anipassion.com

Que cache la Provocation Militaire Américaine en Mer de Chine...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Que cache la Provocation Militaire Américaine en Mer de Chine...

Message  Silver Wisdom le Mer 4 Nov - 12:10

Que cache la Provocation Militaire Américaine en Mer de Chine...

La marine américaine a choisi une joyeuse façon de célébrer à sa manière
la semaine pendant laquelle la direction de Pékin discute la feuille de route de son plan quinquennal
qui doit amener la Chine vers une société modérément prospère en 2020...




M.K. Bhadrakumar a écrit:
(...) Les États-Unis ne jurent que par le droit de la mer, qui doit encore être ratifié. Et la différence ici est que c’est à propos de la Chine, un membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU et déjà plus qu’une demi superpuissance. Les États-Unis contestent officiellement pour la première fois les revendications territoriales de Beijing dans la mer de Chine méridionale. Prendre la décision d’opérer un mouvement militaire dans une région sous haute tension relève de la stratégie au bord de l’abîme, dans ce cas, la décision a été prise à l’échelon du président Barack Obama. C’est sûr, les États-Unis provoquent la Chine de manière totalement délibérée et exigent presque sa réaction. C’est une première chose. (...) Bien évidemment, la Chine doit avoir bien fait ses devoirs en prévision de la provocation états-unienne. L’ambassadeur américain a été convoqué au ministère des Affaires étrangères pour transmettre les préoccupations sérieuses et le fort mécontentement de Beijing à propos de la provocation grave qui menace la souveraineté de la Chine et ses intérêts de sécurité. La partie opérationnelle de la démarche est la suivante : « Le gouvernement chinois sauvegardera résolument sa souveraineté territoriale et ses intérêts maritimes légitimes, et la Chine fera tout ce qui est nécessaire pour s’opposer à toute provocation délibérée de la part de tout pays. » La Chine a envoyé un destroyer lance missile pour avertir l’USS Lassen. (...)

~ Moment crucial en mer de Chine ? Pas encore... (Indian Punchline via Le Saker Francophone)(Octobre 2015) ~

Ils ont lancé une provocation militaire dans la mer de Chine du Sud. Où, selon la novlangue pentagonesque, ils ont défié les revendications chinoises sur des eaux contestées. Les laquais proverbiaux inoxydables de l’Empire du Chaos (Australie, Japon, et Philippines) ont approuvé. L’Indonésie note sobrement qu’il s’agit essentiellement d’une provocation inutile. Au moins l’amiral Harry Harris, à la tête de l’US Pacific Command, se réunira-t-il début novembre à Pékin avec les hauts dirigeants militaires chinois pour désamorcer les tensions récurrentes dans la mer de Chine du Sud, créées par les suspects habituels. Il n’y a aucune preuve que la spirale de la provocation sera désamorcée de sitôt. Les États-Unis et le Japon agissent de concert dans la mer de Chine du Sud. Pékin a déjà clairement fait savoir à Washington, à de nombreuses occasions, que si une résurgence militaire de Tokyo commence à apparaître dans le jeu naval, la réponse sera dure.



P. P. Tokyo a écrit:
(...) Pour les pacifistes, le renoncement à la guerre inscrit dans la Constitution, même malmené, reste un frein au changement de nature de l’alliance avec les Etats-Unis, qui pourrait conduire les forces d’autodéfense à participer à une guerre menée par Washington, en même temps qu’un instrument pour créer un nouvel environnement en Asie fondé sur la confiance mutuelle, à condition que le Japon reconnaisse sa responsabilité dans son aventure militariste. Aux termes des nouvelles lois sur la sécurité, l’usage de la force par le Japon sera certes plus contraint qu’il ne l’est dans la plupart des pays et soumis à certaines conditions: attaque contre un allié qui met en danger la vie et la liberté des Japonais; absence d’autre moyen pour défendre le pays. Dans le même temps, obligation est faite de limiter le recours à la force à son niveau minimal. Par leur généralité, ces contraintes laissent cependant au gouvernement une large marge d’interprétation. (...)

~ Vers la fin du Pacifisme Constitutionnel au Japon... (Le Temps via FYI)(Septembre 2015) ~

Cela peut se produire via les Philippines, armées par le Japon, essayant de provoquer la Chine sur un îlot contesté dans la mer de Chine méridionale, et comptant sur la cavalerie, l’US Navy, pour venir à la rescousse. Les Chinois vont expliquer clairement à l’amiral Harris que les États-Unis joueraient avec le feu. La dernière bagarre décousue en mer de Chine méridionale n’a pas mobilisé les manchettes de la presse, car tout le monde était occupé à faire la Shinsanwu. Donc, le monde doit s’attendre à un effort collectif massif car la Chine va continuer de croître au taux énorme de 6,5 pour cent par an en peaufinant lentement mais sûrement son modèle économique. En tant que tâche historique, elle rivalise avec les trois décennies du miracle chinois déchaînées par les réformes du Petit Timonier Deng Xiaoping devenir riche est glorieux. En parallèle, attendez-vous à voir Washington rester obsédé par l’ennemi public numéro un. Non, ce n’est pas le président russe Vladimir Poutine. C’est la Banque centrale de Chine. La Banque centrale de Chine est pleinement engagée dans la création d’une monnaie de réserve mondiale constituée d’un panier de monnaies et contrôlée par le FMI. Le processus doit être fondé sur les parts du FMI détenues par ses 185 pays membres, les droits de tirage spéciaux (DTS). La nouvelle monnaie mondiale doit être utilisée pour le commerce, pour la fixation du prix des matières premières, la comptabilité et les finances publiques.



Ariel Noyola Rodríguez a écrit:
(...) Mi-2013, le Royaume-Uni est devenu le premier pays à promouvoir l’utilisation du yuan en Europe. L’Allemagne, la France, la Suisse et le Luxembourg sont entrés en compétition par l’installation de banques de règlement directs (RMB offshore clearing banks) afin de faciliter l’utilisation de la monnaie du peuple. Cependant, aucun d’eux ne constituait une menace grave pour le Royaume-Uni. La ville de Londres a enregistré plus de la moitié des transactions libellées en yuans dans l’ensemble du continent européen. Comme l’économie britannique est embourbée dans la stagnation, et menacée de près par la déflation (baisse des prix), le gouvernement de David Cameron insiste désespérément pour renforcer ses liens avec les pays d’Asie-Pacifique, et surtout avec la Chine qui, malgré son ralentissement au cours des dernières années, continue à contribuer pour 25% à la croissance du produit intérieur brut mondial (PIB). (...)

~ La City de Londres soutient la mondialisation du yuan (RT via Le Saker Francophone)(Octobre 2015) ~

Pour Washington, sans surprise, une alternative globale au dollar US est un anathème absolu. Donc la poussée implacable de Pékin pour réformer les institutions de Bretton Woods en donnant une plus grande voix aux BRICS continuera à rester au point mort. Eh bien, c’est quand même toujours OK pour Pékin, parce que la poussée est maintenant reportée vers beaucoup d’autres chantiers : la Nouvelle Banque de développement des BRICS (NDB); l’infrastructure asiatique de la Chine dirigée par Investment Bank (AIIB); davantage de coopération économique à l’intérieur de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS); et l’expansion fabuleuse dans les dix prochaines années des nouvelles routes de la soie, ou une route, une ceinture comme on les appelle en Chine. Celle-ci a beaucoup d’options pour employer ses quatre mille milliards de dollars de réserves de change, la plus grande réserve du monde.

En parallèle, le partenariat stratégique Russie-Chine continue à avancer car la Russie est maintenant le principal fournisseur de pétrole de la Chine. Xi Jinping, pas par hasard a été accueilli comme un ersatz de roi d’Angleterre dans son dernier tour de force, tout comme la Chancelière Angela Merkel l’a été en Chine avec les yeux des industriels allemands hypnotisés par les Nouvelles routes de la soie, dont l’un des terminus est à Duisburg. Aussi bien, et pas par accident, le ministre de l’Économie allemand, Sigmar Gabriel, lors d’une rencontre avec le président Poutine, a déclaré que les sanctions de l’UE contre la Russie devraient être assouplies. Le commerce bilatéral germano-russe est désormais l’otage des sanctions de l’UE sur la Russie, largement imposées aux laquais habituels par Washington. Berlin veut en sortir, vite. Alors que faire si il y a des frictions entre l’Allemagne et son arrière-cour d’Europe centrale et orientale. Pendant que l’intégration énergétique germano-russe procède sans relâche, la société civile à travers l’Europe est en train de se lever en force contre les manigances de l’Otan. Le projet Une ceinture, une Route sera un moyen de débloquer toutes ces situations imbriquées car il s’agit du premier projet d’intégration pan-Eurasien, une caravane multiethnique proposant tous azimuts le commerce et non pas la guerre.

Il n’y a rien d’étonnant à ce que Washington soit aussi terrifié de l’intégration BRICS, NDB, l’AIIB, l’OCS, des Nouvelles routes de la soie ainsi que de la Banque centrale de Chine. Alors qu’est-ce que nous propose le Beltway comme horizon pour le XXIe siècle ? Le retour des morts vivants, comme dans le manifeste 2016 des néocons. Puissent-ils se prélasser dans leur lueur d’une guerre sans fin.

Pepe Escobar

~ Traduit par jj, édité par jj, relu par Literato pour Le Saker francophone ~

Source originale de l'article : The Empire Barks and the Caravan Passes (Sputnick)(Octobre 2015)

avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Obama intensifie les antagonismes avec la Chine au Sommet de l’Asie...

Message  Silver Wisdom le Mar 20 Sep - 11:27

Obama intensifie les antagonismes avec la Chine au Sommet de l’Asie...

Le président américain, Barack Obama,
est intervenu lors de la dernière journée du sommet de trois jours
de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est au Laos
pour enflammer les antagonismes régionaux et aggraver le risque de guerre...



~ Les États-Unis accélèrent leur encerclement militaire de la Chine (Peter Symonds, WSWS)(Mars 2016) ~

Jules Dufour, PhD a écrit:
(...) L’emprise de la puissance militaire des États-Unis dans le monde est considérable et ne cesse d’augmenter. Les Étasuniens considèrent la surface terrestre comme un terrain à conquérir, à occuper et à exploiter. La division du monde en unités de combat et de commandement illustre fort bien cette réalité. Dans ce contexte, il nous semble que l’humanité se trouve ainsi contrôlée voire attachée à des chaînes dont les maillons constituent les bases militaires. Le processus de redéploiement des installations militaires en cours doit être analysé de façon minutieuse si l’on veut comprendre les stratégies d’intervention de Washington dans toutes les régions du monde. (...)

~ Le réseau mondial des bases militaires US (Global Research)(Avril 2007) ~

De façon provocatrice, Obama a insisté pour que le sommet reconnaisse la décision en juillet de la Cour permanente d’arbitrage (CPA), qui a déclaré illégale la revendication territoriale de Pékin en mer de Chine méridionale, un sujet que des pays membres de l’ASEAN avaient soigneusement évité. Le dernier jour du sommet a été élargi au Sommet de l’Asie orientale (SAO), qui a incorporé huit autres pays dans les discussions, y compris les États-Unis, la Chine, la Russie, le Japon et l’Australie. Obama a ciblé la Chine, disant que Pékin ne pouvait pas ignorer la décision de la CPA. Il a déclaré : « La décision historique de l’arbitrage en juillet, qui est contraignante, a permis de clarifier les droits maritimes dans la région ». Le président américain a continué : « Je reconnais que cela soulève des tensions, mais j’attends aussi avec impatience de discuter de la façon dont, ensemble, nous pouvons aller de l’avant de façon constructive pour réduire les tensions et promouvoir la diplomatie et la stabilité ».

L’insistance d’Obama sur le caractère contraignant de la décision représentait un rejet du droit de la Chine en vertu de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) de se retirer d’un arbitrage juridiquement contraignant. Avec la Chine, d’autres pays ont également choisi de ne pas s’y plier, dont le Royaume-Uni, l’Australie, l’Italie, la France, le Canada et l’Espagne. Washington, qui utilise le CPA pour serrer un nœud coulant militaire autour de la Chine, n’est même pas un signataire de l’UNCLOS. D’habitude, Washington aurait compté sur un membre mandaté de l’ASEAN pour articuler ses intérêts géopolitiques au sommet. Obama aurait alors exprimé un fort « soutien américain » pour la position de cet allié. Du point de vue de Washington, le pays qui aurait dû soulever la décision de la CPA était les Philippines. Sous l’ancien président, Benigno Aquino, Manille a déposé une plainte contre la Chine qui a été élaborée et soutenue par des avocats basés à Washington.


~ Arbitrage relatif a la mer de chine meridionale (Cour Permanente d'arbitrage)(Juillet 2016)(pdf) ~

Ruolin Zheng a écrit:
(...) En réalité, le fond de la question de la mer de Chine méridionale n’est pas difficile à comprendre. Jusque dans les années 1970, il n’existait aucun conflit concernant les eaux territoriales en mer de Chine méridionale. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Japon, pays envahisseur vaincu, a restitué à la Chine les territoires et les eaux territoriales qu’il avait illégalement occupés, et la Chine a rendu publiques les lignes discontinues à neuf sections délimitant ses eaux territoriales au sud de la mer de Chine méridionale, affirmant explicitement sa souveraineté sur cette zone de la mer de Chine méridionale. À cette époque, la souveraineté de la Chine sur la mer de Chine méridionale a été largement reconnue sur le plan international et ne faisait pas l’objet de conflits internationaux, ni avec les États-Unis, ni avec les pays limitrophes. (...)

~ L’arbitrage sur la mer de Chine méridionale (Le Grand Soir)(Juillet 2016) ~

Le nouveau président philippin, Rodrigo Duterte, cependant, a adopté une approche plus conciliante envers la Chine. Jusqu’à récemment, il a évité de mentionner la décision de la CPA dans un effort pour obtenir de meilleures relations diplomatiques et des relations commerciales étendues avec Pékin. Washington a commencé à évoquer de nouveau le spectre des accusations sur les droits de l’Homme contre la croisade antidrogue meurtrière de Duterte comme un moyen de pression sur Manille en conformité avec son ordre du jour, le « pivot vers l’Asie ». Duterte a répondu avec une tirade en colère lors d’une conférence de presse avant le sommet de l’ASEAN, utilisant des dénonciations nationalistes de crimes américains comme un moyen de justifier ses propres politiques criminelles. La Maison-Blanche a annoncé qu’elle avait annulé la réunion prévue d’Obama avec Duterte lors du sommet. Mercredi, Duterte a exprimé ses « regrets » d’avoir offensé Obama. Manille a annoncé le même jour qu’il avait la preuve que la Chine s'était engagée dans la construction d’îles sur le banc contesté de Scarborough, en violation de la décision de la CPA. Il a donné des photos à la presse qui, selon lui, montrent cette activité de construction.

Washington a réagi en annonçant qu’il donnerait deux avions de surveillance à la Garde côtière des Philippines, de sorte que le pays puisse mieux évaluer l’état de ses revendications territoriales et se protéger contre les intrusions dans le territoire philippin revendiqué. Le Japon a annoncé le même jour qu’il fournirait au Vietnam de nouveaux bateaux de patrouille pour défendre les revendications territoriales de ce pays dans les eaux contestées. Duterte et Obama se sont rencontrés brièvement et amicalement mercredi soir. L’entourage de Duterte a fourni au Wall Street Journal une copie du discours qu’il avait prévu de livrer au cours du Sommet de l’Asie orientale. Le projet de discours a soulevé la question des violations chinoises de la décision de la CPA et aurait fait de la querelle en mer de Chine méridionale la question centrale du SAO. Duterte, une personnalité politique volatile piquée par les critiques en sourdine de Washington sur les droits de l’Homme, a livré au lieu de cette allocution ce que son Secrétaire des Affaires étrangères, Perfecto Yasay, a appelé, un « discours impromptu ». Lors de la séance à huis clos, Duterte a montré aux délégués, y compris Obama, les photos de carnages de la guerre entre les États-Unis et les Philippines (1899-1902) et a déclaré : « C’est mon ancêtre, ils l’ont tué. Pourquoi maintenant [les Américains] parlent-ils de droits de l’Homme ? »

Dans l’Impossibilité de faire appel aux Philippines ou à un mandataire fiable parmi les autres membres de l’ASEAN, Obama a été obligé d’intervenir directement dans le sommet afin d’affirmer la position américaine. Le Japon a suivi le jeu d’Obama. Le Premier ministre Shinzo Abe a déclaré que la décision de la CPA est « juridiquement contraignante ». Il a ajouté : « Je suis très préoccupé par les tentatives répétées pour modifier unilatéralement le statu quo dans les mers de Chine orientale et méridionale ». La référence à une modification unilatérale du statu quo était une attaque directe contre la Chine et ses activités alléguées de reconstruction d’îles en la mer de Chine méridionale. La Chine a répondu en dénonçant la provocation des États-Unis. Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Liu Zhenmin, a déclaré à la presse que « quelques pays extra-régionaux » (il voulait dire les États-Unis et le Japon) « veulent toujours saisir l’occasion du Sommet de l’Asie orientale pour parler de la mer de Chine méridionale, en particulier pour presser les pays de la région à respecter l’arbitrage, ce qui est prématuré et inapproprié ».


~ Blessée, la Chine met en garde contre le risque de «guerre» après le verdict de La Haye (AFP via Le Temps)(Juillet 2016) ~

Pravda a écrit:
(...) Les manœuvres ont fait l’objet de pourparlers officieux lors du sommet du G20 à Hangzhou, en Chine. Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que les exercices navals CF-2016 dans la mer de Chine du Sud ne pourraient pas affecter les intérêts de quiconque. Les exercices seront effectués au profit de la Russie et de la sécurité de la Chine. (...) Les USA ont accusé la Chine et la Russie de la tentative d’aggraver un état déjà compliqué des affaires dans la mer de Chine méridionale. Dans le même temps, le Pentagone n’a fait aucun secret sur le fait que les navires américains YUKM patrouillent les eaux de la mer de Chine du Sud de façon (sur une base continue) permanente. Il y a sept navires de guerre dans la région, le porte-avions Ronald Reagan, deux croiseurs et quatre destroyers. Le sous-marin nucléaire américain d’attaque USS Mississippi, équipé de missiles de croisière, patrouille aussi ces eaux contestées. (...)

~ La Russie et la Chine s’unissent contre l’OTAN en mer de Chine méridionale (Pravda via Mirastnews)(Septembre 2016) ~

Au cours du récent sommet du G20 à Hangzhou, le président russe Vladimir Poutine a élargi la portée géopolitique du conflit. Il a déclaré aux médias : « L’intervention de puissances tierces non régionales, à mon avis, est dangereuse et contre-productive ». Poutine a poursuivi : « Nous sommes solidaires et nous soutenons la position de la Chine sur cette question (de ne pas reconnaître la décision de cette cour) […] Ce n’est pas une position politique, mais purement juridique. C’est un fait que toute procédure d’arbitrage doit être initiée par les parties en conflit, alors que le tribunal d’arbitrage doit entendre les arguments et les positions des parties au différend. Comme vous le savez, la Chine ne s’est pas adressée à la cour d’arbitrage de La Haye et personne n’a écouté sa position là-bas. Comment pouvez-vous reconnaître ces décisions comme étant justes ? »



Pepe Escobar a écrit:
(...) Le cœur de la question en mer de Chine du Sud, en rapport avec les Nouvelles route de la soie, n’est pas la souveraineté sur des rochers ou même des réserves inexploitées de pétrole et de gaz, il s’agit de la capacité de la marine chinoise de réglementer, et éventuellement refuser, l’accès au Pentagone et à l’US Navy. Ce qui est certain, c’est que l’US Navy ne fera pas de quartier pour empêcher la Chine de dominer stratégiquement le Pacifique occidental, de même que Washington ne retiendra pas ses coups pour imposer le TPP afin d’empêcher la Chine de régner sur le plan économique en Asie-Pacifique. (...)

~ Le G20 s’ouvre dans la zone technologique de Hangzhou,... (CounterPunch via LSF)(Septembre 2016) ~

Le communiqué officiel du Sommet de l’Asie orientale n’a pas encore été publié, mais selon Reuters, un projet de déclaration « a tourné autour des tensions régionales causées par des revendications concurrentes dans les zones de la mer stratégiquement importantes sur la pointe des pieds. » Le retard dans la publication du communiqué était sans doute le résultat des thèses opposées sur ce que devait être sa nature. Manille a assumé le rôle de président de l’ASEAN pour l’année à venir. Le Secrétaire des Affaires étrangères, Yasay, se rendra aux États-Unis la semaine prochaine, dans le but évident de tenter de colmater les relations avec Washington. Il parlera le 15 septembre à l’influent groupe de réflexion, Center for Strategic and International Studies. La réalité funeste face à l’élite dirigeante de tous les pays d’Asie est que l’impérialisme américain a transformé la mer de Chine méridionale en un baril de poudre. La marine américaine a annoncé jeudi qu’elle envisageait de mener une patrouille conjointe avec la Marine philippine au banc de Scarborough, un récif revendiqué par la Chine.

Cela soulève la possibilité d’un affrontement armé entre les États-Unis et des navires chinois dans ces eaux contestées. La Russie et la Chine prévoient de mener des exercices militaires conjoints en mer de Chine méridionale ce mois-ci. L’intervention directe d’Obama au Sommet Asie orientale reflète le désespoir de Washington. En même temps que la faiblesse économique et diplomatique des États-Unis devient de plus en plus prononcée, Washington répond par la militarisation directe de chaque conflit dans le monde, soulevant à chaque fois le risque d’une guerre mondiale.

Joseph Santolan

Source de l'article : Obama intensifie les antagonismes avec la Chine au Sommet de l’Asie (WSWS)(Septembre 2016)

avatar
Silver Wisdom
Administrateur
Administrateur

Date d'inscription : 03/01/2012
Age : 48
Localisation : Planète Terre (Pour le moment)

http://ledormeur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum