Interview Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, sort de son silence«Les États contrôlent les individus»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Interview Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, sort de son silence«Les États contrôlent les individus»

Message  09991 le Jeu 21 Mar - 21:07

Interview Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, sort de son silence



Les États contrôlent les individus





[size=18]Depuis l’ambassade d’Equateur à Londres où il est réfugié, le fondateur de Wikileaks, à l’origine de fuites sur des documents confidentiels des armées, dénonce les restrictions de liberté individuelle via internet.



Par Recueilli à Londres par Nathalie Chifflet
Julian Assange


Vous dénoncez les menaces qui pèsent sur nos libertés avec internet. Pourquoi lancer maintenant cette guerre invisible contre ce nouveau totalitarisme ?

Le totalitarisme d’internet existait déjà, mais la surveillance s’est accrue car son coût diminue de moitié tous les dix-huit mois. Le phénomène devient extrêmement inquiétant. La surveillance et la sécurité se jouent désormais à l’échelle transnationale.


Pourquoi cette situation ?

La mutation ne s’est pas opérée au sein d’une seule nation. Les grands États ont tous ce pouvoir de surveillance, dont les États-Unis sont l’acteur principal.

On l’a vu en Amérique latine où ils gardent intact leur pouvoir de manipulation et de contrôle. Ils sont capables d’intercepter 1,6 milliard de communications électroniques par jour selon le Congrès américain. C’est un système de surveillance totale des individus.


Ce système peut-il aller plus loin encore ?

La recherche-développement concernant la surveillance de masse est arrivée à un niveau de performance plafond. C’est presque parfait. Il s’agit moins d’intercepter les communications, ce que l’on sait très bien faire, que d’arriver à automatiser ce processus.

Peut-on déjouer cette surveillance totale ?

Les positions changent. Quand les services de renseignement égyptiens de Moubarak ont été confrontés à la contestation, ils avaient la capacité d’une surveillance totale des activistes et de la population, mais très vite, le gouvernement n’a pas pu tout contrôler faute d’opposer une réponse rapide aux actions et au changement.

Wikileaks va-t-il devenir un parti politique ?

C’est officiellement un parti depuis le 19 février. Je serai candidat aux élections sénatoriales le 14 septembre prochain en Australie. J’ai le droit de vote dans mon pays et cela me donne le droit de me présenter.

J’ai des chances d’être élu. Trois sondages ont été publiés et me créditent de 25 % à 27 %. Wikileaks a une certaine importance politique, puisqu’il suffit de 14 % des suffrages pour être élu.


C’est une réponse au défi du totalitarisme technologique ou une issue possible à votre situation personnelle ?


C’est une réponse politique. Le gouvernement australien est impliqué dans l’alliance formée par tous les pays anglophones blancs, qui réunit aussi l’Angleterre, le Canada et la Nouvelle-Zélande. Il a établi une censure d’internet, avec une liste noire. Il a le droit d’emprisonner des personnes pour des raisons politiques, sans que cela réponde à un impératif de sécurité, car en réalité, la menace terroriste n’existe pas en Australie.

Votre organisation est visée par cette censure politique ?

Le gouvernement a annoncé qu’il lançait une enquête me visant, ainsi que Wikileaks, en réponse à notre conflit avec les États-Unis. Le ministère de la défense, les services de renseignement intérieur et extérieur, la police, le procureur général de l’État nous ont attaqués.

Le Premier ministre australien a déclaré que nous étions engagés dans des actes illégaux.


Où en est Wikileaks ?

Nous continuons à publier des documents confidentiels, mais nous sommes dans la même situation de blocus bancaire que Cuba, à la différence près que celui-là est complètement illégal. Cela dure depuis deux ans et demi. Il n’y a aucun fondement administratif ou juridique pour le faire. Il se trouve que l’on a trouvé un moyen de détourner ce blocus, en France.



Menace sur nos libertés. Comment Internet nous espionne, comment résister », par Julian Assange, avec Jacob Appelbaum, Andy Muller-Maguhn et Jérémie Zimmermann. Robert Laffont.

http://dna.fr/politique/2013/03/21/les-etats-controlent-les-individus




A Bientôt


_________________
09991


Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes . Coran sourate 8, verset 30
avatar
09991
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 35
Localisation : Suisse

https://twitter.com/Shakur1999

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum