dubaï aux ventes de pétroles Iraniennes, et qui permettrait au pays de pouvoir contourner les sanctions ayant été levées contre lui dans le but de le dissuader de se procurer l’arme atomique.

Selon le rapport, la banque Noor Islamic, détenue en grande partie par la ville de Dubaï, et dirigée par Sheikh Ahmed, fils du chef de la ville de Dubaï, aurait l’an dernier géré plus de 60% des ventes de pétrole entreprises par l’Iran, pour un total de plus de 50 milliards de dollars.


Sources : http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-Cest-officiel-lIran-echange-son-petrole-contre-de-lor.aspx?langue=fr&article=3822189530G10020 et http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20120229trib000685564/l-iran-vendra-son-petrole-contre-de-l-or-des-monnaies-locales-et-meme-par-le-troc.html











_________________
"Cogito ergo sum." (Descartes)

"Très attaqué, Dieu se défend par le mépris, en ne répondant pas."(Jules Renard)

"Si Jésus avait dit "Prenez et fumez", le hash serait légal."(Philippe Perrier)
avatar
Geoff
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription : 18/02/2012
Age : 31
Localisation : Wagadey, Jubbada Dhexe, Somalia

Revenir en haut Aller en bas

Re: C’est officiel : l’Iran échange son pétrole contre de l’or

Message  Geoff le Sam 3 Mar - 15:43

l'Iran Echange Son Pétrole Contre de l'Or Avec Pekin et New Delhi Et Fait vaciller Le Roi Dollar



L'Inde a déjà acheté du pétrole iranien en utilisant de l'or à la place des dollars US (le fameux pétro-dollar qui remplace le "dollars or" abandonné par Nixon en 1971), et c'est extrêmement significatif, parce que chaque année, l'Inde dépense 12 milliards de $ en pétrole iranien et maintenant Pekin dit aussi vouloir peut-être rejoindre New-Delhi pour aussi chercher une sorte d'accord avec l' Iran pour continuer à obtenir du pétrole .

New Delhi et Pekin comptent pour 40% des importations en pétrole iranien, l'Ue ne représente que 20%. manifestement nous avons parlé toute de cet embargo sur le pétrole que l'UE a annoncé lundi vouloir mettre en place au 1er Juillet et si New-Delhi et Pekin trouvent un moyen de continuer à échanger avec l'Iran utilisant l'or à la place des dollars US, ça porterai gravement atteinte à ce que l'Union Européenne et Washington essaient de faire contre Téhéran.



La Russie a aussi dit vouloir continuer les échanges avec l'Iran utilisant ses devises au lieu du dollar US, l'objet de l'embargo de l'UE sur le pétrole d'Iran serait de faire revenir la république islamique à la table des négociations sur son programme nucléaire.
L'Iran maintient que c'est un programme civil à but non militaire, mais l'occident pense qu'ils développent en secret la mise au point d'une ou plusieurs bombes nucléaires adaptables sur leurs missiles inter-continentaux.

L'Iran a également menacé l'UE de la fermeture du détroit d'Ormuz, à travers lequel transite entre 20% et 30% du commerce du pétrole mondial, si l'embargo sur son pétrole était appliqué.

Les USA ont répliqué qu'ils ne tolèreraient pas qu'un tel évènement se produise, en cachant à peine qu'ils pourraient faire appel à leur forces militaires pour débloquer le détroit.

Moscou a aussi affirmé que les sanctions sont une "forme obsolète de punition" à l'encontre d'un pays souverain, et que cela serait contre-productif.

Une autre chose intéressante à noter est que si Pekin et New-Delhi continuent à échanger avec l'Iran en or cela va faire grimper le cours du métal jaune et précipiter la fin du "roi dollar" et de son dauphin "le prince Euro".

Les monnaies fiduciaires criblées de dettes toxiques valent bien une guerre mondiale.


Source : http://zebuzzeo.blogspot.com/2012/01/liran-echange-son-petrole-contre-de-lor.html




Tout ce qui brille est ... du pétrole !



Dans son discours sur l’état de l’union, le Président des Etats-Unis Barack Obama a dit : « Qu’il n’y ait aucun doute : l’Amérique est déterminée à empêcher l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire et je ne rejetterai aucune option pour atteindre cet objectif ».

Dans le monde réel, cela signifie que Washington est prêt à entrer en guerre - la guerre économique est déjà en cours - contre un pays qui a ratifié le Traité de Non-Prolifération et qui, selon l’Agence Internationale à l’Energie Atomique et le dernier rapport d’estimation des services de renseignements américains, ne cherche pas à fabriquer une arme nucléaire.

Obama a également déclaré : « Ce régime est plus isolé qu’il ne l’a jamais été ; ses dirigeants se retrouvent face à des sanctions paralysantes, et tant qu’ils fuiront leurs responsabilités, cette pression ne se relâchera pas ».

« Isolé ? » Pas vraiment ; voir « Le Mythe d’un Iran isolé » (Asia Times Online du 18 janvier 2012). Et ce n’est pas la direction iranienne qui est sujette à des sanctions paralysantes ; c’est la majorité absolue des 78 millions d’iraniens appauvris qui en paieront le prix.

Dans une déclaration précédente, Obama a « applaudi » la décision de l’Union Européenne de flanquer son propre embargo contre le pétrole iranien, ajoutant, « Ces sanctions démontrent une fois de plus l’unité de la communauté internationale ».

Parlons donc de l’ « Unité de la communauté internationale » - qui comprend les Etats-Unis, les pays de l’OTAN, Israël et le CCG (le Conseil de Coopération du Golfe, connu aussi sous le nom de Club de la Contre-Révolution du Golfe) ; le reste du monde n’étant qu’un mirage.

L’adhésion au programme « pétrole contre or »



L’inde et la Chine, deux membres du BRICA [Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud] achètent ensemble au moins 40% des exportations pétrolières iraniennes, soit environ 1 million de barils par jour. Cela représente 12% des besoins pétroliers de l’Inde. Quant à la Chine, elle a acheté l’année dernière 30% de pétrole iranien de plus qu’en 2010, soit une moyenne de 557.000 barils par jour.

La véritable « communauté internationale » a désormais parfaitement conscience que l’Inde va commencer à payer le pétrole iranien en or - et pas seulement en roupies - par l’intermédiaire de sa banque d’Etat UCO et de la banque d’Etat turque Halk Bankasi. Pékin - qui fait déjà du commerce avec l’Iran en yuans - pourrait également se tourner vers l’or. Il est inutile de dire que l’Inde et la Chine sont deux producteurs majeurs d’or et que ces deux pays détiennent des réserves d’or très importantes.

Que dire de l’Année du Dragon commençant par un grand boum ? Et que dire de la nouvelle année de l’étalon or du Dragon ?

Tout le monde se souvient du lamentable programme des Nations unies « pétrole contre nourriture », qui a affamé les Irakiens à mort pendant des années avant l’invasion/occupation de l’Irak par les Etats-Unis en 2003. Les Irakiens moyens ont payé l’effroyable prix des sanctions ONU/USA, et « pétrole contre nourriture » n’a bénéficié qu’au système de Saddam Hussein.

A présent, nous nous retrouvons en face d’une affaire beaucoup plus sérieuse : le programme pétrole contre or, une initiative BRICA/Iran qui bénéficiera à la direction de la République islamique et qui réduira peut-être les effets des sanctions sur la population iranienne. Les conséquences mondiales : l’envolée du cours de l’or, la baisse du pétrodollar et les traders de pétrole qui sabreront le Moët & Chandon à la caisse.

Un autre membre du BRICA, la Russie, commerce déjà avec l’Iran en rials et en roubles. Et un membre aspirant du BRICA, la Turquie - également membre de l’Otan - ne suivra pas les sanctions US-européennes, à moins qu’elles ne soient imposées par le Conseil de Sécurité des Nations unies (un truc impossible car les membres permanents que sont la Russie et la Chine y mettraient leur veto).

Dans deux mois, le Premier ministre Vladimir Poutine - qui soulève la colère et qui terrifie à la fois Washington et Bruxelles à un niveau comparable à Vlad [Dracul] l’Empaleur - est assuré de redevenir le président de la Russie. C’est là où les toutous atlanticistes assisteront à une véritable partie de castagne.

En attendant, Téhéran ne courbera jamais l’échine devant les sanctions occidentales - encore moins avec les multiples mécanismes latéraux de gré et gré pour vendre son pétrole, impliquant trois membres du BRICA, plus les alliés des Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud, qui finiront par obtenir des dispenses de la part de l’administration Obama.

Etant donné qu’il s’est toujours agi d’une arme nucléaire non-existante, la direction de Téhéran n’a plus qu’à suivre un paramètre stratégique suprême : ne pas céder aux provocations, sinon des agents très spéciaux [des Occidentaux de faisant passer pour des Iraniens] fourniront le casus belli à un axe guerrier USA/Grande-Bretagne/Israël.

Et tout ceci, tandis que l’horizon - qui s’assombrit - à tendance à pointer vers ce que l’on pourrait sous-titrer « Zone d’Exclusion du Dollar Asiatique », ce qui, pour beaucoup d’esprits affûtés du monde développé, pourrait paver la voie à une devise adossée à l’énergie, qu’utiliseraient les BRICA et le Groupe des 77 (G-77) pour contrer l’Occident atlanticiste de plus en plus prêt à tout - et de plus en plus nul.

Pour revenir au cirque des toutous européens, il suffit d’examiner la déclaration conjointe émise par ces monstruosités médiocres que sont le Premier ministre britannique David Cameron, la Chancelière allemande Angela Merkel et le « libérateur de la Libye » napoléonien, le Président français Nicolas Sarkozy.

Ce trio a déclaré : « Nous n’avons rien contre le peuple iranien ». Les Irakiens ont entendu exactement la même chose de la part d’un autre groupe de médiocrités en 2002 et en 2003. Ensuite, leur pays a été envahi, occupé et détruit.


Source : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2206
















_________________
"Cogito ergo sum." (Descartes)

"Très attaqué, Dieu se défend par le mépris, en ne répondant pas."(Jules Renard)

"Si Jésus avait dit "Prenez et fumez", le hash serait légal."(Philippe Perrier)
avatar
Geoff
Modérateur
Modérateur

Date d'inscription : 18/02/2012
Age : 31
Localisation : Wagadey, Jubbada Dhexe, Somalia

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum